À emporter, CD, Musique symphonique

Krauss et Beecham, deux chefs légendaires

Plus de détails

CLEMENS KRAUSS DIRIGE RICHARD STRAUSS (1864-1949) : Till Eulenspiegels lustige Streiche, op. 28 ; Tod und Verklärung, op. 24 ; Le Bourgeois Gentilhomme, suite d’orchestre op. 60. Orchestre du Théâtre de la Scala de Milan, Orchestre Philharmonique de Londres, Orchestre Philharmonique de Vienne, direction : Clemens Krauss. 1 CD Dutton CDBP9816. Code barre : 765387981624. Enregistré entre octobre 1929 et décembre 1947 à Milan, au Kingsway Hall, Londres, et à la Mittler Konzerthaussaal, Vienne. ADD [mono]. Pas de notices. Durée : 71’28.

THE BEECHAM TOUCH – Claude Debussy (1862-1918) : Prélude à l’après-midi d’un Faune. Ottorino Respighi (1879-1936), d’après Giacomo Rossini (1792-1868) : Rossiniana. Georges Bizet (1838-1875). La jolie Fille de Perth, suite de l’opéra. Hector Berlioz (1803-1869) : La Damnation de Faust, 3 extraits orchestraux. Antonín Dvořák (1841-1904) : Rhapsodie Slave en la bémol majeur, op. 45 n°3. London Philharmonic Orchestra, direction : Sir Thomas Beecham. 1 CD Dutton CDBP9753. Code barre : 765387975326. Enregistré entre juin 1934 et février 1939 au Kingsway Hall et au Studio EMI n°1, Abbey Road, Londres. ADD [mono]. Notices unilingues (anglais). Durée : 68’58.

 

dutton_clemens_kraussLe label britannique Dutton nous restitue avec bonheur d’anciennes gravures importantes de deux chefs légendaires : et Sir .

Lors d’une précédente chronique, nous avons exprimé toute notre admiration envers les interprétations de (1893-1954) présentes dans le superbe coffret Decca consacré à . Or voici que le label britannique Dutton nous restitue des gravures straussiennes antérieures à celles de l’album Decca, également dues à Clemens Krauss. Et notre admiration reste intacte. Ce disque Dutton est essentiel, car il nous offre la seule version de Mort et Transfiguration op. 24 que l’illustre chef autrichien ait gravée, et il se peut qu’elle soit l’une des plus extraordinaires commises au disque. Parfaite au niveau mise en place (ce qui n’était pas évident du temps du 78 tours), elle révèle toutes les potentialités de l’œuvre, tant dans les moments de grandes tensions que dans ceux plus apaisés : le magnifique thème de la transfiguration, très étiré, est particulièrement mis en valeur. Ce n’est pas l’ qui interprète ici ce poème symphonique, mais bien celui de Londres, et moins habituel, c’est l’ de Milan qui se surpasse dans sa vision de Till Eulenspiegel op. 28, tout aussi convaincante de celle plus tardive de la Philharmonie viennoise. Les deux œuvres ont toutes deux été gravées par Decca en 1947.

Retour en arrière, en octobre 1929, cette fois avec la Philharmonie viennoise pour La Voix de son Maître, Clemens Krauss nous livre sa première version tout aussi aboutie que la seconde (Decca) de la suite d’orchestre Le Bourgeois Gentilhomme op. 60. Ce disque du label Dutton se positionne donc comme idéal complément au coffret Decca déjà évoqué en début d’article.

dutton_sir_thomas_beechamSir était également un très grand interprète de , mais ce n’est pas dans ce répertoire qu’il nous est présenté ici.

Dès octobre 1932, il fonde l’Orchestre Philharmonique de Londres avec lequel il entreprend une vaste série de gravures pour la Columbia anglaise, la plupart sous la supervision du sévère producteur britannique Walter Legge. Beecham n’était assurément pas un artiste novice au disque, ayant déjà été actif dès l’époque du système acoustique.

Toutefois le procédé électrique (microphone) lui donna, ainsi qu’à ses divers orchestres, un enthousiasme et une motivation supplémentaires, pour graver notamment ce qu’il appelait affectueusement et avec une pointe d’humour des « Lollipops » (sucettes) musicales, dont certaines étaient des premières au disque, comme par exemple la Rhapsodie Slave en la bémol majeur op. 45 n°3 de Dvořák, enregistrée bien avant que des chefs tchèques s’en emparent, ou bien la suite d’orchestre de La jolie Fille de Perth de Bizet, opéra que Beecham avait introduit en Angleterre dès 1917. Il avait d’ailleurs des affinités très marquées pour la musique française, comme en témoigne le programme de ce disque, nous offrant un Prélude à l’après-midi d’un Faune tout de subtilité et de beauté, ainsi que les trois extraits orchestraux habituels de La Damnation de Faust où il se révèle grand berliozien, à l’instar de son collègue Sir Hamilton Harty. Il devait d’ailleurs être particulièrement satisfait de ce dernier enregistrement, puisque à peine le dernier accord éteint d’un Ballet des Sylphes de rêve, on l’entend distinctement adresser à ses musiciens d’orchestre un « Thank you very much » respectueux et admiratif !…

Les transferts de Michael J. Dutton, que ce soit pour Clemens Krauss ou Sir Thomas Beecham, sont particulièrement réussis.

Plus de détails

CLEMENS KRAUSS DIRIGE RICHARD STRAUSS (1864-1949) : Till Eulenspiegels lustige Streiche, op. 28 ; Tod und Verklärung, op. 24 ; Le Bourgeois Gentilhomme, suite d’orchestre op. 60. Orchestre du Théâtre de la Scala de Milan, Orchestre Philharmonique de Londres, Orchestre Philharmonique de Vienne, direction : Clemens Krauss. 1 CD Dutton CDBP9816. Code barre : 765387981624. Enregistré entre octobre 1929 et décembre 1947 à Milan, au Kingsway Hall, Londres, et à la Mittler Konzerthaussaal, Vienne. ADD [mono]. Pas de notices. Durée : 71’28.

THE BEECHAM TOUCH – Claude Debussy (1862-1918) : Prélude à l’après-midi d’un Faune. Ottorino Respighi (1879-1936), d’après Giacomo Rossini (1792-1868) : Rossiniana. Georges Bizet (1838-1875). La jolie Fille de Perth, suite de l’opéra. Hector Berlioz (1803-1869) : La Damnation de Faust, 3 extraits orchestraux. Antonín Dvořák (1841-1904) : Rhapsodie Slave en la bémol majeur, op. 45 n°3. London Philharmonic Orchestra, direction : Sir Thomas Beecham. 1 CD Dutton CDBP9753. Code barre : 765387975326. Enregistré entre juin 1934 et février 1939 au Kingsway Hall et au Studio EMI n°1, Abbey Road, Londres. ADD [mono]. Notices unilingues (anglais). Durée : 68’58.

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.