Banniere-ClefsResmu-ok

Dictionnaire de la musique finlandaise : Lettre J

Aller + loin, Dossiers, Histoire de la Musique, Musicologie

Beaucoup de musiques ont structuré la vie musicale très fébrile d’Helsinki et des provinces finlandaises. Presque toutes sont tombées dans l’oubli, quelques-unes, peut en réalité, font parties du patrimoine autochtone voire international. Ces réalisations perdues, copiées ou négligées méritent de laisser quelques traces dans l’histoire de la musique occidentale. Pour accéder au dossier : Dictionnaire de la musique finlandaise

 

JAATINEN, Melis (née en 1982). Mezzo-soprano.

Melis Jaatinen débute ses études de chant avec le professeur Barbro Marklund à l’Académie de musique de Norvège après avoir étudié la musicologie à l’Université d’Oslo. Elle travaille ensuite au département opéra de l’Académie Sibelius d’Helsinki, notamment avec Marjut Hannula. Ses débuts à l’opéra remontent à 2005 lorsqu’elle chante Cherubin dans les Noces de Figaro à l’Opéra de Pori (Finlande). Elle chante aussi Dido dans Dido & Aenaes en 2006 (production d’opéra de l’Académie Sibelius) et en cette même année le rôle d’Ariodante (Haendel). L’Opéra national finlandais l’engage pour la saison 2008-2009. On la retrouve dans le Freichstüz (la mariée) et elle incarne Ulla dans Isän tyttö (Daddy’s Girl) de Olli Kortekangas.
Elle a également travaillé le répertoire de la chanson classique avec Graham Johnson, et Ilmo Ranta. Elle se produit en lied et en musique de chambre, en Finlande, mais aussi en Norvège, en Allemagne et aux USA. Son répertoire est déjà assez large, comprenant des chansons de Fauré, Grieg, Madetoja, Poulenc, Ravel, Schumann et Sibelius. En oratorio, elle apparaît dans la Messe en si mineur, la Passion selon saint Jean, la Passion selon saint Mathieu de J.S. Bach, la Messe de sainte Thérèse de Haydn, Paulus de Mendelssohn, Requiem de Mozart et la Petite Messe solennelle de Rossini. Elle participe à des classes de maître avec Paul Farrington, Monica Groop, Håkan Hegegård et Tom Krause.

JAKOBSON, Anna-Lisa (née en 1956). Mezzo-soprano,

Après avoir étudié à l’Académie Sibelius (1982-1989), elle reçoit son diplôme à l’Opéra-Studio en 1989. Elle est également diplômée des arts de l’Académie d’Åbo (Turku) en 1986. Grâce à une bourse, elle étudie à Berlin entre 1984 et 1986 avec le professeur Herbert Brauer. Elle suit également les cours magistraux de Vera Roszan à Londres, de Dorothy Irving à Stockholm, de Gerhard Kathy à Vienne ainsi que ceux des chanteurs Anna Reynolds et Jean Cox à Mannheim. Elle chante à l’Opéra national finlandais où elle enregistre de beaux succès. Parmi ses rôles : Carmen (Bizet), Dorabella (Cosi fan tutte de Mozart), Azuncena (Le Trouvère de Verdi), la Sorcière (Hänsel et Gretel de Humperdinck), Magdalena (Vincent de Rautavaara), la Mère (Ronia, fille du larron de Linkola), la Princesse (L’arbre qui chante de Bergman). Elle participe à de nombreuses créations mondiales d’opéras dont Vies d’insectes de et Kullervo de Aulis Sallinen. Nommée meilleure cantatrice d’opéra de l’année en 1992 par la Société d’opéra finlandaise. Elle chante en oratorio, notamment des œuvres Bach et de Haendel, aussi la Symphonie n°9 de Beethoven et le Requiem de Verdi.

Anna-Lisa Jakobson se manifeste donc avec succès dans les domaines de l’opéra, de la radio, de la télévision et du cinéma.

JALAS (de son vrai nom, Blomstedt), Jussi (Jyväskylä, 23 juin 1908 – id., 11 octobre 1985).

Pianiste et chef d’orchestre.

Ses études se déroulent au Conservatoire d’Helsinki (1923-1930) et à l’Université d’Helsinki (musicologie avec Ilmari Krohn) (1926-1929). Il étudie aussi en privé avec ce même Krohn (contrepoint et composition). Il travaille à Paris grâce à une bourse d’Etat avec Rhené-Baton (orchestration) et (direction, en privé). Il devient chef d’orchestre dans divers théâtres d’ Helsinki (Théâtre national finlandais, 1930-1945 ; Orchestre du Théâtre d’Helsinki, 1934-1956 ; Orchestre des Instrumentistes de l’Université, 1936-1946 ; Orchestre de la ville d’Helsinki en 1935). Il dirige à l’Opéra national finlandais à partir de 1945 et en devient directeur musical jusqu’en 1973. Il se produit comme chef invité en Europe, aux Etats-Unis et au Japon.

De plus, il enseigne la direction d’orchestre et dirige l’Orchestre des étudiants de l’Académie Sibelius de 1945 à 1965. Sa tournée aux Etats-Unis, à l’occasion du 90ème anniversaire de Sibelius, remporte un grand succès (il dirige le Symphony of the Air of New York et les orchestres de New York, Cincinnati, Philadelphie et Washington).

Il laisse le souvenir d’un des plus authentiques interprètes de la musique de Sibelius, son beau-père. Il défend aussi le répertoire d’opéra du 20e siècle, allant de Puccini à Chostakovitch en passant par Britten, Honegger et Debussy. On lui doit de nombreux enregistrements. Il a traduit plusieurs livrets en finnois. Il laisse également des essais. Il a travaillé comme producteur (analyse de la musique de Sibelius) à la Radio finlandaise.

JALAS CHAMBER

Formation mise sur pied en été 2000 dans le but d’enregistrer de la musique d’Oskar Merikanto (2000), Toivo Kuula (2002), (2004). Ce choix n’est pas un hasard car n’oublions pas que le compositeur Merikanto descendait de la ville de Jalasjärvi. Sur une idée de Kalevi Kiviniemi, l’orchestre est composé de professionnels, d’étudiants avancés et d’amateurs et dirigé par Juhani Numminen. Les enregistrements du Jalas Chamber Orchestra ont reçu une bonne critique et ont été diffusé à la radio et à la télévision finlandaises. L’orchestre joue encore de la musique de Panula et Sibelius. Se produit en Finlande bien sûr mais encore en France, Espagne, Estonie, Hongrie, Suisse, Belgique, Suède, Grande-Bretagne, Roumanie… Le ministère de l’Education finlandais lui a accordé le titre d’ambassadeur de la jeune culture en 2009-2010. A effectué une tournée en Grèce en octobre 2010.

JALAVA, Lasse (6 avril 1951-). Compositeur.

Point biographique

Lasse Jalava est principalement autodidacte. Il apprend la guitare à l’âge de 13 ans, joue dans plusieurs groupes et s’intéresse au pop, au blues, à la musique traditionnelle grecque. A l’âge de 17 ans il s’éveille à la musique classique à l’écoute de la Symphonie n° 5 de Beethoven.

Il travaille principalement dans la région de Turku. Sa musique a été jouée en France, Pologne, Japon, Etats-Unis. Parmi ses références et influences Lasse Jalava cite Beethoven, Bruckner, Sibelius, Honegger et Martinu. Il avance aussi les traces laissées par les cultures arabes, africaines et caraibes. Par le blues également. Sans oublier George Harrison. Il joue au sein du groupe Ampiaba.

Style

Au plan stylistique il reconnaît une forte filiation avec Honegger, Martinu et même Kancheli. Il utilise également des sources extra-européennes, orientales notamment (Tarina) ou d’autres encore, proches du jazz (Preludi).

Catalogue

Musique pour orchestre : 4 symphonies : Symphonie n° 1, op. 1, 1986-1987 [1978] , 21’, 3 mouvements : 1. Scherzo, 2. Adagio, 3. Inroduction-Allegro, création (première version) : Orchestre philharmonique de Turku dir. Pertti Pekkanen, 3 mai 1979, création (seconde version) : Orchestre philharmonique de Turku, dir. Petter Sundkvist, Turku, 16 septembre 2001. Version de 1978 : retirée. ♦ Symphonie n° 2, op. 5, 1979-1980, 28’, 3 mouvements : 1. Moderato, 2. Adagio-Allegro-Grave, 3. Finale. Dédiée à la mémoire de Violeta Parra, création : Orchestre philharmonique de Turku, dir. Pertti Pekkanen, 3 mai 1984. ♦ Symphonie n° 3, op. 18, 1990, 23’, dédicace : Kaija Päätalo, création : Orchestre philharmonique de Turku, dir. Jacques Mercier, Turku, 28 janvier 1995. Une de ses œuvres majeures. ♦ Symphonie n° 4, op. 25, « Reggae Symphony », 1994-1995, 30, commande : Orchestre de la ville de Jyväskylä, dédicace : « à tous mes frères et sœurs », création : Orchestre de la Ville de Jyväskylä et Orchestre de la Ville de Lappeenranta, dir. Ari Rasilainen, Jyväskylä, 19 février 1997, pièce sans doute autobiographique. ♦ Suite pour orchestre (Orkesterisarja), op. 7, 1980-1981, création : Orchestre philharmonique de Turku, dir. Pertti Pekkanane, 3 mai 1984. Retirée. ♦ Turku, sarja orkesterille (Turku, suite pour orchestre), 1980-1981/2004, 26’, 26’, 4 mouvements : 1. Nocturne, 2. Valse, 3. Intermezzo, 4. Finale. ♦ Intermezzo, op. 3, pour saxophone alto, timbales ad. lib. et orchestre à cordes, 1980, 5’, création : Orchestre philharmonique de Turku, dir. Pertti Pekkanen, 3 mai 1934. A l’origine, c’est le 3e mouvement de la Suite pour orchestre. ♦ Konserttialkusoitto (Ouverture de concert), op. 6, 1980. Retiré. ♦ Sinfonietta n° 1, op. 9, 1981-1982, 17’, création : Orchestre philharmonique de Turku, dir. Pertti Pekkanen, 3 mai 1984. ♦ Sinfonietta n° 2, op. 16, 1988, pour orchestre à cordes, 17’, 3 mouvements : 1. Largo, 2. Presto, 3. Finale, dédicace : à la mémoire de Bohuslav Martinu, création : Orchestre philharmonique de Turku, dir. Igor Bezrodnyi, Uusikaupunki, 27 avril 1990. ♦ Sinfonietta n° 3, op. 21, 1991-1992, 22’, 2 mouvements : 1. Adagio, 2. Allegro, création : Orchestre de la ville de Pori, dir. Juhani Lamminmäki, Pori, 20 novembre 1992. ♦ Prélude pour orchestre à cordes, op. 22a, 1992, 10’, création : Orchestre de chambre de Jyväskylä, dir. Kari Kropsu, Jyväskylä, 27 mai 1995. ♦ Conte oriental, pour orchestre de chambre, op. 34, 1997, 8’, création : Orchestre de chambre de Jyväskylä, dir. Heikki Rautasalo, Jyväskylä, 23 août 1998. ♦ Adagio, pour orchestre, 2000, 15’. ♦ Sinfonietta n° 4, pour cordes, op. 47, 2002, 15’, 3 mouvements : 1. Adagio, 2. Andante pizzicato, 3. Introduction & Finale. ♦ Sinfonietta n° 5, op. 49, « Jyväskylä », 2003, 20’, 4 sections : 1. Työ, 2. Leppo, 3. Arki, 4. Juhla, commande : Université de Jyväskylä, création : pour la cérémonie de remise des diplômes de l’Université de Jyväskylä, Orchestre de l’Université de Jyväskylä, dir. Mari Lankinen, Jyväskylä, 22 mai 2004. La section 4 était à l’origine « Valse festive, op. 42 ». ♦ A Joyful Day, 2005, 2’, dédicace : Jyväskylä Sinfonia, création : Jyväskylä Sinfonia, Jyväskylä, 19 octobre 2005. ♦ Sinfonietta n° 6, op. 55, 2006, 28’, 4 mouvements : 1. Preludi, 2. Adagio, 3. Scherzo, 4. Presto, commande : Jysväskylä Sinfonia, création : Jysväskylä Sinfonia, dir. Dmitri Slobodeniouk, Jysväskylä, 21 février 2007. ♦

Musique pour soliste et orchestre : Ratsastajan laulu (Song of the Rider), op. 37a, 1981/1997, 4’, pour cor anglais solo, tambourin, clavecin, orchestre à cordes, création : Orchestre de chambre de Jyväskylä, dir. Heikki Rautasalo, Jyväskylä, 23 août 1998. ♦ Concerto pour violon et orchestre, op. 12, 1984-1985, 24’, 3 mouvement : 1. Moderato, 2. Adagio, 3. Allegro, dédicace : Markette Saarinen. Retiré. ♦ Concertino pour piano et orchestre à cordes, op. 13, 1985-1986, 15’, 3 mouvements : 1. Allegretto, 2. Adagio, 3. Allegro. ♦ Concerto pour kantele et orchestre de chambre, op. 40, 1999, 22’, dédicace : Aino Meisalmi-Minkkinen, création : Aino Meisalmi-Minkkinen (kantele), Orchestre de chambre d’Ostrobotnie, dir. , Kokkola, 8 mars 2000. ♦ Aného lullaby, pour flûte solo et orchestre, op. 50, 2003, 8’30, dédicace : Judith Sodji. ♦ Concerto pour flûte, op. 51, 2004, commande : Orchestre de la Ville de Jyväskylä, dédicace : , création : (flûte), Jyväskylä Sinfonia, Jyväskylä, 18 janvier 2006. ♦

Musique de chambre : 5 kappaletta (5 Pièces), pour ensemble de clarinettes (3 clarinettes en si bémol et clarinette basse), op. 48, 1978-1997/2001, 1978/1993 (n° 4), 1995/2001 (n° 1), 1987/2001 (n° 2), 1988/2001 (n° 3), 1997-2001 (n° 3), 13’, comprend : 1. Häävalssi (A wedding waltz), 2. Canon in blue, 3. Humoreski (Humoresque), 4. Passacaglia, 5. Viimeinen yö (The last night), création (5) : Ensemble de clarinettes, Jyväskylä, 13 mai 2002. ♦ Quatuor à cordes n° 1, op. 8, 1982, rév. 1996 « Remembrances of Santiago de Chile », sous-titre de la seconde version, 13’, 3 mouvements : 1. Andante, 2. Allegro, 3. Andante-Allegro, dédicace : à la mémoire de Victor Jara, création (1er version) : Aboa Quartet, Turku, 24 avril 1986, seconde version : Sotto Voice Quartet, Jyväskylä, 24 mars 2001. Première version retirée. ♦ Häävalssi (Wedding waltz) pour 3 kantele, op. 29a, 3’ (aussi pour Trio avec piano, op. 29b), les deux de 1985, création (op. 29a) : Kajana.-kanteleet, Kajaani, 24 mai 1998. ♦ Sonate pour violon et piano, op. 14, 1986-1987, 15’, 3 mouvements : 1. Moderato, 2. Adagio , 3. Allegro moderato, création : Dmitri Slobodeniouk (violon), Mari Laitinen (piano), Jyväskylä, 23 août 1998. ♦ Quatuor à cordes n° 2, op. 15, 1987-1988/1996, 20’, comprend : I. Preludi, II. Chorali, III. Blues (dédié à Kari Hongisto), IV. Recitativo, V. Finale, création (première version) : Aboa Quartet, Turku, 6 avril 1988, seconde version : Quattro Musicanti Quartet, Jyväskylä, 23 août 1998. Première version retirée. ♦ Five pieces for strings trio, op. 17, 1989, rév. 1997, 12’, comprend : 1. Ostinato in blue, 2. Humoresque 1, 3. Canon, 4. Humoresque 2, 5. Finale, création (seconde version) : Inga Nikander (violon), Mika Tepponen (alto), Marjo Hörmönen (violoncelle), Jyväskylä, 1er novembre 1998. ♦ Five Easy Pieces for Clarinets en Bb and Bassons, op. 11b, 1998, 7’30. ♦ Passacaglia, pour hautbois et orgue, op. 39, 1998, 9’. ♦ Quatuor Kesä (Summer) pour hautbois (et cor anglais) et trio à cordes, op. 20, 1990, retiré du catalogue. ♦ La Notte pour flûte et guitare, op. 26/1, 1991, 4’, création : Anne Raitio (flûte), Seppo Kallio (guitare), Parainen, 27 juin 1991. ♦ Pansio-fanfaari (Pansio Fanfare) pour octuor de cuivres et percussion, 1992. ♦ Leikkejä (Games) pour 2 flûtes et clarinette, 1992. ♦ Pieces for Wind Instruments, op. 23, 1992-1993, comprend : 1. Pirpana (pour hautbois), 2. Non composé, 3. Leikkejä (Games) (pour flûtes et clarinette en si b), 4. Viimeinen yö (The Last Night) (pour 3 bassons et contre-basson), durée : 3’30 + 5’ = 3’30, création : (1) : Sirpa Berg, Jyväskylä, 15 mai 1998, (3) : Katri Hilpinen et Katri Jaalamaa (flûtes), Timo Lavanko (clarinette), Helsinki, 19 avril 1994. ♦ Viimeinen yö (The Last Night) pour 3 bassons et contrebasson, op. 23, 1993. ♦ Preludi pour vibraphone, marimba, percussion et contrebasse, op. 22b, 1994, 10’, création : The Breath Ensemble, Helsinki, 25 février 1995. ♦ Tarina (Story) pour hautbois, cor, marimba et alto, op. 27, 1995, 7’, dédicace : Tuomas Lampela, création : Keijo Silvennoinen (hautbois), Olli Hirvonen (cor), Markku Hammarberg (marimba), Tuomas Lampela (alto), Turku, 4 novembre 1995 . ♦ Elo pour clarinette et 3 kantele, op. 30, 1996, 5’, arrangement du Finale du Quatuor à cordes n° 2. ♦ Préludes pour au moins 5 kantele (Prelude for at least 5 kantele), op. 22c, 1997. ♦ Ratsastajan laulu (Song of the rider), op. 37a, pour cor anglais solo, tambourin, clavecin, orchestre à cordes, 1981/1997, 4’, création : Orchestre de chambre de Jyväskylä, dir. Heikki Rautasalo, Jyväskylä, 23 août 1998. ♦

