À emporter, CD, Musique symphonique

Leopold Stokowski et la musique de son temps, deuxième partie

Plus de détails

Alan Hovhaness (1911-2000) : Symphonie n°1 « Exile Symphony ». Darius Milhaud (1892-1974) : Symphonie n°1 op. 210. Aaron Copland (1900-1990) : Symphonie n°2 « Short Symphony ». José Serebrier (né en 1938) : Symphonie n°1. NBC Symphony Orchestra, Houston Symphony Orchestra, direction : Leopold Stokowski. 1 CD Guild Historical GHCD2347. Code barre : 795754234725. Enregistré entre décembre 1942 et janvier 1944 au NBC Studio 8-H, New York City, et le 4 novembre 1957 au Music Hall, Houston. ADD [mono]. Notices unilingues (anglais) excellentes. Durée : 72’51.

 

À peine avions-nous commenté une excellente production Music & Arts mettant en valeur Stokowski dans trois symphonies de Chostakovitch, que nous recevions ce CD Guild où le légendaire maestro s’illustre dans quatre symphonies qui lui sont contemporaines et, parce qu’elles sont des raretés, rendent ce disque particulièrement attrayant, et en tout cas, l’un des plus importants du catalogue Guild Historical. Ces symphonies sont suffisamment courtes pour tenir toutes les quatre sur un seul CD, ce qui signifie qu’elles expriment ce qu’elles ont à dire de manière concise – celle d’ s’intitulant d’ailleurs Short Symphony n’étant pas la moins complexe.

(1882-1977) est réputé avoir dirigé plus de deux mille créations mondiales ou premières en Amérique tout au long de sa carrière, et pourtant il est rare de disposer sur CD commercial de quatre de ses créations publiques d’œuvres peu représentées en concert. Ce disque est donc pratiquement unique en son genre. Ces quatre partitions ont un rapport plus ou moins direct avec l’Amérique : et sont Américains ; est Uruguayen naturalisé Américain et écrivit sa Symphonie n°1 à New York ; est Français, mais sa Symphonie n°1 fut commandée par Frederick Stock pour son Orchestre Symphonique de Chicago.

(1911-2000), d’origine arménienne et écossaise, composa sa Symphonie n°1 «Exile Symphony» en 1936, première d’une longue série de 67, en mémoire de l’extermination d’Arméniens par les Turcs vingt ans auparavant durant la Grande Guerre ; les titres des mouvements sont suffisamment éloquents : Lament, Conflict, Triumph. L’œuvre, d’intonation souvent orientale, est d’un langage direct ; créée en Angleterre en 1939, elle reçoit ici sa première américaine le 6 décembre 1942 à New York, exécution d’autant plus précieuse qu’elle présente la version originale de l’œuvre : la deuxième partie, Conflict, sera ensuite complètement réécrite. L’hommage d’Alan Hovhaness envers le chef d’orchestre est suffisamment éloquent : « a été un miracle dans ma vie. Il fut le premier chef à exécuter une de mes œuvres majeures aux États-Unis … il n’y a pas de mots pour exprimer ma gratitude envers ce grand musicien et ce grand homme.»

La Symphonie n°1 op. 210 de (1892-1974), première d’une série de douze dont on peut trouver une excellente intégrale chez CPO, fut composée en 1939 pour honorer une commande de Frederick Stock et son Orchestre Symphonique de Chicago dont on fêtait le 50e anniversaire. Cette partition poignante qui permit à Milhaud de se réfugier aux USA, est l’une de ses plus belles réussites ; Stokowski en donna la première exécution new yorkaise qui nous est offerte ici, le 21 mars 1943.

La musique d’Aaron Copland (1900-1990), souvent associée aux vastes espaces américains en une expression plutôt directement accessible, ne craint pas d’être parfois d’une complexité redoutable : c’est le cas de cette Short Symphony (1933), la deuxième de trois dans le catalogue du compositeur, qui malgré sa brièveté (15 minutes), donna du fil à retordre non seulement à Copland qui mit deux années à l’élaborer, mais aussi à des chefs tels que Koussevitzky et Stokowski qui durent à plusieurs reprises en annuler l’exécution faute de répétitions suffisantes. L’œuvre qui flirte avec le sérialisme fut finalement créée à… Mexico en décembre 1934 sous la baguette de Carlos Chávez ; toutefois Stokowski, persévérant, finit par en donner la première aux USA le 9 janvier 1944, exécution proposée ici.

(né en 1938) ne nous est certes pas inconnu, puisqu’il fut l’assistant chef d’orchestre de Stokowski, notamment dans les premiers enregistrements légendaires d’œuvres symphoniques de Charles Ives chez CBS. Et c’est précisément suite à l’impossibilité de créer, le 4 novembre 1957 à Houston, la Symphonie n°4 de Ives, que Stokowski choisit en lieu et place la Symphonie n°1 en un mouvement (1956) de Serebrier, écrite à l’âge de 17 ans par un compositeur encore inconnu à l’époque… Si la partition, sorte de vaste passacaille, ne peut être comparée aux trois œuvres matures précédentes, elle est toutefois digne d’intérêt, et en tout cas elle est le témoignage d’un Stokowski toujours soucieux à 75 ans de découvrir de jeunes talents musicaux.

Plus de détails

Alan Hovhaness (1911-2000) : Symphonie n°1 « Exile Symphony ». Darius Milhaud (1892-1974) : Symphonie n°1 op. 210. Aaron Copland (1900-1990) : Symphonie n°2 « Short Symphony ». José Serebrier (né en 1938) : Symphonie n°1. NBC Symphony Orchestra, Houston Symphony Orchestra, direction : Leopold Stokowski. 1 CD Guild Historical GHCD2347. Code barre : 795754234725. Enregistré entre décembre 1942 et janvier 1944 au NBC Studio 8-H, New York City, et le 4 novembre 1957 au Music Hall, Houston. ADD [mono]. Notices unilingues (anglais) excellentes. Durée : 72’51.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.