Danse , La Scène, Spectacles Danse

Retour fracassant de Room with a View au Châtelet

Plus de détails

Théâtre du Châtelet. 15-IX-22. One x (La) Horde – Ballet national de Marseille : Room with a view. Musique : RONE. Concept artistique : RONE et (LA)HORDE : Marine Brutti – Jonathan Debrouwer – Arthur Harel. Mise en scène et chorégraphie : (LA)HORDE Marine Brutti – Jonathan Debrouwer – Arthur Harel. Scénographie : Julien Peissel. Lumières : Eric Wurtz. Costumes : Salomé Poloudenny. Son façade : Vincent Philippart. Assistant production son : César Urbina. Assistante costumes : Nicole Murru.Coiffures : Charlie Lemindu. Préparation physique : Waskar Coello Chavez. Répétiteurs : Thierry Hauswald et Valentina Pace.
Avec le Ballet national de Marseille : Sarah Abicht, Daniel Alwell, Isaia Badaoui, Izzac Caroll, Joao Castro,
Titouan Crozier, Malgorzata Czajowska, Myrto Georgiadi, Vito Giotta, Nathan Gombert, Eddie Hookham, Jonathan Jorgensen, Nonoka Kato, Yoshiko Kinoshita, Amy Lim, Angel Martinez Hernandez, Aya Sato, Dovydas Strimaitis, Paula Tato Horcajo, Elena Valls Garcia, Nahimana Vandenbussche

Interrompu par le premier confinement, en mars 2020, Room with a View revient au Théâtre du Châtelet plus de deux ans après sa création. , producteur et compositeur de musique électronique, avait alors choisi le collectif (La)Horde, qui dirige le CCN-Ballet de Marseille, pour l’accompagner dans ce projet hors norme qui a remporté un immense succès.

Une grotte taillée dans la pierre calcaire d’un monument, temple en déconstruction qui sert d’abri, de cache, à ce qui semble un groupe de survivants post apocalyptiques, se dresse sur le plateau du Théâtre du Châtelet. Room with a view pratique une écriture du désastre qui évoque la fin du monde sur fond de musique planante. Fornication, violence, méfiance et animosité, la vie de ces survivants n’est pas de tout repos. La dimension dramatique du propos est accentuée par la monumentalité du décor, surtout quand celui-ci s’effondre, faisant écho au geste révolutionnaire des héros nus, aux poings levés.

Dans la deuxième partie, le producteur et compositeur qui fait face aux spectateurs derrière ses platines lance les hostilités avec un set hypnotique. « Que la fête commence », semble dire un danseur aux cheveux blanc albinos qui conduit ses congénères comme le joueur de flûte de Hamelin. Le style chorégraphique des danseurs du Ballet de Marseille alterne entre une danse acrobatique faite de portés et de levées spectaculaires et une dimension plus lente et contemplative qui s’apparente au tableau vivant.

La dynamique de groupe et l’adrénaline contribuent à démultiplier l’énergie dont la musique est un support essentiel, tandis que le stylisme des coiffures et des costumes, qui emprunte à Mad Max et aux comics Marvel, nous projette dans un univers de super héros d’anticipation.

Rone se rapproche encore physiquement du bord du plateau dans la troisième partie, alors que les danseurs se dispersent aux quatre coins du décor, sur les ruines, pour se lancer dans une bacchanale qui les prépare à accueillir la dimension sacrée d’un être (ou d’un objet) extérieur, devenu l’ennemi contre lequel cette communauté se révolte. On ne verra pas cet ennemi, uniquement symbolisé par des flashs lumineux.

Cette expression guerrière chorale de la communauté se manifeste alors dans ce qui est devenu le « tube » du spectacle : une partition chorégraphique très rythmée, véritable condensé de la culture club, d’une efficacité redoutable et fascinante, à la manière d’un haka néo-zélandais primal, version « beat per minute » (bpm), avant de s’apaiser dans un final dont la note d’espoir est symbolisée par un chœur a capella. Un spectacle auquel le public debout du Châtelet fait un triomphe.

Crédits photographiques : Théâtre du Châtelet © Aude Arago, Cyril Moreau, Thomas Amouroux

(Visited 252 times, 1 visits today)

Plus de détails

Théâtre du Châtelet. 15-IX-22. One x (La) Horde – Ballet national de Marseille : Room with a view. Musique : RONE. Concept artistique : RONE et (LA)HORDE : Marine Brutti – Jonathan Debrouwer – Arthur Harel. Mise en scène et chorégraphie : (LA)HORDE Marine Brutti – Jonathan Debrouwer – Arthur Harel. Scénographie : Julien Peissel. Lumières : Eric Wurtz. Costumes : Salomé Poloudenny. Son façade : Vincent Philippart. Assistant production son : César Urbina. Assistante costumes : Nicole Murru.Coiffures : Charlie Lemindu. Préparation physique : Waskar Coello Chavez. Répétiteurs : Thierry Hauswald et Valentina Pace.
Avec le Ballet national de Marseille : Sarah Abicht, Daniel Alwell, Isaia Badaoui, Izzac Caroll, Joao Castro,
Titouan Crozier, Malgorzata Czajowska, Myrto Georgiadi, Vito Giotta, Nathan Gombert, Eddie Hookham, Jonathan Jorgensen, Nonoka Kato, Yoshiko Kinoshita, Amy Lim, Angel Martinez Hernandez, Aya Sato, Dovydas Strimaitis, Paula Tato Horcajo, Elena Valls Garcia, Nahimana Vandenbussche

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.