Mot-clef : Franck Leguérinel

Le retour du Postillon de Lonjumeau à l’Opéra-Comique

Le retour du Postillon de Lonjumeau à l’Opéra-Comique

Créé en 1836 à l'Opéra-Comique, Le Postillon de Lonjumeau, qui revient aujourd'hui à Paris, fut un triomphe mondial jusqu'à la fin du XIXe siècle, puis tomba complètement dans l'oubli. Il fallut, pour pouvoir entendre l’œuvre d'Adolphe Adam tout au long des cent années suivantes, rester à l’affût et voyager beaucoup, ne serait-ce que dans la bonne ville de Longjumeau, qui le mit à l'honneur au début des années 2000. Conformément à ...
La Belle Hélène©C2images pour Opéra national de Lorraine (10)

La Belle Hélène un peu trop sage de Nancy

Après Barkouf à Strasbourg, l’Opéra national de Lorraine propose à son tour son spectacle de fin d’année, tout en inaugurant l’année du bicentenaire de la naissance d’Offenbach, avec la bien plus classique Belle Hélène.  Avec Werther à Nancy en mai dernier, le metteur en scène Bruno Ravella a montré son affinité avec l’âme romantique et su faire naître sur scène l’émotion et la vérité des sentiments. Lui proposer pour les fêtes de ...
ONB_MAROUF_©Vincent_Bengold_071

Le brillant retour de Mârouf d’Henri Rabaud à Bordeaux

Soyons francs : Mârouf, savetier du Caire est un petit chef d’œuvre, bijou d’humour et de raffinement dans lequel Henri Rabaud se montre l’égal de ses contemporains amateurs d’exotisme orchestral, qu’ils se nomment Vincent d’Indy (Istar), Florent Schmitt (La Tragédie de Salomé) ou Paul Dukas (La Péri). C’est dire le bonheur de retrouver, dans l’admirable écrin du théâtre de Victor Louis à Bordeaux, la délicieuse production de Jérôme Deschamps déjà ...
VeuveJoyeuse2

Reprise de La Veuve Joyeuse pour la rentrée de l’Opéra de Paris

Manque de précision évident à de nombreux moments et à plusieurs niveaux, mise en scène bien trop disproportionnée pour combler cette grande salle de l’Opéra Bastille, un plateau vocal qui peine à arriver jusqu’à nos oreilles : les bulles de champagne de La Veuve Joyeuse en version allemande pétillent grâce aux chorégraphies énergiques et spectaculaires de Laurence Fanon et à la qualité des mélodies de Franz Lehár, mais ne nous font ...
FANTASIO

Jacques Offenbach

opera-comique en trois actes sur un livret de Paul de Musset
cree a l'Opera Comique en 1872

direction musicale Laurent Campellone 
mise en scene Thomas Jolly
collaborateur artistique Alexandre Dain 
decors Thibaut Fack 
costumes Sylvette Dequest 
lumieres Antoine Travert et Philippe Berthome

assistant direction musicale Claire Levacher 
assistant mise en scene Katja Krueger 
assistant mise en scene pour le choeur Pier Lamande 
assistant creation costumes Magali Perrin Toinin 
chef de Chant Martin Surot 
chef de choeur Mathieu Romano

Fantasio Marianne Crebassa
Le roi de Baviere Franck Leguerinel 
La princesse Elsbeth Marie-Eve Munger 
Le prince de Mantoue Jean-Sebastien Bou 
Marinoni Loic Felix 
Flamel Alix Le Saux 
Sparck Philippe Estephe 
Facio Enguerrand de Hys 
Max Kevin Amiel 
Hartmann Flannan Obe 
Rutten, le tailleur, le garde Suisse Bruno Bayeux

choeur Choeur Aedes
orchestre Orchestre Philharmonique de Radio France

production Opera Comique
coproduction Grand Theatre de Geneve, Opera de Rouen - Normandie, Opera national de Montpellier, Croatian National Theater in Zagreb
corealisation Theatre du Chatelet 

editeur d'apres l'edition critique de Jean-Christophe Keck OEK - Boosey & Hawkes-Bote & Bock, Berlin

Le Fantasio tendre et enchanteur de l’Opéra-Comique

Des travaux retardés ? Peu importe puisque pour le lancement de la nouvelle saison de l’Opéra-Comique, le public avait rendez-vous au Théâtre du Châtelet afin d’assister à la première représentation de Fantasio. Dans un univers sombre tout autant que féérique, menée d’une main de maître par Laurent Campellone et Thomas Jolly, cette nouvelle production révèle une musique bien moins fantasque que celle à laquelle nous a accoutumé le brillant amuseur du ...

