Daniel Harding au secours de Mahler à Berlin

Concerts, La Scène, Musique symphonique

Berlin. Philharmonie. 5-XII-2014. Gustav Mahler (1860-1911) : Symphonie n° 6 en la mineur. Orchestre philharmonique de Berlin ; direction : Daniel Harding.

daniel_harding 2014On avait espéré Kirill Petrenko, ce fut . Deux chefs de la même génération, tous deux familiers de la monumentale  Symphonie n°6 de Mahler.

Pourtant, l’un arrive seulement au sommet après une carrière toujours prudente et discrète, qui rend ses rares apparitions d’autant plus précieuses (il avait d’ailleurs déjà annulé un concert à Berlin il y a 4 ans déjà), tandis que l’autre, placé très tôt sur le devant de la scène par une médiatisation maladroite, aura mis des années à se défendre d’une image fausse de produit du marketing.

Il n’y a rien de surprenant à ce que Harding souligne dans son interprétation la modernité de la partition, au risque de la brutalité : les stridences du premier mouvement ont bien de quoi justifier le surnom de la symphonie, « tragique » : la fin du monde n’est pas plus loin ici qu’elle ne le sera quelques années plus tard dans les Trois pièces pour orchestre op. 6 de Berg. Cette option a ses mérites, comme elle a déjà eu des défenseurs ; mais il faut pour cela à la fois soutenir la tension que cela implique tout au long de ce premier mouvement et tenir compte de l’ombre portée sur les autres mouvements. Harding n’y parvient cependant que partiellement : le dernier mouvement en particulier semble souffrir d’épuisement après ces débuts marquants, et la tension y manque autant que la structure.

Naturellement, les qualités bien connues de l’orchestre berlinois, ouvert à toutes les lectures les plus audacieuses, trouve dans la symphonie une excellente occasion de montrer ses talents collectifs et individuels ; pourtant, dans cette œuvre qui appelle à un jeu entre expressivité et déshumanisation du sujet tragique, le résultat est trop chargé d’effets pour tenir vraiment compte de la complexité de la partition. Harding avait fait mieux il y a quelques mois à la Radio bavaroise : mettons donc cette soirée en demi-teinte sur le compte du remplacement impromptu.

Crédit photographique : © Martha Rial

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.