La Scène, Opéra, Opéras

Tristan retrouve la scène à Munich

Plus de détails

Munich. Nationaltheater. 8-VII-2021. Richard Wagner (1813-1883) : Tristan und Isolde, opéra en trois actes sur un livret du compositeur. Mise en scène : Krzysztof Warlikowski ; décors et costumes : Małgorzata Szczęśniak. Avec : Jonas Kaufmann (Tristan) ; Mika Kares (König Marke) ; Anja Harteros (Isolde) ; Wolfgang Koch (Kurwenal) ; Sean Michael Plumb (Melot) ; Okka von der Damerau (Brangäne) ; Dean Power (Un berger) ; Christian Rieger (Un timonier) ; Manuel Günther (Un jeune marin). Chœur de l’Opéra de Bavière ; Orchestre national de Bavière ; direction : Kirill Petrenko

Pour ce Tristan, ce n’est pas tant le choix du metteur en scène, , qui justifiait les attentes des spectateurs que le double début de et dans les deux rôles-titres.

Tristan, à Munich, c’est naturellement une affaire importante, depuis la création de l’œuvre en 1865. Depuis 1998, c’était la mise en scène de Peter Konwitschny qui était à l’affiche, un spectacle fascinant dont un enregistrement vidéo garde heureusement la trace. Pour son dernier festival à la tête de l’Opéra de Munich, Nikolaus Bachler a souhaité frapper un grand coup avec cette nouvelle mise en scène.

Le metteur en scène, lui aussi, est une star qui voyage d’un bout à l’autre de l’Europe lyrique : après ses débuts fracassants, s’est bien assagi, et son Tristan est de la même veine que son Don Carlos pour l’Opéra de Paris, un travail soigné et probe, mais destiné à remplir les besoins du répertoire. La direction d’acteur est efficace, mais à mille lieues de la précision et de l’intensité de celle de Patrice Chéreau à la Scala ; le duo du deuxième acte est justement présenté comme un flot de paroles qui ne laisse pas de place à la tendresse, mais Christoph Marthaler, entre autres, avait su pour son Tristan de Bayreuth aller beaucoup plus loin dans la logique de cette logorrhée qui met les corps à distance – et avec de discrètes touches d’humour qui manquent ici complètement. Une vidéo parfaitement redondante vient doubler cette non-action, et ni le beau décor peu exploité de Małgorzata Szczęśniak, ni les créatures inhumaines du troisième acte ne suffisent à créer du théâtre et du sens. Même âgée de 23 ans, la proposition de Peter Konwitschny était bien plus vivante et pertinente que cette lisse surface brillante.

On aimerait décrire, face à ce spectacle élégant et vide, un triomphe de la musique, mais les choses ne sont pas si simples. Un roi Marke particulièrement terne () est compensé par une Brangäne () et un Kurwenal () de grand luxe ; mais ce n’est pas pour eux que le public s’est déplacé.

Si cette soirée valait la peine d’être vécue, c’est d’abord pour le Tristan de . Certes, le manque de puissance fait tomber à plat quelques passages où l’intelligence ne suffit pas, mais on n’avait jamais entendu tant de poésie, tant de délicatesse expressive, tant d’émotion pure dans ce rôle. Le défi est grand pour lui, c’est une évidence, et il est peu probable que l’exploit se répète très souvent, mais les spectateurs qui l’ont entendu s’en souviendront longtemps. , elle, souffre audiblement en Isolde : le troisième acte console avec une beauté sonore enfin retrouvée, mais les imprécations du premier acte ne passent qu’en force, au détriment du texte et du théâtre, et le duo du deuxième acte alterne entre ces deux pôles. On sait combien a apporté à l’Opéra de Munich, mais il faut bien le dire, ce rôle n’est pas pour elle. Sans doute, à vrai dire, est-elle beaucoup moins aidée par que ne l’est Kaufmann, pour qui il trouve des allègements précieux ; Harteros, elle, doit affronter l’orchestre de Petrenko dans toute sa puissance volcanique, et c’est redoutable.

Il a formellement quitté la direction musicale de l’Opéra depuis près d’un an, mais cette saison lui donnait encore le premier rôle. Pour cette dernière nouvelle production d’un mandat débuté en 2013, Petrenko choisit une perspective puissamment dramatique qui ne prend jamais le temps de s’alanguir. La sensualité et l’ivresse sonore ne sont visiblement pas ses priorités ; il y a une séduction immédiate dans ce flot musical qui avance irrésistiblement, quitte à perturber nos habitudes d’écoute. Il y manque tout de même quelque chose, un peu d’âme peut-être.

Crédits photographiques © Wilfried Hösl

(Visited 962 times, 1 visits today)

Plus de détails

Munich. Nationaltheater. 8-VII-2021. Richard Wagner (1813-1883) : Tristan und Isolde, opéra en trois actes sur un livret du compositeur. Mise en scène : Krzysztof Warlikowski ; décors et costumes : Małgorzata Szczęśniak. Avec : Jonas Kaufmann (Tristan) ; Mika Kares (König Marke) ; Anja Harteros (Isolde) ; Wolfgang Koch (Kurwenal) ; Sean Michael Plumb (Melot) ; Okka von der Damerau (Brangäne) ; Dean Power (Un berger) ; Christian Rieger (Un timonier) ; Manuel Günther (Un jeune marin). Chœur de l’Opéra de Bavière ; Orchestre national de Bavière ; direction : Kirill Petrenko

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.