Mot-clef : Giovanni Battista Fontana

ecl1703_cover_288266814

La Guilde des mercenaires, l’ampleur du geste

Après un premier disque consacré à la musique instrumentale de Bassano, le jeune ensemble La Guilde des mercenaires continue à creuser le sillon de la musique italienne des XVIe et XVIIe siècles, avec une très grande réussite. Ce programme vénitien qui va de Cipriano de Rore (mort en 1565) à Giovanni Antonio Bertoli (mort en 1669) et qui mêle voix et instruments, sacré et profane, est l'occasion pour le cornettiste Adrien ...
ebdb765e1f31a65ce8de65b07f3e0652

Ensemble Prisma : un vent nouveau sur l’expressivité baroque

La rhétorique poétique s'envole vers les hauteurs dans ce premier enregistrement du jeune ensemble Prisma, qui nous emporte dans un tourbillon d'affects aux quatre vents. Les musiques du Seicento italien illustrent les quatre saisons comme autant d'allégories des passions humaines. "Le baroque aime à puiser dans les éléments pour y dire, allégoriquement, le mouvement du monde", nous dit Jean-François Lattarico dans l'excellent texte de présentation de cet enregistrement. Selon le principe ...
visuellafenice

Noël en Italie avec La Fenice

La Fenice nous fait entrer dans la douce joie du temps de Noël. Dans un programme centré sur des sonates et motets écrits pour les offices de la Nativité par les compositeurs italiens du début du XVIIe siècle, l’ensemble nous offre un très bel enregistrement, apaisant et jubilatoire. « De ce petit enfant, Dieu se fait si proche de chacun de nous, que nous pouvons le tutoyer et avoir avec lui ...
Je goûte en vous voyant ma part d’éternité …

Je goûte en vous voyant ma part d’éternité …

On ne sait rien de Giovanni Battista Fontana si ce n’est ce que nous en livrent ces Sonate publiées à Venise une dizaine d’années après sa mort en 1641. Elle nous révèle un compositeur fasciné par la mélodie. Son style évoque le chant grégorien, son sens du rythme donne une sensation de dynamisme évoquant la danse, où le corps éloquent y est porteur de spiritualité. Les notes y sont des ...
Accordone, la suite ...

Accordone, la suite…

A l’écoute de ce nouvel opus d’Accordone, Recitar cantando, on confesse un petit faible pour le précédent enregistrement, Frottole. Préférence de l’épaisseur du trait, certes, et probablement dû à la rareté du répertoire du précédent CD. Car cette fois, Marco Beasley et Guido Morini se frottent à des œuvres connues, et de ce fait dont on peut comparer l’interprétation à celle d’autres interprètes, en particulier pour des « tubes » de Monteverdi. ...