Archives de l’auteur : Geneviève Allène-Dewulf

avatar

À propos de Geneviève Allène-Dewulf

Née en Provence, Geneviève Allène (plus tard épouse Dewulf) a été bercée par un environnement musical permanent : par France-Musique, fréquence pré-sélectionnée à la maison, ou par son père, violoniste dans l’orchestre amateur que dirigeait ce dernier. C’est donc un petit violon qui, tout naturellement, a « subi » ses premières gammes… Elle a ensuite mené dans diverses régions de France une carrière de professeur de Lettres Classiques, en collège, puis lycée, puis Classes Préparatoires aux Grandes Écoles, littéraires et scientifiques. Son agrégation de grammaire et son doctorat en langue et littérature latines ont cultivé son goût pour l’écriture et pour les productions humaines en général, dont la littérature et l’expression artistique quelle qu’elle soit. En marge du temps scolaire, elle a également entraîné des générations d’élèves et d’étudiants à l’opéra, au théâtre, au musée… suscitant d’ailleurs au passage quelques vocations en ces domaines. Elle écrit maintenant - en particulier pour les pages culturelles - dans un journal régional à Avignon, et elle se régale à fréquenter les salles de spectacle, dans une région qui n’en manque guère. Sa collaboration à Resmusica date de mars 2007.
Le Palais : une fausse bonne idée ?

Le Palais : une fausse bonne idée ?

Festival de Musique ancienne : Héros et héroïnes Une fausse bonne idée que d’ouvrir le 11e Festival de Musique ancienne, et la saison musicale avignonnaise, par une soirée dans le Grand Tinel du Palais des Papes (le plus grand palais gothique d’Europe), immense salle à manger d’apparat pour la papauté d’il y a sept siècles ? On y avait déjà déploré, le 11 décembre 2009, une température glaciale et une acoustique déplorable, qui ...
Chorégies 2010 : Mireille sous le mistral

Chorégies 2010 : Mireille sous le mistral

2010, annus horribilis ? Chacune des quatre programmations des Chorégies a été touchée. Pour Tosca, le chef Mikko Franck, souffrant, avait dû se faire remplacer au pied levé - mais excellemment - pour la Générale le 12 juillet par Emmanuel Joël. Dans le récital du 17 le mistral avait considérablement gêné le déroulement, sans pour autant l’annuler. Pour Mireille, la pré-générale et la générale avaient été annulées à cause d’un orage (dimanche 1er août) puis ...
Une « fantaisie foraine » inventive, poétique et drôle !

Une « fantaisie foraine » inventive, poétique et drôle !

Petrouchka Quel dangereux pari que de réduire à 6 interprètes et à peine plus d’instruments une œuvre initialement prévue pour un corps de ballet et un grand orchestre symphonique ! Et de le proposer dans une petite salle de 50 places. Pari gagné néanmoins, puisqu’ils ne sont pas légion, les spectacles qui, dans le pléthorique Festival Off d’Avignon (plus de mille titres à travers près de cent trente lieux), peuvent s’enorgueillir d’une ...
Où David l’emporte sur Goliath

Chorégies d’Orange, où David l’emporte sur Goliath

«Soirée dantesque», commentait, le lendemain, Christophe Hondelatte lors de la retransmission en direct de Tosca par France2. Dantesque ! Pour le moins… Certes Goliath avait bien failli gagner. On avait oublié, même chez les Provençaux de souche, que le mistral pouvait s’inviter impromptu au théâtre antique, et qu’on le réclamait depuis plusieurs semaines d’une chaleur poisseuse. Les bourrasques avaient bien failli gagner : soulevant queues-de-pie et jupes, faisant voler les partitions, enveloppant la ...
Désespérante perfection !

Désespérante perfection !

Gautier Capuçon, Frank Braley A quoi peut bien servir un chroniqueur quand la perfection est à ce point évidente, pour échapper au psittacisme ? Que dire, écrire et penser, qui n’ait pas été mille fois dit, écrit et pensé ? Inviter Gautier Capuçon et Frank Braley, c’était faire le choix de l’excellence. Leur rigueur technique et leur sensibilité raffinée se sont exprimées à travers quatre pièces très différentes, dans une une sympathique complicité musicale et ...
Comme Clark Gable…

Aida à Avignon, comme Clark Gable…

Comme Clark Gable qui affirmait devoir songer à un bon steak pour se forcer à embrasser sa partenaire Vivian Leigh dans le mythique Autant en emporte le vent, à quoi aurait dû penser le ténor coréen Jeong-Won Lee pour manifester plus d’empressement auprès de la magnifique Indra Thomas ? Sa prestation vocale fut aussi sans couleur, sans chaleur, plate et fade ; et la première aria Celesta Aida, victime d’une tradition tenace, ...
Fin de partie

