La Scène, Opéra, Opéras

Une folle soirée à Dijon

Plus de détails

Dijon, Auditorium, 17-05-2014. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Le Nozze di Figaro, opéra-bouffe en quatre actes sur un livret de Lorenzo Da Ponte. Mise en scène : Richard Brunel. Scénographie : Chantal Thomas. Costumes : Axel Aust. Lumières : Dominique Borrini. Avec : Thomas Bauer, il Conte Almaviva ; Sarah-Jane Brandon, la Contessa ; Maria Savastano, Susanna ; Riccardo Novaro, Figaro ; Olivia Vermeulen, Cherubino ; Anna Maria Panzarella, Marcellina ; Paolo Battaglia, Bartolo ; Emanuele Giannino, Basilio ; Joseph Shovelton, Don Curzio ; Magali Arnault Stanczak, Barbarina ; Erick Freulon, Antonio. chœur de l’Opéra de Dijon (chef de choeur : Mihály Menelaos Zeke), Orchestre Dijon Bourgogne et . Direction musicale : Jonathan Cohen

nozze dijon2Mettre en scène Le Nozze di Figaro est une gageure : cet opéra faisant partie de la liste des  ouvrages lyriques les plus connus et les plus appréciés du public, on est forcément tenté de chercher une porte d’entrée pour une mise en évidence originale d’un sens nouveau à donner au propos théâtral. place donc l’action dans un cabinet d’avocats des années cinquante, et tente de faire comprendre que les situations théâtrales mélangent sphère publique et sphère privée de la vie des protagonistes. Un point de vue diversement apprécié lors de la création de cette production à Aix-en-Provence.

Ce décor fait immanquablement songer aux films américains en noir et blanc, transposés ici en couleurs sépia, avec accumulation de dossiers et d’employés affairés auxquels il ne manque plus que les manches en lustrine… Les espaces sont modulables et mobiles, et permettent effectivement cette perméabilité entre intimité et profession juridique, puisque le Comte est présenté comme un personnage qui doit rendre la justice. Mais, Dieu que cela rend ce cadre terre à terre ! Heureusement que la musique de Mozart est là pour donner du piquant au déroulement de l’action, sinon on pourrait se croire dans un reality show ! La transposition du scénario dans d’autres lieux et temps n’est pas à rejeter a priori, mais ici elle alourdit inutilement le propos et semble artificiellement plaquée comme un effet de mode. Les actes trois et quatre sont moins malmenés de ce point de vue, et les blocs modulables servent bien la scène finale. On ne voit pas toujours la raison des changements d’éclairage : ceux-ci baissent t-ils d’intensité lorsque les sentiments exprimés sont plus intenses ? Soyons prosaïques : si l’action ne se déroule qu’en une seule journée, ne doivent-ils pas diminuer qu’au moment de la scène finale ?

nozze dijon

Il a fallu un certain moment à l’orchestre pour trouver sa vitesse de croisière et sa réactivité : l’ouverture menée tambour battant par n’a pas résisté à ce tempo usuel et déçoit un peu, car les traits des cordes sont trop approximatifs, et des décalages entre bois et cordes, minimes il est vrai, sont perceptibles. Il y en aura encore quelques-uns avec les chanteurs au premier acte, puis l’équilibre entre les voix et l’intensité de l’orchestre se fait ; l’air de Figaro Non più andrai est totalement réussi de ce point de vue.

La distribution vocale est un peu hétérogène. Si (Marcellina) et (Bartolo) manquent de souplesse et de puissance, on regrette que Barbarina () et Antonio () aient des rôles si brefs. campe un Figaro tour à tour astucieux, jaloux ou amoureux avec beaucoup d’aisance vocale. est remarquable par sa spontanéité juvénile et la fluidité de son chant dans Voi que sapete. confirme son talent surtout dans Dove sono, et dans son duo avec Suzanne à l’acte trois. On avait déjà remarqué dans le rôle de Serpetta de La Finta Giardiniera : celui de Susanna confirme la vivacité de sa voix claire, à la diction précise et à la musicalité sans apprêts. On est convaincu par le jeu et la voix souple de , qui nous montrent un personnage sans beaucoup de scrupules : à quand le rôle de Don Giovanni ?

Les opéras de Mozart ne laissent pas beaucoup de place aux chœurs, et c’est bien dommage, car ceux-ci confirment ce qu’ils avaient laissé entrevoir dans la représentation de Peer Gynt : leur dynamisme et leur justesse ornent, avec l’humour voulu par le metteur en scène, la fraîcheur de leur interventions.

Crédit photographique : © Gilles Abbegg

Plus de détails

Dijon, Auditorium, 17-05-2014. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Le Nozze di Figaro, opéra-bouffe en quatre actes sur un livret de Lorenzo Da Ponte. Mise en scène : Richard Brunel. Scénographie : Chantal Thomas. Costumes : Axel Aust. Lumières : Dominique Borrini. Avec : Thomas Bauer, il Conte Almaviva ; Sarah-Jane Brandon, la Contessa ; Maria Savastano, Susanna ; Riccardo Novaro, Figaro ; Olivia Vermeulen, Cherubino ; Anna Maria Panzarella, Marcellina ; Paolo Battaglia, Bartolo ; Emanuele Giannino, Basilio ; Joseph Shovelton, Don Curzio ; Magali Arnault Stanczak, Barbarina ; Erick Freulon, Antonio. chœur de l’Opéra de Dijon (chef de choeur : Mihály Menelaos Zeke), Orchestre Dijon Bourgogne et . Direction musicale : Jonathan Cohen

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.