La Scène, Opéra, Opéras

La Périchole d’Offenbach, trop sérieux, s’abstenir !

Plus de détails

Nantes. Théâtre Graslin. 11-XII-2009. Jacques Offenbach (1819-1880) : La Périchole, opéra bouffe en 3 actes sur un livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy. Mise en scène : Bérangère Jannelle. Décors : Stéphane Pauvret. Costumes : Laurence Chalou. Lumières : Christian Dubet. Avec : Stéphanie d’Oustrac, La Périchole ; Martial Defontaine, Piquillo ; Franck Leguérinel, Don Andres de Ribeira ; Erick Freulon, Miguel de Panatellas ; Mathias Vidal, Pedro de Hinoyosa ; Karine Godefroy, Guadelina & Manuelita ; Cécile Galois, Berginella & Ninetta ; Julie Pasturaud, Mastrilla, Brambilla & Frasquinella. Chœur d’Angers Nantes Opéra (chef de chœur : Xavier Ribes), Orchestre National des Pays de la Loire, direction musicale : Stéphane Petitjean

Angers Nantes Opéra a pris l’habitude, pour les fêtes de fin d’année, de nous présenter un ouvrage léger confié à une jeune metteur en scène : L’Etoile revisitée dans les grands magasins Ouf par , La Belle Hélène transposée par dans l’univers d’Hollywood, et désormais La Périchole imaginée par Bérangère Jannelle et créée en début d’année à Lille. Il est difficile de croire que celle-ci signe sa première mise en scène lyrique, tant elle maîtrise déjà deux qualités fondamentales : l’intuition du détail qui fait mouche et la précision de la direction d’acteurs. Ce spectacle regorge d’agréables trouvailles, poétiques et comiques. Malheureusement, la réalisatrice les réserve aux premiers rôles et maintient le plus souvent les comparses dans une convention bien appuyée. Et puis ce kitsch assumé, dans le dispositif scénique et les costumes finit par lasser par son accumulation. Ce Pérou de pacotille nous réjouit d’emblée mais nous ennuie parfois. Ceci ne nous empêche pas de rire et de passer de forts agréables moments.

La distribution vocale enlève notre adhésion sans réserve. Un an après La Belle Hélène, Stéphanie d’Oustrac confirme sa verve comique et son aisance scénique. Elle trouve ici, de plus, un rôle qui lui sied vocalement à merveille, s’inscrivant parfaitement dans ses meilleures notes. L’émotion de l’air de la lettre, abordé avec d’indicibles raffinements, le dispute à la cocasserie de celui de l’ivresse. La mezzo signe une prestation de grand chic. , en Piquillo, lui offre une réplique séduisante et stylée, son ténor d’essence légère s’épanouissant dans l’aigu. Enfin, , comédien né et habitué de la scène nantaise, s’impose dans le vice-roi avec une réjouissante composition scénique de tyran de pacotille et des moyens vocaux bien supérieurs à l’exigence du rôle. Il est plus difficile d’apprécier la prestation vocale de comparses souvent contraints de charger leur rôle.

Le chef ne craint pas d’affirmer son goût pour le répertoire léger et le défend avec conviction et talent. Il laisse s’épanouir le rythme et la mélodie, soutient attentivement les chanteurs et conduit un convaincant Orchestre national des Pays de Loire avec enthousiasme et équilibre. Les chœurs, admirablement réglés scéniquement, participent avec enthousiasme à cette production roborative, parfait antidote contre la morosité du climat.

Crédit photographique : Stéphanie d’Oustrac (La Périchole) © Jef Rabillon / Angers Nantes Opéra

 

Plus de détails

Nantes. Théâtre Graslin. 11-XII-2009. Jacques Offenbach (1819-1880) : La Périchole, opéra bouffe en 3 actes sur un livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy. Mise en scène : Bérangère Jannelle. Décors : Stéphane Pauvret. Costumes : Laurence Chalou. Lumières : Christian Dubet. Avec : Stéphanie d’Oustrac, La Périchole ; Martial Defontaine, Piquillo ; Franck Leguérinel, Don Andres de Ribeira ; Erick Freulon, Miguel de Panatellas ; Mathias Vidal, Pedro de Hinoyosa ; Karine Godefroy, Guadelina & Manuelita ; Cécile Galois, Berginella & Ninetta ; Julie Pasturaud, Mastrilla, Brambilla & Frasquinella. Chœur d’Angers Nantes Opéra (chef de chœur : Xavier Ribes), Orchestre National des Pays de la Loire, direction musicale : Stéphane Petitjean

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.