Un Médecin malgré lui de bonne tenue à Genève

Match Molière contre Gounod : 1-0. Avec Le Médecin malgré lui, curiosité lyrique de Charles Gounod basée sur la célèbre comédie de Molière, le Grand Théâtre de Genève propose un spectacle de bonne tenue grâce à une mise en scène fine et enlevée de Laurent Pelly. En 1857, Charles Gounod mettait la dernière main à son Faust. Il y travaillait depuis de nombreuses années, et sa première au Théâtre-Lyrique était prévue ...
orphee-aux-enfers_credits-opera-national-de-lorraine

Finesse musicale contre embonpoint scénique pour Orphée aux Enfers

Retour aux fondamentaux à Nancy avec Offenbach et son Orphée aux Enfers pour les festivités de fin d’année. Las ! L’excellence musicale du spectacle s’y trouve handicapée par une mise en scène aux semelles de plomb. Pourtant, tout commence plutôt bien avec le remarquable décor de Clement & Sanôu, reconstitution minutieuse du hall d’un grand hôtel à la décoration Art déco, où le metteur en scène Ted Huffman a choisi de dérouler ...
LES MOUSQUETAIRES AU COUVENT

Les mousquetaires s’aventurent au couvent, et J. Deschamps aussi

Pour clôturer huit années de mandat en tant que directeur de l’Opéra-Comique, Jérôme Deschamps a choisi, non pas un opéra, ni un opéra-comique, mais une opérette, résumant ainsi son attachement à un répertoire spécifiquement français. Lors de sa création aux Bouffes-Parisiens le 16 mars 1880, l’opérette a connu un franc succès. L’œuvre a hissé au sommet du podium son compositeur Louis Varney, jusqu’alors caché derrière son père, chef d’orchestre célèbre : le ...
LA CHAUVE-SOURIS

La Chauve-Souris en français ouvre la 300e saison de l’Opéra-Comique

L’Opéra-Comique, qui fête ses 300 ans, frappe fort. Défenseur de l’art du chant français, il présente, pour l’ouverture de cette saison phare, une Chauve-souris en français par des chanteurs de premier ordre. Cette nouvelle production est réjouissante sur tous les plans, faisant transparaître le travail minutieux entre tous les collaborateurs. D’abord, le nouveau texte français de Pascal Paul-Harang, qui insiste sur l’intelligibilité en tenant compte de la spécificité du chant ...
COSI FAN TUTTE Opéra de Tours

L’évidence de Cosi fan tutte par Gilles Bouillon et Jean-Yves Ossonce

Pour cette nouvelle production de Cosi fan tutte à l’Opéra de Tours, Jean-Yves Ossonce a fait appel à son fidèle complice, Gilles Bouillon. Il en a résulté, comme souvent avec ces deux maîtres d’œuvre, un spectacle abouti avec, pour le spectateur, le sentiment d’un réel travail d’équipe. Gilles Bouillon ne vise pas la relecture mais s’efforce de fluidifier le déroulement de l’ouvrage et de mettre en évidence les sentiments des personnages. ...
Viva_La_Mama 4  © Williams Bonbon - Metz Métropole

Viva la Mamma à Metz

Viva la Mamma, ou Le convenienze ed inconvenienze teatrali, fait partie de ces ouvrages dits « méta-opératiques », qui mettent en scène la vie des coulisses du théâtre et toutes les circonstances pouvant compromettre le bon déroulement, voire la réalisation, d’un spectacle lyrique en préparation. Dans le genre, on pourra également citer parmi les fleurons d’une longue liste Der Schauspieldirektor de Mozart, Prima la musica e poi le parole de ...
P18-CULT_1429-FORTUNIO_GJE-01

Le charme si français de Fortunio à Rennes

La très belle production proposée par l’Opéra Comique en 2009 a permis de remettre en évidence les mérites de la partition de Messager qui allie simplicité et sophistication, élégance et passion. Le compositeur y fait preuve d’une belle patte mélodique et d’une réelle science de l’orchestration qui confèrent au genre léger de la comédie lyrique ses lettres de noblesse. Aussi c’est avec joie que nous accueillons cette nouvelle réalisation coproduite ...
MAROUF, SAVETIER DU CAIRE crédit photo Pierre Grosbois

Mârouf, délicieux cairote cake

L'Opéra Comique poursuit l'exploration de son patrimoine, mais Mârouf, l'un des plus grands succès de la salle Favart, ravive des souvenirs moins glorieux. Le nom d'Henri Rabaud reste entaché de sa responsabilité dans l'exclusion des élèves et professeurs juifs du Conservatoire, qu'il dirigeait en 1940. De l’œuvre elle-même, on pouvait craindre un pittoresque d'exposition coloniale ou un humour qui sent le rance. Ce n'est pas le cas, puisque le livret ...
fribourgmamma

Viva la Mamma à Fribourg ou l’opéra en son miroir

L’opéra qui se gausse de lui-même fait un bon ressort comique, efficace à défaut d’être fondamentalement original. Lorsqu’il donne à lire ses propres codes, qu’il se rit de leurs hermétismes avec mordant, il nous rappelle que rien n’y est naturel, que tout n’est que fiction, portée par le chant. A Fribourg, le Viva la Mamma (1827) de Donizetti, donné pendant les fêtes, thématise sa propre fiction et se joue de son ...
angers_vieparisienne012

La vie parisienne à Angers, que du bonheur!

