À emporter, Audio, Musique symphonique

L’ultime visage de la Dixième symphonie de Pierre Henry

Plus de détails

Pierre Henry (1927-2017) : La Dixième Symphonie – Hommage à Beethoven. Benoît Rameau, ténor ; Orchestre philharmonique de Radio France ; Orchestre du Conservatoire de Paris ; Chœur de Radio France ; le Jeune Chœur de Paris, direction : Marzena Diakun, Bruno Mantovani, Pascal Rophé. 1 CD Alpha Classics. Enregistré à la Cité de la musique à Paris en novembre 2019. Notice bilingue (français-anglais). Durée : 74:08

 

Cet hommage à Beethoven haut en couleur et virtuose, directement issu de la transcription d’une œuvre électroacoustique de , repose sur une interprétation purement orchestrale inédite.

Pierre-Henry_Marzena-Diakun_AlphaCe disque présente la dernière version créée et enregistrée à titre posthume d’une Dixième symphonie qui a hanté le compositeur, disparu en 2017, pendant près de quarante ans : un travail « essentiellement combinatoire » réalisé à partir d’emprunts aux neuf symphonies historiques du maître viennois. En cette année de 250e anniversaire de Beethoven, il résonne donc comme une double célébration.

avait déjà créé trois versions de sa Dixième Symphonie (1979, 1988 et 1998), dont les deux dernières furent portées au disque. Chacune d’entre elles, structurée différemment, apportait son lot de surprises et de nouveautés. La dernière, mémorable, dans une couleur Remix qui donnait la part belle à des rythmiques franchement techno, célébrait la fin de la décennie 90 avec un compositeur alors admiré par les jeunes générations de ravers, revenu en grâce et se présentant en grand-père des musiques électroniques. Sa forte personnalité artistique l’a toujours rendu immédiatement reconnaissable dans chacun de ses projets. C’est encore le cas dans ce disque, pourtant purement orchestral et uniquement fondé sur des extraits de symphonies de Beethoven recombinés, dont certains célébrissimes. Tout est réalisé ici à partir de partitions écrites et non de bandes magnétiques, et pourtant tout est là. On pourrait qualifier cette expérience de « sampling orchestral », qui transporte au jeu instrumental, sans aucun traitement électroacoustique, les mixes, les collages et les cuts caractéristiques qui fondèrent l’essence du travail de Pierre Henry depuis les prémisses de la musique concrète, qu’il a contribué à faire naître au côté de Pierre Schaeffer.

Les huit mouvements sont tirés des douze qui constituent la version originelle de 1979, patiemment retranscrits sur partition et répartis entre l’ et l’Orchestre du Conservatoire divisés en trois groupes, qui reproduisent les décalages, les multiplications, les surimpressions et les coupes abruptes que Pierre Henry avait réalisés sur bandes. La virtuosité des orchestres et des chefs, , et , survolant ces fusions et confrontations extrêmes avec dextérité, amène un souffle et une dynamique remarquables à l’œuvre. L’auditeur expérimente d’un bout à l’autre tout le paradoxe du sample, entre un sentiment franc de déjà entendu et la découverte de structures et de sensations nouvelles et originales, qui font réentendre sous un jour nouveau les phrases beethovéniennes, que ce soit dans l’élégance lyrique du « Scherzo » (2) ; dans l’« Andante » (4) et son amplification et étirement gigantesques du suspense qui ouvre la Symphonie n° 9 ; dans la série de thèmes devenus aujourd’hui des lieux communs (Ode à la joie, motif de la Symphonie n° 5), complètement réagencés et sublimés tout au long de « Comme une fantaisie » (7) ; jusqu’à l’extrait du texte de Schiller chanté par le ténor auquel répondent le et le dans un « Finale » jouissif (8), qui achève le cycle sur une longue citation du mouvement lent de la Symphonie n° 7.

Henry n’hésitait pas à comparer son art, sa personnalité et ses inspirations à celles de Beethoven. Il donne en tout cas ici une belle lecture personnelle et originale d’œuvres qui ont profondément marqué l’histoire.

 

Lire aussi le compte-rendu de la création à la Philharmonie de Paris :

La Dixième Symphonie de Pierre Henry sur les pupitres des musiciens

Lire aussi :

Un Studio Pierre Henry au Musée de la musique

 

Plus de détails

Pierre Henry (1927-2017) : La Dixième Symphonie – Hommage à Beethoven. Benoît Rameau, ténor ; Orchestre philharmonique de Radio France ; Orchestre du Conservatoire de Paris ; Chœur de Radio France ; le Jeune Chœur de Paris, direction : Marzena Diakun, Bruno Mantovani, Pascal Rophé. 1 CD Alpha Classics. Enregistré à la Cité de la musique à Paris en novembre 2019. Notice bilingue (français-anglais). Durée : 74:08

 
Mots-clefs de cet article
  • Michel LONCIN

    On ferait bien mieux, en ce 250ème anniversaire de la naissance de Beethoven … GÂCHEE par cette SALETE de Covid19, de s’attacher à célébrer la restitution du mouvement initial de la VRAIE 10ème Symphonie de Beethoven, réalisée, en 1988, par le musicologue britannique Barry Cooper …

    • Guillaume Kosmicki

      Bonjour. Je ne suis absolument pas certain qu’il existe une « vraie » dixième symphonie. Cette question ontologique pourrait même se révéler passionnante, même si je n’ai pas le temps de développer ici (quelle serait également la « vraie » 9ème symphonie : celle de la partition manuscrite, celle que Beethoven a dirigée en 1824 en concert, la version de Karajan, et laquelle dans ce cas, celle d’Harnoncourt, une version au disque, une version au concert en train de se jouer, la version orchestrale jouée dans Orange mécanique de Stanley Kubrick, ou celle transformée au synthétiseur par Wendy Carlos, ou celle que je garde en souvenir au fond de moi ?). Mais revenons à notre dixième. Première chose : Beethoven n’a pas eu le temps de composer cette dixième symphonie, à peine esquissée. Elle n’existera donc jamais. C’est un fait. Vous évoquez la version écrite a posteriori par un musicologue, Barry Cooper, à partir de ces esquisses, en 1988. Cela n’est pas une « vraie » dixième symphonie, non, car Barry Cooper a dû inventer, agencer, écrire, créer, donc. Il s’agit d’un geste artistique contemporain à partir de matériaux anciens. Vous l’opposez à une autre proposition artistique, celle de Pierre Henry, qui explique clairement ce qu’il a voulu accomplir sur chacune de ses versions : composer une œuvre personnelle à partir du seul matériau des symphonies de Beethoven. Il l’appelle « sa » dixième symphonie de Beethoven, ce qu’il a tout à fait le droit de faire, en tant qu’artiste. Et sa proposition artistique est par ailleurs très intéressante, à mon sens. Ni plus vraie, ni même plus fausse que la version de Barry Cooper. Qu’on joue aussi celle-là comme vous le suggérez, pourquoi pas, je n’ai absolument rien contre. Ces versions ne sont ni vraies ni fausses. Elles sont.

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.