Mot-clef : Renato Bruson

sinopoli2

Giuseppe Sinopoli, l’incompris

Décédé tragiquement, à l’âge de 55 ans, au pupitre, lors d’une représentation d’Aïda à Berlin, le chef d’orchestre-compositeur Giuseppe Sinopoli, commençait seulement à être reconnu par la critique internationale. Différentes rééditions rendent enfin justice à cet interprète au parcours et aux options interprétatives aussi singulières que souvent pertinentes. Natif de Venise, en 1946, Sinopoli étudie la musique au Conservatoire Benedetto Marcello, et en particulier la composition avec Ernesto Rubin de ...
sony_operas

De grands enregistrements à petits prix

Sony Opera House lance une nouvelle salve de rééditions CD à petit prix qui ravira les mélomanes, tout du moins ceux qui ne sont pas rebutés par les désavantages inhérents aux collections économiques : boîtiers pas franchement attirants, coupures intempestives pour faire tenir l’ensemble sur un minimum de place, plaquette minimale ne comportant que la liste des plages et un synopsis en anglais, français, allemand, bourré d’erreurs et de fautes de ...
Une dramaturgie cinématographique

Une dramaturgie cinématographique pour Tosca

Malgré la profonde crise économique qui touche le domaine du spectacle et de la culture en Italie (beaucoup de théâtres ont dû réduire leur programmation), le Politeama de Catanzaro n’a pas renoncé à mettre en scène un des chefs-d’œuvre de Puccini faisant appel à un casting et à une mise en scène spectaculaire. La scène s’ouvre sur une très belle reproduction de l’église de Sant’Andrea della Valle à Rome, lieu de ...
Don Carlo à Orange, cru 1984 !

Don Carlo à Orange, cru 1984 !

Sur le plan vocal, on pouvait difficilement faire mieux en ce milieu des années 1980, et chacun des solistes réunis pour ce beau soir de juillet 1984 sur le plateau du Théâtre antique d’Orange atteint des sommets d’émotion musicale. Giacomo Aragall, en cette époque qui précédait encore l’engouement planétaire pour les «Trois ténors», surclasse aisément, par l’élégance de ses phrasés et le charme latin de son ténor essentiellement lyrique mais ...
Deux sopranos pour une Traviata.

Patrizia Ciofi & Noëmi Nadelmann, deux sopranos pour une Traviata

La Traviata Avec cette XVIe édition, le Festival d’Opéra d’Avenches hisse sa position au rang d’incontournable lieu estival de Suisse pour la musique et l’opéra. Tradition dans le choix des œuvres, distribution éclatante, deux atouts qui s’affirment au cours des ans. Entre le rêve d’une scène aussi réputée que celles des festivals transalpins et la réalité helvétique, le bon sens a finalement tranché. L’évidence que la Suisse ne cultive pas une ...
Au pied du Vésuve, Daniel Oren fait trembler Naples

Au pied du Vésuve, Daniel Oren fait trembler Naples

Teatro Giuseppe Verdi di Salerno « E avanti a lui tremava tutta Napoli! » (Et devant lui tout Naples tremblait !). Cette paraphrase de Tosca peut bien résumer l’atmosphère de la première représentation de l’opéra de Puccini, dirigée par Daniel Oren à la tète de l’orchestre du Théâtre Municipal Giuseppe Verdi de Salerne. Une production rendue spectaculaire par les harmoniques de He Hui, Piero Giuliacci et Renato Bruson. Tosca, l’un des plus grand ...
Violetta chez les nazis

Violetta chez les nazis

L’histoire nous a démontré à maintes reprises que toute dictature était néfaste pour le genre humain ; nous sommes désormais convaincus qu’il en est de même pour le genre opératique lorsqu’un metteur en scène abuse de son pouvoir et impose ses quatre volontés dans un diktat imbécile. Pier Luigi Pizzi campe ses personnages pendant l’occupation allemande. Parmi les invités du premier acte, les inévitables brassards des officiers nazis arborant leur croix ...
Fleming, Villazon, Bruson... Tout un programme !

Fleming, Villazon, Bruson… Tout un programme !

Opening night hollywoodienne (mais après tout, nous y sommes) de la saison 2006-2007 du Los Angeles Opera. Paillettes, fanfreluches, people (vous êtes assis devant Michael York, près de Michael Eisner, PDG de Disney), froufrous, (faux) visons... musiques enfin ! Marta Domingo nous ressert, comme l’on ressert une vieille soupe hâtivement mal réchauffée, dans les anciens décors et costumes d’un milieu bourgeois XIXe, légèrement surannés, agréables à l’œil mais bien élémentaires, une ...
Dumping et saturation du marché sont les deux mamelles de l’industrie du DVD

Dumping et saturation du marché sont les deux mamelles de l’industrie du DVD

Mais quelle mouche peut-elle bien piquer les directeurs artistiques de la firme Warner ? Voici qu’après un Great Scenes Placido Domingo pas franchement convaincant et un récital de Montserrat Caballé et Marilyn Horne qui appelait quelques réserves, on nous gratifie d’un Highlights from La Scala d’une inutilité totale ! Les défauts épinglés dans les chroniques précédentes sont exactement les mêmes : repiquage d’anciennes productions déjà bien amorties, absence de plaquette de présentation, minutage scandaleux ...