Mot-clef : Wolfgang Koch

La mort en finesse par Kirill Petrenko dans Le Tryptique de Puccini

La mort en finesse par Kirill Petrenko dans Le Tryptique de Puccini

Dans une nouvelle production assez littérale de Lotte de Beer, Kirill Petrenko développe les trois opéras du Tryptique avec une extrême finesse, au risque de lasser par trop de retenue et le refus constant de toucher les émotions simples, pourtant inhérentes aux partitions de Puccini. La distribution, d'un niveau de grande qualité habituel à la Bayerische Staatsoper, fait ressortir le baryton Ambrogio Maestri et les sopranos Eva-Maria Westbroeck et Ermonela ...
Un nouveau Parsifal entre tradition et modernité à Hambourg

Un nouveau Parsifal entre tradition et modernité à Hambourg

La saison du Staatsoper de Hambourg ouvre sur une nouvelle production de Parsifal et prolonge l'idée d'un alliage entre modernité et tradition en s’offrant les services du vétéran Achim Freyer pour la mise en scène, tandis que l’équipe musicale haut de gamme mélange chanteurs wagnériens aguerris et artistes plus jeunes, le tout sous la direction équilibrée de Kent Nagano. Lorsqu'ils prirent leurs fonctions à Hambourg, Kent Nagano et Georges Delnon développèrent ...
81vrkes1zxl-_sl1500_

Parsifal part en rando avec Tcherniakov

Le DVD immortalise toutes les productions de Dmitri Tcherniakov. Ce Parsifal de 2015 pour le Staatsoper de Berlin, malgré une conclusion inoubliable, et malgré une exécution musicale irréprochable, est un voyage aussi éprouvant pour ses héros que pour le spectateur. Un DVD est censé procurer un plaisir à répétition. Si l'on rêve chaque jour du moment où l'on aura le temps de remettre une fois encore sur le lecteur la trace ...
À Munich, les Maîtres-Chanteurs d’un maître-chef

À Munich, les Maîtres-Chanteurs d’un maître-chef

Scéniquement pas tout à fait aboutis, les nouveaux Maîtres de Munich connaissent la musique. Les Maîtres-chanteurs de Nuremberg, créés en 1868 au Nationaltheater de Munich, sont une œuvre phare du répertoire munichois : pour cette nouvelle production, presque 150 ans plus tard, l’attente était d’autant plus grande que la précédente, réalisée par Thomas Langhoff en 2004, avait si peu convaincu qu’elle avait disparu du répertoire dès 2008. David Bösch, déjà bien connu ...
Capture d’écran 2015-08-25 à 19.58.21

Siegfried onirique et désenchanté à Bayreuth

Cette troisième journée à Bayreuth marque une évolution vers davantage de prolixité de détails, à la hauteur de la complexité de la trame musicale. Cette partition de Siegfried est abondamment parcourue par des motifs dont la récurrence ne cherche pas à dissimuler le foisonnement et l'accumulation mémorielle. Frank Castorf rend parfaitement cette idée que l'auditeur qui cherche à pénétrer le Ring fait face à une forêt épaisse où signes et ...
Capture d’écran 2015-08-25 à 19.12.20

Bayreuth célèbre une Walkyrie iconoclaste et politique

Frank Castorf voit dans la Walkyrie l'occasion de remonter à la source historique de la malédiction de l'Or noir. Le puits de forage n'est pas une allusion aux origines de l'exploitation au proche-Orient, il s'agit ici de l'épisode des champs pétrolifères de Bakou en Azerbaïdjan durant l'opération Edelweiss de la guerre du Caucase en 1942. Les nazis menaçant de s'emparer de la zone, les autorités soviétiques préfèreront saboter et faire exploser ...
bayreuth1 2015

