Mot-clef : Dominique Pitoiset

Du jeudi 26 octobre 2017 au jeudi 16 novembre 2017

Bryn Terfel reprend avec brio les habits de Falstaff à l’Opéra Bastille

Quelques semaines après Don Carlos, le dernier opéra de Verdi retrouve les planches de l’Opéra Bastille avec la production de Dominique Pitoiset et en têtes d’affiche le trublion Bryn Terfel et la belle Julie Fuchs. Le reste de la distribution mêle bonnes et moins bonnes surprises quand, en fosse, le chef italien Fabio Luisi démontre qu’il connaît son Verdi. La production de Dominique Pitoiset a bientôt vingt ans et, si ses ...
tour6

Angoissant Turn of the Screw à Tours

Pour seulement trois représentations – mais dans un théâtre rempli ce soir de première – l'Opéra de Tours présentait The Turn of the Screw de Benjamin Britten dans une production venue de l'Opéra national de Bordeaux et mis en scène par l'ancien directeur du CDN d'Aquitaine Dominique Pitoiset. L'action, censée se passer dans l'Angleterre victorienne, est transposée dans un décor sobre et cosy des années 60, avec meubles au design de ...
Mireille Delunsch (Salomé) (c) Frédéric Desmesure

Salomé de feu et de sang à Bordeaux

Grâce au nouvel auditorium, l'Opéra national de Bordeaux peut se permettre de produire des œuvres à l'effectif orchestral pléthorique, telle Salomé de Strauss. Néanmoins l'absence de cintres et de dégagements impose au metteur en scène une certaine inventivité pour pallier l'absence de dispositifs scéniques. Dominique Pitoiset a fait au mieux avec un plateau à double niveau et une excellente direction d'acteurs. Le plateau, inhabituellement proche du public, permet de mieux jouer ...
5927_-ND39996 Marie-Nicole Lemieux (Mrs Quickly), Gaëlle Arquez (Mrs Meg Page), Svetla Vassileva (Mrs Alice Ford) et Elena Tsallagova (Nannetta) Opéra nat

Un Falstaff plaisamment mené à Bastille

Présenté la première fois en 1999, ce Falstaff nous revient après quelques années de sommeil sur la scène sans doute un peu trop vaste de l'Opéra Bastille, avec une toute nouvelle distribution sous la direction du chef israélien Daniel Oren. Dernier opéra de Verdi, obéissant aux règles de l'art de la comédie, abandonnant quasi complètement la notion d'air chère à l'opéra italien au profit d'un chant continu plus que porté ...