Mot-clef : Anna Caterina Antonacci

Médée.01

À Genève, Anna Caterina Antonacci magnifie Médée

Avec Médée de Marc-Antoine Charpentier, le Grand Théâtre de Genève propose une production où les talents des protagonistes effacent les lourdeurs et les longueurs de l’œuvre elle-même. En février 2013, la scène de l’English National Opera de Londres montrait cette production de Médée de Marc-Antoine Charpentier en version anglaise. Le Grand Théâtre de Genève, coproducteur de ce spectacle l’a reprise mais, dans sa langue française originale. Si la mise en scène ...
A1UMLCbUhuL._SL1500_

La première intégrale Berlioz, enfin !

Warner Classics met un terme à une trop longue attente en éditant la première intégrale Berlioz (du moins de ses œuvres musicales), pour les 150 ans de la disparition du compositeur, le 8 mars 1869. Et c'est une grande réussite, avec des inédits et à prix très doux.  Commençons par ce qui peut paraître accessoire mais qui à notre sens signifie beaucoup. Ce coffret édité par une major prend le soin de remercier ...
beczala_antonacci-werther-liceu-c2ae-a-bofill

Piotr Beczala, extraordinaire Werther au Liceu

« Ets el millor tenor del món ! » (« Tu es le meilleur ténor du monde ! ») crie un spectateur en catalan à Piotr Beczala après son interprétation du célèbre air « Pourquoi me réveiller ? » Alors que la mise en scène de Willy Decker tourne un peu partout dans le monde depuis près de vingt ans, l’événement autour de ce spectacle était le retour de Werther au Liceu après presque vingt-cinq ans d’absence (la dernière ...
Cavalleria Rusticana / Sancta Susanna : quand la passion vient du couvent

Cavalleria Rusticana / Sancta Susanna : quand la passion vient du couvent

À défaut de convaincre totalement, la réunion improbable de Cavalleria Rusticana et de Sancta Susanna permet à l’Opéra de Paris d’élargir son répertoire et de faire découvrir au public parisien l’œuvre d’Hindemith. La réussite d’une soirée vient parfois de là où l’on ne l’attend pas. Mario Martone tente de justifier ce rapprochement par l’approche commune de la sensualité et de la passion sous l’emprise de la morale religieuse. C’est vrai mais ...
Carmen_1237

À Turin, quelle Carmen pour Anna Caterina Antonacci ?

Le Teatro Regio fait le plein pour l’un des opéras parmi les plus populaires du répertoire lyrique, Carmen de Georges Bizet dont la personnification par la soprano Anna Caterina Antonacci reste pour le moins problématique tant du point de vue théâtral que vocal. Après les échelles, les roulottes, les néons, puis les chaises, les mises en scène actuelles favorisent une scène vidée de tous accessoires. Cette production importée de l’Opernhaus de ...
Pénélope (Strasbourg15)_8HD

Anna Caterina Antonacci est Pénélope à Strasbourg

Comme chaque année depuis qu’il a pris les rênes de l’Opéra national du Rhin, Marc Clémeur invite le public à redécouvrir une rareté du répertoire lyrique français, en l’occurence Pénélope, l’unique opéra de Gabriel Fauré. Après leur éblouissante réussite avec Ariane et Barbe-Bleue de Dukas la saison dernière, Olivier Py et Pierre-André Weitz sont de nouveau à la manœuvre. Comme à son habitude, Pierre-André Weitz a conçu une architecture complexe et ...
Anna Caterina Antonacci
Wigmore Hall Live 
14 May 2012

La Voix Humaine d’Anna Caterina Antonacci

L’annulation (étrange) du Ernani de Giuseppe Verdi en version concertante avec Riccardo Muti, l'ouverture de saison du Grand Théâtre de Genève se fait en catimini avec ce très honnête récital de mélodies françaises d’une Anna Caterina Antonacci apparue en moindre forme que cette scène l’a précédemment connue. Depuis quelques années, la soprano italienne est une habituée du Grand Théâtre de Genève. Après sa Vitellia dans La Clemenza di Tito de Mozart ...
©GTG/Carole Parodi