Ce spectacle en coproduction, inauguré au mois de décembre 2009 à Nancy, arrive à Nantes et Angers avec une distribution presque entièrement renouvelée. Au contraire de notre collègue Michel Thomé qui avait alors manifesté ses réserves sur la mise en scène, nous nous sommes laissés emporter par le rythme d’un spectacle particulièrement roboratif. L’engagement interprétatif supérieur de la nouvelle équipe de comédiens-chanteurs y a sans doute significativement contribué. La mise ...
Les Dieux d’Hollywood

La Belle Hélène à Strasbourg, les Dieux d’Hollywood

Le metteur en scène Calchas enrage. Pour le nouveau péplum qu’il réalise, les moyens que lui octroie le producteur Ménélas sont vraiment trop limités. Pourtant Ménélas est l’époux de la star Hélène, la vedette du film, et l’ami du politicien Agamemnon ! D’ailleurs, ce dernier souhaite renouveler le genre trop sclérosé et découvrir un nouveau talent pour le rôle du jeune premier. Ce sera le figurant Pâris… Dans cette Belle Hélène, créée ...
Un barbiere di qualita !

Nantes : Un barbiere di qualita !

Le Barbier de Séville En raison des travaux entrepris au Théâtre Graslin, c’est dans le cadre inhabituel du Grand T que s’ouvre la saison nantaise, le public de théâtre se joignant pour l’occasion à celui de l’opéra. Frédéric Bélier-Garcia visite ce grand classique du répertoire avec une grande fidélité à l’esprit, une constante bonne humeur et beaucoup d’imagination visuelle. L’habile dispositif scénique de Jacques Gabel comme les costumes oscillent entre le ...
Trop sérieux, s’abstenir !

La Périchole d’Offenbach, trop sérieux, s’abstenir !

Angers Nantes Opéra a pris l’habitude, pour les fêtes de fin d’année, de nous présenter un ouvrage léger confié à une jeune metteur en scène : L’Etoile revisitée dans les grands magasins Ouf par Emmanuelle Bastet, La Belle Hélène transposée par Mariame Clément dans l’univers d’Hollywood, et désormais La Périchole imaginée par Bérangère Jannelle et créée en début d’année à Lille. Il est difficile de croire que celle-ci signe sa première ...
Pelly le magnifique !

Pelly le magnifique !

Le roi malgré lui Le travail du metteur en scène Laurent Pelly se reconnaît au bout de quelques minutes, comme on identifie du Modiano en peu de pages, du Tarantino en une poignée de secondes. Son art malicieux et pertinent des juxtapositions d’univers, des anachronismes réussis et du pastiche subtil, qu’il décline depuis Orphée aux Enfers, (sa première production au Grand Théâtre de Genève en 1998), fait toujours merveille. Sa mise ...
La revanche du théâtre sur l’opéra

La Périchole à Lille, la revanche du théâtre sur l’opéra

Après des Noces de Figaro exceptionnelles, l’Opéra de Lille remet le couvert avec une comédie qui fait la part belle au théâtre : la Périchole. Souvent donné pour sa conjugaison singulière du burlesque et du tragique, le sujet socio-politico-romanesque n’en demeure pas moins un prétexte. En effet, les projecteurs ne semblent tournés ni vers la musique, ni vers l’intrigue, mais vers les acteurs. Dans un Pérou onirique, où le drame commence aussi ...
Jubilatoire !

La Belle Hélène à Nantes : Jubilatoire !

C’est avec un plaisir certain que nous retrouvons à Nantes cette production de La Belle Hélène créée à Strasbourg pour fêter la fin d’année 2006. En effet, Mariame Clément a réussi une transposition cohérente et savoureuse dans le Hollywood des années 20. Hélène est une star du muet, Ménélas son mari et producteur, et Pâris un ambitieux figurant, sûr de sa séduction. Les gags s’enchaînent avec un rythme soutenu et ...
Enthousiasme et énergie de la jeunesse

Le Barbier de Séville à Nancy, enthousiasme et énergie de la jeunesse

Avec une distribution en partie renouvelée, la reprise de la production de 2005 de l’opéra le plus célèbre de Gioachino Rossini a de nouveau réussi à faire salle comble à Nancy, jusqu’au dernier des strapontins, avec le plaisir d’y constater la présence de nombreux enfants et adolescents visiblement ravis. Le très réussi décor de Emmanuel Clolus figure la demeure du Docteur Bartolo, véritable donjon défensif où est enfermée la malheureuse Rosine. ...
Festif, avant tout !

