Banniere-ClefsResmu-ok

Et pourtant tout était là…

La Scène, Opéra, Opéras

Marseille. Opéra municipal. 25-XI- 2008. Giuseppe Verdi (1813-1901) : Aïda, opéra en quatre actes, sur un livret d’Antonio Ghislanzoni. Mise en scène : Charles Roubaud. Décors : Emmanuel Favre. Costumes : Katia Duflot. Lumières : Philippe Grosperrin. Chorégraphie : Laurence Fanon. Avec : Adina Aaron, Aïda. Béatrice Uria-Manzon, Amnéris. Sandrine Eyglier, grande prêtresse. Walter Fraccaro, Radamès. Ko Seng-Hyoun, Amonasro. Wojtek Smilek, Ramfis. Dmitry Ulyanov, le roi. Julien Dran, le messager. Orchestre et Chœur de l’opéra de Marseille (chef de Chœur : Pierre Iodice). Direction musicale : Nader Abbassi.

Aïda

Que dire quand on ne sait que dire ! Que dire de juste sur la musique sans paraître déconsidérer les musiciens ? Et pourtant, après trois heures d’un massacre en règle systématique, on se prend à chercher ce qui pourrait être sauvé du carnage de cette soirée égypto-marseillaise.

Avec les chœurs, on peut même les estimer héroïques d’avoir pu suivre un chef visiblement dépassé, rattrapant ses musiciens, donnant des départs trop tard, laissant les pauvres trompettes et violons se débrouiller dans des entrées fausses, des retards rattrapés in extremis. Entre le flou et le rigide transformant l’opéra en une confusion chaotique, couvrant les chanteurs rendus inaudibles, car dominés par une martialité confondant fortissimo et bruit, il devient dès lors difficile de parler de l’interprétation.

Si, lors de la première au Caire en 1871, l’œuvre monumentale s’est terminée par un ‘longue vie au Khédive’, c’est ici un soupir de soulagement qui recueillit le dernier souffle des deux amants. Du reste avec le duo d’Aïda et de son père, cet ultime instant rattrapa quelque peu la soirée par la finesse des voix désormais libérées de l’orchestre, dans un final peu commun chez Verdi, donnant par là une des clefs de lecture de toute l’œuvre, certes circonstancielle et quelque peu propagandiste, mais également parfaite illustration des passions de l’âme aristotéliciennes. Déclinaison de toutes les passions insufflées par le désir amoureux, Aïda recèle bien plus de finesse que ce que nous a livré ce soir le chef égyptien. Aïda et Marseille méritaient mieux. La distribution annonçait pourtant ce mieux.

Crédit photographique : © Christian Dresse

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.