Le Rheingold imaginaire de Frank Castorf

Pour sa troisième année sur la Colline sacrée, ce Ring signé Frank Castorf prend ses marques et s'impose comme un des plus fascinants spectacles que Bayreuth ait proposé depuis des lustres. Quasiment inconnu en France, sauf auprès du public de théâtre, le metteur en scène et directeur de la Volksbühne de Berlin a réussi à faire de la Tétralogie le terrain d'expression d'une modernité radicale. Cette lecture agit à différents niveaux ...
bayreuth2014

Retour de Bayreuth 2014 (3)

Là où certains esprits étroits ont cru percevoir l’occasion de vilipender un énième avatar du Regietheater, il faut reconnaître l’évidence d’un travail d’orfèvre qui fait jaillir toujours plus de détails à chaque représentation. Cette prolifération bouillonnante irrite et bouscule – n’oublions pas que la proposition de Castorf vient après le très pâle et anecdotique Torsten Dorst… L’ironie triomphante dont se réclame le metteur en scène est-allemand est à puiser dans ...
femme sans ombre munich13

Munich, retour sur La Femme sans ombre

21 novembre 1963 : dans le Nationaltheater tout juste rénové, vingt ans après sa destruction, après quinze ans d’inaction et cinq ans de travaux, l’Opéra de Munich célèbre l’arrivée d’une nouvelle ère en donnant La Femme sans ombre de Richard Strauss, dans une mise en scène de l’intendant Rudolf Hartmann, qui avait déjà mis en scène la même œuvre en 1936. 21 novembre 2013 : c’est à Krzysztof Warlikowski que Nikolaus ...
opus arte strauss frosch

La Femme sans ombre Salzbourg 2011, sans l’ombre de son intrigue originelle

On ne sait pas comment présenter au lecteur le spectacle proposé ici par Opus Arte et enregistré lors du festival de Salzburg 2011, car on aimerait bien dire qu’on peut y voir La Femme sans ombre du duo Strauss Hofmannsthal, mais même en se forçant on n’y arrivera pas car on n’y voit rien d’autre qu’une troupe de chanteurs réunis dans les années 50 dans ce qui, à l’évidence, est ...
Götterdämmerung Munich 2012 - Gabler, Gould, Paterson

Fin de Ring à Munich

Götterdämmerung est sans doute le plus périlleux des opéras de Wagner pour les metteurs en scène, et la dernière étape du cycle monté par Andreas Kriegenburg à Munich n’est sans doute pas la plus aboutie. Kriegenburg n’y abandonne pas son parti-pris narratif et ses jeux avec l’illusion théâtrale, mais il les ancre dans une époque plus nettement contemporaine : le premier acte, en particulier, ancre le monde des Gibichungen dans le ...
Siegfried Munich 2012 - Dalayman, Ryan

Siegfried réjouissant et théâtral

Siegfried est souvent, du moins pour le metteur en scène, le plus payant des opéras du Ring, ne serait-ce que par l’humour qui irrigue une bonne partie du livret et de la partition. Andreas Kriegenburg, fidèle à son parti-pris décidément narratif, recourt pour en livrer sa propre version encore plus nettement que dans les volets précédents à sa machinerie humaine, constituée de plusieurs dizaines de figurants, au détriment de la ...
Rheingold Munich 2012 - Figurants

Début d’un nouveau Ring à Munich

Il n’y a rien d’exceptionnel, en Allemagne, à proposer régulièrement de nouvelles productions de la plus ambitieuse des œuvres de Wagner : là où l’Opéra de Paris se fait une montagne du premier Ring qu’il créée depuis deux décennies et a besoin de deux saisons pour ce faire, l’Opéra de Munich crée le sien en six mois pour remplacer une production créée en 2002/2003 et donnée jusqu’en 2006 : cette ...
Daniel Barenboim

Le Beethoven gorgé d’émotions de Baremboim

Que faire lorsque le critique découvre qu’on lui a attribué une place bien trop près de la scène, à un mètre seulement des premiers violons et à trois mètres du chef ? Chercher une autre place ? Difficile dans une salle qui affiche complet depuis longtemps. Se déplacer à l’entracte ? Le concert n’en a pas… Il faut donc faire avec – ce qui n’est pas facile non plus. Juger le son global ...
Fidelio sans chef