Genève : Iphigénie en Tauride sans mode d’emploi

Depuis quelques années, nombre de productions du Grand Théâtre de Genève proposent des choix scéniques divergeant du goût esthétique du public, de culture essentiellement latine. Cette nouvelle production d’Iphigénie en Tauride confirme cette tendance. Iphigénie en Tauride est l’opéra français par excellence. Apothéose de l’œuvre de Gluck, alors à Paris, le succès remporté par cet épisode de l'histoire d’Iphigénie clôt la querelle qui opposait le compositeur à Piccini. Cet opéra scelle ...
IMG_3433 copie

La Damnation électrisante de François-Xavier Roth

Berlioz enfin ! Il était temps !! Rien que Berlioz pour clore la belle ouverture sur le Monde d'une 21ème édition du festival Berlioz conçue dans la plus grande intelligence au sein de la ville où naquit celui qui déclara en 1831: «Il y eut une Amérique musicale dont Beethoven a été le Colomb. Je serai Pizarre ou Cortez. » Autour du cœur de la ville qu'est devenu le passionnant Musée Berlioz (n'y manque, comme ...
geneve1013-362x239

The Grand Théâtre de Genève revives Ernest Reyer’s Sigurd

Genevans had not heard Ernest Reyer's Sigurd for a century, since its last performance was during the 1911–2 season. It has often been described as a matching piece to Wagner's Twilight of the Gods, because of the many similarities between their respective libretti (both are taken from the Nibelungen epic, Sigurd's being more centered on the Edda) as well as their lengths (four hours of music). Yet, when he started ...
geneve1013

Le Grand Théâtre de Genève renoue avec Sigurd d’Ernest Reyer

Cela fait 100 ans que les Genevois n’ont pas entendu Sigurd d’Ernest Rayer, puisque sa dernière représentation remonte à la saison 1911-1912. On dit souvent que cet œuvre est un pendant de Le Crépuscule des Dieux de Wagner, du fait de nombreuses similitudes entre les livrets, tirés tous deux de l’épopée des Nibelungen (celui de Sigurd est plus centré sur Edda) ; et aussi concernant la durée, 4 heures de musique ...
Anna Caterina Antonacci (c) DR

Pénélope à Paris, tout de la fausse bonne idée

Certains opéras, sans le support scénique, ne fonctionnent pas en concert. Pénélope de Gabriel Fauré en est l'exemple flagrant. Livret inepte, lente progression dramatique, orchestration maladroite, longueurs, l'oeuvre ne manque pas de défauts malgré des instants magiques. Fauré, adepte de la petite forme, ne trouve pas ses marques dans le grand opéra. Quand la réalisation musicale accumule les maladresses, on dessert plus l'oeuvre qu'on ne la sert. L'Orchestre Lamoureux pêche par ...
antonacci-lemieux4

Antonacci, Lemieux, grandes voix pour Petite messe

Après avoir fait entendre la version originale de la Petite messe solennelle pour piano et harmonium de Rossini en 2010 avec Anna Bonitatibus et Désirée Rancatore, le Théâtre des Champs-Elysées accueillait cette fois la version pour orchestre dans sa version pour orchestre de 1867 (voir notre précédente chronique sur l’histoire peu banale de cette œuvre). A l’affiche,  un duo vocal féminin qui s’annonçait de choc, tant les personnalités d’Anna Caterina ...
© Bohumil Kostohryz

Un intéressant couplage à Luxembourg avec Anna Caterina Antonacci

Intéressant couplage que ce diptyque formé de La Voix humaine de Poulenc/Cocteau et du moins connu Secret de Suzanne d’Ermanno Wolf-Ferrari. La mise en scène de Ludovic Lagarde conçoit les deux ouvrages comme deux étapes successives dans la vie d’un couple et surtout, devrions-nous dire, dans la vie d’une femme. À l’apparente légèreté et à l’insouciance presque comique du premier – autant de revendications libertaires caractéristiques d’une époque – succèdent ...
Anna Caterina Antonacci et Nikolai Schukoff  © Charles Duprat/Opéra national

A disappointing Carmen at the Paris Opera

Carmen last production at the Paris Opera dates back to 1997 (performed until 2002), which explains the high expectations for this new production entrusted to the (mostly theater) director Yves Beaunesne. Sold out until the end of 2012, this opera by Bizet is shown in the version with dialogues; the libretto having nevertheless been adapted by the playwright Marion Bernède. In a unique and quite colorless set (a warehouse), Yves Beaunesne chose ...
carmen2012