Musique pour instrument seul : Ten Easy Pieces for Piano, op. 11, 1978-1997/1998, 14’, en 10 sections. ♦ Four Little Pieces for Guitar, op. 4, 1990, 4’, 4 parties : 1. Miniotyyri, 2. Bagatelli, 3. Berceuse, 4. Etydi. ♦ Four Pieces for Guitar, op. 19, 1990, 10’, 4 parties : 1. Impromptu, 2. Intermezzo, 3. Capriccio, 4. Blues-variaatiot. ♦ Autumnal, pour guitare, op. 32, 1996, 6’30, création : Kai Nieminen, Jyväskylä, 23 avril 1997. ♦ Capriccio, pour kantele, op. 36a, 1996, 2’30. ♦ Rondo pour kuokle (Latvian kantele), op. 31, 1996, 4’30. ♦ Suite for kantele, op. 28, 1996, 10’, 3 sections : 1. Tanssi, 2. Passacaglia, 3. Aika rientää, création : Kaisa Kaakinen, Oulu, 4 avril 1997. ♦ Rudolf & Adalmiina, pour kantele, 1997, 2’. ♦ Six Etudes for Kantele, op. 35, 1997, 8’. ♦ Sirkus (Circus), op. 41, 1998, 10’, 10 pièce faciles pour kantele. ♦

Musique vocale et chorale : Neljä laulu Elvi Sinervon runoihin (Four Songs to the Poems by Elvi Sinervo), op. 10, 1979, 8’30, pour a) chœur mixte, clarinette et orchestre à cordes, b) pour alto solo et piano, texte : finnois. ♦ Armollinen, pour alto solo et piano, 1981, 3’, texte : Lauri Tuomi-Nikula (finnois). ♦ Kehtolaulu, op. 33, 1996, 2’30, pour chœur d’enfants/chœur de femmes, texte : Einari Vuorela (finnois). ♦ Rakastan (I Love), pour chœur mixte, 1999, 4’30, texte : Lasse Jalava (finnois). ♦ Annukka, pour chœur mixte, op. 43, 2000-2001, 8’, commande : Jyväskylä Studio Choir, texte : Kanteletar et poésie populaire (finnois), création (2-4) : Jyväskylä Studio Choir, dir. Hannu Ikonen, Chicago, 30 juillet 2000. ♦ Ratsastajan laulu (Song of the rider) pour clarinette, tambourin, kantele et quatuor à cordes, op. 37b. ♦ Ratsastajan laulu (Song of the rider) pour cor (et tambourin), 3 trompettes, 2 trombones (second doubling tuba ad lib.), op. 37c, 1981/1997, 4’. ♦ Trois Pièces pour violon et piano (Three pieces for violin and piano), op. 38, 1998, 10’, 3 mouvements : 1. Tanssi (Dance), 2. Ratsastajan laulu (Song of the Rider), 3. Marssi (March). ♦ Passacaglia pour hautbois et orgue, op. 39, 1998. ♦ Divertimento pour flûte, hautbois, clarinette, accordéon et quintette à cordes, op. 44, 2000, 15’, comprend : 1. Yö (Night), 2. Päivä (Day), 3. Aamu (Morning), 4. Ilta (Evening), commande et dédicace : Turku Ensemble, création : Turku Ensemble, Turku, 7 avril 2001. ♦ Allegro con Terano pour violoncelle et piano, op. 40b, 2000, 6’. ♦ Quatuor à cordes n° 3, op. 46, 2001, 23’, comprend : I. Scherzo, II. Lamento, III. Agitato, IV. Largo, commande : Aboa Quartet, création : Juha-Pekka Vikman (violon I), Juha Viljanen (violon II), Juhani Forsman (alto), Risto Vartiainen (violoncelle), Turku, 19 mai 2002. ♦ Sonate pour clarinette et piano, 2007, 20’, 4 mouvements : 1. Allegro, 2. Elegy, 3. Scherzo, 4. Epilogue, commande et dédicace : Gregory Barrett, création : Gregory Barrett (clarinette), William Goldenberg (piano), DeKalb (Illinois, USA), 18 septembre 2009. ♦

JALAVA, Pertti (Turku, né le 4 mai 1960)

Biographie

Ses études se déroulent sans guidance précise. A l’université de Turku, il travaille sous la direction de Harri Suilamo (1998). Il travaille quelques mois la musique dans le cadre de la scène (théâtre) avec Graig Bohmler (1993). Participe au laboratoire de composition avec l’Orchestre philharmonique de Turku en 1994, 1996 et 1998. Néanmoins il est considéré comme étant largement autodidacte au plan de la composition. Il joue de la batterie et des claviers. Sa musique gagne diverses récompenses nationales et internationales.

Il fonde un quintette de jazz, Peppe Jalava Parvi pour le concours de composition Youth Art Happening de 1984, qui jouera pendant cinq ans. Ensuite, il met sur pied le Peppe Jalava Band (un sextuor de jazz) qui fait ses débuts en 1993 au Turku Jazz Happening, actif pendant sept années. Il fonde encore le Jalava Band, un autre sextuor de jazz, qui effectue ses débuts au Turku Jazz Happening 2005. Plusieurs concerts de ses compositions sont programmés dans les années 2000, à Turku notamment, mais aussi à Helsinki. Il reçoit plusieurs distinctions et prix. Pertti Jalava est membre de la Société finlandaise des compositeurs et de Teosto, la société finlandaise des droits des compositeurs.

Style

Pertti Jalava subit de nombreuses influences aux interactions réciproques diverses. Il avoue avoir à cœur de produire une musique émotionnelle et expressive. Ses partitions renferment de puissants contrastes mais ménage également des effets dramatiques. On y note aussi des harmonies distordues, des timbres rudes, des rythmes agressifs mais encore des passages à la recherche de la beauté et de la méditation. Souvent les rythmes élémentaires principaux de ses partitions sont motoriques. Il utilise la technique des douze sons mais donne l’impression d’une musique tonale. Il réserve aussi une place à l’humour dans sa création.

Catalogue

Musique pour la scène : Paratiisi (Paradise), pour 5 solistes vocaux, chœur mixte, flûte, saxophone, cor, percussion et quatuor à cordes, 1993, 26’, création : Virrat (Finlande), 12 septembre 1993. ♦ The Vega Achieves the North-East Passage, pour acteur, chœur mixte, synthétiseur et bande ou pour acteur et bande, 2006/2008, 11’, texte d’après le livre de Adolf Nordenskiöld réalisé par Pertti Jalava, création (deuxième version) : Rodney Waschka, Raleigh, Caroline du Nord, USA, 17 février 2009. ♦

Musique pour orchestre ou grand ensemble : Dulce para Maria, version B pour orchestre de jeunes, 1982/2005, 3’. ♦ Puuttuva lapsi (The Missing Child), Symphonie n° 1, 1994-1995, 27’, création : Orchestre philharmonique de Turku, dir. Pertti Pekkanen, 17 septembre 1995. ♦

Symphonie n° 2, 1996-1999, 32’, 3 mouvements : 1. Allegretto tranquillo, 2. Passacaglia, 3. Presto agitato, création : Orchestre philharmonique de Turku, dir. Rudolf Werthen, Turku, 10 mars 2005. ♦ A Top Secret pas de deux, version B pour percussion (deux joueurs) et orchestre à cordes, 1996/2001, 12’. ♦ Round Goes the Gossip, version B pour percussion (2 interprètes) et orchestre, version C pour percussion (2 joueurs) et orchestre de chambre, 1997/2001, 14’. ♦

Kuin huokaus (Like a Sigh), Fantaisie pour orchestre à cordes n° 1, 1999, 10’, commande : Orchestre de la Ville de Mikkeli, création : Orchestre de la Ville de Mikkeli, dir. Ari Angervo, pour le concert du 10e anniversaire de l’orchestre, Mikkeli, 2 février 2000. Aussi première publique : YLE 1, Radio finlandaise, YLE, Turku Chamber Orchestra, dir. Ari Angervo, 14 avril 2002. ♦ Tuulenpesä (Nest of Wind), 2000/2001, 7’, version C pour flûte solo et percussion (2) et orchestre à cordes, création : YLE 1, Radio finlandaise YLE, Ilari Lehtinen (flûte), Toni Hietala et Harri Lehtinen (percussion), Orchestre de chambre de Turku, dir. Ari Angervo, Sigyn Hall, Turku, 14 avril 2002. ♦ Pinta (Surface), Fantaisie pour orchestre à cordes n° 2, 2002, 9’, création : Orchestre de chambre du Conservatoire de Turku, dir. , pour le concert du 40e anniversaire du Conservatoire de Turku, 16 novembre 2002. Reçoit le 3e prix au Concours de composition nordique du Conservatoire de Turku, reçoit une mention honorifique au Second concours de Belgique (2003). ♦ Haavat (Wounds), 2002/2003, 15’, version a) pour orchestre, version b) pour petit orchestre, dédicace : aux innocentes victimes de la vengeance aveugle. ♦ Forms of Opinion, 2003-2004 (A), 2004/2007 (C), version A pour orchestre, version C pour orchestre symphonique, 3 parties : 1. Solid, 2. Liquid, 2. Steam, 14’. ♦ When the Cracks Appear, version B, Fantaisie pour orchestre à cordes n° 3, 2004, 8’. ♦ Symphonie n° 3 « Form of Opinion », pour orchestre, 2004/2007-2008, 20’, 4 mouvements : 1. Solid, 2. Liquid, 3. Steam, 4. Mediation, création : Orchestre philharmonique de Turku, dir. Petri Sakari, Turku, 8 et 9 septembre 2011. ♦ Roihu (Flare), 2007-2008, 12’30. ♦ Perhealbumi (Family Album), version B pour orchestre à cordes, 2007, 16’, version A = Quatuor à cordes n° 2. ♦ Hehku (Incandescence), une Fantaisie pour orchestre à cordes n° 4 (version B) ; aussi version a) pour orchestre à cordes, 2007/2008, 10’, création (version B) : Akademos Quartet, Sibelius-Museo, Turku, 5 mai 2010. ♦ Solid Opinion, première partie de la Symphonie n° 3, 2008, 5’, création : Orchestre symphonique de la Radio serbe, dir. Bojan Sudic, Belgrade (Serbie), 22 novembre 2008. ♦

Musique pour soliste et orchestre : Concerto pour piano et orchestre à cordes, 2001, 21’, création : Terhi Jääskeläinen (piano), Orchestre de la Ville de Mikkeli, dir. Ari Angervo, Mikkeli, 24 janvier 2002. ♦ Concerto pour piano, flûte et orchestre à cordes, 2001, 23’, création : YLE 1, Radio finlandaise, Liisa Pohjola (piano), Ilari Lehtinen (flûte), Orchestre de chambre de Turku, dir. Ari Angervo, 14 avril 2002. ♦ Tuulessa (In the Wind), pour flûte et orchestre à cordes, 2003, 13’, 2 mouvements : 1. Andante sostenuto, 2. Allegro giocoso, commande : Association finlandaise de flûtes, création : Ilari Lehtinen (flûte), Orchestre de chambre de Turku, dir. Ari Angervo, Turku, 11 mai 2005. ♦

Musique pour orchestre à vent : Muurahaisten esiinmarssi (When the Ants Come Marchin’In), version B, 1982/1994/1999, 4’. ♦ Kunkun hovissa (At the Court of a Kink), version B, 2004, 7’. ♦ Kohti valoa (Towards Light), 1982/2004, 4’. ♦ Tuulihattu Marille (Pastries for Mari), 1982/2004, 3’. ♦ Tuulenpesä (Nest of Wind), 2000/2001, version B pour percussion et orchestre de vents, 9’, création : The Royal Symphonic Band of the Belgian Guides, dir. Norbert Nozy, lors de la finale du concours de composition international d’orchestre à vent, Ville de Comines-Warneton (Belgique), 8 février 2002 (second prix). ♦

Haavat (Wounds), version B pour orchestre de vent, 2003, 11’. ♦ Forms of Opinion, version B, 2004/2005, 14’, 3 mouvements : 1. Solid, 2. Liquid, 3. Steam, reçoit une mention honorifique lors du concours international de composition de Corciano (Italie) en 2005. ♦

Symphonie n° 3 (cf supra). ♦ Mediation, pour orchestre à vent, 2008, 7’.

Musique pour Big Band : Muurahaisten esiinmarssi, 1982/1994/1999, 4’, création : UMO Jazz Orchestra, dir. Kirmo Lintinen, Helsinki, 3 novembre 2000. ♦ Mehiläisen tanssi (Dance of a Bee), 1985/1994/1999, 6’, création : UMO Jazz Orchestra, dir. Kirmo Lintinen, Helsinki, 3 novembre 2000. ♦ Lusikka soppaan ! (Put Your Spoon Into the Soup), 1992/1996/1999. ♦ Susi ei kysele (A Wolf Doesn’t Make Any Question), 1993/2000, 7’, création : UMO Jazz Orchestra, dir. Kirmao Lintinen, Helsinki, 2 novembre 2000. 1er prix au Second concours international de musique de Belgique (2003). ♦ Kunkun hovissa (At the Court of a Kink), 1996/2000, 7’, création : UMO Jazz Orchestra, dir. Kirmo Lintinen, Helsinki, 3 novembre 2000. ♦ Krokotiili-Cancan (Crocodile Cancan), 2000, 6’, création : UMO Jazz Orchestra, dir. Kirmo Lintinen, Helsinki, 3 novembre 2000 . ♦ Pluto ?- Siellä se kieppuu yhä ! (Pluto ? It’s Still Swinging There !), 2007, 7’, création : UMO Jazz Orchestra, dir. Kirmo Lintinen, Imatra Big Band Festival, Imatra (Finlande), 5 juillet 2007. Deuxième prix au concours de composition de big band de Esko Linnavalli. ♦

Musique pour ensemble de jazz : on recense plus de 80 pièces jouées dans divers festivals de jazz, clubs de jazz et radios entre 1981 et 2005.

