Danse , La Scène, Spectacles Danse

Les solos et rituels funéraires de Jan Fabre

Plus de détails

Danse. Paris, Théâtre de la Bastille. 9 et 21/III/16. Jan Fabre X 3.
Attends, attends, attends… (pour mon père). Texte, mise en scène et chorégraphie : Jan Fabre. Performance : Cédric Charron. Musique : Tom Tiest. Dramaturgie : Miet Martens. Lumières : Jan Fabre et Geert Van der Auwera. Costume : Jan Fabre et Andrea Kränzlin. Traduction en français : Michèle Deghilage. Régisseur : Geert Van der Auwera
Preparatio mortis. Chorégraphie : Jan Fabre, Annabelle Chambon. Interprétation : Annabelle Chambon. Composition et exécution : Bernard Foccroulle. Régisseur : Geert Van der Auwera.

Le chorégraphe et plasticien a composé pour ses interprètes fétiches des solos intenses et mystérieux, véritables rites de passage entre la vie et la mort. 

, aujourd’hui davantage plasticien que chorégraphe, a un sens aigu de l’image. Avec quelques effets ou quelques accessoires, il crée une vision, un univers scénique. Dans Attends, attends, attends… (pour mon père) écrit pour le danseur Cédric Charron, il lui suffit d’une machine à fumée et d’une puissante extraction pour évoquer le Styx et celui qui faisait traverser les morts : Charron. En costume et haut chapeau rouge, le danseur se cambre à l’extrême en appuyant sur son bâton, geste auguste du batelier d’outre-tombe. Cette vision est le support d’un monologue en français sur le passage de la lumière à l’ombre, mais aussi une adresse au père de l’interprète. Le regard halluciné du danseur, son physique dégingandé provoquent un effet d’outre-tombe et une assimilation parfaite de Cédric Charron au personnage qu’il est devenu.

prepa1Dans un deuxième solo, Preparatio mortis, écrit pour Annabelle Chambon et créé pour la première fois au Festival d’Avignon en 2010, Jan Fabre poursuit l’exploration des rituels mortuaires. Là encore, la vision plasticienne prend le dessus sur l’inventivité chorégraphique. Jan Fabre s’est inspiré de la peinture flamande du Siècle d’Or pour construire un décor baroque et somptueux, bâti autour d’un tombeau de verre. Dès l’entrée dans la salle, l’odeur douceâtre des brassées de fleurs répandues sur la scène prend les narines. Le spectacle commence dans l’obscurité, sur une composition pour orgue exécutée et enregistrée par Bernard Foccroule, actuel directeur du Festival d’Aix-en-Provence. Sa pièce renvoie aux musiques funéraires, requiem et tombeaux qui émaillent l’histoire de la musique.

Comme une chenille construisant sa chrysalide, un tapis de fleur ondule dans une lumière sépulcrale. Un bras, une jambe, un visage sortent de cette gerbe géante, ceux d’Annabelle Chambon, danseuse musclée dont on ne sait si elle est passée de vie à trépas ou l’inverse. Dans un corps à corps de plus en plus acharné avec les fleurs qui l’entourent, elle livre un combat sensuel entre souffrance et plaisir. La dernière partie du solo la retrouve dans le cocon du tombeau vitré, où elle semble flotter comme dans un liquide amniotique. Puissante, fascinante, cette pièce nous renvoie aux figures d’Ophélie dans Hamlet, mais aussi de Blanche-Neige dans son cercueil de verre. Des visions de la féminité aux antipodes de celle qu’incarne Annabelle Chambon.

Photos : Preparatio mortis © Pascal Gely; Attends, attends, attends © Wonge Bergmann

Plus de détails

Danse. Paris, Théâtre de la Bastille. 9 et 21/III/16. Jan Fabre X 3.
Attends, attends, attends… (pour mon père). Texte, mise en scène et chorégraphie : Jan Fabre. Performance : Cédric Charron. Musique : Tom Tiest. Dramaturgie : Miet Martens. Lumières : Jan Fabre et Geert Van der Auwera. Costume : Jan Fabre et Andrea Kränzlin. Traduction en français : Michèle Deghilage. Régisseur : Geert Van der Auwera
Preparatio mortis. Chorégraphie : Jan Fabre, Annabelle Chambon. Interprétation : Annabelle Chambon. Composition et exécution : Bernard Foccroulle. Régisseur : Geert Van der Auwera.

Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.