Décevante Carmen à l’Opéra de Paris

La dernière Carmen à l’Opéra de Paris remontait à 1997 (reprise jusqu’en 2002), c’est dire si cette nouvelle production confiée au metteur en scène (essentiellement de théâtre) Yves Beaunesne était attendue. Donné à guichet fermé jusqu’à la fin de cette année 2012, l’opéra de Bizet est présenté dans sa version avec dialogues, une adaptation du texte ayant néanmoins été confiée à la dramaturge Marion Bernède. Dans un décor unique assez terne, ...
yannick_nezet_seguin_201201_vign

Nézet-Séguin l’enchanteur

Ravel, et rien que lui. On sait l'affection que portent à ce compositeur l'Orchestre philharmonique de Rotterdam et son jeune chef, le fringant Yannick Nézet-Séguin, dont le succès dans ce répertoire avait déjà éclaté à l'occasion de la parution il y a deux ans d'un CD qui lui était consacré. Pour achever de convaincre les sceptiques, c'étaient deux œuvres de Ravel qu'ils nous offraient ce soir : Shéhérazade, trois poèmes ...
roger_muraro_berlioz

Festival Berlioz 2011 : La Côte-Saint-André, berliozien en diable

« Où diable le bon Dieu avait-il la tête quand il m'a fait naître en ce plaisant pays de France? ...Et pourtant je l'aime ce drôle de pays... Comme on s'y amuse parfois! Comme on y rit! ». Voilà esquissé, via ces quelques mots d'Hector, l'esprit qui souffle sur le Festival Berlioz de La Côte-Saint-André durant une dizaine de jours. Anniversaire oblige, la figure de Berlioz était associée cette année à celle ...
Pour l’incandescente Antonacci

Pour l’incandescente Cléopâtre d’Antonacci

Même si c’est la Symphonie fantastique qui compose la pièce de résistance de ce sympathique CD, l’intérêt de l’auditeur se portera sans doute davantage vers la scène lyrique Cléopâtre, plus rarement entendue au concert. Et pourtant, avec Janet Baker, Véronique Gens, Susan Graham, Béatrice Uria-Monzon et d’autres encore, les bons enregistrements de cette pièce ne manquent pas. Concernant la Fantastique, ce n’est pas que la lecture de Yannick Nézet-Séguin, à la ...
Gardiner, la valeur sûre

Gardiner, la valeur sûre

C’étaient principalement des œuvres de jeunesse que nous proposait l’Orchestre National de France, dirigé par Sir John Eliot Gardiner, lors de cette soirée à la Salle Pleyel. Tout d’abord, l’ouverture du Roi Lear d’Hector Berlioz, qui, même si parfaitement maîtrisé par l’orchestre, n’est pas un morceau qui transporte l’auditeur : les longs unissons des cordes, au début du morceau, apparaissent assez rébarbatifs. Puis, Cléopâtre, pour soprano et orchestre, dans laquelle la ...
Poi Tristano...

Anna Caterina Antonacci, Poi Tristano…

«Et après, Tristan» : en inscrivant ces derniers mots sur la partition inachevée de Turandot, en 1924, Puccini semblait résumer un demi-siècle de fascination italienne pour Wagner. Francesca da Rimini, qui entre au répertoire de l’Opéra, en porte la marque, tout comme les œuvres instrumentales et vocales qui sont présentées dans une série de concerts périphériques. Respighi conserve cependant ses traits originaux, sous l’influence de son maître Rimsky-Korsakov et de ses ...
Carmen pour Antonacci avant tout

Carmen pour Antonacci avant tout

Cette production de Carmen, qui fut un des évènements de la saison lyrique parisienne en 2008/2009, eut droit à une diffusion télévisée et même à une retransmission sur grand écran dans une cinquantaine de salles (France, Suisse…). De par la taille de la fosse, du plateau, de la salle, on peut parler d’une version chambriste qui correspond à peu près à ce qu’ont pu écouter et voir les spectateurs à ...
De l’énergie à revendre

Otello à Lyon, de l’énergie à revendre

C’est devenu le cadeau lyrique de l’automne ! En début de saison, l’Opéra de Lyon programme -en version de concert- un titre phare du Bel canto. Aux Somnanbula, Maria Stuarda, Anna Bolena et Roberto Devereux précédemment entendues succède cet Otello de Rossini qui a soulevé l’enthousiasme du public. Créé en 1816 au Teatro del Fondo à Naples, l’opéra a connu un succès presque immédiat, en partie grâce à Isabella Colbran, muse ...
Antonacci est Medea