Le Comte Ory, festif avant tout !

Alors que le marché de Noël bat son plein Place Royale, le Théâtre Graslin nous offre une nouvelle production parfaitement adaptée à l’esprit des fêtes de fin d’année. Le Comte Ory est un ouvrage heureux, sans prétentions, jouant de mélodies charmantes et d’une orchestration joyeuse ; un ouvrage qui garantit le succès d’un spectacle, pour peu qu’on évite la tentation d’une relecture impossible comme celle d’une trivialité grossière. Frédéric Bélier Garcia, ...
La jeunesse triomphe toujours

L’Elixir d’amour à Tours, la jeunesse triomphe toujours

En ouverture de sa saison lyrique, l’Opéra de Tours nous propose une production de l’Elisir d’amore créée à Savone en 2002 et récemment reprise à Montpellier puis à Toulon. Avouons-le, si ce spectacle se déguste avec un plaisir évident, il n’impose pas un parti marquant. Plus qu’une conception, Davide Livermore nous propose en effet une imagerie mouvante et colorée, en s’inspirant clairement du cinéma fellinien, dont les plus célèbres personnages ...
Un barbier égorgé

Un barbier égorgé à Tours

Il barbiere di Siviglia La musique de Gioachino Rossini accepte la médiocrité, mais ne la tolère pas plus pour autant. Un carnage musical et un non-sens vocal ne peuvent en rien remplacer la surenchère d’effets comiques. La mise en scène de Gilles Bouillon est sobre, voire parfois intelligemment agencée : une maison miniature au centre de la scène figure le lieu où Bartolo retient Rosina, et une fenêtre suspendue la jalousie où ...
La Cenerentola

La Cenerentola à Nantes, écrin charmant pour conte de fée poétique

Le rideau s’ouvre sur une image onirique, très poétique : nous sommes à la fois dans la chambre d’Angelina, la Cenerentola du titre, celle d’une jeune fille à peine sortie de l’enfance, poupées et peluches, et dans une forêt enchantée, peuplée de cigognes, de créatures enchantées et de personnages de contes de fées. Angelina est plongée dans un livre, vautrée sur son lit en compagnie de ses deux sœurs qui ne ...
Le roi s’amuse ...

Emmanuel Chabrier à Lyon : le roi s’amuse…

Le rideau s'ouvre sur une scène quasiment nue. Les personnages, en costume de ville, apparaissent tour à tour, stupéfaits. Visiblement, ils ont oublié que c'était le jour de la représentation. Trois appariteurs en blouse grise vont s'affairer et s'employer à mettre tout ce petit monde en place, apportant accessoires et costumes, faisant entrer et sortir les choristes, indiquant les gestes à faire aux protagonistes. On s'inquiète, Laurent Pelly aurait-il décidé ...
Divertimento alla Veneziana

La Vedova Scaltra d’Ermanno Wolf-Ferrari

Que connaît-on de la production lyrique italienne du tournant du siècle ? Entre les derniers Verdi, l’œuvre de Puccini, Leoncavallo ou Mascagni, les ultimes avatars post-véristes de Zandonai, Montemezzi ou Alfano et la renaissance symphonique de Respighi ou Casella la figure d’Ermanno Wolf-Ferrari paraît tel un météorite, une île isolée de sa lagune vénitienne natale. Le personnage, protéiforme, est à l’image de sa musique. Tiraillé entre ses origines germano-italiennes — il partagé ...
Il pleure dans les cœurs comme il neige sur la ville…

Il pleure dans les cœurs comme il neige sur la ville…

Werther Robert Cantarella, le metteur en scène, homme de théâtre avant tout (c’est là sa première mise en scène d’opéra), résume ainsi l’histoire : « Werther voit Charlotte. Il tombe en amour et en meurt. » Selon lui, le chant distille ici « un acide inquiétant qui dissout les espoirs d’une autre vie, d’un amour fou. » Si bien que , dit-il encore, cet opéra « verse dans la catégorie des œuvres entêtantes et fondamentales en décrivant ...
Les joyeux compères de Windsor

Les joyeux compères de Windsor

Un autre visage pour « Falstaff » La plupart des théâtres lyriques français ignorent les ouvrages lyriques d’Otto Nicolaï (1810-1849). Les Joyeuses Commères de Windsor, son opus le plus populaire, est régulièrement à l’affiche des scènes de langue allemande. Angers délaisse à raison le répertoire traditionnel des divertissements obligés de fin d’année — Fille de Madame Angot, et autres Auberge du Cheval Blanc ! Et joue judicieusement la carte de l’originalité en ...