Carmen-banniere-728x90

Mozart sans Mozart

À emporter, DVD, DVD Musique, Opéra

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Die Entführung aus dem Serail. Mise en scène : Stefan Herheim. Décors et costumes : Gottfried Pilz. Lumières : Konrad Lindenberg. Avec : Laura Aikin, Konstanze ; Valentina Farcas, Blonde ; Charles Castronovo, Belmonte ; Dietmar Kerschbaum, Pedrillo ; Franz Hawlata, Osmin ; Konzertvereinigung Wiener Staatsopernchor ; Mozarteumorchester Salzburg, direction : Ivor Bolton. Réalisation : Tomas Simerda. 2 DVD Decca 074 3156. Enregistré en juillet 2006 à la Haus fur Mozart de Salzburg. Sous titre : allemand, anglais, français, espagnol et chinois. Zone 0. Durée : 156′

 

Après Mozart et ses vingt deux opéras en live à Salzbourg, l’été dernier, voici, pour ceux qui ont raté l’évènement ou qui veulent le revivre, le coffret récapitulatif. Vendue aux alentours de trois cent cinquante euros, la boîte compte trente trois DVD, tous vendus séparément à l’exception notable des Noces de Figaro avec Anna Netrebko qui sera mis en vente l’été prochain. Resmusica. com vous proposera une sélection de ces titres.

Passées les années de Gérard Mortier, le public de Salzbourg espérait retrouver une certaine sérénité dans le choix des mises en scènes. Las, comme si tout retour en arrière semblait impossible, le nouvel intendant Peter Ruzicka confia dès sa première année, un Don Giovanni impossible au pourtant brillant Martin Kusej (2002, repris en 2003 et 2006). Mais le plus gros scandale survint en 2003 avec la nouvelle production de l’Enlèvement au Sérail confié au suédois Stefan Herheim. Le public de la première hua copieusement cette production qui, reprise et révisée en 2004, s’assura alors un succès d’estime, tandis qu’elle passa inaperçue lors de son ultime reprise dans le cadre du projet Mozart 22. Il faut dire que le jeune metteur en scène, nouveau venu à l’opéra, n’a pas fait dans la demi-mesure : suppression du personnage du Pacha Selim, réécriture des dialogues et modification du sens de l’œuvre. Ici pas d’Enlèvement, pas de Sérail, pas d’exotisme mais une réflexion sur le couple et les difficultés dans les rapports hommes-femmes. Cela n’a strictement rien à voir avec la partition de Mozart, mais il faut reconnaître au metteur en scène un immense talent dans sa direction d’acteur. Le résultat, si l’on accepte le parti pris insensé de Herheim, est fascinant, aussi hilarant que désopilant. Placage pour placage, il est permis de préférer ce délire aux intentions téléphonées de Christoph Loy dans sa production de l’œuvre présentée à La Monnaie de Bruxelles à l’automne dernier.

Musicalement, c’est plutôt bon. On passe rapidement sur la direction assez balourde et gauche d’un omniprésent dans cette œuvre à Salzbourg mais qui peine toujours à en trouver la clef. Son Orchestre du Mozarteum est comme à son habitude appliqué à défaut d’être génial. Seul rescapé à avoir traversé les reprises de la production, Dietmar Kerschbaum est un Pedrillo musicalement parfait. Nouvelle coqueluche des scènes internationales, le ténor possède assurément un beau timbre et une musicalité hors pair, mais il manque encore un tout petit peu de vécu mozartien alors que son allemand se plaît à quelques exotismes. Sans posséder les facilités dans l’aigu d’une Diana Damrau, est une très belle Constance. Habituée du rôle de Blonde, la jeune possède un timbre fort séduisant et une belle agilité vocale. est un Osmin parfait et le chanteur, qui paye particulièrement de sa personne, s’amuse comme un gamin.

Un court documentaire nous offre de belles généralités sur Mozart alors que la réalisation filmée de l’opéra est fort scolaire dans son alternance de gros plans et de vues d’ensemble. Difficile donc de tirer une conclusion pour ce spectacle qui n’est absolument pas recommandable mais qui fascine autant qu’il peut irriter.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.