Flash info

Décès du baryton-basse Bernard Ładysz

 

, chanteur d’opéra (baryton-basse) et acteur polonais, est mort le 25 juillet 2020. Né le 24 juillet 1922 à Vilnius, une ville habitée alors à 40% par la communauté polonaise, Ładysz y apprend à chanter dans les années 1940-1941, mais doit interrompre ses études car il se voit mobilisé comme soldat de l’armée polonaise pendant l’occupation allemande et soviétique. En participant à l’action « Tempête » dans la région de Vilnius, il est arrêté par le NKVD et envoyé au plus profond de l’Union soviétique, à Kalouga, une ville sur la rivière Oka, où il reste dans les années 1944-1946. Dans ses souvenirs, il déclarait : « Dans le goulag, nous avons travaillé à l’exploitation de la forêt. C’était difficile. Après la guerre aussi, car Vilnius n’était plus du côté polonais. Je suis tombé amoureux de Varsovie quand nous sommes revenus de Russie. Nous sommes entrés dans la ville parmi les décombres. […] Cette pauvre Varsovie nous a accueillis à bras ouverts. Nous étions 20 personnes dans une pièce de 20 mètres carrés alors qu’il n’y avait de la place que pour quatre. Je me souviens : nous étions assis dans un café et quand nous avons commencé à chanter, les gens se sont mis à pleurer. Nous avons pleuré ensemble sur le sort de la Pologne. C’est pour cela que j’aime Varsovie ».

Après son retour en Pologne, il poursuit ses études de chant à l’École nationale supérieure de musique de Varsovie sous la direction du professeur Wacław Filipowicz, entre 1946 et 1948. De 1946 à 1950, il est soliste de l’Ensemble artistique central de l’armée polonaise, avec lequel il se produit également à l’étranger. Pendant de nombreuses années (1950-1979), il est soliste au Grand Théâtre — Opéra National de Varsovie, se produisant, entre autres, dans Eugène Onéguine (ses débuts) de Tchaïkovski, Le Manoir hanté et Halka de Moniuszko, Faust de Gounod et Le Barbier de Séville de Rossini. Sur scène, il combine l’excellence des qualités vocales et celles d’un comédien, en séduisant par une voix profonde, consistante et chaleureuse.

En 1956, il remporte le concours international de chant à Verceil où il reçoit le grand prix « Il primo premio assoluto ». C’est à partir de ce moment que commence sa carrière internationale. Interprétant de la musique lyrique sur tous les continents, il est le premier artiste polonais à participer, en 1959, comme soliste à l’enregistrement complet (en stéréo) d’un opéra réalisé par une maison de disques de réputation internationale, Columbia, chantant aux côtés de et du dans Lucia di Lammermoor de Gaetano Donizetti dirigé par . Plus tard, le même label Columbia l’invite à graver un album d’airs d’opéras de Verdi et de compositeurs russes. Son répertoire discographique s’étend de Giovanni Battista Pergolesi à dont il crée la Passio et mors Domini Nostri Jesu Christi secundum Lucam (plus connue comme la Passion selon Saint Luc), l’opéra Les Diables de Loudun et l’Utrenja. (MC)

(Visited 494 times, 1 visits today)
 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.