Fin de partie

Orchestre d’Avignon-Provence «Qu’un mi devienne un fa, chez Haydn ou Beethoven, cela n’a rien d’exceptionnel. Mais quand, chez Ligeti, le mi a été tenu, pianissimo, pendant plus de deux minutes puis se transforme peu à peu en fa, c’est un événement !». Jonathan Schiffman a voulu, une fois de plus, faire découvrir au public, toujours plus nombreux, un compositeur du XXe siècle, compositeur auquel Stanley Kubrick, depuis 2001, l’Odyssée de l’espace, empruntait les ...
Il était une fois…

Il était une fois… La Cenerentola

Cette Cenerentola est à l’image du toucher délicat de Kira Parfeevets au clavecin. Dans le genre difficile du dramma giocoso, cette œuvre fait sourire en légèreté et demi-teintes, sans tomber dans la vulgarité facile. Le décor, avec ses changements à vue des éléments d’architecture et ses projections d’images sur une toile en fond de scène, prend toute sa signification et son relief au 2nd acte. Comme il convient à la ...
Bulles de champagne

Bulles de champagne

Valses de Vienne On retrouve dans cette affiche des noms d’autres productions de l’opéra-Théâtre d’Avignon : le chef Didier Benetti a déjà dirigé, et Jacques Duparc déjà mis en scène, l’Auberge du Cheval Blanc et le Chanteur de Mexico ; Eric Belaud a déjà chorégraphié, outre le Chanteur, le Pays du Sourire et la Belle Hélène ; Noël Lemaître a déjà caressé de ses lumières, outre le Chanteur, le Nouvel An ...
LOCG-David_Greilsammer_copyright_Antoine_Le_Grand

Le symphonique, un long fleuve tranquille ? Certes non !

Orchestre d’Avignon-Provence Qui donc eût pensé qu’une soirée symphonique ne fût pas un long fleuve tranquille ? Le programme de ce vendredi soir allait nous faire redécouvrir un répertoire peut-être moins connu du grand public, Darius Milhaud et Bohuslav Martinů, encadrés par ces deux grands classiques que sont Ravel et Mozart. Mais ce fut pour beaucoup une découverte que de passer d’une formation de dix instruments à vent, debout autour du chef - pour ...
La création du Grand Siècle, bien sûr !

La création du Grand Siècle, bien sûr !

Amadis Que l’on ait décidé de monter, pour la première fois depuis plus de deux siècles (1771) cet opéra créé en 1684, tenait déjà de l’événement ! Mais que la création ait lieu en province, le public avignonnais l’a vécu comme un miracle ! Monter cet opéra du Grand Siècle était en effet un beau pari, parfaitement réussi. Amadis est à la fois extraordinaire et exceptionnel ; c’est toute la fin du XVIIe siècle qu’il ...
mikhail_rudy

Mikaïl Rudy : « l’impatience de vivre »

Orchestre Lyrique de Région Avignon Provence Le Roman d’un pianiste, l’impatience de vivre, tel est le titre de l’autobiographie de Mikhaïl Rudy, provisoirement épuisée mais bientôt rééditée avec 5 CD (Emi, Le piano romantique). C’est à cette «impatience de vivre» que nous pensions en regardant le soliste jouer les yeux fermés, un sourire flottant sur les lèvres, la tête accompagnant imperceptiblement le rythme des autres musiciens. A neuf ans il avait fait ...
Une grande première à la télévision française !

Le Chanteur de Mexico, grande première à la télévision française !

Une opérette diffusée en direct à la télévision française, sur une chaîne privée de surcroît (Paris-Première appartenant au groupe de la 6), voilà une grande première ! Fabrice Roux, le producteur, ne cache pas sa joie en lançant avec Raymond Duffaut, du devant de la scène de l’opéra-théâtre d’Avignon, la captation en direct du Chanteur de Mexico. Douze caméras dont deux télécommandées et deux à l’épaule, un long bras articulé qui ...
Non, la Traviata n’est pas la Star Ac’

Non, la Traviata n’est pas la Star Ac’

La Traviata Non, La Traviata n’est pas la Star Ac’. Certes le genre opéra n’est pas sacré, et il est agréable que le public manifeste son admiration. Mais lorsque des milliers de spectateurs applaudissent de façon mécanique dès qu’un aria se termine, ou même couvrent les dernières mesures ; et que de surcroît certains commentent à haute voix, alors là non, l’opéra n’est pas la Star Ac’! C’est la fête, pas la ...
De petits bijoux bien cachés au creux des vieilles pierres...

