La Scène, Opéra, Opéras

Rare Deidamia par Karina Gauvin

Plus de détails

Brunswick. Staadtheater. 26-I-2012. Georg Friedrich Haendel (1685-1750) : Deidamia, opéra en trois actes sur un livret de Paolo Antonio Rolli. Version de concertant. Avec : Karina Gauvin, Deidamia ; Marie-Claude Chappuis, Ulisse ; Roberta Mameli, Nerea ; Klara Ek, Achille ; Johannes Weisser, Fenice ; Antonio Abete, Licomede. Orchestre Il Complesso Barocco, direction Alan Curtis

Comme nous le rappelle Donna Leon (écrivaine de policiers, mécène de l’ensemble et amoureuse de la musique de Haendel) introduisant l’œuvre en anglais, Deidamia traite de l’héroïsme masculin dans la Grèce antique en mettant en scène des protagonistes tels que Achille ou Ulysse ; sujet bien connu des contemporains de Haendel, ce dernier s’essayant une dernière fois à la composition d’opéra avant de se tourner définitivement vers l’oratorio.

Achille, afin d’échapper à une mort prédite, est contraint de se dissimuler sous les traits d’une jeune femme. Lors de cet exil, il vit une passion amoureuse avec Deidamia. Mais Ulysse, qui a besoin de son aide pour sauver le peuple grec, finit par le démasquer en usant d’un « fin » subterfuge. Deidamia, délaissée est effondrée. Finalement le héros n’est pas celui qu’on croit, il s’agit d’une femme : Deidamia qui devient une héroïne tragique ; une façon peut être pour le compositeur d’annoncer la fin du genre de l’opéra seria héroïque masculin. D’ailleurs l’interprétation qu’en a donné le chef et ses chanteurs, suit cette idée : Deidamia se mue au fil de l’œuvre en grande tragédienne quand son amant Achille, le prétendu héros, reste immature et martial, se prenant à rêver d’être un grand guerrier. Il semble d’ailleurs avoir été ignoré par le compositeur à la fin de l’opéra lorsque Deidamia chante le seul duo de l’ouvrage non pas avec lui mais avec un autre personnage: Ulysse.

Notons qu’ a déjà enregistré l’œuvre il y a 10 ans avec un certain succès grâce à une distribution de haute volée regroupant notamment les brillantes et très inspirées et . Le cast réuni pour ce concert se révèle bien différent surtout au regard du rôle titre : là où tirait le rôle vers l’aigu, affiche une voix plus centrale et ronde autour d’un medium solide et riche, ces mêmes qualités tant appréciées dans le rôle de Cleopâtre au TCE à Paris. Délicat et ravissant air du rossignol « Nasconde l’usignol », déchirant « Se’l timore » où les notes se meurent. Véhément « Va perfido » accompagné de ses difficultés techniques passées avec brio. Citons encore l’air « M’hai resa infelice » dont les tempos contrastés ont eu un effet saisissant. Elle dote son héroïne d’une grande force dramatique évolutive qui contraste avec la caractérisation plus simpliste des autres personnages.

Son amant Achille amuse par sa légèreté ainsi que par sa fraîcheur juvénile, il est admirablement chanté par la fougueuse soprano au timbre clair-obscur, qui brûle les planches et enflamme la salle notamment dans un sensationnel « Ai Greci ». , de sa voix claire et sonore, campe un Ulysse passionnant. Certes, elle ne possède pas toute la palette de couleurs d’une Bonitatibus, mais compense aisément par son investissement vocal et scénique, conférant à son personnage une certaine grandeur qui inspire le respect (son vêtement de chevalier aidant). Elle a fait notamment forte impression dans l’air « No, quella beltà non amo ». En confidente de Deidamia, a offert à son personnage la grande homogénéité d’un instrument particulièrement long à la technique baroque aguerrie, venant à bout des redoutables changements de registres de son tout premier air « Diè lusinghe ». Déjà remarquée lors de l’opéra Teuzzone de Vivaldi à Versailles, il faut désormais la compter parmi les grandes sopranos baroques du moment ! Ce quatuor de sopranos à priori fort semblables sur le papier s’est révélé bien surprenant en affichant des différences de timbre peu commun, chacune contrastant avec les autres, favorisant ainsi la caractérisation distincte des personnages ainsi que la clarté de l’œuvre. Quatre tempéraments bien trempés idéalement distribués !

Dans les rôles secondaires, , sensuel et enflammé dans son air « Presso ad occhi esperti già » a fait valoir son beau timbre de baryton-basse. Quant à , seul rescapé du disque et père chevrotant de notre héroïne, il suscite l’attention dans le très poétique « Nel riposo ».

Cette Deidamia, très rarement donnée (certainement dû à un intrigue plutôt faible), est heureusement porté par des solistes de premier ordre, même si l’orchestre n’apporte pas toujours une réponse à la mesure de l’engagement exceptionnel des chanteurs, l’œuvre passe du statut d’opéra seria à priori banal à celui de tragédie grecque grâce à la Deidamia éminemment dramatique de la soprano canadienne . Hasard du calendrier, l’œuvre sera très bientôt mise en scène à Amsterdam. Affaire à suivre.

Plus de détails

Brunswick. Staadtheater. 26-I-2012. Georg Friedrich Haendel (1685-1750) : Deidamia, opéra en trois actes sur un livret de Paolo Antonio Rolli. Version de concertant. Avec : Karina Gauvin, Deidamia ; Marie-Claude Chappuis, Ulisse ; Roberta Mameli, Nerea ; Klara Ek, Achille ; Johannes Weisser, Fenice ; Antonio Abete, Licomede. Orchestre Il Complesso Barocco, direction Alan Curtis

Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.