Musique de chambre : A Top Secret Pas de deux, 1996, 12’, a) percussion (2 instrumentistes) et quatuor à cordes, création : Oulo Chamber Soloists, dir. Ari Angervo, Salle Tulindberg, Oulu, 14 octobre 1997. ♦ Round Goes the Gossip, 1997, 14’, pour flûte, clarinette, basson, percussion, quatuor à cordes, création : Tulindberg Hall, Oulu, 14 octobre 1997. ♦ Hektinen allegro (A Hectic Allegro), pour quintette de percussion, 1998, 4’, création : Kroustikon, Sigyn Hall, Turku, 30 mars 1998. ♦ Kolme kehoitusta (Three Requests), pour 2 pianos et percussion (2 joueurs), 2000, 15’, comprend : 1. Herää (Wake Up !), 2. Mene (Move On !), 3. Tule takaisin (Come back!), dédicace : Santeri Jalava, création : Amouroux Piano Duo (Jouko et Riitta Tötterström), Toni Hietala et Harry Lehtinen (percussions), Oulu, 18 février 2002. Création radiophonique : YLE 1, Radio finlandaise, mêmes interprètes, Sigyn Hall, Turku, 14 avril 2002. ♦ Tuulenpesä (Nest of Wind), pour percussion (2) et quintette à vent, 2000, 7’, création : Kroustikon, dir. Risto Pulkkinen, Turku, 22 mai 2000. ♦ Perhostomu, pour quatuor de flûtes et contrebasse, 2002, 6’, création : Ilari Lehtinen (flûte et piccolo), Taina Riikonen (flûte), Hannu Lehtinen (flûte), Kari Alikoski (flûte alto), Mikko Maultamäki (contrebasse), Musée Sibelius, Turku, 25 septembre 2002. ♦ Spiraali (Spiral), pour clarinette, violon, alto et violoncelle, 2002, 9’, création radiophonique : YLE1, Radio finlandaise, Asko Heiskanen (clarinette), membres du New Helsinki Quartet, Festival de musique de chambre de Kuhmo, final du concours de Uussävel, 26 juillet 2002. ♦ Saari kolmelta etäisyydeltä (Island From Three Distances), pour flûte, clarinette, basson, quatuor à cordes, 2003, 16’, 3 mouvements : 1. Horisontti (Horizon), 2. Siluetti (Silhouette), 3. Törmä (Steep), commande : Turku Ensemble, création : pour le 20e anniversaire de l’Ensemble Turku, Château de Turku, 20 octobre 2004, création radio : YLE1, Radio finlandaise, Musée Sibelius, Turku, 5 mars 2008. ♦ When the Cracks Appear, version A pour ensemble de chambre, 2004-2005, 8’. ♦ Puinen karhu (Wooden Bear), pour flûte, clarinette, basson, quatuor à cordes, 2005, 13’, 2 mouvements : 1. Lento, 2. Allegro giocoso, création : Tampere Raw, YLE1, Radio finlandaise, Sibelius Museum, Turku, 20 février 2008. ♦ Fla um ? Batures, 5 miniatures pour flûte et marimba, 2006, 10’. ♦ Kuvia kevätpurolta (Pictures of Spring Stream), 5 miniatures, 2006/2008/2009, 10’, pour a) vibraphone et marimba, b) flûte, clarinette, basson, quatuor à cordes (2006/2008), c) quatuor à cordes n° 1 (2006/2009), d) saxophone soprano, vibraphone, marimba (2006/2009), comprend : 1. Jääpuikot sulavat oksilla (Icicles Melting on the Branches), 2. Kuplat leikkivät jään alla (The Bubbles Play Under the Ice), 3. Liian aikaiset perhoset (Butterflies, Too Early), 4. Kaarnalaivat (Boats, Whittled from Bark), 5. Jääpiokot sulavat oksilta (Icicles Melting on thr Branches), création : version c : Akademos Quartet, Bytom, Pologne, 6 décembre 2009 ; donné aussi par l’Akademos Quartet, Sibelius Museum, Turku, Rondo FM, 5 mai 2010. ♦ Perhealbumi-Jousikvartetto n° 2, version a, 2007, 16’, création : Tampere Raw, YLE1, Radio finlandaise, Sibelius Museum, Turku, 20 février 2008. ♦ Hehku-Jousikvartetto n° 3 (Incandescence), Quatuor à cordes n° 3, 2007/2008, création : Rondo FM, Akademos Quartet, Sibelius Museum, Turku, 5 mai 2010. ♦ A Close Shave A The Traffic Lights, pour harmonium et quatuor à cordes, 2008-2009, 4’, commande : Dirk Luijmes, création : Dirk Luijmes, Amsterdam, Pays-Bas, 22 septembre 2012. ♦ Distant Smoke from Behind the Woods, pour harmonium et quatuor à cordes, 2008, 7’, commande : Dirk Luijmes, création : Dirk Luijmes, Amsterdam, Pays-Bas, 22 septembre 2012. ♦

Huuhkaja (The Eagle-Owl), pour guitare et quatuor à cordes, 2009, 30’, commande : Kimmo Rahunen, création : Kimmo Rahunen (guitare), Akademos Quartet, Bytom (Pologne), 6 décembre 2009, création radiophonique : id, Sibelius Museum, Turku, 5 mai 2010. ♦ Kun nukuit avasin oven (While You Were Sleeping, I Opened the Door), pour flûte, harpe et alto, 2010, 5’, création : Lorien Trio, Bytom (Pologne), 18 décembre 2010. ♦

Musique pour instrument seul : Six miniatures, pour guitare, 1998, 44, création : Kimmo Rahunen (guitare), Turku, 18 novembre 1998, création radiophonique : Rondo FM, Kimmo Rahunen (guitare), Sibelius Museum, Turku, 5 mai 2010. ♦ Viisi ilon pisaraa (Five Drops of Joy), version A pour French Compression Harmonium, version B pour piano, 2000, 8’, création (version A) :Dirk Luijmes, tournée aux Pays-Bas, 2001-2002, 20 janvier 2002. ♦

Yksin veneessa (Alone In a Boat), pour contrebasse et bande, 2009, 10’, création : Sibelius Museum, Turku, 13 octobre 2011. ♦

Musique vocale et chorale : Niin joudun kauas tulevaisuuteen (So I Enter Far Into the Future), cycle de chansons, 2004, 20’, pour a) baryton et quatuor à cordes, b) pour baryton et orchestre à cordes, commande : Juha Kotilainen, création radiophonique : Juha Kotilainen (baryton), Tampere Raw, YLE1, Radio finlandaise, Sibelius Museum, Turku, 20 février 2008. ♦ Maa kanta-ihminen kalvaa (Earth carries-Man Digs), pour chœur mixte à 8 voix, texte de Hannu Salakka et Pertti Jalava, 2005, 8’, création : Chœur de chambre Tritonus, dir. Markus Yli-Jokipii, Turku, 7 juin 2006. ♦ Mene rannalle (Go down to the Shore), pour chœur mixte et ensemble de jazz, 2006, 11’, texte : Esko Valtaoja, création ; Orchestre de chambre Tritonus, Markus Yli-Jokipii, Jalava Band, Turku Jazz Happening, Turku, mars 2008. ♦ Sammakkojen mahti (The Mighty Frogs), pour chœur mixte, 2006, 8’. ♦ Vega avaa koillisväylän (Vega Opens the North-East Passage), pour chœur mixte, syjthétisuer et bande, 2006, 10’. ♦

Musique électro-acoustique : The Vega Achieves the North-East Passage, pour a) acteur, chœur mixte, synthétiseur, bande, b) acteur, bande, 2006/2008, 11’, texte : textes rassemblés par Tertti Jalava, d’après le livre de Adolf Nordenskiöld, création (version b) : Rodney Waschka, Raleigh, Caroline du Nord (USA), 17 février 2009. ♦

Autres musiques : Repertoire of Jalava-Thorburn Duo in a broadcasting by YLE1 en 1992, William Thorburn (trompette), Pertti Jalava (percussions), séquence programmée. ♦ Five Pieces by Jalava in repertoire of progressive rock band Tarmac, 1979-1981, voix, 2 guitares électriques, clavier, contrebasse et percussions. ♦ Repertoire of Peppe Jalava Parvi, 1984-1989, saxophones/flûtes, guitare électrique, clavier, basse, batterie. ♦ Repertoire of Peppe Jalava Band, 1993-2000, saxophones/flûtes, saxophones/violon, trombone/tuba, clavier, percussion, basse, tambour, 1993-2000. ♦ Peppe Jalava Band, 2 saxophones/flûte, trombone, guitare électrique/harmonica, clavier, basses, batteries, 2004-2005. ♦ Peppe Jalava Band, saxophones/flûte, trombone, guitare électrique/harmonica, clavier, basse, percussion, 2008-). ♦

JALKANEN, Pekka (Rautalampi, 5 septembre 1945-). Compositeur et musicologue.

Note biographique

Il étudie la musicologie à l’Université d’Helsinki (maîtrise en 1975, doctorat en 1989). Sa thèse de doctorat en ethnomusicologie porte le titre suivant : « Alaska, Bombay, and Billy Boy : The Jazz Culture Period in Helsinki in the 1920s ». Ses études de composition en privé avec Erkki Salmenhaara laissent son empreinte esthétique sur lui.

Il a joué de la guitare dans un groupe nommé Hortto Laalo (surtout de la musique bohémienne traditionnelle) dont il est le seul membre à ne pas être bohémien. Il se consacre initialement à la musique pour les enfants et s’intéresse aussi à la musique populaire ainsi qu’ à la musique gypsy. Il est éditeur musical (producteur) pour la Radio finlandaise. Effectue des recherches à l’Académie de Finlande, professeur de musique et chef de chœur (Pohjalaisten Osakuntien laulajat/POL) de 1982 à 1986. Il enseigne à temps partiel à l’Académie Sibelius et à l’Université d’Helsinki (musique traditionnelle) et au département de musique anthropologique de Tampere.

Il se fait connaître comme créateur en 1968 lorsqu’il compose de la musique pour enfants pour les programmes de la radio et de la télévision. Au cours des années 1980 il remporte une douzaine de prix lors de concours finlandais (pour orchestre, pour musique de chambre, pour voix).

Son enregistrement réalisé conjointement avec M.A. Numminen en 1971 (The Big Man and the Fairy) a marqué une importante étape vers le développement de la musique à destination des enfants. Distingué par un grand nombre de récompenses.

Style

Après ses études avec Salmenhaara sa musique débouche sur un style tonal libre avec une touche de minimalisme. Ce minimalisme doit surtout à celui des Estoniens Arvo Pärt, Lepo Sumera et Veljo Tormis (bien plus qu’aux Américains et Philip Glass). Certaines de ses partitions reçoivent leur inspiration de la musique populaire.

Il est minimaliste répétitif et utilisateur de champs sonores dans ses concertos pour hautbois, clavecin et orchestre à cordes et pour guitare. En diverses occasions il utilise le kantele. Ses constructions musicales sont parfois peu conventionnelles. Il travaille beaucoup le timbre, la répétition, la tonalité, la technique des clusters. Il a écrit de nombreux articles ayant pour sujet l’ethnomusicologie, l’histoire de la musique populaire, la musique des anciens finnois, la musique bohémienne.

Dans ses œuvres pour enfants il minimise le sentimental et le beau, le commercial et le trop ludique, les défauts de l’excès de pédagogie. En fait, il la rapproche nettement de la musique pour adultes. Dans sa musique pour le cinéma il brise aussi certaines conventions illustratives au profit de climats psychologiques. « Les enfants et les bohémiens m’ont appris à composer », avoue-t-il.

Kimmo Korhonen écrit : « Son utilisation de la tonalité et des motifs répétés rapproche plus sa musique du minimalisme que de la virtuosité chez n’importe quel autre compositeur finlandais contemporain ».

Catalogue

Musique pour instrument seul : Laulo, pour violon seul, 1984, 7’30, création radiophonique : Erkki Palola, Radio finlandaise, 1986. ♦ Toccata, pour kantele de concert, 1992, 8’, création : Ritva Koistinen, Festival de Joensuu, Joensuu, 10 juin 1993. ♦ PRO TERVA, pour kantele à 15 cordes, 2003, 10’, commande : Hannu Saaha. ♦ Itsestään syntynyt Jumala ja synnin häpeä, Une légende pour kantele, pour kantele de concert, 2005, 11’, commande : Kanto ry, création : Ritva Koistinen (kantele et récitant), Helsinki, 1er avril 2006. ♦ Preludi, fantasia ja nokturni (Prelude, Fantasy and Nocturne), pour décacorde, 2006, 18’, commande : Mari Mäntylä, création : Mari Mäntylä, Hauho (Finlande), 25 août 2007. ♦ Vecernie, pour kantele de concert, 2008, 13’ création : Ritva Koistinen. ♦ Sointu, miniature pour décacorde, 2010, 4’, commande : Central Finland Veteninary Clinic. ♦

Musique de chambre : Gemelos, pour 2 guitares, 1970, 4’30, création : Hässelby, Suède, 1970, Pekka Vesanen et Rolf Holmberg (guitares). ♦ Kebab, pour cor anglais et 2 guitares, 1972, 8’30, second prix d’un concours de composition des Rencontres artistiques de jeunes en 1972, création : Jyväskylä, 1972, Aale Lindgren (cor anglais), Pekka Vesanen et Rolf Holmberg (guitares). ♦ Maankiertäjä (Vagabond) pour hautbois et clavecin, 1975, 9’30, création : Biennale d’Helsinki 1987, Helsinki, Jouko Teikari (hautbois) et (clavecin). ♦ Quatuor à cordes n° 1 en mi mineur, 1981, 15’, comprend : Adagietto et Vivace, création : Mikkeli 1982, Quatuor Pohjanmaa. Présente une structure minimaliste combinée avec des champs sonores denses. ♦ ASCA, duo pour hautbois et basson, 1983, 12’30, création : Helsinki, 1984, Aale Lindgren (hautbois) et Matti Tossavainen (basson). Expérience de minimalisme avec travail sur les timbres. ♦ Quintette à vent n° 1 « Rekilaulu » (Reigenlied/ Sleigh song), 1983, 8’30, commandé par le concours de composition du Festival de musique populaire d’Ostrobotnie 1983, création radio : 1984, Quatuor Järvenpää. ♦ Laulo, pour violon, 1984, 7’30, premier prix de composition du concours Juhani Heinonen 1984, création : 1986, Erkki Palola. ♦ Melunaa, pour 3 kantele à 5 cordes, 1985, 7’, création : Kaustinen, 5 juillet 1985, Helena Ruhkala, Liisa Matveinen et Virpi Pitkänen (kantele), premier prix de composition de l’Institut de Musique populaire, 1985. ♦ Septuor pour kantele, flûte, clavecin et quatuor à cordes, 1986-1987, 10’, commande : Association Kantele, création : Time of Music Viitasaari 1990, influence minimaliste. ♦ Kuikat (Divers), duo pour clarinette et piano, 1987, 5’, commande : Ecole de musique d’Espoo, création : The Chamber Music Contest de l’Ecole de musique d’Espoo 1989. ♦ Orjan kukka (Wild Rose) pour trois kantele à 5 cordes et 2 kantele à 36 cordes, 1989, 8’, création : Ritva Koistinen, Sanna Pitkänen et Sari Turunen, Helsinki, 9 avril 1991, premier prix d’un concours de composition de l’Association Kantele 1988-1989. ♦ Bucina, pour flûte, hautbois, clarinette et piano ou kantele, 1993, 5’, commande : Association des écoles de musique finlandaises, création : Hanna Haapamäki, Satu Marjamäki, Henry Törrönen (flûtes à bec ténors), Ulla Honkonen (kantele), Helsinki, 15 février 1994 ; aussi version pour trois flûtes à bec ténors et clavecin/kantele. ♦ Siemen (The Seed) pour 2 kantele de concert, 1993, 10’, création : Marianne Uotila et Aino Meisalmi-Minkkinen, Helsinki, 13 janvier 1994. ♦ Mustalaiskuninkaan uni (The Dream of the Gypsy King), mélodrame pour narrateur-hautboiste et piano, texte : Matti Rossi (finnois), pour hautbois (aussi récitant) et piano, 1994, 15’, création : Aale Lindgren (narrateur et hautbois), Miko Niemi (piano), Helsinki, 23 avril 1994. ♦ Quatuor à cordes n° 2, 1994, 13’, création : Kerava Quartet, Helsinki, 28 mars 1994, création radiophonique : Kerava Quartet, 1er avril 1996, le style tonal libre fait place ici à un style plus chromatique. ♦ ELELU pour flûte alto et guitare, 1998, 10’, création : Mikael Helasvuo (flûte alto), Jukka Savijoki (guitare), Radio finlandaise, 16 septembre 2000. ♦ A’isha, handbell ensemble et kantele, 1997, 8’, commande : Sonus Ensemble. ♦ Nunta Soarelui (Auringo häät), pour flûte et piano, 2003, 13’, 3 mouvements : 1. Zine, 2. Iele, 3. Soare, commande : Association des solistes finlandaise, création : Peri Alanko (flûte), Reima Raijas (piano), Helsinki, 24 février 2004. ♦ Speira, pour bandonéon et décacorde (guitare à 10 cordes), 2004, 10’, 3 mouvements : 1. Kyklos parodos, 2. Stasimo, 3. Kyklos eksodos, commande : Mari Mäntylä, création : Krisitna Kuusisto (bandonéon), Mari Mäntylä (décacorde), Festival de musique de chambre de Suomussalmi, Suomussalmi (Finlande), 6 juillet 2006. ♦ Ektenia, pour 4 kantele, 2007, 10’, commande : Association Kantele, dédicace : Ritva Koistinen, création : Sibelius Académy Kantele Class 20 Years, Tuuli Lukkarinen, Jenni Vartiainen, Matleena Huovinen, Suvi-Anne Kärkönen (kantele), Helsinki, 13 octobre 2007. ♦ Taivaallisen Haran tappo, pour flûte, kantele (à 15 cordes), 2 percussions, quatuor à cordes, 2008, 13’, commande : Société Kalevala, création : Avanti !, dir. Jan Söderblom, Helsinki, 28 février 2009. ♦ Kotikylä, pour récitant et décacorde sur des poèmes de Rautalampi, 2010, 15’, commande : municipalité de Rautalampi (pour les commémorations de ses 450 ans), création : Antti Hänninen (récitant), Mari Mäntylä (décacorde), Rautalampi, 12 juin 2011. ♦

