Opéra, Parutions, Vidéo, Vidéo Musique

Le Convenienze ed inconvenienze teatrali : le joyau de Laurent Pelly

Plus de détails

Gaetano Donizetti (1797-1848) : Le Convenienze ed inconvenienze teatrali (Viva la Mamma !), dramma giocoso en deux actes sur un livret du compositeur et de Domenico Gilardoni. Mise en scène et costumes : Laurent Pelly. Décors : Chantal Thomas. Lumière : Joël Adam. Avec : Laurent Naouri, basse (Mamma Agata) ; Patrizia Ciofi, soprano (Daria, prima donna) ; Charles Rice, baryton (Procolo, son mari) ; Clara Meloni, soprano (Luigia, seconda donna) ; Enea Scala, ténor (Guglielmo, primo tenore) ; Pietro Di Bianco, baryton-basse (Biscroma, chef d’orchestre) ; Enric Martínez-Castignani, baryton (Cesare, poète) ; Katherine Aitken, mezzo-soprano (Pipetto) ; Piotr Micinski, baryton-basse (L’Impresario) ; Dominique Beneforti, baryton (Le Directeur du théâtre) ; Chœur (chef de chœur : Pierre Bleuse) et Orchestre de l’Opéra de Lyon, direction : Lorenzo Viotti. Réalisation : Vincent Massip. 1 Blu-ray Opus Arte. Filmé les 6 et 8 juillet 2017 à l’Opéra National de Lyon. Sous-titres : anglais, français, allemand, italien, japonais, coréen. Notice de 12 pages en anglais. Durée : 114:00

 

Expéditivement rebaptisé Viva la Mamma!, le dramma giocoso composé par Gaetano Donizetti entre Anna Bolena et L’Elixir d’amour s’impose dans un DVD de tous les talents.

C’est l’histoire de l’envers du décor. C’est l’histoire d’un théâtre disparu. C’est une des productions-phares de l’ère Dorny à l’Opéra de Lyon. C’est même à nos yeux la plus parfaite réussite de .

Un Dramma giocoso : le metteur en scène n’avait encore jamais à ce point voilé de mélancolie ses machines à rire. À l’instar de Donizetti qui, à mi-parcours de son imposant œuvre opératique (plus de 70 opus), savait de quoi il allait parler quand il mit (en un acte en 1827) et remit sur le métier (en deux en 1831) son opéra sur l’opéra (les coulisses des préparatifs du très seria Romolo ed Ersilia), a de la matière à revendre pour nourrir la mise en scène commandée par l’Opéra de Lyon pour sa saison 2016-2017, de Le Convienenze ed inconvenienze teatrali (Conventions et inconvenances théâtrales).

Dès la première image, on goûte cette hilarante entreprise de dézingage des egos lyriques. Mais, et c’est ce qui fait la marque des spectacles mémorables, pour la première fois peut-être (plus encore que dans son remarquable Béatrice et Bénédict pour Glyndebourne), Pelly réussit également le passage à l’émotion pure en mettant en scène l’engloutissement d’un monde : attaqué par des marteaux-piqueurs sans états d’âme, un théâtre se métamorphose en parking. L’horreur !

La captation, en tous points miraculeuse, rend justice au magnifique décor transformiste de Chantal Thomas, capable de passer de la brutalité marchande d’un parking à la poésie d’un paradis de théâtre à l’italienne en sursis, dont le fond de scène se fissure pour un ultime passage dans l’au-delà esthétique. Rien n’échappe à l’œil de Vincent Massip des lumières tamisées de Joël Adam comme du jeu très fouillé de chacun des protagonistes, visiblement ravis de caricaturer l’art de leur vie : , flamboyante parodie de concentré de diva ; à l’italianité percutante, confit de raideur en ténor platine ; , baryton déchaîné en Procolo et as du second degré ; croquant joliment les traits du compositeur dépassé (Biscroma Strappaviscere alias Arracheur de triple-croches !) ; en poète-librettiste, en impresario, en directeur de théâtre et piquante dans le travesti de Pippetto, ont beaucoup de relief. Tous s’amusent autant que Laurent Naouri, sensationnelle Mamma Agata dont les courbes généreuses et la robe à fleurs veillent sur la Luigia accomplie de . Chœur d’hommes et figuration sont taillés au millimètre. Élégamment costumée par son metteur en scène, la pétulante troupe est veillée jusqu’au délire par les attentions d’un également prêt à toutes les fantaisies, à la tête d’un remarquable Orchestre de l’Opéra de Lyon.

Ce DVD à la présentation spartiate est un régal pour petits et grands, amoureux ou non d’Ariane à Naxos, de Capriccio, du Schauspieldirektor, du finale du Songe d’une nuit d’été, trop rares incursions lyriques dans l’envers (l’enfer ?) du décor d’un art que l’on espère loin de succomber sous les assauts des marteaux-piqueurs de l’Histoire.

(Visited 268 times, 1 visits today)

Plus de détails

Gaetano Donizetti (1797-1848) : Le Convenienze ed inconvenienze teatrali (Viva la Mamma !), dramma giocoso en deux actes sur un livret du compositeur et de Domenico Gilardoni. Mise en scène et costumes : Laurent Pelly. Décors : Chantal Thomas. Lumière : Joël Adam. Avec : Laurent Naouri, basse (Mamma Agata) ; Patrizia Ciofi, soprano (Daria, prima donna) ; Charles Rice, baryton (Procolo, son mari) ; Clara Meloni, soprano (Luigia, seconda donna) ; Enea Scala, ténor (Guglielmo, primo tenore) ; Pietro Di Bianco, baryton-basse (Biscroma, chef d’orchestre) ; Enric Martínez-Castignani, baryton (Cesare, poète) ; Katherine Aitken, mezzo-soprano (Pipetto) ; Piotr Micinski, baryton-basse (L’Impresario) ; Dominique Beneforti, baryton (Le Directeur du théâtre) ; Chœur (chef de chœur : Pierre Bleuse) et Orchestre de l’Opéra de Lyon, direction : Lorenzo Viotti. Réalisation : Vincent Massip. 1 Blu-ray Opus Arte. Filmé les 6 et 8 juillet 2017 à l’Opéra National de Lyon. Sous-titres : anglais, français, allemand, italien, japonais, coréen. Notice de 12 pages en anglais. Durée : 114:00

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.