Fidelio sans chef à Munich

Nikolaus Bachler n’a pas toujours réussi ses nouvelles productions depuis qu’il dirige l’Opéra de Munich, mais l’habilité programmatique de ce nouveau Fidelio est presque diabolique, tant tout est là pour créer l’événement : une nouvelle production d’un grand classique germanique, unissant le ténor le plus populaire du moment, une Leonore aimée du public depuis sa Senta de 2006 et le plus «scandaleux» des metteurs en scène actuels, le tout à la ...
Lohengrin, l’épreuve du temps ?

Lohengrin, l’épreuve du temps ?

C’est dans la nouvelle production de Richard Jones à Munich que Jonas Kaufmann avait fait ses débuts en Lohengrin à l’été 2009, avec un succès retentissant dont témoigne désormais le DVD : au moment où il fait ses débuts à Bayreuth dans le même rôle, cette même production est donnée pour la première fois sans lui. Aux côtés d’Anja Harteros, c’est désormais Robert Dean Smith qui endosse le T-shirt bleu qu’avait ...
Jonas Kaufmann est Lohengrin

Jonas Kaufmann est Lohengrin

Filmé à l’été 2009, à Munich, cette production du Lohengrin de Richard Wagner était prétexte à deux prises de rôle évènementielles et médiatisées : Jonas Kaufmann en Lohengrin et Anja Harteros en Elsa von Brabant. Kaufmann est rayonnant de timbre avec une voix à la beauté plastique irradiante qui ne semble pas connaître de limites en terme de tessiture et de facilités. L’artiste s’impose naturellement comme le grand Lohengrin du moment par ...
La vie sauve pour Salome

La vie sauve pour Salome

Le résumé distribué dans la salle du Teatro Real lors des représentations actuelles de Salome de Richard Strauss prend soin de le préciser : l’action a été transposée du palais d’Hérode « dans l’ambiance kitsh de l’antichambre de la salle des coffres d’un casino de Las Vegas ». Et cette transposition surprenante sur le papier fonctionne parfaitement sur scène. Le palais d’Hérode est devenu un autre lieu de plaisirs éphémères, le casino. Depuis ...
Lear, 30 ans après

Lear, 30 ans après

Il a osé ! Alors que Verdi, Britten, Berlioz et Debussy avaient été effrayés devant l’adaptation de Lear de Shakespeare, le compositeur allemand Aribert Reimann a relevé le défi et transformé l’essai. C’est le légendaire Dietrich Fischer-Dieskau qui suggéra au compositeur, qu’il avait rencontré en marge d’un festival en 1961, de s’atteler à une adaptation de la pièce. D’abord sceptique, Reinmann rejeta l’idée avant d’y songer sérieusement, suite à différentes collaborations ...
Wagner, le cauchemar de la cave au grenier

Wagner, le cauchemar de la cave au grenier

L'Or du Rhin Seconde ville d’Allemagne par sa population, Hambourg est un foyer musical majeur. Outre son opéra et sa salle de concert (la Laeiszhalle), l’intérêt de la ville pour la culture se manifeste à travers le grandiose projet de la philharmonie de l’Elbe en cours de construction sur des plans des architectes suisses Herzog et De Meuron. Cette salle sera le signal d’entrée du nouveau quartier de Hafencity qui vise ...
A la rencontre du réalisme allemand

Der Evangelimann, à la rencontre du réalisme allemand

Le compositeur autrichien Wilhelm Kienzl traîne une réputation assez réductrice d’épigone wagnérien, ayant tenté avec un succès mitigé d’appliquer les principes du maître à des sujets populaires. La parution en DVD de Der Evangelimann nous offre l’occasion de jauger à une plus juste valeur ce « petit maître ». Et avouons-le, la partition nous convainc bien davantage que son Don Quichotte un peu avare de couleurs et pâlissant devant les pages sublimes ...