Musique pour orchestre : Viron orja (The Serf of Viro/Slaves in Estonia), 1980, 6’30, pour cordes (en fait pour 2 violons et orchestre à cordes), création : Kaustinen 1981, Orchestre de chambre d’Ostrobotnie, dir. Juha Kangas, soliste : Kaija Saarikettu et Mauno Järvelä (violons). Premier prix de composition du Kautinen Camber Musik Week 1980. Basé sur des canons d’après d’anciens airs runos développés dans des champs sonores et une volonté répétitive. ♦ Halla (Night Frost), pour orchestre à cordes (suite pour 4 instruments à cordes et orchestre à cordes), 1980, 18’30, création : Radio finlandaise, 1982, dir. . Au départ composé pour un film TV sur le peintre finlandais Hugo Simberg, cet opus présente de riches couleurs orchestrales associées à une écriture minimaliste. ♦ Concerto pour hautbois, clavecin et cordes, Lamento-Hora, 1982, 26’, Lamento-Hora, remporte un prix de composition pour l’année du Jubilé de la musique finlandaise 1982, création : Lappeenranta, 3 novembre 1982, Orchestre de la ville de Lappeenranta, dir. Mauri Hannikainen, soliste : Timo Lehtonen (hautbois) et Jaana Ikonen (clavecin). Minimalisme et champs sonores le caractérisent. ♦ Sydämeni jahuaari, pour flûte, violon, violoncelle, guitare électrique et percussion, théâtre télévisé, 1985, 15’. ♦ Angelus Mundi, pour cordes, 1988, 18’, remporte en 1989 un concours de composition pour cordes sponsorisé par la Fondation pour la promotion de la musique finlandaise, création : Orchestre de la Ville de Lappeenranta, dir. Ari Angervo, Lappeenranta, 5 mars 1992. ♦ Concerto pour guitare et orchestre, 1988, 18’, création radiophonique : 1990, Jukka Savijoki (guitare), Orchestre symphonique de la Radio finlandaise, dir. Pekka Savijoki, création en concert : 4 décembre 1990, Jukka Savijoki (guitare), Orchestre de chambre d’Ostrobotnie, dir. Ari Rasilainen, Kokkola. Traits minimalistes avec extension vers des champs sonores. ♦ Angelus Mundi, pour orchestre à cordes, 1988, 16’30, second prix d’un concours de composition de LUSES (Fondation pour la promotion de la musique finlandaise) 1988. ♦ Oi ihana Panama (Oh, wie schön ist Panama), conte musical pour narrateur, flûte à bec alto, clavecin et petit orchestre, 1989, 28’, texte : Janosch, traduit en finnois par Ritta Mäyrälä, commande : Radio finlandaise, création radio : Erja Manto (narrateur), Rabbe Forsman (flûte), Matti Perttula (clavecin), Vox Artis, dir. Heikki Rautasalo, Radio finlandaise, 3 mars 1991. ♦ Concerto pour kantele et cordes, 1996-1997, 18’, commande : Kantele Association, création : Ritva Koistinen (kantele), Orchestre de chambre d’Ostrobotnie, dir. Juha Kangas, 3éme International Baltic Psaltery Conférence, Kaustinen, 15 novembre 1997, musique dérivée de pièces populaires roumaines et grecques. ♦ Divertimento, pour cordes, 1999, 10’, commande : Orchestre de la Ville de Mikkeli, création : Orchestre de la Ville de Mikkeli, dir. Ari Angervo, Mikkeli, 14 décembre 2000. ♦ Venäläinen konsertto (Russian Concerto), 2005-2006, 28’, 4 mouvements : 1. Elokuun ilta, 2. Niitto, 3. Bylina, 4. Epilogi, commande : Société Kalevala, création : Orchestre de chambre Avanti !, dir. Tuomas Hannikainen, Helsinki, 28 février 2007. ♦ Satakielli (Nightingale), conte musical pour narrateur, flûte, synthétiseur et cordes, texte : Hans Christian Andersen, traduit en finnois par Maila Talvio, commande : Association des orchestres symphoniques finlandais, création : Orchestre de chambre d’Ostrobotnie, dir. Lauri Pulakka, Sinikka Sokka (narrateur), Kokkola, 19 janvier 2008. ♦ Aeterna, double concerto pour bandonéon, décacorde et orchestre de chambre, 2009, 20’, commande : Kristina Kuusisto et Mari Mäntylä, création : Kokkolan talviharmonikka 2011, Kristina Kuusisto (bandonéon), Mari Mäntylä (décacorde), Orchestre de chambre Keski-Pohjamaa. ♦

Opéra : Tirlittan, opéra en deux actes pour enfants, pour 5 solistes enfants, chœur de filles et orchestre de chambre (flûte, percussion, cordes), 1985-1986, 80’, livret : le compositeur, d’après un roman de Oiva Paloheimo (Tirlittan, 1953) et des poèmes de Leena Krohn (finnois). Se compose de sept scènes, commande : Centre des Affaires culturelles de la ville d’Helsinki, création : Helsinki, centre culturel de la ville, 31 janvier 1987, avec Luis Ramirez, dir. Heikki Värtsi. Son plus grand succès. ♦ Seitsemän huivia (The Seven Veils/Les Sept foulards), opéra en 3 acte avec prologue et épilogue, 1989-1990, 150’, livret : Vesa-Tapio Valo, pour 7 solistes, chœur de jeunes SSA, kantele/clacevin, célesta, piano joué, 2 percussions et cordes, commande : Théâtre de la Ville de Kokkola, création : Salle Snellman, Kokkola, 19 octobre 1990, chœur de jeunes de la ville, Orchestre de chambre d’Ostrobotnie, dir. Pekka Haapasalo. Kimmo Kahra, s’appuie sur le personnage, fameux chanteur de runos et joueur de kantele du 19e siècle, Kreeta Haapasalo. La musique est davantage proche du minimalisme et des clusters que de la musique folklorique. ♦ Oi ihana Panama (The Trip to Panama/Oh, wie schön ist Panama), conte de fées musical pour narrateur, flûte à bec alto, clavecin et petit orchestre, 1989, 28’, texte : Janosh, traduit en finnois par Riitta Mäyrälä, commande : Radio finlandaise. ♦ Vaarallinen matka (The Dangerous Journey), musique pour une pièce d’enfants d’après Tove Jansson, pour flûte/flûte alto/piccolo et 2 percussions, 1990, 30’, commande : Teatri 2000, création : Teatri 2000, dir. , 19 janvier 1991. ♦

Musique chorale et vocale : Drummelpetter-sånger (Rumpelstiltskin songs), pour trois groupes de chœur de jeunes, groupe choral d’enfants et ensemble de chambre, 1974, 18’, commande : Nomus-Nordic Council of Ministers, textes : Heinrich Hoffmann traduit en suédois par auteur inconnu, traduit en finnois par Juhani Aho, création : Copenhague, 1974, chœur de filles de l’école Zahles, dir. Jørgen Berg. ♦ Maria-lauluja kokoelmasta Piae Cantiones (Maria chants from the song collection Piae Cantiones), pour chœur de jeunes, ensemble instrumental et deux récitants, 1980, 15’, texte latin et finnois, création : Helsinki, 16 décembre 1982, chœur d’enfants de la Radio finlandaise, dir. Heinz Hoffman. ♦ Kreikkalaisia lauluja (Greek Songs), cycle de chansons pour mezzo-soprano et guitare, 1980, 10’30, textes : anciens poèmes grecs traduits en finnois par Pentti Saarikoski, création : 1980, Eeva-Liisa Naumanen (mezzo-soprano), Pekka Vesanen (guitare). ♦ Huilunsoittaja (Der Flötenspieler), cycle de chansons pour mezzo-soprano et ensemble d’instruments de la Renaissance, 1980, 11’30, textes : Hermannn Hesse, traduit en finnois par Anna-Maija Raittila, création radio : 1980, Eeva-Liisa Naumanen (mezzo-soprano), Risto Lauriala (piano), création (version pour baryton et harpe) : Pekka Haahti (baryton), Saija Lahtinen (harpe), Helsinki, 30 janvier 2005. Deux possibilités : 1. mezzo-soprano, flûtes à bec, Fidel (précurseur de la vièle), viole de gambe, luth ; 2. mezzo-sopranos,/piano, soprano/piano, basse/piano. ♦ In hoc vitae stadio, pour chœur mixte à 8 parties, 1981, 4’30, d’après une mélodie du recueil des Piae Cantiones, second prix d’un concours de composition pour des arrangements des Piae Cantiones de SULASOL (Association des musiciens amateurs finlandais), création : Ginnungagap-ensemble, Oslo, kirkemusikfestival, Gamle Aker Kirke, 15 mars 2004. ♦ Vägehens otetut neidizet (The Abduction), chœur de femmes, 4 solistes, récitant et 2 kantele à 5 cordes, 1982, 13’30, texte : Ogoi Meäränen, Premier prix d’un concours de composition du Hartwall Fund of the Karelian Federation, création : 29 mai 1983, Chœur d’enfants et de jeunes de la Radio finlandaise, dir. Heinz Hoffman. Il y montre un intérêt pour le folklore. ♦ Romanssi kuusta (Romance de la luna, luna), pour mezzo-soprano et piano, 1982, 5’30, texte : Federico Garcia Lorca, traduit en finnois par Matti Rossi, composé pour la compétition de chant de Lappeenranta 1982, création : Lappeenranta 1985, Tanja Kaupinen (soprano), Markus Lehtinen (piano). ♦ Kaiju vaijun, chanson pour deux chœurs mixtes, d’après une chanson tzigane finlandaise, 1982, 3’30, second d’un concours de composition du Festival de musique populaire d’Ostrobotnie du Sud 1983, création : Helsinki, 1983, POL (Les chanteurs étudiants d’Ostrobotnie), dir. Pekka Jalkane. ♦ Ku ten ten, pour double chœur mixte d’après une chanson tzigane finlandaise, 1983, 6’, création : Helsinki, 1983, POL (The Ostrobotnian Student Singers), dir. ¨Pekka Jalkanen. ♦ Markkinaveisu (At the Fair), pour chœur mixte, 1983, 2’, texte : Tellervo Ahonen, création : 1983, Helsinki, POL (The Ostrobotnian Student Singers), dir. ¨Pekka Jalkanen. ♦ Tuli sirkus kaupunklin (The Circus Comes To Town), pour chœur de jeunes et ensemble de cordes, 1984, 4’50, texte : P. Mustapää, second prix du concours de composition de la ville d’Helsinki (Affaires culturelles) 1984, création : Helsinki, 26 octobre 1984, Kontulan Lapsikuoro, dir. Eila Lepistö. ♦ Katrin parannus (Katri’s Salvation), pour six voix d’hommes, d’après un texte du Kanteletar (finnois), 1984, 4’, commande : Köyhät Ritarit Ensemble, création : Helsinki, 1er mars 1985, Köyhät Ritarit Ensemble. ♦ Ahomansikoita (Wild Sytawberries), suite sur des poèmes chreremissian pour un film de Markku Lehmuskallio, pour chœur SSAATB, 1984, 4’20, texte : poésie populaire finnoise. ♦ Piika pikkarainen (The Little Lass), un conte de Noël pour chœur d’enfants, récitants enfants, kantele et cloches, 1985, 13’, texte : poèmes et légendes du folklore d’Ingrie (Ingrian), création : 3 décembre 1985, Chœur d’enfants de la Radio finlandaise, dir. Heinz Hoffman, premier prix d’une compétition d’une œuvre pour enfants organisée par le Comité artistique de la province de Uusimaa 1985. ♦ Balladi uusista vaatteista, (Ballade of the New Costume) pour 8 voix d’hommes, 1985, 6’, texte : P. Mustapää (finnois), commande : Kamariherrat (The Chamberlains), création : Helsinki, 1er février 1986, The Chamberlains. ♦ Savonmaan herjaamisesta (The Denigration of Savo), pour chœur parlé, chœur de filles, chœur de femmes et chœur d’hommes, récitant enfant et kantele, 1985, 7’, commande : Ville de Rautalampi pour son 425e anniversaire, création : Rautalampi, 14 juillet 1986 ; texte : Paavo Korhonen. ♦ Suomalainen tragedia (A Finnish Tragedy), pour chœur mixte, 1986, 5’, texte : Matti Ross, commande : Musica Choir, création : Jyväskylä, The Musica Choir, dir. Pekka Kostiainen, 1987. ♦ Iltasella (Eventide), pour chœur mixte et deux barytons, 1987, 4’, texte : poésie populaire finlandaise, second prix d’un concours de composition de Octatus Association. ♦ Oi ihana Panama (The Trip to Panama), un conte de fées musical pour narrateur, flûte à bec alto, clavecin et petit orchestre, 1989. ♦ Valkea hevonen (White Horse), pour chœur mixte SSAATTBB, solistes : SA (6) et baryton, 1992, 30’, texte : Helvi Hämäläinen (finnois), commande : Koiton Laulu Choir pour son 40e anniversaire, création : Koiton Laulu Choir, dir. Matti Perttula, Helsinki, 12 décembre 1992. ♦ Suomalais-suku (The Finnish Ancestry), pour chœur mixte, soliste : SSA, 1993, 9’, texte : Helvi Hämäläien (finnois), création : Chœur de chambre de la Radio finlandaise, dir. Tiumo Nuoranne, Kaustinen, 30 janvier 2001. ♦ Anakreon, Heliodora, cycle de chansons pour soprano, flûte à bec aigue et piano, 1994, 16’30, textes : poètes grecs anciens, traduction finnoise de Pentti Saarikoski, commande : Rabbe Forsman, création : Anna Koivula-Paraczky (soprano), Eero Saunamäki (flûte à bec), Marko Hilpo (piano), Helsinki, 12 mars 2006. ♦ Lapin valkeat yöt (White Nights of Lapland), pour mezzo-soprano solo et choeur de jeunes SA, 1995, 13’30, texte : Helvi HämÄläinen (finnois), commande : SULASOL, création : Sanna Kurki-Suonio (mezzo-soprano), The Daughter of Baltic Choir, dir. Iris Sundberg, Helsinki, 15 mai 1995. ♦ Yrtti (The Herb), pour mezzo-soprano et kantele, 1997, 25’, texte : Gilgamesh (traduit en finnois par Armas Salonen), création : Sanna Kurki-Suonio (mezzo-soprano), Ritva Koistinen (kantele), Helsinki, 22 octobre 1999. ♦ Tähdet yllä tähdet alla (Stars Above and Stars Below), cycle de chansons pour mezzo-soprano et kantele, 1998, 13’, texte : Eino Leino (finnois), commande : International Consulting Paalu Ltd, création : Sanna Kurki-Suonio (mezzo-soprano), Ritva Koistinen (kantele), concert pour le 120e anniversaire de Eino Leino, Rautalampi, 4 juillet 1998. ♦ Joutsentukkaiset (With Swan Hair), pour voix solo, 1999, 15’, commande : Heikki Laitinen, texte : Helvi Hämäläinen . ♦ Muaemo (Mother Earth), un conte de Noël pour ethno-mezzo-soprano, chœur mixte et ensemble instrumental, d’après des poèmes folkloriques caréliens, 1999, 10’, commande : Chœur de chambre de la Radio finlandaise, création : Tellu Virkkala (ethno-mezzo-soprano), Chœur de chambre de la Radio finlandaise, Tallari, dir. Timo Nuoranne, Helsinki, 19 décembre 1999. ♦ Iloveet, Chamber oratory for ethno mezzo-soprano et chœur de femme d’après les mélodies de Larin Paraske et ingriennes, 2004, 20’, commande : Société finlandaise de littérature, création : Sanna Kurki-Suonio (mezzo-soprano), Chœur de chambre Vantaa, dir. Ilona Korhonen, Helsinki, 29 octobre 2004. ♦ Joulusatu Tongalta, pour voix et piano, 2004, 4’, texte : Jukka Virtanen (finnois), commande : Pekka Haahti. ♦ Tänä keväänä, pour baryton/mezzo-soprano et harpe/kantele/clavecin/piano, 2004, 7’, texte : Eeva-Liisa Manner et William Shakespeare (traduction finnoise Aale Tynni), commande : Pekka Haahti, création : Pekka Haahti (baryton), Saija Lahtinen (harpe), Helsinki, 30 janvier 2005. ♦ Tänä kevaäänä, pour baryton/mezzo-soprano et harpe/kantele/clavecin/piano, 2004, 7’ commande : Pekka Haahti, création : Pekka Haahti (baryton), Saija Lahtinen (harpe), Helsinki, 30 janvier 2005. ♦ Punaiset varjo, pour chœur mixte, 2005, 10’, texte : Helvi Hämäläinen (finnois), commande : Cantabile Choir en 2004, création : Cantabile Choir, dir. Pasi Hyökki, Helsinki, 23 mai 2006. ♦ Svjatyj Bozhe, pour chœur mixte, 2006, 5’, commande : Kalevala Society, création : Uspenski Cathedral Choir, Turku, 18 octobre 2007. ♦

