Festivals, La Scène, Musique d'ensemble

Avignon : VIIIe Festival de Musique Ancienne

Plus de détails

Opéra-théâtre d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 29-X-2007. Création, « Le mythe du Centaure », Il Seminario Musicale. « Airs croisés d’une voix et d’un cœur ». Avignon, Eglise Saint-Pierre. 2-X-2007. Christophe Coin, Atsushi Sakaï, Violaine Cochard, Marin Marais, Extraits du Premier Livre, « Pièces pour deux violes », Sainte Colombe, « Le tombeau des regrets », « Le Retour ». Avignon, Eglise Saint-Pierre. 9-X-2007. Ensemble Barcarolle, Agnès Mellon et Dominique Visse, « Parole e querelle d’amore ». Ménerbes, Église Saint-Luc, 14-X-2007. Pierre Hantaï, clavecin : Bach, Scarlatti.

Ils ne sont qu’une poignée d’irréductibles passionnés de musique ancienne, mais leur détermination soulèverait des montagnes. Oui, c’est devenu une tradition. Soutenu par la Ville, le Conseil Général, le Conseil Régional, le VIIIe festival de musique ancienne, ou musique baroque, ouvre la saison musicale d’Avignon, et le public est de plus en plus nombreux et de plus en plus fidèle. La programmation de cette année, éclectique, à la fois originale et solide, n’a pu que conforter la belle santé de cette manifestation.

L’ouverture en a été originale à plus d’un titre. « Le mythe du Centaure » est en effet une création, un « croisement » de divers talents : de grands airs italiens, cinq solistes instrumentistes, une écuyère… et un cheval ! De la haute voltige dans tous les sens du terme, qui nous a plus séduits par son originalité que vraiment convaincus : trop hétéroclite malgré les déclarations d’intention ambitieuses, de Valérie Fratellini et surtout du contralto Gérard Lesne.

Trois concerts ont suivi, avec des valeurs sûres : deux soirées de musique instrumentale (2 et 14 octobre) et une rencontre instrument-voix (9 octobre). Nous n’avons pu, à notre grand regret, aller écouter . En revanche, quel régal dans les deux autres soirées !

Le mardi 2 Octobre, et ont été interprétés par des solistes de tout premier rang : au clavecin, et les deux gambistes Christophe Coin – directeur de l’, et président de la Société Française de viole de gambe – et son non moins prestigieux élève Atsushi Sakaï.

Mais on peut dire que, le mardi suivant, on a atteint la perfection. La délicieuse soprano et le contre-ténor , fêtaient la fougueuse et tendre complicité de leurs 25 ans de mariage ! Belle occasion de faire un petit clin d’œil aux « duos d’amour sublimes » du répertoire. De la légèreté de Monteverdi (« Vorrei baciarti », « Je voudrais t’embrasser… mais où ? ») jusqu’à la nostalgie de l’» Inquieto mio cuore » de Steffani en passant par la plénitude du « couronnement de Poppée », et étaient accompagnés de trois instrumentistes de l’Ensemble Barcarole : Marianne Muller (viole de gambe), Lucas Guimaraes-Peres (lirone) et Brice Sailly (orgue). Une soirée italienne de « parole e querelle d’amore » – tendresse, baisers, désir, jalousie, taquineries, tourment, désespoir – que l’on a eu grand plaisir à partager.

Un seul souhait pour l’avenir : que la poignée d’irréductibles passionnés soit toujours aussi bien inspirée !

Crédit photographique : Christophe Coin © DR ; le Mythe du Centaure © Geneviève Allène-Dewulf

Plus de détails

Opéra-théâtre d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 29-X-2007. Création, « Le mythe du Centaure », Il Seminario Musicale. « Airs croisés d’une voix et d’un cœur ». Avignon, Eglise Saint-Pierre. 2-X-2007. Christophe Coin, Atsushi Sakaï, Violaine Cochard, Marin Marais, Extraits du Premier Livre, « Pièces pour deux violes », Sainte Colombe, « Le tombeau des regrets », « Le Retour ». Avignon, Eglise Saint-Pierre. 9-X-2007. Ensemble Barcarolle, Agnès Mellon et Dominique Visse, « Parole e querelle d’amore ». Ménerbes, Église Saint-Luc, 14-X-2007. Pierre Hantaï, clavecin : Bach, Scarlatti.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.