De petits bijoux bien cachés au creux des vieilles pierres…

Quatuor Sine Nomine et Claire Désert Les vignes viennent vous lécher les pieds, et la plaine s’alanguit doucement au soleil couchant. Le petit Ermitage de Mayran se blottit sous la ramure, préservant la quasi-intimité de ses «Concerts de l’Amitié». De fait, au fil des ans, les amis sont devenus de plus en plus nombreux et fidèles ; et la programmation, de plus en plus pointue, n’a rien à envier à des festivals ...
Pour la 9e de Beethoven : inhumain !

Pour la 9e de Beethoven : inhumain !

Orchestre Lyrique de Région Avignon Provence Inhumain, oui, le sauna imposé pour les artistes (dans le public, c’est un ballet d’éventails, ad hoc ou improvisés). Devoir jouer ou chanter, par 30° dehors, avec 220 personnes sur scène et 1. 000 dans la salle, à raison de x watts dégagés par chaque corps humain, sous les sunlights et projecteurs divers, et sans clim..., c’est vraiment inhumain. Mais le faire à la perfection, ...
Lucia... sans Lucia !

Lucia… sans Lucia !

Lucia di Lammermoor Osons dire tout haut ce que chacun disait mezzo voce : quelle déception avec Desirée Rancatore dans le rôle-titre, malgré son palmarès prestigieux et sa longue familiarité avec le rôle ! Un joli timbre, certes, dans les aigus tenus, bien qu’un peu nasal, mais beaucoup de difficultés dans les amplitudes, avec une voix qui hésitait entre la gorge dans les médiums et la poitrine dans les basses, flirtant parfois avec ...
Des amateurs ? Vous plaisantez...

Des amateurs ? Vous plaisantez…

Chœur A Piacere et Orchestre Praeclassica Des amateurs, vraiment ? Vous plaisantez ! Et pourtant, même si leur qualité les hisse au niveau des professionnels, le chœur A piacere et l’orchestre Praeclassica sont bien des «amateurs», mais qui, d’après l’étymologie du terme, ont l’amour de la belle œuvre. «Pour le plaisir et avec plaisir», tel est le joli nom du chœur qui depuis septembre 2000 réunit une quarantaine d’adultes venus de tous horizons sous ...
Si l’adjectif « complémentaire » a un sens...

Katia et Marielle Labèque, si l’adjectif « complémentaire » a un sens…

Si l’adjectif «complémentaire» a un sens, c’est bien ici. Ne craignons pas de tomber dans la banalité et la répétition, tellement Katia et Marielle Labèque, depuis tant d’années, demeurent égales à elles-mêmes, c’est-à-dire excellentes. D’une excellence sereine, évidente. Leur incontestable virtuosité est nourrie d’une sensibilité délicate, d’une maturité qui n’a rien à voir avec l’état-civil, et leur interprétation vibre sans cesse d’une complicité presque palpable, comme lorsque Katia, sur un même ...
Une « petite dinde » bien croquignolette ...

Une « petite dinde » bien croquignolette …

Véronique Il y a un an Véronique était mise en scène par Fanny Ardant au Châtelet. Aujourd’hui une autre Véronique est offerte sur la scène d’Avignon grâce à l’Opéra-Théâtre de Metz et au Grand Théâtre de Limoges : ce bijou d’André Messager, que tout le monde fredonne sans l’avoir vraiment vu, sortirait-il de l’oubli ? Désuète, l’opérette ? Sans doute, et nous en avions déjà fait la remarque à l’occasion du Pays du Sourire. Mais par ...
Un menu bien trop riche pour un Vendredi saint !

Un menu bien trop riche pour un Vendredi saint !

Olrap Sous une apparente unité thématique - la tradition russe -, c’est un festin bien trop riche et trop varié qui nous a été servi - hasard du calendrier - en un jour dévolu au jeûne. Mais enfin, la table était dressée... En hors-d’oeuvre, comme il se doit, et en toute modestie, la création du monde, le chaos primitif et le choc des éléments originels. Tel est en effet le propos de ...
vassilis_christipoulos1

Intimité et sobriété

Les sept dernières paroles du Christ en croix Avignon. ENMDT Conservatoire. 27-III-2009. Joseph Haydn (1732-1809) : Les Sept dernières paroles du Christ en croix. Roland Conil, piano ; Serge Barbuscia, récitant Avignon. Chapelle Saint-Louis. 01-04-2009. Joseph Haydn (1732-1809) : Les Sept dernières paroles du Christ en croix. Quatuor Léonis : Thomas Gautier, 1er violon ; Guillaume Antonini, 2nd violon ; Alphonse Dervieux, alto ; Jean-Lou Loger, violoncelle. Alain Timar, récitant Avignon. Eglise Saint-Pierre. 05-04-2009. Joseph Haydn (1732-1809) : Symphonie n°96 dite ...
Ah ! Donnez-nous des monstres !

