La Scène, Opéra, Opéras

Pénélope à Paris, tout de la fausse bonne idée

Plus de détails

Paris, Théâtre des Champs-Elysées. 20-VI-2013. Gabriel Fauré (1845-1924) : Pénélope, opéra en trois actes sur un livret de René Fauchois. Version de concert. Anna Caterina Antonacci, Pénélope ; Roberto Alagna, Ulysse ; Marina De Liso, Euryclée ; Vincent Le Texier, Eumée ; Edwin Crossley-Mercer, Eurymaque ; Julien Behr, Antinoüs ; Jérémy Duffau, Léodès ; Marc Labonette, Ctésippe ; Sophie Pondjiclis, Cléone ; Khatouna Gadelia, Mélantho. Choeur Lamoureux (chef de choeur : Patrick Marco), Orchestre Lamoureux, direction : Fayçal Karoui

Certains opéras, sans le support scénique, ne fonctionnent pas en concert. Pénélope de en est l’exemple flagrant. Livret inepte, lente progression dramatique, orchestration maladroite, longueurs, l’oeuvre ne manque pas de défauts malgré des instants magiques. Fauré, adepte de la petite forme, ne trouve pas ses marques dans le grand opéra.

Quand la réalisation musicale accumule les maladresses, on dessert plus l’oeuvre qu’on ne la sert. L’ pêche par des pupitres déséquilibrés et surtout des cordes peu homogènes, malgré l’engagement de . Le Choeur Lamoureux, ensemble d’amateurs, n’est pas au niveau. Le plateau de solistes est aussi décevant. n’a plus les mêmes moyens. Véritable tragédienne, ses lacunes vocales auraient pu être oubliées par une incarnation scénique. En concert ses défauts deviennent, hélas, criants. de toute évidence déchiffrait sa partition, oscillant constamment entre le forte et le fortissimo, avec des effets vulgaires tant dans le chant (coups de glotte à répétition, notes attaquées par en dessous) que dans son attitude scénique, allant jusqu’à littéralement tomber la veste pour apparaitre en chemise déboutonnée, poitrail à l’air. est toujours autant peu capable de tenir une ligne de chant homogène, plus baryton que baryton-basse engorge ses sons au péril de sa voix. Les seconds rôles s’en tirent mieux, surtout et , qui de toutes évidence ont tout compris du style fauréen.

Pénélope a été créée in loco il y a un siècle, d’où cette programmation. Mais sans production scénique, sans travail sur le texte et sa prononciation (nous sommes dans la descendance directe de la tragédie lyrique du Grand Siècle), sans un orchestre aguerri à ce répertoire et sans un plateau homogène, était-ce bien la peine ?

Plus de détails

Paris, Théâtre des Champs-Elysées. 20-VI-2013. Gabriel Fauré (1845-1924) : Pénélope, opéra en trois actes sur un livret de René Fauchois. Version de concert. Anna Caterina Antonacci, Pénélope ; Roberto Alagna, Ulysse ; Marina De Liso, Euryclée ; Vincent Le Texier, Eumée ; Edwin Crossley-Mercer, Eurymaque ; Julien Behr, Antinoüs ; Jérémy Duffau, Léodès ; Marc Labonette, Ctésippe ; Sophie Pondjiclis, Cléone ; Khatouna Gadelia, Mélantho. Choeur Lamoureux (chef de choeur : Patrick Marco), Orchestre Lamoureux, direction : Fayçal Karoui

Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Lire aussi :

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.