Musique de film : plusieurs musiques de film (en général dans le cadre de la musique de chambre) dont Halla (Night Frost), 1977, 18’30, suite pour 4 instruments (2 violons, violoncelle et contrebasse) pour un film de Kari Liila, création : 1977, et pour un film sur le peinture expressionniste Hugo Simberg, pour 4 instruments à cordes, partition réarrangée ultérieurement pour orchestre à cordes. ♦ Sijan tiiän kussa synnyin (I Know The Place Where I Was Born), 1981, 45’, sur des chants du Kalevala et des lamentations arrangées en style authentique pour divers ensembles vocaux et solistes. ♦ Ylioppilas ja piru (The Student and the Devil), musique de scène pour quatuor à cordes pour un film de Claes Olsson, 7’30, création : 1981, dir. Claes Olsson. ♦ Musique pour le film TV de Sakari Puurunen sur le chanteur de runos Larin Paraske, 1983. ♦ Sininen imettäjä (The Blue Mammy), 1984, pour violoncelle solo, trio à cordes, voix d’alto et chœur mixte, 30’, musique de scène pour un film de Markku Lehmuskallio, 1984. ♦ Petteri ja yö (Peter and the Night), musique de scène pour flûte, trio à cordes et percussion, 9’30, pour un film de Claes Olsson, 1984. ♦ Ahomansikoita (Wild Strawberries), suite Chreremissian folk poems pour un film de Markku Lehmuskallio, pour chœur SSAATB, 1984, 4’30. ♦

Musique pour la scène : Landet som icke är (The Land That is Not), suite pour alto et piano, 13’30, création : Théâtre télévisé, 1977, dir. Tuija-Maija Niskanen. ♦ Seitsemän veljestä (The Seven Brothers), musique de scène pour un film d’animation de Riitta Nelimarkka et Jaakko Seeck, pour hautbois, clarinette, trombone, 2 violons, violoncelle et contrebasse, 65’30, création en 1979. ♦ Kirjava Kissa ja Tytti Pääskynen (O Gato Malhado e a Andorinha Sinha : Uma Historia de Amor), musique pour livre d’enfants de Jorge Amado, avec mezzo-soprano, trio à cordes, instruments populaires latino-américains, 40’, création : Radio finlandaise, programme pour enfants, 1987. ♦

JÄRNEFELT.

Famille d’intellectuels et d’artistes finlandais. Elle deviendra la belle famille de Jean Sibelius lorsqu’il épousera Aino.

JÄRNEFELT, (Edvard) Armas (Vyborg, 14 août 1869 – Stockholm, 23 juin 1958). Chef d’orchestre et compositeur suédois d’origine finlandaise. Beau-frère et ami de Sibelius.

Vie

Armas Järnefelt appartient à une famille très cultivée et très connue qui a écrit une grande page de l’histoire politique et artistique de la Finlande. Après l’achèvement de ses études secondaires, il commence son droit à l’Université d’Helsinki tout en entamant une formation musicale. Il étudie au Conservatoire (Institut de musique) d’Helsinki entre 1887 et 1890 avec Martin Wegelius (composition) et (piano). C’est là qu’il rencontre le futur compositeur, et son futur beau-frère, Jean Sibelius. Il étudie avec passion et devient un excellent pianiste et musicien. Il poursuit sa formation à Berlin avec Albert Becker (1890 à 1893) et au Conservatoire de Paris avec Jules Massenet (1893-1894). C’est pendant ses études en Allemagne qu’il apprend la direction d’orchestre.

Il commence par être co-répétiteur puis répétiteur d’opéra à Magdebourg (1896), puis à Breslau et à Düsseldorf (1896-1897). En Allemagne, il tombe sous le charme de l’art wagnérien. « J’étais bouleversé par une insatiable fièvre Wagner. J’étais comme un drogué dépendant », confiera-t-il. En assistant aux représentations dirigées par Hans von Bülow et Carl Muck, il découvre avec délectation des oeuvres de Wagner mais aussi de Brahms et Beethoven. Le fameux deviendra un ami pour la vie. Pendant cette période, il se marie avec une jeune chanteuse finlandaise, Maikki Pakarinen. Ils iront ensemble travailler dans les opéras de Breslau, Düsseldorf et Magdebourg. Elle comme chanteuse et lui comme chef d’orchestre suppléant ou occasionnel et répétiteur de chant. De la sorte, il apprend toutes les ficelles du métier et acquiert une grande expérience. Il deviendra également un très fin chef d’orchestre et pianiste accompagnateur de sa femme. Ils se rendront à plusieurs reprises à Bayreuth devenant de plus en plus fascinés par l’art de Wagner. Lorsqu’il retourne en Finlande, en 1898, il prend la tête du modeste orchestre municipal de Vyborg (Viipuri), sa ville natale, jusqu’en 1903. Formation connue aussi comme l’Orchestre des amis de la musique de Viipuri. Il enseigne également à l’Institut de musique d’Helsinki où parmi ses élèves se trouvent Toivo Kuula et , qui eux mêmes conduiront plus tard l’orchestre de Viipuri. Viipuri était alors un centre musical très actif situé sur un axe reliant Saint-Pétersbourg à Helsinki et Stockholm.

Armas et Maikki Järnefelt organisent de nombreuses tournées de concerts. Lui dirige 11 fois l’opéra de Wagner Tannhäuser à Helsinki (sa femme y chante le rôle d’Elisabeth). Cette série de représentations marqua une étape importante de la vie musicale de la capitale. Nous sommes au début du 20e siècle et au Théâtre national finlandais d’Helsinki. En 1903, il reçoit une bourse de voyage du gouvernement. Entre 1904 et 1906 il dirige des opéras au Théâtre national finlandais. En 1905 et 1906, sa réputation l’ayant précédé, il dirige au Théâtre royal de Stockholm (opéra). Il présente tous les opéras de Wagner à l’exception de Rienzi.

Il devient directeur de l’Institut de musique d’Helsinki en 1906-1907. Il est élu à l’Académie royale de musique de Suède en 1908 et prend la nationalité suédoise en 1910. On sait cependant qu’il demeura profondément finlandais et fidèle à ses origines mais vivra ensuite la plus grande partie de son existence en Suède. Il y gagnera une puissante renommée et y jouira d’un franc succès. Il élèvera à un haut niveau la vie musicale de son pays d’adoption. Encore en 1907, il dirige l’Orchestre de l’Opéra royal de Stockholm, en 1910, il est chef d’orchestre à la cour. Premier chef à l’Opéra royal de 1923 à 1932, puis à l’Opéra national finlandais de 1932 à 1936 et à l’Orchestre philharmonique d’Helsinki de 1942 à 1943. Chef invité en Suède, Finlande, Berlin, Vienne, Rome et Budapest. Nommé professeur honoraire en 1940 et doctor honoris causa de l’Université d’Helsinki en 1957.

Il s’était marié avec la soprano finlandaise Maikki Pakarinen en 1893 (qu’il accompagne en récitals au piano) dont il divorcera en 1908. En 1910, il épouse une autre chanteuse, suédoise celle-là, Liva (Olivia) Edström (1876-1971). Par ailleurs, il était, on l’a dit, le beau-frère de Jean Sibelius qui avait épousé sa sœur Aïno Järnefelt.

C’est lui qui introduit en Suède la Symphonie n° 8 dite « des Mille » de Mahler et les Gurrelieder de Schoenberg. Il fait autorité dans les interprétations de la musique de Sibelius. Ses interprétations de Beethoven et Mozart, de Beethoven et Wagner font également autorité.

Järnefelt appartient à l’une des plus grandes familles finnoises, une de celles qui ont largement contribué à la vie culturelle du pays. En effet, son frère Eero était un peintre bien connu, son frère Arvid un écrivain reconnu et sa sœur Aïno était l’épouse du célèbre compositeur Jean Sibelius. Son père était le général Järnefelt, militaire et gouverneur de province. Sa mère très ouverte tenait salon et fréquenta Tolstoï.

Il nous manque beaucoup d’informations précises sur le catalogue de ses œuvres, sur les dates des concerts et les œuvres interprétées, les coupures de presse…, plusieurs de ses partitions n’ont pas été publiées, d’autres n’ont jamais été jouées et certaines ont été déposées à la Bibliothèque de l’Université d’Helsinki. Il n’existe pas bien sûr de catalogue complet ni a fortiori d’analyses détaillées de sa musique.

Esthétique

Si ses études à l’étranger lui ouvrent les yeux sur la culture centro-européenne (notamment l’opéra et la symphonie), il a composé quelques œuvres dans un style national finlandais (romantique) de qualité mais sans jamais atteindre l’originalité foncière de Sibelius. Néanmoins deux pièces modestes comme Berceuse et Prélude lui ont apporté une réelle renommée internationale. Le reste de sa production est longtemps totalement tombé dans l’oubli complet. Tout récemment l’enregistrement discographique semble lui donner une deuxième chance. Il a défendu avec ardeur la musique de son beau-frère Jean Sibelius (tout comme Kajanus et Schnéevoigt). L’indéniable talent de Sibelius l’a plus que probablement conduit à réduire ses prétentions créatrices. Il déclare : « Sibelius était pour moi comme l’incarnation de la musique. Son approche audacieuse et originale était une inspiration, mais les voies nouvelles et inatteignables qu’il explora créaient chez moi la confusion et même la paralysie. Après l’écoute de sa musique, longtemps je ne me sentais plus capable d’écrire une musique personnelle, cela semblait sans espoir de toujours contempler de telles voies… » On sait que cette quasi paralysie, ici clairement exprimée, toucha également d’autres intervenants de la vie musicale finlandaise. On pense bien sûr à qui dit, en substance, à peu près la même chose.

Järnefelt se range parmi les lyriques issus du romantisme tempéré. Il ne compose pas de grande partitions après être entré en contact avec les musiques de Sibelius. Sa musique s’avère élégante et discrètement lyrique. De ses contacts prolongés et intimes avec les opéras de Wagner il devient un fervent wagnérien pour le restant de sa vie sans pour autant s’inscrire comme un épigone. Il est fort possible que Massenet qui était aussi un fervent wagnérien l’ait conduit vers cette direction esthétique. Il semble avoir été très critique vis-à-vis de sa production et en dernière analyse froidement conscient du niveau réel de sa création artistique. Ceci en grande partie en rapport avec le génial catalogue de son beau-frère qui assurément le distançait, lui et ses contemporains finlandais. « Lorsque l’on dirige en permanence les œuvres des grands maîtres, on prend conscience de sa propre insignifiance. » Par ailleurs, tout au long de sa carrière il rejettera le modernisme musical de son temps. Néanmoins, ses chansons pour chœur d’hommes paraissent assez modernes et parfois assez osées, voire dissonantes. Quelques-unes sont encore appréciées, d’autres ne sont que très rarement interprétées. Dans ses chansons, le plus souvent de style national-romantique finlandais, il s’appuie sur d’anciens chants runos de Carélie ; il s’inspire aussi de l’esprit national épique dont le représentant essentiel est le Kalevala. Ses premières chansons sont directement inspirées du folklore, les suivantes sont marquées par l’impressionnisme et parfois portent des traits expressionnistes. Les traits caractéristiques des chansons de Järnefelt reposent sur le travail mélodique, le cantabile, la couleur harmonique et un certain climat nordique. Il s’y révèle un très habile artisan. On note aussi une atmosphère romantique dans les tons en mineur, des berceuses, des éclats de joie de vivre en clé majeure. Existent aussi des ballades dramatiques rappelant l’opéra. Ardant fennophile, il met en musique de nombreux textes finnois, alors qu’en général l’élite intellectuelle préférait largement les poèmes en suédois. Ses premières chansons dégagent une saveur de musique populaire avec des figures mélodiques typiques du kantele. Järnefelt écrivit plusieurs de ses chansons à l’intention de ses deux épouses, chanteuses.

Œuvres

Musique pour orchestre : Ouverture lyrique, 1890, 10’, de forme sonate, son thème principal rappelle Mendelssohn tandis que le final évoque l’influence manifeste de Wagner. Musique équilibrée, bien écrite pour l’orchestre, de belle sonorité, pièce nationale romantique et lyrique. ♦ Serenade, 1893, 30’, six parties : 1. Allegretto quasi marcia, 2. Andante espressivo, 3. Adagio, 4. Allegretto, 5. Sostenuto, 6. Allegro vivace. ♦ Korsholm, poème symphonique, 1894, 17’, commande : Festival de musique et de chant de Vaasa, création : Vaasa, 1894, son œuvre principale pour grand orchestre, composée à l’âge de 25 ans, Il le dirige avec grand succès à Stockholm en 1903. Il tente de combiner des éléments wagnériens et d’autres éléments nationaux finlandais, large utilisation des instruments à vent pour produire des effets dramatiques. Dans la version originale le compositeur prévoit six trompettes, ce nombre sera réduit à trois ultérieurement. De nature assez typique du national romantisme. ♦ Fantaisie symphonique, 1895, 12’. ♦ Suite en mi bémol majeur, 1897, 21’, cinq sections : 1. Andantino, 2. Adagio quasi andante, 3. Presto, 4. Lento assai, 5. Allegro feroce. ♦ Berceuse, pour petit orchestre (Kehtolaulu), 1904, 3’30, initialement écrite pour violon et piano, dédiée à sa fille Eva. Une des pièces les plus souvent jouées de la musique finlandaise. Existe aussi sous différentes combinaisons instrumentales. ♦ Praeludium (Preludi) pour petit orchestre, 1899-1900, 3’, initialement premier des cinq mouvements d’une sérénade orchestrale et en définitive devenue pièce indépendance ayant reçu, elle aussi, de nombreux arrangements. Une des musiques les plus souvent jouées de la musique finlandaise. ♦ Suite de « Det förlovade landet » (The Promise Land), 1907, rév. 1919, 14’, trois sections : 1. Introduction (Israels Fångenskap/Israel’s Captivity/Johdanto), 2. Elitzebas klagan (Elitzeba’s Lament/Elitzeban valitus), 3. Dance (Danse/Tanssi). ♦ Aamulla varhain (Early in the Morning), pour orchestre, sd, 5’. ♦ Forsfärden (Shooting the Rapids), poème symphonique, 1919, 12’, faisait partie de la musique pour Sången om den eldröda blomman (Song of the Crimson Flower). ♦ Slagsmålet (The Fight), 1919, 2’, faisait partie de la musique pour Sången om den eldröda blomman (Song of the Crimson Flower). ♦ Song of the Crimson Flower (le Chant de la fleur pourpre) est une musique de film (1919) basée sur un roman éponyme de l’auteur finlandais Johannes Linnankoski. Pour la première fois en Suède une musique était composée pour un film et l’opération souleva un grand intérêt dans les milieux artistiques. Après avoir vu le film Järnefelt composa de la musique pendant trois mois. « C’était une expérience totalement nouvelle pour moi », confia-t-il au journal Svenska Dagbladet. La musique repose entièrement sur des chansons populaires, certaines sont des mélodies dans le style populaire mais la majeure partie est composée pour le film lui-même. Il en tira aussi ensuite une suite orchestrale dont par exemple Shooting the Rapids devient un poème symphonique indépendant, existe aussi un arrangement pour piano. ♦

Musique chorale : Isänmaan kasvot (The Face of the Fatherland), cantate pour soprano, baryton, chœur mixte et orchestre, 1927, 25’, texte : finnois, Turku, 1927. ♦ Päivänpoika (Son of Day), cantate pour baryton, chœur d’hommes, orchestre, 1939, 14’, texte : Eino Leino (finnois). ♦ Temppelinrakentajat (The Temple Builders), cantate pour chœur mixte, orchestre, 1940, 30’, texte : V.A. Koskenniemi (finnois), Helsinki, 1940. ♦ Åbo slott (Turku Castle), pour voix d’hommes, vents et contrebasse. ♦ Encore une douzaine de cantates… ♦

