À emporter, CD, Musique symphonique

Manfred Honeck rate son Tchaïkovsky

Plus de détails

Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) : Symphonie n°5 en mi mineur op. 64. Pittsburgh Symphony Orchestra, Manfred Honeck (direction). 1 Cd Exton. Référence : OVCL-00442. Code barre 4526977004439. Enregistré le 12 mai 2006 au Heinz Hall à Pittsburgh. Notice bilingue (anglais, japonais), Durée 46’04

 

Après avoir particulièrement convaincu dans Mahler, le chef d’orchestre autrichien se lance dans la Symphonie n°5 de Tchaïkovski. Cette partition fait partie des pages les plus enregistrées de l’histoire du disque et voici que, pour une raison qui nous échappe, le label Exton décide d’immortaliser l’indéfendable interprétation donnée par lors d’un concert à la tête du il y a cinq ans… Captée pour la radio, cette exécution n’était pas destinée à la publication et aurai effectivement dû reposer en paix dans les archives. Si l’on sait le compositeur auteur d’une Symphonie Manfred, on parlera pour ce disque d’une « Symphonie  » tant il est difficile de déterminer ce qu’il reste ici de la partition et du message originel de Tchaïkovski.

Qu’a-t-il bien pu se passer dans la tête du chef le 12 mai 2006 pour qu’il en vienne à maltraiter ainsi cette œuvre ? De sa baguette mal inspirée, il change de tempo ad nauseam sans que rien ne le justifie -voire ne le permette. Les montagnes russes métronomiques dans lesquelles il nous entraîne frôlent à ce point le grotesque que l’on croit parfois à une farce. La musique s’en trouve tordue comme dans un miroir déformant et l’architecture générale –on ne peut plus bancale- s’effondre totalement. Si le grand Mravinsky se permettait d’audacieux effets de rubato (écoutez la version publiée par Deutsche Grammophon), il ne tombait jamais dans le kitsch que Honeck confond avec l’expression de l’âme slave. Ceux qui écouteront tout le disque boiront le calice jusqu’à la lie dans un finale ridiculement pompier. Bien que la phalange américaine possède des capacités techniques qui lui offrent des possibilités presque infinies, le chef n’exploite pas les vrais contrastes de la partition et se complait dans une expressivité quasi nulle et des effets de manche d’une facilité vulgaire.

On préfère largement entendre Manfred Honeck dans des partitions qu’il maîtrise autrement : les Symphonies n°1, n°3 et n°4 de Mahler.

Plus de détails

Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) : Symphonie n°5 en mi mineur op. 64. Pittsburgh Symphony Orchestra, Manfred Honeck (direction). 1 Cd Exton. Référence : OVCL-00442. Code barre 4526977004439. Enregistré le 12 mai 2006 au Heinz Hall à Pittsburgh. Notice bilingue (anglais, japonais), Durée 46’04

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.