Festivals, La Scène, Musique d'ensemble, Musique symphonique

Festival Radio-France Montpellier : des œuvres (re)découvertes

Plus de détails

Montpellier. Festival Radio France Montpellier Languedoc-Roussillon. Concerts des 17, 18, 19 et 20 VII.

Cette année encore, le Festival de Radio France et Montpellier Languedoc-Roussillon témoigne de son ouverture, en programmant, fidèle à sa tradition, des œuvres rares et à (re)découvrir sous trois grands thèmes : musique et pouvoir, séquence violon et méditerranée. L’ouverture pour les lieux également, avec quelques concerts intimistes dans des hôtels particuliers.

ONF-Gaffigan-FestivalRadiofrance-1Dans le cadre de « Méditerranée », le 17 juillet à l’Opéra Comédie, dirigé par amène la salle sur la « frontière de l’olivier » qui délimite le monde méditerranéen, partant de l’Italie méridionale avec des chants et des tarentelles canti grecisalentini, vers la Grèce, la Turquie, puis en Majorque et à la Catalogne et au Portugal. Des œuvres de (1616-1678), d’Athanasius Kircher (1601-1680), de Girolamo Kapsberger (1580-1651), d’Andrea Falconiero (1585-1656) se mêlent avec des chants anonymes et traditionnels, parfois accompagnés de danses, nous fascinent par leur étonnante modernité (due à des arrangements jusqu’à être très jazzy) dont certains peuvent passer pour des chansons de variétés d’aujourd’hui. Les voix lumineuses de Vincenzo Capezzuto et de Raquel Andueza apportent une touche ensoleillée et joyeuse.

Le 18 juillet, intitulé « journée exceptionnelle  », plusieurs formations de chambre issues de l’Orchestre se succèdent sur la scène de la salle Pasteur du Corum et de l’Opéra-Comédie. La journée commence par une projection du film De mémoire d’orchestre de Christian Labrande (2004) retraçant l’histoire de l’ONF, avec des séquences montrant des travaux et concerts sous la direction de différents grands chefs.

Parmi les concerts, trois attirent particulièrement notre attention :

A 12h30, cinq membres de l’Orchestre (dont ) et le pianiste proposent un autre regard de la musique à Vienne au début du XIXe siècle, à travers un programme original : Trio concertant pour violon, alto et violoncelle de Franz-Alexander Pössinger (1767-1827) et le Troisième Concerto pour piano de Beethoven arrangé pour quintette à cordes et piano par Vincenz Lachner (1811-1893).

A 16h15, le (musiciens de l’ONF), le pianiste et la violoniste livrent une interprétation exceptionnelle du Concert d’, dans une poésie à la fois délicate et grave.

ONF-quatuor-Ellipse

A 20h à l’Opéra Berlioz, l’Orchestre au grand complet interprète trois musiques « américaines » : « Chairman’s danse », foxtrot pour l’orchestre extrait de l’opéra Nixon in China de , Lincoln Portrait d’ et la Symphonie « du Nouveau Monde » de Dvořák, en lien avec le thème « Musique et Pouvoir : Amérique ». Les musiciens semblent avoir pris plaisir de « faire de la musique » sous l’impulsion des gestes clairs et dynamiques du jeune chef New-Yorkais (né en 1979), qui a d’ailleurs conquis le public. Si dans Chairman’s Danse il s’agit de l’invitation faite au Grand Timonier par Mme Mao à danser lors d’un banquet officiel, Lincoln Portrait pour récitant et orchestre de Copland fait revivre l’esprit de la démocratie avec une longue citation du célèbre discours dans une épopée musicale grandiose.

Le succès des concerts gratuits à 12h30 (jeunes solistes) et à 18h (musique de chambre) n’est jamais démenti. Le 17 juillet, , dans un programme montrant la continuité entre Schubert et Liszt, donne une exécution mémorable de la Fantaisie Wanderer de Schubert, plein de fougue, de tendresse, de joie, avec une liberté surprenante dans un cadre rigoureusement défini ; à cette liberté s’ajoute une dimension philosophique dans Après une lecture du Dante de Liszt. Le 19 juillet, réussit magistralement l’expression du pathos dans la Première Sonate de Szymanowski. Le lendemain, le trio néerlandais Van Baerle joue (Trio sur des mélodies irlandaises), Willem Jeths (Chiamos), et Brahms (Deuxième Trio) avec une fraîcheur joviale.

Sur le thème « Méditerranée », le 20 juillet à la Cathédrale de Montpellier, la (direction ) et Les (direction ) nous font découvrir Le Livre Vermeil de Montserrat, manuscrit réalisé au XIVe siècle, disparu lors de l’invasion napoléonienne et réapparu à la fin du XIXe siècle avec 35 pages en moins. Ce codex célèbre, connu de musicologues et de mélomanes avertis, font très rarement l’objet d’interprétation. Nous ne pouvons donc que féliciter l’initiative pour ce concert, dans lequel ces musiques, autrefois chantées et dansées par des pèlerins, sont jouées en alternance de quatre Cantigas de Santa Maria (fables mystiques en galicien sur des miracles de la Vierge, composés et réunis sous Alfonse X Le Sage) avec une excellente partie instrumentale rendant l’ensemble extrêmement vivant.

 

Plus de détails

Montpellier. Festival Radio France Montpellier Languedoc-Roussillon. Concerts des 17, 18, 19 et 20 VII.

Cette année encore, le Festival de Radio France et Montpellier Languedoc-Roussillon témoigne de son ouverture, en programmant, fidèle à sa tradition, des œuvres rares et à (re)découvrir sous trois grands thèmes : musique et pouvoir, séquence violon et méditerranée. L’ouverture pour les lieux également, avec quelques concerts intimistes dans des hôtels particuliers.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.