Mot-clef : Vincent Chaillet

cAnn Ray_MEDIUM

Play, où l’on se prend au jeu d’Alexander Ekman à Garnier

À la frontière entre la danse,  la performance, le théâtre et l’événement participatif, Alexander Ekman réalise une première création pour l’Opéra de Paris aussi brillante qu'inclassable. Drôle, culotté, déjanté, Play propulse le ballet dans le XXIe siècle et l'ère du "fun" ! Immense. Jamais la scène de l’Opéra Garnier ne l’aura autant été. Son espace s’étire des cintres à la fosse, du fond de scène aux premiers rangs d’orchestre, agrandi encore ...
Soirée Bertaud/Valastro/Bouché/Paul à Garnier

Soirée Bertaud/Valastro/Bouché/Paul à Garnier

Programmée par Benjamin Millepied dans le cadre de l’Académie chorégraphique, la soirée Bertaud/Valastro/Bouché/Paul présente les créations de ces quatre danseurs chorégraphes. Leurs propositions nous emmènent dans des univers très différents, dont on retiendra plus particulièrement le brillant Renaissance de Sébastien Bertaud. Quand l’Opéra fait naître des talents de chorégraphes... En 2015, Benjamin Millepied inaugure son Académie chorégraphique, placée sous le patronage de William Forsythe. Quatre danseurs de l’Opéra, Sébastien Bertaud, Simon ...
Postmodernité de Cunningham et Forsythe à Garnier

Postmodernité de Cunningham et Forsythe à Garnier

Le Ballet de l’Opéra de Paris inscrit à son répertoire trois pièces très différentes de Merce Cunningham et William Forsythe. De Walkaround Time, hommage déstructuré à Marcel Duchamp à Herman Schmerman, jubilatoire déconstruction de la danse classique, un regard étonnant sur deux grandes figures de la danse américaine du XXe siècle. Merce Cunningham n’en était pas à son premier coup d’éclat quand il chorégraphia en 1968 à Buffalo le ballet Walkaround ...
Giselle ONP mai 2016

Giselle à l’Opéra de Paris : à contretemps

Que cette reprise de Giselle semble bien incongrue, perdue entre la transition de direction du Ballet de l’Opéra et la caste des Etoiles en perte de vitesse ! Annoncée souffrante, Myriam Ould-Braham, qui devait assurer la première distribution en compagnie de Mathieu Ganio, rate à nouveau le coche du répertoire romantique, puisqu’elle n’avait pas pu danser la Sylphide à la dernière reprise : espérons qu’elle sera rétablie pour la suite des ...
La radicalité de Maguy Marin entre à l’Opéra Garnier

La radicalité de Maguy Marin entre à l’Opéra Garnier

Les applaudissements ne se mangent pas, pièce de Maguy Marin de 2002, entre au répertoire du Ballet de l’Opéra de Paris. Une signature radicale que les huit interprètes choisis pour ce projet endossent avec conviction et engagement. Plus de 25 ans après Leçons de ténèbres, créée en 1987 à l’invitation de Rudolf Noureev, la chorégraphe Maguy Marin donne une nouvelle pièce au Ballet de l’Opéra national de Paris. Les applaudissements ne ...
rain

Du plaisir de revoir Rain d’Anne Teresa De Keersmaeker

Ballet à nul autre pareil, Rain (donné à Garnier en 2011) a propulsé Anne Teresa de Keersmaeker au rang des grandes chorégraphes contemporaines et révèle une nouvelle facette des danseurs de l’Opéra de Paris.  Anne Teresa de Keersmaeker a le vent en poupe à Paris, avec à l'affiche son spectacle Bartók/Beethoven/Schönberg, tandis que son chef-d’œuvre sort en DVD. Quel est le sujet de Rain ? Malgré le caractère apparemment évident du titre, rien ...
Quatuor n°4  - Anne Teresa De Keersmaeker

La nuit transfigurée d’Anne Teresa De Keersmaeker

Anne Teresa De Keersmaeker poursuit la transmission de son répertoire au Ballet de l'Opéra de Paris avec trois pièces d'époque et d'inspiration différentes. Un programme qui va crescendo… Quatre ans après le succès de Rain sur la scène de Garnier, Anne Teresa De Keersmaeker confie trois nouvelles pièces de son répertoire aux danseurs parisiens. Le Quatuor N°4 de Bartok, chorégraphié en 1986, est emblématique des débuts de la compagnie Rosas. Quatre ...
Les Enfants du Paradis (Saison 2014-2015)