Antonacci est Medea

Medea ! Oui mais hélas, encore en italien ! Alors que le chef d’œuvre de Luigi Cherubini, connaît, de plus en plus les honneurs de la scène (on a pu le voir récemment à Toulouse, Berne et Nancy), c’est dans la plupart des cas dans sa version italienne de 1909 ! Créée en français, à Paris, sur la scène du théâtre Feydeau, en 1797, Médée fut alors mal reçue. C’est d’Allemagne que vient ...
Histoires tragiques d’opéras

Altre Stelle, quand Juliette Deschamps retrouve Anna Caterina Antonacci

Quand Juliette Deschamps retrouve Anna Caterina Antonacci après leur première collaboration en 2007 autour de Monteverdi, c’est assurément pour le plaisir des spectateurs ! Et après la première mondiale au Grand Théâtre du Luxembourg le 7 décembre 2008, c’est au tour de Dijon de présenter la première française dans le cadre de son auditorium à la sonorité si homogène. Le thème choisi est celui des amours tragiques à travers divers extraits ...
La tragédie de Carmen

La tragédie de Carmen avec Anna Caterina Antonacci et Jonas Kaufmann

Ce DVD apporte la preuve qu’il n’est pas impossible à notre époque de concilier grand spectacle, réalisme historique et couleur locale avec justesse, vérité et intensité dramatiques. La mise en scène de Francesca Zambello excelle en effet autant dans la peinture de la vie bohémienne andalouse que dans la direction d’acteurs, particulièrement soignée dans cette présentation du chef-d’œuvre de Bizet. Le spectacle montre des scènes de foule parfaitement réglées, notamment ...
Première mondiale pour Juliette Deschamps et Anna Caterina Antonacci

Altre Stelle, première pour Juliette Deschamps et Anna Caterina Antonacci

Il s’agit avec ce spectacle en forme de pasticcio de la deuxième collaboration entre la metteur en scène Juliette Deschamps et la cantatrice Anna Caterina Antonacci. On avait encore en mémoire le magnifique spectacle Era la notte, donné sur un assemblage musical de pièces italiennes du début du XVIIe siècle (Monteverdi, Strozzi, Giramo…), et sur fond de rideau de cierges... Le spectacle produit aujourd’hui au Grand-Théâtre de Luxembourg propose encore plus ...
Anna Caterina Antonacci n’ose pas Medea

Anna Caterina Antonacci n’ose pas Medea

Médée, c’est le drame d’une femme qui perd tout, son monde, son amour, ses repères, sa dignité. Dans sa douleur, elle perd aussi la raison qui la mènera jusqu’au meurtre de ses propres enfants pour venger son honneur perdu. Qui a vu et entendu Anna Caterina Antonacci sublimer Cassandre dans Les Troyens de Berlioz au Théâtre du Châtelet à Paris ou au Grand Théâtre de Genève ne peut que l’imaginer ...
Une complète réussite !

Une complète réussite !

Falstaff Fin de saison triomphale au Théâtre des Champs-Elysées ! Le dernier opéra mis en scène de la saison est aussi le dernier opéra de Verdi, et une comédie qui appelle un peu de légèreté dans la grisaille parisienne où le printemps n’en finit pas de se faire attendre. La réussite est d’abord celle d’une mise en scène respectueuse de l’ouvrage et d’une direction d’acteurs très fouillée. Mario Martone transpose l’action dans ...
La grandeur des petits, des obscurs, des sans grades

Les Troyens à Genève, la grandeur des petits, des obscurs, des sans grades

À l’opéra pendant que l’orchestre s’épanche dans l’ouverture, l’exercice fréquent qui consiste à se caler tranquillement dans son fauteuil, à jeter un coup d’œil au voisinage immédiat de sa place est une manœuvre impossible avec Les Troyens. Trois mesures de violons et déjà le canon tonne. Zzim, boum, boum, en dix secondes tout l’orchestre et le chœur sont lâchés. Dans sa musique, Hector Berlioz frôle sinon la folie du moins l’excès. ...