Ah ! Donnez-nous des monstres !

La Clemenza di Tito Ah oui, donnez-nous des monstres ! Donnez-nous des traîtres, des scélérats, de vrais personnages sur lesquels faire nos griffes, jeter nos passions... Epargnez-nous ce qui est trop lisse, trop poli. C’est en 1791, année de sa mort, que Mozart composa cet opera seria - en 18 jours seulement - à la demande de l’empereur Léopold II de Bavière qui devait être sacré roi de Bohême à Prague en cette ...
Que l’ouragan de la jeunesse nous emporte...

Que l’ouragan de la jeunesse nous emporte…

Les orages désirés Voilà une œuvre qui, avec des moyens a minima, vous emporte dans un ouragan intérieur ! A minima pour les décors - une simple estrade -, pour l’orchestre - 14 musiciens en 12 pupitres -, pour la distribution - 7 personnages, pour la composition - d’un classicisme absolu : 4 tableaux représentant chacun une saison dans une année -, pour l’argument - le jeune Hector aime Estelle en silence et ...
O Beethoven, quel âne as-tu été !

Concert des Révélations classiques 2007

Nous avions exprimé notre déception, et celle de tout le public, lors de la prestation Tremplin des jeunes voix lyriques, le 28 novembre 2008. C’était une initiative avignonnaise que de scinder chant-musique dans cette tournée des lauréats des Révélations classiques 2007, et il n’est pas certain qu’elle fût excellente. Du moins l’Adami organisatrice se reconnaît-elle une grande part de responsabilité dans l’impréparation de cette soirée de novembre. Rien de tel pour ...
Un militant de la vie

Miguel-Angel Estrella, militant de la vie

«Je suis un militant de la vie» : tout Estrella tient en ces quelques mots. Celui qui n’avait jamais vu ni entendu un piano avant son adolescence et qui est ensuite devenu l’un des pianistes les plus connus au monde, a vécu un itinéraire très particulier. Né en Argentine, victime de la dictature uruguayenne (emprisonné, torturé, puis libéré grâce à la pression internationale), Miguel-Angel Estrella, désormais établi en France, sillonne le ...
Ne fera pas date. A oublier très vite !

Ne fera pas date. A oublier très vite !

« The Nepomuk Fortepiano Quintet was founded in 1999 by Riko Fukuda and Pieter Smithuijsen to play music for the unusual combination of fortepiano, violin, viola, cello and double bass ». Que leur site internet soit en anglais, passe encore. Mais que le livret du disque soit exclusivement dans cet idiome, - même pas shakespearien, autant qu’on puisse en juger -, quelle discourtoisie pour le public non anglophone ! Ce quintette a-t-il vraiment envie ...
Une somptueuse première avec l’Olrap

Une somptueuse première avec l’Olrap

Olrap, Gautier Capuçon C’est donc ce petit jeune homme, frère de Musset ou de Lamartine, entrant en scène presque timidement, qui a réuni sur son nom une salle aussi importante ? C’est ce petit jeune homme - à côté de l’immense Jonathan Schiffman - qui transporte les foules ? On y croit à peine... Mais il suffit de quelques mesures, à peine, pour que le petit jeune homme, oui, devienne, le grand Gautier Capuçon. Il avait ...
Denis Matsuev, rien à ajouter, seulement à écouter

Denis Matsuev, rien à ajouter, seulement à écouter

Né dans une famille de musiciens de Sibérie, lauréat de nombreux concours prestigieux, Denis Matsuev poursuit depuis une bonne dizaine d’années une carrière internationale brillante mais sans clinquant. Un précédent enregistrement consacré à Rachmaninov avait été positivement accueilli. Il ne peut en être autrement pour ce disque : l’enregistrement live donne un supplément d’âme, inaudible certes mais perceptible, l’acoustique de Carnegie Hall est «magique» selon le terme même de l’artiste, et Denis ...
This is a french première (en français dans le texte)...

This is a french première (en français dans le texte)…

Rosamunde Quartett Avignon. Opéra-théâtre d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 30-I-2009. Joseph Haydn (1732-1809) : Quatuor à cordes, en la majeur, opus 77, n°2. Claude Debussy (1862-1918) : Quatuor à cordes, en sol mineur, opus 10. Franz Schubert (1797-1828) : Quatuor à cordes, en sol majeur, opus 161. Rosamunde Quartett : Andreas Reiner, 1er violon ; Diane Pascal, 2nd violon ; Helmut Nicolai, alto ; Anja Lechner, violoncelle. «This is a french première. This piece was composed only ...