Chœurs d’hommes a cappella : Laulujan koti (The singer’s Home), texte : Antti Räty, 2’30. ♦ Onnelliset (The Happy Ones), texte : Aleksis Kivi, 3’. ♦ Paimenen pyhä (The Herdgirl’s Sunday), texte : Jooseppi Mustakallio, 3’. ♦ Peltmiehen syyslaulu (The Farmer’s Autumn Song), texte : anonyme, 3’. ♦ Sirkka (The Grasshopper), texte : Samuli Kustaa Kallio, 1’30. ♦ Monimorsiamellinen (The Man With Many Brides), texte : Kanteletar, 1’40. ♦ Paimenten ilo (Happiness of the Herders), texte : Kanteletar, 2’. ♦ Mennyt (The Departed One), texte : Z. Topelius, trad. Heikki Klemetti, 2’30. ♦ Wanderers Nachtlied (The Wanderer’s Night Song), texte : Goethe, 2’. ♦ Vill du komma med mig (Dost Thou Want to Come With Me), texte : J.J. Wecksell, 2’. ♦ Pois meni merchen päivä (Day is Sunk into the Sea), texte : Samuli Kustaa Kallio, 2’. ♦ Jes siunatkoon (Lord bless me), texte : Eino Leino, 2’30. ♦ Matkalla (On the Road), texte : Jooseppi Mustakallio, 1’30. ♦ Uusi kulta ja vanha kulta (New Love and Old Love), texte : Ilmari Calamius, 1’30. ♦ Nyt valitkaa ! (Now Make Your Choice), texte : Severi Nuormaa, 1’30. ♦ Onneni saari (My Isle of Happiness), texte : Jussi Snellman, 3’30. ♦

Musique pour voix soliste et piano : une soixantaine de mélodies de belle qualité. Parmi elles il nous faut citer les suivantes : Sunnuntaina (On Sunday), 2’, texte : Kasimir Leino, avec accompagnement de cloches d’église. ♦ Skymning (Twilight), 2’, texte : Alceste, sensibilité romantique, mélancolie rêveuse. ♦ Puhjetessa kukka puhtahin (A Flower Is Purest When Blossoming), 1’30, texte : J.H. Erkko, ode à la beauté virginale qui s’éveille. ♦ Kanteteelle (To the Kantele), 2’30, texte : Kustaa Killinen, à la saveur nationale. ♦ Suvirannalla (Summer Shore), 1’, texte : Väinö Siikaniemi. ♦ När alla klockor klämtat tolf (When All Clocks Have Struck Twelve), 4’, texte : Alceste, d’effet soporifique. ♦ Köyhä (The Poor One), 3’, texte : Otto Manninen, affiche exceptionnellement chez ce compositeur des traits expressionnistes. ♦ Kehtolaulu (Liekku liiku) (Lullaby (Rock,O Cradle), 3’, texte : Mustakallio. ♦ En drömmares sång till livet (A Dreamer’s Song to Life), 4’, texte : Jacob Tegengren, pièce dramatique et pompeuse mais non dénuée d’humilité. ♦ Du (You) 2’, texte : Karl Asplund dédié à sa seconde femme Liva, romantiquement amoureux. ♦ Isänmaan kasvot (The Face of the Fatherland), 3’, texte : V.A. Koskenniemi, chanson patriotique robuste, version pour voix et piano d’un mouvement de cantate chorale portant le même titre. ♦ Aallon kahtolaulu (Lullaby to a Breaker), 2’30, texte : Isa Asp, une de ses chansons les plus connues. ♦ I solnedgången (At Sunset), 2’, texte : Gustaf Fröding, nostalgique, autour de l’éphémère de la vie. ♦ Laula, laula ! (Sing, Sing !), 3’30, texte : Kustaa Killinen, une de ses premières chansons, romantique et folklorique. ♦ Solsken (Sunshine), 2’, texte : Jonatan Reuter, brillante impression de la joie de vivre en été. ♦ Unelma (Dream), 3’40, texte : Eino Pakarinen, l’auteur est le beau-frère du compositeur, l’attente pour la paix spirituelle. ♦ Lina, 2’, texte : Emil Kléen, décrit le quotidien d’une jeune fille. ♦ En spel-och dansvisa (A Fiddling and Dancing Tune), 2’30, texte : Jacob Tegengren, évocation rafraîchissante du violon populaire. ♦ Titania, 1’30 texte : Gustav Fröding. ♦ Kehtolaulu (Hiljaa, hiljaa), Lullaby (Soft, soft), 2’, texte : Mustakallio. ♦ Toivoni (My Hope), 1’50, texte : Paavo Cajander, belle et puissante inspiration. ♦ Leivo (The Lark), 2’30, texte : A. Rahkonen, pièce vive. ♦ Liekku liiku (Rock, O Cradle), berceuse inspirée. ♦ Hiljaa, hiljaa (Soft, soft), douce berceuse, parmi les meilleures produites en Finlande. ♦

Musique pour voix soliste et orchestre : Sunshine (Solsken), 1892, rév. 1939, 2’, d’après Jonathan Reuter (suédois, allemand). ♦ Dreamer’s Song to Life (En drömmarens sång till livet), pour voix et orchestre, 1940, 4’, texte : Jacob Tegengren (suédois). ♦ The Sound of Home (Heimatklang), pour baryton et orchestre, sd, 5’, texte : N. Lenau (allemand). ♦ The Three (Dei drei), pour baryton et orchestre, sd, 2’, texte : N. Lenau (allemand). ♦ You (Du), pour voix et petit orchestre, sd, 1’, texte : Kai Asplund (suédois) ♦ Sunday (Sunnuntaina), pour voix et orchestre, sd, 2’, texte : K. Leino (finnois). ♦ The Flying Dutchman (Den flygande Holländaren), pour voix et orchestre, sd, 4’, texte : Bertel Gripenberg (suédois). ♦ Lina, pour voix et petit orchestre, sd, 1’, texte : E. Kleé, (suédois), R. Kahilainen (finnois). ♦ Titania, pour voix et petit orchestre, sd, 3’, texte : Gustaf Fröding (suédois), R. Kahilainen (finnois, allemand). ♦

Musique de scènes : dont la Musique pour les Oiseaux d’Aristophane (création à Stockholm, 1926) ♦ Musique de scène pour Titus (Musiikkia näytelmään Titus), pour chœur d’hommes et orchestre, sd, 2’, texte : Arvid Järnefelt. ♦ Musique de scène pour The Promised Land (Musiikkia näytelmään Luvattu maa), pour orchestre, sd, texte : Immi Helen. ♦

Musique de chambre : PréludeBerceuse (Lullaby), pour violoncelle et piano, 1’40, a connu de nombreux arrangements, écrit à l’origine pour la violoniste Sigrid Lindberg, connaît une destinée merveilleuse. ♦

Musique pour le cinéma. Musique pour piano.

JÄRNEFELT, Liva. Née Olivia Edström (18 mars 1876-24 juin 1971). Suédoise.

Cantatrice (mezzo-soprano), seconde épouse de Armas Järnefelt.

Après ses études au Conservatoire de musique de Stockholm (1894-1897) elle chante au Théâtre royal de la même ville de 1898 à 1926. Reçoit le titre Litteris et Artibus en 1920. Elue membre de l’Académie royale de musique le 27 novembre 1924.

JÄRNEFELT, Maikki (née PAKARINEN) (Joensuu, 26 août 1871 – Turku, 4 juillet 1929). Soprano, elle épouse Armas Järnefelt en 1893. Ils divorcent en 1908. Elle se remarie avec un autre compositeur finlandais, Selim Palmgren.

Elle étudie à l’Institut de Musique d’Helsinki avec le célèbre Ojanperä. Elève de Mathilde Marchesi à Paris, elle étudie encore à Berlin et en Italie, sa renommée s’étend rapidement sur une bonne partie de l’Europe musicale. Elle donne son premier concert à Helsinki en 1890. Elle chante dans diverses compagnies d’opéra en Allemagne (Breslau, Berlin, Magdebourg, Düsseldorf). Artiste invitée du Festival de Bayreuth en 1899. Elle chante encore à Turin et à Rimini en 1906. Après son mariage avec Armas Järnefelt (1893) elle donne ses premiers rôles wagnériens en Finlande (Tännhauser en 1904, Walkyrie en 1905). En Italie, elle prend un autre nom de scène : Maria Campoferro. Elle chante dans diverses productions d’opéra comme invitée à Vienne, Brême, Copenhague et Stockholm. Lorsqu’elle se retire de la scène d’opéra elle se produit abondamment lors de tournées de concert en Europe.

Elle se marie en secondes noces avec le compositeur finlandais Selim Palmgren (1910). Elle séjourne plusieurs années aux USA (1921 – 1926), y donne des concerts et se consacre à l’enseignement tandis que son mari enseigne à l’Eastman School of Music de Rochester, New York.

On la considère comme une des plus grandes interprètes de la chanson finnoise. Ses rôles wagnériens étaient fort prisés. Pédagogue recherchée et appréciée (elle a formé toute une génération de chanteurs), elle laisse le souvenir d’une voix riche en couleur, d’un tempérament vif et d’une chaleur interprétative peu commune.

Elle a publié deux ouvrages où elle consigne ses méthodes pédagogiques (1917 et 1919).

Notons pour la petite histoire qu’une de ses étudiantes, Minna Talwik, se mariera avec Selim Palmgren après sa mort soudaine et brutale à l’âge de 58 ans, alors qu’elle était en répétition.

JAZZ, INFLUENCES DU

Se sont rapprochés plus ou moins longtemps et profondément du jazz des artistes récents comme Otto Donner, Teppo Hauta-Aho (dans les années 1970), Heikki Sarmanto et Esa Helasvuo. Voir Festival de jazz de Pori créé en 1966. et Orchestre UMO (Orchestre de musique nouvelle)

JEUNESSES MUSICALES DE FINLANDE [Finnish Musical Youth]

Fondées en 1957 par Matti Rautio et Seppo Nummi, ses activités dureront jusqu’en 1965. Elles ont pour présidents les compositeurs Kaj Chydenius et Erkki Salmenhaara puis le critique musical Seppo Heikinheimo entre 1961 et 1964. Autres membres : Kari Rydman, Henrik Otto Donner, Seppo Heikinheimo…

L’organisation constitue un terrain d’expérimentation pour de jeunes compositeurs en Finlande. Elle s’était fixée pour but d’introduire dans le pays les dernières avancées de la musique centro-européenne. Organise des écoutes discographiques, des conférences et débats ainsi que des concerts. Elle est le vecteur de présentations finlandaises d’œuvres de Webern, Stockhausen, Boulez, Cage, Ligeti, Berio, des avant-gardistes polonais. Elle organise des invitations de certains de ces maîtres contemporains (Stockhausen par trois fois, Nono par deux fois, Cage, Ligeti, Maderna, Lutoslawski, Penderecki). Après avoir tenté de promouvoir le sérialisme, sans grand succès il faut le dire, auprès du public finlandais, la société élargit ses pôles d’investigations : technique des champs sonores, notation graphique, happening, improvisation… puis collages, citations, rappels stylistiques…

Un critique passablement irrité par ces manifestations (Nils-Erik Ringbom) qualifia leurs concerts et productions de « concerts de chambre de nurseries ».

JOENSUU CITY ORCHESTRA : cf. Orchestre de la Ville de Joensuu

JOENSUU (FESTIVAL DE CHANT DE)

Fondé en 1980. Ville de Carélie du Nord porteuse dit-on de l’héritage de l’esprit du Kalevala. Le festival dure huit jours au cours de la troisième semaine du mois de juin. S’y produisent des chœurs et des orchestres de haut niveau, venus du pays ou de l’étranger, mais propose aussi des conférences, des pièces, des films, diverses expositions. en a été le directeur artistique, il a été remplacé par le pianiste Gustav Djupsjöbacka. Le festival a passé des commandes d’opéras, d’œuvres chorales et de ballets (Leonid Bashmakov, Eero Hämeeniemi, …)

JOHANSSON, Bengt (Viktor) (Helsinki, 2 octobre 1914 – Visuvesi, 22 juin 1989). Compositeur.

Vie

Bengt Johansson apprend la composition avec Levi Madetoja, Sulho Ranta et Selim Palmgren et le violoncelle à l’Académie Sibelius d’Helsinki. Ses maîtres, pour le violoncelle, sont Albin Öfverlund et Yrjö Selin. Il achève ses études en 1942 puis joue dans divers ensembles et est aussi animateur dans un restaurant. Diplôme de violoncelle obtenu en 1947. Il étudie aussi la direction d’orchestre dont il sort diplômé en 1947. Il travaille l’orchestration avec Leo Funtek et la direction orchestrale avec Jussi Jalas à l’Académie Sibelius (1944-1947). Il fait des voyages d’étude en Europe, Grande-Bretagne, Italie et Etats-Unis. Il donne le premier concert de ses œuvres en 1952. Travaille comme ingénieur du son au département de la musique de la Radio finlandaise entre 1952 et 1975. Il s’intéresse à la musique électronique. Directeur de la radiodiffusion musicale à la Radio finlandaise (1952). Il enseigne à l’Académie d’Helsinki à partir de 1960. Maître de conférences (histoire de la musique) dans le même établissement.

Esthétique

Ses premières compositions à la fin des années 1940 relèvent du style romantique traditionnel. Il donne alors surtout des pièces de musique instrumentale, et ce, jusque vers la fin des années 1950. A partir de 1960, il utilise, un des tout premiers en Finlande, des sons électroniques ainsi que diverses possibilités musicales. Il compose la première œuvre finlandaise basée entièrement sur du matériel sonore synthétique, Kolme elektronista etydiä. De la même période date son début d’écriture pour les chœurs (Missa sacra) où l’on peut aussi percevoir des influences venues de la Renaissance et du Baroque. Il réalise une sorte de synthèse entre le passé (Renaissance) et le modernisme (sérialisme, musique concrète, musique électronique, champs sonores) comme on peut s’en rendre compte dans des pièces comme The Tomb at Akr Çaar de 1964, Triptych de 1965 et Requiem de l’année suivante. Dans ses madrigaux des années 1970 il aboutit selon ses propres termes à une sorte de néo-simplicité ou encore de linéarité diatonique. Il a lui même parlé de « style antique » à propos de sa musique chorale dans laquelle il tente la synthèse du madrigal avec la technique moderne des champs sonores.

De cette période date son opéra Lina (1975). Dans le domaine choral il développe une libre tonalité et une texture polyphonique linéaire à partir de 1960.

Œuvres

Opéra : Se on totinen tosi (It Is Most Certainly True), opéra radiophonique, d’après un conte de Hans Christian Andersen. ♦ Linna (The Castle/Le Château), un épisode de l’histoire d’un château, 1974-1975, livret : Aarni Krohn, obtient le deuxième prix lors du concours de composition organisé pour le 500e anniversaire du Château d’Olavinlinna, devancé par l’opéra de Sallinen, Ratsumies, semble ne pas avoir été produit. Retour vers une écriture plus traditionnelle. ♦

Musique pour orchestre : Sérénade pour cordes, 1945, 9’, Helsinki, 1945. ♦ Petite Suite de ballet (Pieni balettisarja/Small ballet suite), 1948, 9’, Helsinki, 1948. ♦ Aquarelles (Akvarelleja, Watercolours), 1948, 18’, Helsinki, 1948. ♦ Concerto pour piano et orchestre, 1951, 25’, Helsinki, 1952. ♦ Suite pour violon, cordes, piano et timbales, 1952. ♦ Festivo (Festivitá), ouverture, 1952, 9’, Helsinki, 1952. ♦ Expression, pour cordes, 1953-1954, 15’, Helsinki, 1953. ♦ Tema con 7 variazioni in modo antico (Teema ja seitsemän muunnelmaa vanhaan tyyliin/Theme and Seven Variations in the Old Style), pour violoncelle et orchestre, 1954, 17’, Helsinki, 1959, cette partition montre son intérêt pour les maîtres baroques. ♦ Dialogeja pour violoncelle et orchestre, 1970. ♦

