À emporter, Audio, Musique symphonique

Échos de la Grande Guerre par Lucien Durosoir et Philippe Hersant

Plus de détails

Lucien Durosoir (1878-1955) : Funérailles. Philippe Hersant (né en 1948) : Sous la pluie de feu. (1) Taurida International Symphony Orchestra, direction : Mikhail Golikov. (2) Hélène Collerette, violon ; Nadine Pierre, violoncelle ; Orchestre Philharmonique de Radio-France, direction : Pascal Rophé. 1 CD Hortus. Collection Les Musiciens et la Grande Guerre Vol. 36. Enregistré (1) à Saint-Pétersbourg en juillet 2017 ; (2) en public lors de la création mondiale le 16 novembre 2018 à Radio-France. Notice bilingue : français-anglais. Durée : 61:03

 

Pour son 36ᵉ et ultime volume, la collection « Les Musiciens et la Grande Guerre » éditée par le label Hortus met en miroir avec Funérailles et avec Sous la pluie de feu.

Sous la pluie de feu_Funérailles_Les Musiciens et la Grande Guerre_Vol. 36_HortusUn rapprochement qui peut paraître anachronique à première vue, et pourtant…Un face à face qui fait sens quand on sait que Sous la pluie de feu, double concerto pour violon et violoncelle de , fut composé en 2018 en hommage au même , violoniste et compositeur et à , violoncelliste, tous deux soldats de la Grande Guerre.

Ceux qui s’attendaient à une longue déploration méditative en seront pour leur frais, les Funérailles, chez Lucien Durosoir, sont grandioses, solennelles et quelque peu joyeuses, comme en témoigne cette magnifique Suite pour grand orchestre. Cette œuvre fut composée entre 1927 et 1930 comme un hommage aux camarades disparus entre 1914 et 1918. Troisième œuvre symphonique du compositeur, elle comprend quatre mouvements dont les titres respectifs s’appuient sur des fragments poétiques de Jean Moréas dont ils dictent l’éthos dominant. Roses de Damas fait valoir son impressionnante ampleur sonore dans une vaste mélodie évoluant par vagues, réunissant de façon assez condensée toutes les forces orchestrales. Je me souviens… met en avant une orchestration foisonnante avec une harpe omniprésente soutenue par une dynamique allègre. Toutes les facettes de l’orchestre s’y déploient dans un jeu de timbres (cordes, vents et percussions) une rythmique variée et une belle ligne mélodique. Plus plaintif et recueilli Voix qui revenez… laisse une large place aux vents, tout entier occupé par un constant élan nostalgique et un lyrisme contenu. Toc, Toc, le menuisier des trépassés…change complètement de climat, s’éloignant de toute élégie par ses rythmes complexes, son phrasé haché, prenant par instant une allure presque sarcastique (vents) étonnante et décalée, voire un peu jazzy, avant une coda un peu hollywoodienne par ses fanfares de cuivres.

Sous la pluie de feu de Philippe Hersant, double concerto pour violon et violoncelle, s’inscrit dans une esthétique bien différente, plus épurée. Après un prologue d’une fluidité attentiste où ostinato du violoncelle et complainte du violon dépeignent, dans un dialogue serré, une certaine déploration angoissée, la partie centrale de l’œuvre décrit, dans un phrasé très narratif, l’horreur des combats par sa rythmique chaotique, et ses ostinatos répétés motoristes (violoncelle de ) d’où émerge difficilement le lyrisme balbutiant du violon d’, dans une sorte de danse de guerre inexorable et dissonante, avant qu’un dialogue entre les deux instruments ne s’opère de façon plus apaisée, entrecoupé de soubresauts orchestraux récapitulatifs comme autant de réminiscences d’une mémoire qui peine à faire son deuil.

Au plan interprétatif, il convient de saluer la maîtrise de la direction de Mihkail Golikov comme celle de Pascal Rophé à la tête de leur phalange respective, toutes deux irréprochables, sans oublier, dans ce concert d’éloges, les deux figures familières de au violoncelle et d’ au violon, deux habituées de l’excellence.

Ainsi s’achève cette superbe collection avec deux œuvres de caractère qui seront pour beaucoup deux belles découvertes.

Lire aussi :

La harpe consolatrice au temps des poilus

Les musiciens et la Grande Guerre : catharsis dans les services de santé

Requiem d’Alexandre Kastalsky, aux morts de la Grande Guerre

Le piano français mobilisé au temps de la Grande Guerre

Mélodies de la grande guerre : la sobriété juste de Marc Mauillon et Anne Le Bozec

Cyrille Dubois chante Lili Boulanger

 

(Visited 287 times, 1 visits today)

Plus de détails

Lucien Durosoir (1878-1955) : Funérailles. Philippe Hersant (né en 1948) : Sous la pluie de feu. (1) Taurida International Symphony Orchestra, direction : Mikhail Golikov. (2) Hélène Collerette, violon ; Nadine Pierre, violoncelle ; Orchestre Philharmonique de Radio-France, direction : Pascal Rophé. 1 CD Hortus. Collection Les Musiciens et la Grande Guerre Vol. 36. Enregistré (1) à Saint-Pétersbourg en juillet 2017 ; (2) en public lors de la création mondiale le 16 novembre 2018 à Radio-France. Notice bilingue : français-anglais. Durée : 61:03

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.