Mot-clef : Victor von Halem

0$GZIRElTY_2013104NEKCQE43FO

Parsifal par Castellucci, une nouvelle porte à la mise en scène

Nous n’y étions pas. Nous n’étions pas à la Monnaie en janvier 2011, lorsque Romeo Castellucci présenta, à 51 ans, sa première mise en scène d’opéra. Devant l’emballement critique, l’envie était forte de rattraper ce spectacle en espérant un DVD à la hauteur. Après que l’on nous eut un temps annoncé qu’il n’y en aurait pas, la Monnaie décide de mettre sur le marché une trace qui n’était destinée au ...
Strauss Capriccio photo 1 Jean-Pierre Maurin _une

A Lyon, Capriccio subtil et émouvant

Capriccio n’est pas le plus évident des opéras. Le metteur-en-scène actuel doit être un grand amnésique : des affèteries extrêmes, dont Elisabeth Schwarzkopf (son mari en fit la première comtesse « intégrale » au disque) fut le modèle initial ; de l’idéalisation d’un réputé âge d’or (le Paris artistique au temps du Siècle des lumières) ; et de l’énigme historique qui opacifie cet ouvrage (achevant de l’écrire en 1942, Richard ...
Etrange Yvonne

Etrange Yvonne de Philippe Bœsmans

Cet enregistrement témoigne de la création du dernier opéra de Philippe Boesmans, qui s’est d’ores et déjà imposé comme un grand compositeur lyrique contemporain, associé à ses deux librettistes Luc Bondy et Marie-Louise Bishofberger. Après Schnitzler, Shakespeare et Strindberg (Julie), c’est au tour du célèbre dramaturge et romancier polonais Witold Gombrowicz d’être adapté par cette fine équipe, dont le choix s’est porté sur cette étrange Yvonne, la première pièce de ...
Tragédie burlesque

Yvonne, princesse de Bourgogne : tragédie burlesque

Très attendue cette Yvonne, princesse de Bourgogne, et pour plusieurs raisons : création annuelle de l’Opéra National de Paris, nouvelle œuvre lyrique de Philippe Boesmans – la première sur un sujet comique, plateau exceptionnel (Luc Bondy et Richard Peduzzi, Yann Beuron, Mireille Delunsch, Paul Gay, …) ainsi que l’ombre de Witold Gombrowicz, auteur de la pièce de théâtre qui sert de support à ce nouvel opéra. Le sujet est d’un cynisme effroyable : ...
Des trois oranges à croquer !

Des trois oranges à croquer !

En décembre 2005, Gerard Mortier avait offert au public parisien un Amour des trois oranges très grand public réglé avec efficacité par son vieux compère Gilbert Deflo. Le metteur en scène gantois use, avec un peu de facilité, d’une transposition dans le monde de la Comedia dell’Arte avec des effets secondaires du Paris Art déco mondain, luxueux et polisson. Cependant son travail s’avère poétique et spectaculaire car les décors et ...