Mot-clef : Philippe Arlaud

ARIADNE_une_badenbaden12

A Baden-Baden, luxueuse Ariane à Naxos

En reprenant en grande partie les ingrédients du Rosenkavalier de 2009, le Festspielhaus de Baden-Baden comptait très probablement en renouveler l’incontestable réussite avec un autre chef d’oeuvre de Richard Strauss : Ariane à Naxos. Le public était donc accouru de fort loin pour réentendre Renée Fleming et Sophie Koch sous la baguette de Christian Thielemann, mais cette fois sans Diana Damrau, la Sophie du Rosenkavalier, qu’on aurait pu espérer en Zerbinetta. Sophie Koch ...
Pour les oreilles seulement

Un bal masqué à Strasbourg, pour les oreilles seulement

Certains spectateurs lui ayant fait le léger reproche de délaisser l’opéra italien au profit des œuvres de langue allemande ou française, le directeur de l’Opéra du Rhin Nicholas Snowman a carrément programmé deux ouvrages de Verdi, et non des moindres, pour sa dernière saison. Avant Falstaff en juin 2009, qui clora dans un éclat de rire son mandat à Strasbourg, c’est le plus mélodramatique Bal masqué qui est présenté dans ...
Un opéra bien affûté

Andrea Chénier, un opéra bien affûté

Si les noms d’André Chénier et d’Umberto Giordano sont aujourd’hui quasiment tombés dans l’oubli il nous reste heureusement en héritage ce drame historique en quatre actes dont le vérisme affirmé est caractéristique de ce mouvement italien apparu à la fin du XIXe siècle et tout droit issu du Naturalisme français. Si la partition et le livret sont, somme toute, d’un accès relativement aisé et plaisant pour le public, cet opéra ...
Sex and the City chez Néron

Le Couronnement de Poppée : Sex and the City chez Néron

Après sa décevante mise en scène d’Il ritorno d’Ulisse in Patria de Monteverdi clôturant la saison 2005/2006 du Grand Théâtre de Genève, Philippe Arlaud signe le spectacle d’ouverture de la saison 2006/2007 avec, cette fois, l’Incoronazione di Poppea. C’est dire la circonspection légitime avec laquelle on aborde cette soirée. Les sceptiques en seront pour leurs frais. Le spectacle du metteur en scène est une réussite totale. Homme de théâtre, ...
On croit tout savoir

Le retour d’Ulysse dans sa patrie : on croit tout savoir

On croit tout savoir sur Il ritorno d’Ulisse in Patria. Et pourtant, jamais personne n’a mis la main ni sur la partition originale de Claudio Monteverdi, ni sur le livret original de Giacomo Badoaro. Mais, depuis ses premières productions modernes, vers les années 1920, l’absence de ces documents fondamentaux n’a jamais rebuté ni les théâtres ni les producteurs discographiques d’offrir leur version – définitive, évidemment – de l’œuvre attribuée à ...
orfeo_affiche_2005

Savoir se retourner sur ce qu’il y a de mieux !

« Orfeo » au Grand Théâtre Les premiers instants de la mise en scène de Philippe Arlaud ont de quoi nourrir maintes inquiétudes. Tout d’abord, un jeune enfant lit avec empressement et impétuosité juvénile un texte qui, en l’état, doit être parfaitement inintelligible au-delà du dixième rang. S’ensuit la projection de la distribution sur le rideau de scène rigide à la façon d’un générique de péplum hollywoodien avec sur le devant ...