Musique vocale : Stabat Mater pour chœur mixte a cappella, 1951, première partition montrant son intérêt pour la musique sacrée et chorale. ♦ It’s Perfectly True, « conte de fées musical » (Se on totinen tosi, sävelsatu), pour récitant, voix solistes (3 sopranos, alto, ténor, basse), chœur de femmes et orchestre, 1957, 13’, texte : H.C. Andersen (finnois). ♦ Missa Sacra pour ténor, chœur mixte et orchestre, 1960, 43’, texte : latin, Helsinki, 1962. ♦ 12 Passages de la Bible, pour chœur d’hommes et orgue, 1960. ♦ The Tomb at Akr Çaar, sur un texte de Ezra Pound, pour baryton et chœur de chambre mixte, 1964, influence du madrigal de la Renaissance et de la technique moderne des clusters, homophonie dissonante. ♦ Triptyque pour soprano, baryton et chœur, 1965, d’après la Bible. ♦ Requiem, pour baryton, 2 chœurs mixtes, 2 orchestres à cordes et timbales, 1966, 31’, texte : latin, création : Helsinki, 1967, commande de la Radio finlandaise. ♦ From Times Gone by (Ensign Ståhl Suite/Från flydda tider, Fänrik Ståhl-svit), pour chœur mixte et ensemble de cuivres, 1966, 17’, texte : J.L. Runeberg (suédois), Sauvo Puhtila (finnois), Tampere, 1967. ♦ 3 Madrigaux classiques pour chœur (Three Classic Madrigals), 1967. ♦ Graduale, pour baryton, deux chœurs mixtes, orgue et orchestre, 1968, 6’, texte : Bible (suédois, finnois), création : Pietarsaari, 1969. ♦ Two Extracts from Song of Solomon, pour chœur a capella, 1967. ♦ Canticum Zachariae, pour chœur a capella, 1967. ♦ Pater Noster, pour chœur a capella, 1968, 5’. ♦ Vår Sång (Spring Song), cantate pour le festival de la Société finlandaise des chœurs d’hommes suédois, pour chœur a cappella, 1968. ♦ Song of Duke Juhana and Catharina Jagellonica (Juhana Herttuan ja Katariina Jagellonican lauluja), pour soprano et baryton, chœur mixte et orchestre, 1968, 30’, texte : Eino Leino (finnois), Turku, 1968. ♦ Cantata humana, sur des paroles (suédois) de Dag Hammarskjöld, pour baryton, 4 récitants sur bande magnétique, chœur et orchestre, 1969, 26’, création : Helsinki, 9 avril 1970. ♦ Missa a quattro voci, pour chœur a cappella, 1969. ♦ Miserere mei, pour chœur a capella, 1969. ♦ Cum essem parvulus, pour chœur a cappella, 1969. ♦ Lauda, pour baryton, chœur et orgue, 1970. ♦ The Song of the Bride pour soprano et orchestre, 1972-1976. ♦ Venus and Adonis I-IV, pour chœur mixte, 1972-1974. ♦ Na Audiart, chœur a cappella, 1975, texte : Ezra Pound. ♦ De profundis, pour 2 chœurs, 1976. ♦ Nelja orfista laulua (Four Songs of Orpheus), pour soprano et piano, 1972. ♦ Songs of the Psyche pour soprano et piano, 1978. ♦

Musique de chambre : Sonata piccola pour violoncelle et piano, 1945. ♦ Canzona, pour violoncelle et piano, 1948, 4’30. ♦ Ménestrel, pour violoncelle et piano, 1948, 5’. ♦ Dialogues pour violoncelle et quintette à cordes, 1970. ♦ Des pièces pour violon. ♦

Musique électronique : Kolme elektroniska etydiä (Trois Etudes électroniques/Three Electronic Etudes), 1960, première musique finlandaise témoignant son implication dans les techniques nouvelles, sérielles, concrètes et électroniques. Alors qu’on le considère comme le pionnier de la musique électronique en Finlande il n’a composé qu’une seule œuvre dans ce registre spécifique. ♦

Musique pour orgue : 2 Préludes et fugues, 1947-1954. ♦

JOIKU (Yoik en anglais, Juoigo, en allemand).

Sorte de technique de chant archaïque unique provenant de Carélie (russe) et de Laponie, reposant sur une mélodie répétitive et dans lequel cette mélodie est plus importante que les mots.

JOKKINEN, Erkki (Ilmari) (Janakkala, 16 octobre 1941-). Compositeur.

Biographie

A l’Académie de musique Sibelius d’Helsinki, il est l’élève en composition de Joonas Kokkonen et de Erik Bergman. Ses instruments sont le piano, le violoncelle et la clarinette. Pour le piano il y a pour professeur Martti Paavola et Tapani Valsta. Diplômé de composition en 1970 après avoir travaillé le piano comme principal instrument mais aussi la théorie. Il approfondit ses études auprès de Tom De Leeuw aux Pays-Bas en 1971. Il enseigne ensuite en Finlande. Nommé maître de conférences (théorie et composition) au Conservatoire de musique d’Hämeenlinna dans les années 1970 et 1980. Conférencier à l’Académie Sibelius à partir de 1985 (théorie musicale puis composition en 2001-2005). A partir de 1982 il est administrateur de la Société des compositeurs finlandais. Concert de ses œuvres à Hämeenlinna en 1969, 1976 et 1991 ; à l’été 1987 lors du Festival d’ Helsinki : succès. Désigné compositeur de l’années 1987 par le Festival d’Helsinki.

Membre de la Société des compositeurs finlandais depuis 1968 ; membre du bureau directeur de cette société entre 1982 et 1990. Prix de la musique de la ville de Hämeenlinna en 1978. Son Concerto pour accordéon est sélectionné pour des rencontres de l’UNESCO à Paris en 1988. Remporte le Prix du concours de composition de musique contemporaine de Tokyo en 1991 pour son œuvre Rise. Prix des arts de la région Häme en 1997.

Esthétique

Il a la réputation en tant que compositeur de peser chaque note avec beaucoup de soin et d’attention. Il n’est pas attaché à une esthétique précise mais subit diverses influences. Il effectue des recherches sur les ressources instrumentales. Le violoncelle est un de ses instruments favoris. Chez lui la mélodie revêt une importance secondaire, il insiste davantage sur les champs rythmiques et les oppositions dynamiques. Eléments pointillistes, lignes polyphoniques glissantes ou planantes, passages motoriques rapides alternent. Méthode de juxtaposition assez rude de matériaux et styles différents. Salves de notes rapides, venant perturber un bourdonnement sonore. Amorce parfois un style minimaliste. Il a écrit plusieurs partitions appréciées pour l’accordéoniste Matti Rantanen On relève aussi des influence de Bergman, mais davantage encore davantage du post-sérialisme tel que vu par Paavo Heininen.

Ilari Laakso dit de lui qu’il est un esprit indépendant dans la vie musicale finlandaise, pas seulement par les techniques radicalement nouvelles qu’il adopte, mais surtout parce qu’il s’isole des courants majoritaires musicaux et dominants.

Œuvres

Musique pour orchestre : Concerto pour violoncelle, 1969-1970, 20’, création : Veikko

Höylä (violoncelle), Orchestre philharmonique d’Helsinki, dir. Jorma Panula, Helsinki, 21 octobre 1971, œuvre de jeunesse où il évite de conférer un caractère d’emblée romantique à l’instrument soliste, il lie les tutti, donne de l’ importance de la couleur. ♦ Concerto pour accordéon et orchestre de chambre, 1987, 16’, partition recommandée par la Tribune des compositeurs internationaux de l’UNESCO à Paris en 1988. Pièce donnée ensuite lors de festivals de musique à Budapest et à Toronto, une de ses œuvres les plus importantes. Partie aléatoire au début pour l’accordéon, ensuite il émerge des cordes impalpables dans une sorte de parodie de virtuosité gratuite. ♦ Voyage 1, concerto pour violon et orchestre de chambre, 1990-1991. ♦ Voyage 2, pour orchestre de chambre incluant un accordéon, 1990, 16’, commande : Orchestre de chambre Avanti !, création : Orchestre de chambre Avanti !, dir. Olli Pohjola, Hämeenlinna, 29 août 1991. ♦

Musique chorale et vocale : Psalmus, pour chœur mixte, texte : latin, 1971, 11’. ♦ Tempora per omnia, pour chœur d’hommes, texte latin, 1980, 5’, commande et création : Hämeenlinna Male Choir, dir. Erkki Alanen, Hämeenlinna, 6 novembre 1982. ♦ Uivat lehdet (Floating Leaves), cycle de chansons pour soprano et piano, 1982, texte : japonais, traduit en finnois par G.J. Ramstedt, 10’, création : Leena Kosola (soprano), Ullrich Koneffke (piano), Hämeenlinna, 29 juillet 1982. ♦ Oi, syntyös syömehen (Oh, Let the Heart Be Filled), pour chœur mixte, 1985, 3’, texte de Eino Leino en anglais/finnois, création : Chœur de chambre de la congrégation de Hämeenlinna, dir. Seppo Kuoppa, Hämeenlinna, février 1986 . ♦

Muistatko aikaa (Do You Remember the Time), pour chœur mixte, 1986, 3’, texte : Eino Leino (finnois). ♦ Minussa näet (That Time of Year), pour chœur mixte, 1986, 6’, d’après Shakespeare, traduit en finnois par Aale Tynni, commande : Chœur de femmes Laulu Siukut. ♦ Uivat lehdet (« Feuilles flottantes /Floating Leaves), cycle de mélodies pour soprano et piano, 1982, d’après de Haiki japonais. ♦ Svävande våg, pour voix et piano, 1995, 10’, texte : Bo Carpelan (suédois), commande : Fondation Sibelius de la Société des compositeurs finlandaise, création : Petri Lindroos (baryton-basse), Ilmo Ranto (piano), Helsinki, 8 décembre 1995. ♦ Jumalien eteiseen, pour chœur mixte, 2000, 11’, texte : Kirsti Simonsuuri (finnois), création : Chœur de chambre de la Radio finlandaise, dir. Timo Nuoranne, Kaustinen Chamber Music Week, Kaustinen, 30 janvier 2001. ♦

Musique de chambre : Taksis, pour flûte et piano, 1968, 5’, création : Teuvo Ruohonen (flûte), Erkki Jokinen (piano), Hämeenlinna, 28 avril 1968. ♦ Contrasts, pour flûte, clarinette, violon, violoncelle et piano, 1968, 10’, création : Helsinki, 17 mai 1968. ♦ Musique pour 4 cuivres (Music for Four Brass Instruments), 1968, 10’. création : Reino Honkanen (trompette), Raimo Ollinkangas (trombone), Jarmo Sermilä (cor alto), Heino Hänninen (cor), Hämeenlinna, 25 mai 1969. ♦ Dô der Sumer komen was, pour clarinette, cor, bugle, piano et percussion, 1978, 6’, création : Seppo Keskinen (clarinette), (cor), Jarmo Sermilä (bugle), Erkki Jokinen (piano), Jorma Lehtinen (percussion), Hämeenlinna, 9 juin 1978. ♦ Distances, pour clarinette et piano, 1978, 9’, création : Seppo Keskinen (clarinette), Erkki Jokinen (piano), Hämeenlinna, 17 août 1978. ♦ Songs pour clarinette basse, trombone, contrebasse, piano et percussion, 1980, 5’, création : Seppo Keskinen (clarinette basse), Raimo Ollinkangas (trombone), Erkki Jokinen (piano), Jorma Lehtinen (percussion), Jorma Härkönen (contrebasse), création : Hämeenlinna, 8 juin 1980. ♦ Face, pour flûte, harpe, clavecin, violon, alto et violoncelle, 1983, 10’, commande : Radio finlandaise, création : Olli Pohjola (flûte), Leena Nikku (harpe), (clavecin), Jouko Heikkilä (violon), Sirpa Juvonen (alto), Lea Pekkala (violoncelle), Biennale d’Helsinki, 24 mars 1983, y utilise des micro-intervalles et des bruits. ♦ Pillars, pour violoncelle et contrebasse, 1983, 5’, création : Tero Airas (violoncelle), Teppo Hauta-aho (contrebasse), Hämeenlinna, 12 juin 1983. ♦ Reflections pour 2 accordéons, 1983, 6’, commande : Association finlandaise des professeurs d’accordéons, création : Marjut Tynkkynen et Heidi Velamo (accordéons), Oslo, octobre 1983, dans ses pièces incluant l’accordéon le compositeur néglige son utilisation traditionnelle. ♦ Frieze pour hautbois, cor, trompette, violon, contrebasse et piano (1984), 5’. ♦ …pressentir… pour accordéon et contrebasse, 1989, 8’, commande : Union des accordéonistes finlandais, création : Kristina Kuusisto (accordéon), Henry Dunderfledt (contrebasse), Conférence internationale ISME, Helsinki, 10 août 1990. ♦ Pros, pour clarinette et violoncelle, 1990. ♦ 4 quatuors à cordes : n° 1, 1971-1972, 14’, création : Quatuor Voces Intimae (Jorma Rahkonen, violon I ; Ari Angervo II ; Mauri Pietikänen, alto ; Veikko Höylä, violoncelle), Helsinki, 28 février 1973. Groupes de notes staccatos, mélodies plus développées, tremolos, pizzicato, glissandos sont largement utilisés par le compositeur. ♦

n° 2, 1976, 18’, 3 mouvements, création : Quatuor Voces Intimae (Jorma Rahkonen, violon I ; Ari Angervo II ; Mauri Pietikänen, alto ; Veikko Höylä, violoncelle), Helsinki, 28 novembre 1976. Le plus ambitieux des quatre, on y trouve une texture simplement diatonique comme contraste aux sections aléatoires, pas de ligne mélodique à proprement parler, champs rythmiques polyphoniques, clusters, lignes rythmiques simultanées et indépendantes, pas de barres de mesure. ♦ n° 3, 1988, 10’, commande : composé comme morceau obligatoire pour le Concours de quatuor à cordes international Tulinberg de Oulu en 1989, création : Oulu, 16-22 février 1989, le plus court de la série. ♦ n° 4, 1993-1994, 14’, en un seul mouvement, création : Biennale de Tampere, 9 avril 1994, Selin Quartet, de nature post-sérielle (alors que le premier de la série porte surtout sur un colorisme, sorte de musique de circonstance), de nature expressive proche même de l’expressionnisme, dense, sections répétées. ♦ Rise, pour 4 pianistes, 1989, 6’, création : Tuuli Rantavaara, Maria Veikkola, Nina Untasalo et Tuuli Daavittila (élèves du collège de musique de Hämeenlinna), Hämeenlinna, 22 novembre 1990, reçoit le prix du concours de musique contemporaine de Tokyo en 1991, de tendance minimaliste. ♦ Aspis, pour flûte alto, accordéon, guitare et percussion, 1990, 12’, création : Liisa Ruoho (flûte), Matti Rantanen (accordéon), Pekka Vesanen (guitare), Timothy Ferchen (percussion), Biennale de Tampere, 22 avril 1990, porte les marques d’un post-sérialisme. ♦

Pros, pour clarinette et violoncelle 1990, 7’, commande : Ensemble Toimii, création : (clarinette), (violoncelle), Biennale d’Helsinki, 16 mars 1991. ♦ Rise 2, pour flûte, clarinette et percussion, 1992, 5’, commande : Association des écoles de musique finlandaise, création : élèves de l’Institut de musique d’Espoo, Espoo, 11 mai 1994. ♦ A Yellow Primrose to Alberto Caiero, pour accordéon (ou piano) et violoncelle, 1995, 10’, création : Matti Rantanen (accordéon), Kari Lindstedt (violoncelle), Copenhague, 13 mai 1995. ♦ Rise IV pour trompette et percussion, 2000, 8’, création : Pasi Pirinen (trompette), Sami Koskela (percussion), novembre 2000. ♦ Rise V, pour flûte et accordéon, 2002, commande : Association finlandaise de flûte, création : Mikael Helasvuo (flûte), Matti Rantanen (accordéon), Helsinki, 25 octobre 2002. ♦ Promootiofanfaari (Fanfare for the academic degree ceremony), pour 2 cors, 3 trompettes, trombone, tuba, 2003, création : Orchestre symphonique de l’Académie Sibelius, dir. Esa-Pekka Salonen, 6 juin 2003. ♦

Musique instrumentale : CeGeda pour violoncelle, 1969, 6’, création : Veli-Pekka Bister, UNM Festival, Trondheim, février 1969. ♦ Air pour clarinette basse, 1979, 7’, création : Seppo Keskinen, Hämeenlinna, 9 septembre 1979. ♦ Alone pour accordéon, 1979, 7’, création : Matti Rantanen, Hämeenlinna, 23 septembre 1979. ♦ Hommage à Marc Chagall pour orgue, 1985, 7’, commande : Radio finlandaise, création : Tapio Tiitu, Helsinki, 9 avril 1986. ♦ Situations pour clavecin (1986), 6’. ♦ Rise 3, pour percussion (un joueur), 1992, 7’, création : Tuomo Lassila, Time of Music, Viitasaari, 6 juillet 1996. ♦

JOURNEES MUSICALES DE HETTA (ENONTEKIÖ)

Spécialisées dans la musique religieuse et baroque. Se déroulent dans cette région enneigée du grand Nord. On y allie ski et musique, à Pâques, deuxième semaine d’avril. Concerts surtout au sein de l’église (et des chants sames avec le joiku) avec de la musique classique et sacrée.

