Mot-clef : Svetla Vassileva

mme butterfly bastille

Madame Butterfly bouleverse Bastille

C'est la production de 1993 -date à laquelle Madame Butterfly a fait son entrée dans le répertoire de l'Opéra de Paris- qui nous avons redécouvert lors de cette première très applaudie, et force est de constater que plus de vingt ans après, la mise en scène sobre et épurée du célèbre Bob Wilson n'a pas pris une ride. Les superbes costumes de Frida Parmeggiani et de subtiles jeux de lumières (diverses ...
Vasily Ladjuk (Onéguine), Svetla Vassileva (Tatiana), Aleksandr Vinogradov (Grémine), Maksim Aksënov (Lensky) © Ramella&Giannese Teatro Regio Torino

A Turin, Onéguine tourne en rond

Le public italien aime l’opéra. Plus encore que l’opéra, il aime le chant, les voix et les chanteurs. A l’entendre applaudir à tout rompre les protagonistes de cette production, on ne peut pas en douter. Quelques belles voix, quelques airs bien chantés et le public transalpin est prêt à pardonner les manquements d’une mise en scène confuse et inaboutie. Dans son avant-propos, le directeur artistique du Covent Garden de Londres qui ...
5927_-ND39996 Marie-Nicole Lemieux (Mrs Quickly), Gaëlle Arquez (Mrs Meg Page), Svetla Vassileva (Mrs Alice Ford) et Elena Tsallagova (Nannetta) Opéra nat

Un Falstaff plaisamment mené à Bastille

Présenté la première fois en 1999, ce Falstaff nous revient après quelques années de sommeil sur la scène sans doute un peu trop vaste de l'Opéra Bastille, avec une toute nouvelle distribution sous la direction du chef israélien Daniel Oren. Dernier opéra de Verdi, obéissant aux règles de l'art de la comédie, abandonnant quasi complètement la notion d'air chère à l'opéra italien au profit d'un chant continu plus que porté ...
Opera Madama Butterfly_Munich2012 a (c) Wilfried Hösl

Butterfly à Munich, pour Roberto Alagna et Svetla Vassileva

Cette production de Wolf Busse n’est certes pas bien neuve, et à l’évidence elle s’adresse préférentiellement à ceux qui n’ont pas encore emmagasiné dans leur mémoire moult versions de Madame Butterfly ou à ceux qui veulent revenir à une version aussi tranquille que classique de l’histoire tragique de la jeune geisha trahie par son amant occidental, en l’occurrence officier de marine américain. Car c’est bien une assez littérale et directe ...
Tosca_Vassileva, Ataneli_turin0112 _vign

A Turin, le triomphe de Marcelo Álvarez

En mars 2005, la légendaire soprano Renata Scotto déplorait dans nos colonnes que l’opéra italien souffrait de ce que les chefs d’orchestre dépiautaient les partitions des compositeurs aux fins d’un respect total de l’œuvre. « On ne joue plus la musique des opéras pour en exprimer l’émotion », poursuivait-elle. « Pour que l’opéra italien retrouve sa vérité, il faut qu’il redevienne italien. Avec ses excès. Alors il déclenchera l’enthousiasme. Et de ...
En fermant les yeux III

Francesca da Rimini à Bastille : En fermant les yeux III

Francesca da Rimini, issue du romantisme finissant, est une œuvre fragile. La musique délivre d’innombrables beautés, étincelant au milieu de moments plus convenus et d’indéniables longueurs. On n’y sent pas vraiment de personnalité marquante, plutôt un mélange de Wagner et de Puccini mâtiné de Debussy, les références insistantes à Tristan se situant plus du côté du pastiche que de celui de l’hommage. Le livret peine pendant deux actes et demi ...
Triomphe de la poésie

Triomphe de la poésie pour Rusalka

Après le formidable Sémélé que le metteur Robert Carsen reprenait du Festival d’Aix-en-Provence pour le remonter à l’Opéra de Zurich, c’est la Rusalka de l’Opéra Bastille qu’il monte au Regio de Turin. Si la découverte de cette musique est un enchantement, celle du spectacle l’est plus encore. Le rideau est à peine ouvert que le metteur en scène canadien nous transporte dans le rêve le plus absolu. Le triomphe de ...
Roberto se fait plaisir…et nous fait plaisir  pour Paillasse

Roberto se fait plaisir…et nous fait plaisir pour Paillasse

Roberto Alagna, dont le sang sicilien coule dans les veines, pouvait-il laisser échapper le personnage de Canio, même s’il n’est pas conçu pour son type de voix ? Il a donc risqué la prise de rôle en 2002, au Teatro Filarmonico de Vérone, dans une mise en scène de ses deux frères, Frederico et David, aujourd’hui repris en DVD. Voici notre ténor lyrique aux prises avec une écriture spinto, qui n’a rien ...