bandeau RES MUSICA

La vie parisienne à Angers, que du bonheur!

La Scène, Opéra, Opéras

Angers. Le Quai. 08-I-2012. Jacques Offenbach (1819-1880) : La vie parisienne, opéra-bouffe en 4 actes sur un livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy. Mise en scène : Carlos Wagner. Décors : Rifail Ajdarpasic & Ariane Isabell Unfried. Costumes : Patrick Dutertre. Lumières : Marie Nicolas. Avec : Amel Brahim-Djelloul, Gabrielle ; Marc Mauillon, Bobinet ; Christophe Gay, Raoul de Gardefeu ; Emilie Pictet, Métella ; Franck Leguérinel, le Baron de Gondremarck ; Sophie Angebault, la Baronne ; Bruno Comparetti, le Brésilien ; François Piolino, Frick ; Christophe Mortagne, Prosper ; Catherine Dune, Pauline ; Eric Vrain, Urbain. Chœur d’Angers Nantes Opéra (direction : Sandrine Abello), Orchestre National des Pays de la Loire, direction : Claude Schnitzler

Ce spectacle en coproduction, inauguré au mois de décembre 2009 à Nancy, arrive à Nantes et Angers avec une distribution presque entièrement renouvelée. Au contraire de notre collègue Michel Thomé qui avait alors manifesté ses réserves sur la mise en scène, nous nous sommes laissés emporter par le rythme d’un spectacle particulièrement roboratif. L’engagement interprétatif supérieur de la nouvelle équipe de comédiens-chanteurs y a sans doute significativement contribué. La mise en scène est fluide, émaillée d’heureuses trouvailles et joliment rythmée, même si elle succombe parfois à la charge, risque au demeurant fréquent dans un tel ouvrage. Et puis ce décor en forme de piliers de Tour Eiffel interprétés en dentelle noire, surmonté de la grande horloge de la gare Saint-Lazare, a conservé sa séduction, et les interventions chorégraphiques réglées par Ana Garcia ne manquent pas de poésie.

On retrouve à la baguette , soucieux d’effet plus de subtilité, mais notre attention se porte avant tout sur les interprètes vocaux, avec un coup de cœur pour la Métella aguichante et fort bien chantante d’, dotée d’un timbre cristallin et d’une parfaite musicalité. La gantière d’ mène le jeu avec une voix affirmée et un grand chic scénique. en fait beaucoup dans Pauline, au contraire de , plus effacée et dont la diction nous a paru perfectible.

Côté masculin, nous retrouvons avec plaisir , habitué de la maison, qui déploie sa vis comica habituelle. et forment un duo efficace, bien assorti et très drôle. cherche son souffle dans l’air du Brésilien brillamment conclu toutefois, avant de réaliser un numéro désopilant au dernier acte. excelle toujours dans les rôles de caractère et , artiste des chœurs d’Angers Nantes Opéra, remporte un succès mérité en composant un parfait abruti.

Nous l’avons dit, tous les gags ne sont pas du meilleur goût, mais le résultat est efficace : le public rit généreusement, frappe des mains pendant le cancan et réserve un triomphe aux protagonistes. Ce spectacle de fêtes a donc atteint son objectif.

Crédit photographique : © Jef Rabillon

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.