JUBILATE

Chœur de jeunes fondé et dirigé par Astrid Riska. Naissance : 1967. Se développe rapidement et compte à présent 35 membres. Son répertoire va du chant grégorien à la musique avant-gardiste. Se produit en Finlande et à l’étranger, interprète de la musique finlandaise. Joue notamment des œuvres de Fougstedt. Le chœur a chanté avec plusieurs orchestres dont l’Orchestre symphonique de Jérusalem, le grand orchestre symphonique de la Radio de Varsovie, l’Orchestre symphonique de la Radio finlandaise, l’Orchestre philharmonique d’Helsinki, la Sinfonietta Tapiola, Avanti ! L’ont dirigé, entre autres, Gary Bertini, John Alldis, Gennady Rozdestvensky, Esa-Pekka Salonen, . A remporté plusieurs concours internationaux et nationaux, entre autres, à Llangollen. Tournées dans les pays nordiques, aux Etats-Unis, au Japon, en France, en Allemagne, Espagne, Italie, Grèce, Hongrie et Israël.

JUMPPANEN, Paavali ( Espoo, 17 juillet 1974- ). Pianiste.

Commence le piano à l’âge de cinq ans à l’Institut de musique d’Espoo. Il y a pour professeurs Marja Huhtamaki et Katarina Nummi. Puis il rejoint l’Académie Sibelius (Helsinki) avec Margit Rahkonnen. Participe aux classes de maître de Murray Perahia, Dmitri Bashkirov, Pascal Devoyon, Eero Heininen. Elève de entre 1997 et 2000 à l’Académie de musique de Bâle où il obtient son diplôme de soliste avec les plus hautes distinctions. Lauréat de Premier concours Maj Lind à Helsinki à l’âge de 19 ans.

Il réalise des débuts remarqués à New York en 2001 et depuis lors s’est produit à plusieurs reprises aux USA (Carnegie Hall, Metropolitan Museum, Morgan Library… de New York). En 2002 avec l’Orchestre philharmonique de New York sous la direction de Gerard Schwarz (Alice Tully Hall). Il joue aussi à Boston en 2007 (cycle des 32 sonates de Beethoven qu’il enregistre). Il prépare un ouvrage sous l’évolution esthétique de la sonate. Il donne les 5 concertos de Beethoven avec l’Orchestre symphonique de la ville de Kuopio (Finlande), ainsi que le cycle complet des sonates pour piano et violon de Beethoven (saison 2003-2004 en compagnie du pianiste Corey Corovsek) qu’il enregistre en 2007. Pour 2011-2012 il programme l’exécution des sonates pour piano de Mozart à Boston et en Finlande. Récitals prévus au cours de l’année 2011 à Pékin, Berlin, Festival Messiean à La Grave (France). Il doit se produire en 2011-2012 avec l’Orchestre symphonique de Lahti sous la baguette de et avec le Sinfonia Tapiola dirigé par Susanna Mälkki. Il a encore joué avec l’Orchestre symphonique hongrois avec Andras Ligeti, Orchestre symphonique tchèque avec Theodor Kuchar, l’Orchestre symphonique de Melbourne, l’Orchestre symphonique de l’Australie de l’Ouest, les orchestres de Helsingborg, Lamoureux, Rochester, des Champs-Elysées, de Cannes, Stuttgart, Prague, Oslo, Belgrade, Bâle, BBC… Sans oublier les orchestres de Finlande (Orchestre symphonique de la Radio finlandaise, Orchestre philharmonique d’Helsinki, Tapiola Sinfonia, Orchestre symphonique de Lahti).

Nombreux récitals en solo (Paris, New York, Vienne, Londres) et présence à de nombreux festivals ( La Roque d’Anthéron, Kitayushu au Japon, festival de musique de chambre d’Oslo, de Kuhmo…). Directeur artistique du Festival de musique de Lemi-Lappeenranta (Finlande).

S’il défend les musiques classiques et romantiques, il n’oublie pas les musiques contemporaines (Dutilleux, Boulez, Messiaen), sans oublier plusieurs contemporains finlandais. Excellent enregistrement des Trois Sonates pour piano de Boulez (DG, 2004) avec lequel il a travaillé la Sonate n° 2.

JUNTUNEN, Helena (Kiimikijoki, 9 mars 1976-). Soprano.

Helena Juntunen commence ses études de chant à l’âge de quinze ans avec Airi Tokola au Conservatoire de Oulu. Elle est élève d’Anita Välkki à l’Académie Sibelius à partir de 1996.

Elle travaille le lied avec Elisabeth Schwarzkopf, Hartmut Höll, Mitsuko Shirai et Ilmo Ranta.

Elle participe aux classes de et Jeffrey Goldberg. Remporte plusieurs concours dont le premier prix au Concours de chant Timo Muskatallio (été 2000) et de celui de Lappeenranta (janvier 2002), Grand Prix de l’Opéra de Tampere (automne 2001). Elle reçoit un prix lors du Concours Merikanto du Centre d’Arts Salmela. A participé au concours de la BBC à Cardiff. Reçoit le Karita Mattila Award en 2006.

Elle chante dans diverses maisons d’opéra de province : Siebel du Faust de Gounod, Adina et Giannetta dans l’Elixir d’amour de Donizeti, Kerttu et Sinika dans Isänmaan tyttäret (Daughters of the Fatherland) de Ilkka Kuusisto, Frasquita dans Carmen de Bizet, Miss Wordsworth dans Albert Herring de Britten, Irina de Auringon talo de Rautavaara. Rôle principal dans l’opéra religieux Riddaren och draken de Mikko Heinö dans une production de 2000 à Turku. Rôle titre dans l’opéra Punahilkka (Little Red Riding Hood) de Vallilainen à Suomenlinna en 2000 et 2001. Elle est Hilda dans Aleksi Kivi de Rautavaara.

Elle chante à l’Opéra national finlandais, parmi ses rôles, là : Barbarina dans le Mariage de Figaro, la Femme étrangère dans le Consul de Menotti, Papagena dans La Flûte enchantée. Au Festival d’opéra de Savonlinna elle interprète : la Contesse dans Rigoletto. A l’Opéra de Turku à l’automne 2001 elle apparaît dans le rôle de Gilda (Rigoletto). Chante Mimi de La Bohème la même année à l’Opéra de Oulu. Elle incarne aussi Musetta dans ce même opéra. Elle joue Liu dans Turandot du même Puccini. Elle est Kaisa dans Juha de Merikanto et Margarete dans Faust de Gounod au cours de l’été 2002 au Festival d’opéra de Savonlinna.

Retenons encore Arabella à l’Opéra national finlandais et Madame Cortese dans le Voyage à Reims de Rossini dans une production mise en scène par Dario Fo (prix Nobel), rôle également joué dans une production élaborée à Gêne. Elle donne aussi des récitals. Elle a chanté avec la plupart des orchestres finlandais et avec des chefs de la trempe de Esa-Pekka Salonen, Jukka-Pekka Saraste, Leif Segerstam, Mikko Franck, .

Elle chante Sophie du Chevalier à la Rose (Richard Strauss) à l’Opéra d’Helsinki en 2004.

On la retrouve ailleurs en Finlande dans les rôles suivants : Gilda (Rigoletto/Verdi), Musetta et Mimi (La Bohème/Puccini), Adina (L’Elisir d’Amore/Donizetti), Siebel (Faust/Gounod), Miss Wordsworth (Albert Herring/Britten), Marie (Wozzeck/Berg) à l’Opéra de Nice, et chante dans la Symphonie n° 9 de Beethoven, la Symphonie n° 2 de Mahler, dans Knoxville : Summer of 1915 de Barber

A l’étranger elle s’est produite dans le rôle de Marguerite (Faust) dans le Connecticut (USA) et a donné un récital à Carnegie Hall de New York. On la retrouve au Festival de Salzbourg en 2009 dans le Festin d’Alexandre de Haendel…

JUNTTILA, Lasse (1960-). Hautboïste.

Junttila étudie au Conservatoire de musique d’Espoo et à l’Académie Sibelius (avec Juko Teikari). Suit plusieurs cours de maître organisés par Aale Lindgren, Gernot Schmalfuss et Michael Kühn. Hautbois solo de l’Orchestres symphonique de Lahti à partir de 1984. Se produit comme soliste avec l’Orchestre symphonique de Lahti, à Espoo, Uusikaupunki, Avanti !.

JUSSI AWARD.

Equivalent finlandais des Oscars. Il attribue des récompenses aux professionnels de l’industrie cinématographique (y compris metteurs en scène, acteurs, écrivains) au début de chaque année depuis le 16 novembre 1944 au restaurant Adlon d’Helsinki. Plus de 250 professionnels du cinéma votent mais aussi le public.

JUSSILA, Kari (1943-). Organiste.

Interprète de Messiaen et d’autres contemporains dont Rautavaara.

JUUSELA, Kari (15 septembre 1954-). Compositeur et trompettiste finno-américain, pédagogue.

Vie

Il enseigne au Collège de musique de Berklee à Boston (Massachusetts). Il enseigne la composition, la musique pour le cinéma, le jazz, les chansons, la musique contemporaine.

Sa musique remporte plusieurs prix lors de nombreux concours : Vienna International Full-Length Opera Composition dirigé par en 1995 ; Premier prix du International Trumpet Guild Composition Competition 2005 ; premier prix du International Red Stick Composition Competition en 2003…

Style

Il reconnaît de nombreuses influences : musique same, kantele, le Kalevala mais encore des sources aussi diverses que Jimmy Hendrix, Arvo Pärt, Stravinsky, Les Beatles, Rautavaara, Gesualdo…

Catalogue

Abondant catalogue d’œuvres qui s’intègrent davantage dans l’optique de la musique américaine que finlandaise. Signalons simplement une œuvre.

Opéra : Meet Me Tonight in Dreamalnd, opéra de chambre en un acte, 1990-1992, version étendue en trois actes, 1993-1995, livret : Rob Content et Kari Juusela, scènes d’un opéra de chambre donné en concert à l’Université du Maryland et au College Montgomery aux USA (1992). Scènes de l’opéra en trois actes données en concert à l’Université de Stetson et l’Université d’Etat de Floride, USA, en 1995 et 1996. ♦

JUUTILAINEN, Hanna. Flûtiste.

Débute l’étude de la flûte à l’Institut de musique de Varkaus puis au Conservatoire de Kuopio (avec Herbert Lindholm) et à l’Académie Sibelius (avec Mikael Helasvuo) d’où elle sort diplômée en 1990. Participe à des masters classes avec Geoffrey Gilbert et Maxence Larrieu. Joue en soliste avec l’Orchestre symphonique de l’Académie Sibelius, Avanti ! Tapiola Sinfonietta. Début au concert dans les séries de l’Académie Sibelius en 1991. Flûte principale du Tapiola Sinfonietta dès sa fondation en 1988, membre de l’Orchestre de chambre Avanti ! Pratique la musique de chambre et joue en soliste (possède plusieurs de flûtes dont une flûte en or Muramatsu).

JYLHÄ, Konsta (Kaustinen, 14 août 1910 – Kokkola, 13 septembre 1984). Un des violoneux et des compositeurs folkloriques les plus connus du pays.

Il apprend à jouer dès l’enfance à la fois l’orgue à anches (régale) et le violon. Son père et son grand-père étaient des musiciens populaires bien connus en leur temps en Ostrobotnie. Il est camionneur pendant une trentaine d’années tout en jouant de la musique populaire au violon. Il est premier violon au sein du fameux ensemble de musique populaire finlandais créé en 1946 : Kaustinen purppuripelimannit (Potpourri fiddlers). L’effectif comprend souvent 2 violons, l’orgue à anches (régale) et cordes graves. Il jouent beaucoup à travers toute la Finlande, en Suède et aux Etats-Unis. A partir de la fin des années 1960 et pendant les années 1970 le groupe joue surtout des compositions de Jylhä (on en compte une cinquantaine). Son style résulte d’une combinaison habile de traits et effets anciens et modernes, notamment en ce qui concerne la rythmique et les riches lignes mélodiques.
Compositions (sélection).

Konstan parempi valssi (Konsta’s Better Waltz) ♦ Jeremian polska (Jeremiah’s Polska) ♦

Kesän tullessa valssi (On the Arrival of Summer’s Waltz) ♦ Metsä marssi ( Forest March) ♦

Penttilän sillalla sotiisi (On Penttilä Bridge Scottische) ♦ Vaiennut viulu (The Silenced Violin). Il a enregistré de nombreux disques avec son groupe.

JYRKIÄINEN, Reijo (Einari) (Suistamo, 6 avril 1934-). Compositeur. Ingénieur du son et auteur de musique électro-acoustique.

Vie

Il naît dans une partie de la Carélie à présent territoire russe. Va à l’école à Imatra avant de gagner la capitale pour la suite de son cursus. Etude de philosophie à l’Université d’Helsinki (1958-1963). Il s’y spécialise dans l’analyse de l’œuvre de Schoenberg (analyse du sérialisme des Variations pour orchestre, op. 31 de Schoenberg) et Bartók (il obtiendra son diplôme final en 1967). Il y travaille l’esthétique, la philosophie, la musique et la rhétorique sous l’autorité du professeur Erik Tawaststjerna. Il étudie la composition et l’orchestration avec Nils-Eric Fougstedt, le piano avec Margaretha Tandefelt et Joonas Kokkonen à l’Académie Sibelius d’Helsinki (1956-1963) et la théorie à l’Université d’Helsinki (1958-1963). Diplôme de composition en 1963. Il suit des cours de musique moderne d’été à Darmstadt (1962-1963) et de musique électronique au Studio de la Radio Bilthoven aux Pays-bas (1963) où il travaille avec Gottfried Mikael König. En 1964 il partage un concert de musique nouvelle avec son compatriote Ilkka Tanelli Kuusisto. Voyages d’étude et de formation à Munich (étudie avec Henri Tousseur au Studio de musique électronique), Bucarest (recherche sur Béla Bartók). Il est bibliothécaire chargé des enregistrements musicaux à la Radio finlandaise (1957-1966) puis devient chef du département de musique de concert de la télévision entre 1967 et 1971. Il enseigne à temps partiel à l’Académie Sibelius (1966-1967). Directeur technique de l’Orchestre philharmonique d’Helsinki (1971-1990). Occupe divers postes de responsabilités administratives. Directeur des projets musicaux à la ville d’Helsinki en 1990.

A écrit plusieurs ouvrages de musicologie surtout dans le domaine de la musique contemporaine. Son travail de thèse portait l’analyse structurelle des trois premiers quatuors à cordes de Bartók.

Esthétique

Ses compositions font appel à des techniques avancées reposant sur le dodécaphonisme de Schoenberg et sur l’électronique. Au début des années 1960 il appartient à l’avant-garde musicale finlandaise. Ses œuvres sont alors assez souvent jouées dans des concerts de musiques nouvelles. A partir de 1967 ses activités administratives le portent à beaucoup moins composer et il donne surtout des pièces de musique de chambre et de musique électronique. On le considère comme l’un des pionniers en matière de musique électronique dans son pays à cette époque. Il fait usage de combinaisons instrumentales peu courantes et propose des musiques brèves, voire presque aphoristiques car très concentrées.

Catalogue

Œuvres : 5 Etudes dodécaphoniques pour piano, 1961, 5’. ♦ Sextuor à cordes, 1962, écrit avant sa première visite à Darmstadt. ♦ Frammenti per il septetto d’archi pour 3 violons, 2 altos, violoncelle et contrebasse (septuor à cordes), 1962, 12’, Helsinki, 1962. ♦ Sounds I, II et III, musique concrète sur bande magnétique, 1963-1966, 4’, 7’, 15’. ♦ Mesto pour flûte, clarinette, guitare et percussion, 1963, 7’. ♦ Pour 4 (For four) pour violon, clarinette, guitare et percussion, 1963-1964, 7’. ♦ Effata, ballet, écrit en collaboration avec Ilkka Kuusisto, pour danseur, chœur, orchestre et bande, 1963, 15’, Helsinki, 1963 . ♦ Idiopostic I & II, pour bande enregistrée, 1963 et 1966, 9’ et 10’. ♦ Contradictions, pour flûte, clarinette, piano (ou percussion), guitare et quatuor à cordes, 1965, 8’, Helsinki, 1965, influencés par sa fréquentation de Darmstadt. ♦ 5 Pièces pour piano pour enfants, 1966, 6’. ♦ Varianti pour alto et piano, 1967, 5’30. ♦ Sauna, 1969, ballet écrit avec le musicien populaire Martti Pokela. ♦

JYVÄSKYLÄ SINFONIA (Sinfonia Finlandia Jyväkylä)

Orchestre symphonique de Finlande fondé en 1955 et riche de 38 membres. Directeur artistique depuis 2003 : (également immense flûtiste). Se produit à domicile mais aussi en Norvège, Pologne, France, Espagne, Japon. L’orchestre enregistre, et donne entres autres, un enregistrement de l’opéra Aleksis Kivi de Rautavaara. Son enregistrement « Chants de la mer » avec Karita Mattila s’est vendu à 80 000 exemplaires !

****

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.