Des Enfants du Paradis sans intensité à Garnier

Nouvelle reprise à l’Opéra Garnier des Enfants du Paradis, un ballet de José Martinez créé en 2008 d'après le scénario de Jacques Prévert et le film de Marcel Carné. Une fresque vivante, mais qui manque de ressort dramatique. Garance, Baptiste, Lacenaire, Frédérick Lemaître sont des personnages qui sont entrés dans l'imaginaire collectif grâce au film de Marcel Carné, sur un scénario de Jacques Prévert. En 2008, José Martinez relevait le gant ...
7415_150202andreauria016

La danse classique dans tous ses états à Garnier

Le premier programme de l’année du Ballet de l’Opéra de Paris réunit quatre chorégraphes très différents, qui ont tous relevé avec passion le défi d’écrire pour la compagnie parisienne. Mais le résultat est inégal… La soirée commence par Répliques, une chorégraphie introspective de Nicolas Paul, créée en 2009 pour le Ballet de l’Opéra de Paris. Les répliques, échos lointains d’un séisme ou ricochets d’un galet lancé sur l’eau, ce sont aussi ...
RAIN (Saison 2014-2015)

La reprise jubilatoire de Rain à Garnier

Magnifique soirée à Garnier avec la reprise de Rain, d’Anne Teresa De Keersmaeker. Créée en 2001, cette pièce jubilatoire est déjà un classique. Pour cette reprise de Rain, deux ans et demi après sa transmission à la compagnie par Anne Teresa De Keersmaeker, plus d’étoile, mais une génération montante de coryphées, de sujets et de premiers danseurs qui s’empare du plateau, épaulés par l’expérience d’Amélie Lamoureux. Cette juvénilité, cette fraîcheur, est ...
6740_anne-deniau-1840

Deux beaux portraits de femme au répertoire de Garnier

Le répertoire de ballet de l’Opéra de Paris s’enrichit des œuvres de deux femmes, chorégraphes pionnières dans les années 50, traduisant chacune à sa façon le « roman national ». Rapports de classe ou violences familiales, chacune raconte deux destins tragiques, deux beaux portraits de femme à la narration un peu datée. Agnès De Mille, comme l’écrivain Truman Capote avec « De Sang Froid », s’empare en 1948 d’un fait divers ...
Teshigawara-Brown-Kylian (Saison 2013-2014)

Trois contemporains dans l’espace de Garnier

Du grand art ! Pour dresser les purs sangs que sont Aurélie Dupont et Nicolas Le Riche, il fallait bien « Darkness is hiding black horses », spectacle total du chorégraphe japonais Saburo Teshigawara, qui signe aussi la lumière, la scénographie, les costumes et même la musique (des galops remixés new age) ! Des danseurs racés, profonds, investis à l’image de Nicolas Le Riche – exceptionnel dans son interprétation de cheval sauvage. Fougueux, ample, ...
lasource_une1011

Le Ballet de l’Opéra fait rejaillir La Source

La Source a tout pour devenir un ballet mythique ! Des noms de personnages impossible à mémoriser, une intrigue mêlant orientalisme et mystérieux, des costumes splendides, un argument limpide, une scénographie claire et dégagée. Ajoutons enfin à cette liste d’ingrédients un zeste de danses de caractères, d’amours contrariées et une fin tragique… L’Orient, ses voiles et ses odalisques, a toujours fait à la fois rêver les artistes (Ingres, Delacroix…) et ...
rain-keersmaeker_paris0511

Rain d’Anne Teresa De Keersmaeker, l’averse joyeuse

La chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker transmet pour la première fois l’une de ses pièces majeures à une autre compagnie que la sienne. Avec le Ballet de l’Opéra de Paris, Rain est assurée de passer à la postérité. Dès l’ouverture, pendant la scène d’approche où les danseurs se jaugent, cèdent à l’abandon, on perçoit que les danseurs du Ballet de l’Opéra de Paris ont trouvé le ton juste, ont su se ...
Surréalisme et austérité

Mats Ek, surréalisme et austérité

Une émouvante et étonnante soirée consacrée à Mats Ek à l’Opéra Garnier avec la reprise de deux pièces fortes du chorégraphe suédois. Pour la reprise de La maison de Bernarda, l’une des pièces les plus fortes de Mats Ek, la direction de l’Opéra de Paris a choisi une distribution au cordeau. Lors de l’entrée au répertoire de l’Opéra de Paris, cette pièce familière du public de Garnier (le Ballet Cullberg étant ...
Pluie d’étoiles

Pluie d’étoiles au gala du Ballet de Novossibirsk

Le Ballet de Novossibirsk ne s'était pas produit en France depuis 1967. Pour la première soirée de ce nouveau séjour parisien, il rend un hommage exceptionnel aux grands chorégraphes russes ou ayant travaillé en Russie. Cette soirée de gala démarre avec Chopiniana, un ballet de Michel Fokine en hommage à la Sylphide que Filippo Taglioni créa pour sa fille Marie en 1832. C'est l'école russe dans toute sa splendeur ! Visages graves ...