Mot-clef : Katia Duflot

P1140159 photo Christian DRESSE 2019

Des prises de rôle réussies pour Rigoletto à l’Opéra de Marseille

L'Opéra de Marseille avait tablé sur une triple prise des rôles principaux pour ce Rigoletto, ce qui en soit représentait un gros risque, mais après le forfait de Sabine Devieilhe, il n'en restait plus que deux, et ce fût une immense réussite. Dans le rôle-titre, Nicola Alaimo fait une énorme impression. La voix est belle, longue, souple, capable de n'importe quelles nuances. Le personnage est caractérisé avec intensité, passant par toute ...
le cid alagna

Alagna dans un Cid presque à la hauteur des attentes

Cette production du Cid, provenant de Marseille, dans une distribution éblouissante, était très attendue à Paris, tant les échos de sa création étaient favorables. Comme toutes les choses attendues avec ferveur, cette soirée n'a pas été tout à fait à la hauteur de nos attentes, mais peu s'en faut. La mise en scène est classique, mais pas pesante, L'action se situe à une époque indéfinie, avec des costumes qui évoluent au ...
rigoletto_Avenches.02w

Avenches, des zombies chez Rigoletto

Lorsque, avant son spectacle, le metteur en scène explique sa mise en scène, cela révèle souvent son doute sur l’évidence de sa démarche. Ainsi, l’italien Adriano Sinivia nous prévient que son « Rigoletto se déroule après le drame qui lui a fait perdre la raison ». Sorte d’analyse post mortem de l’intrigue. Une démarche qui le conduit vers une série de parasitages inutiles. Au centre de la scène se dresse une construction noirâtre ...
Il était une fois…

Il était une fois… La Cenerentola

Cette Cenerentola est à l’image du toucher délicat de Kira Parfeevets au clavecin. Dans le genre difficile du dramma giocoso, cette œuvre fait sourire en légèreté et demi-teintes, sans tomber dans la vulgarité facile. Le décor, avec ses changements à vue des éléments d’architecture et ses projections d’images sur une toile en fond de scène, prend toute sa signification et son relief au 2nd acte. Comme il convient à la ...
Un Roméo de très grande classe

Un Roméo de très grande classe à Tours

I Capuleti e i Montecchi Ouvrage délicat que ce Roméo et Juliette revisité par Romani et Vincenzo Bellini: un livret peu vraisemblable, une action statique, et pourtant de telles grâces musicales que tout mélomane finit par rendre les armes. Encore faut-il disposer de forces vocales, orchestrales et théâtrales, à la hauteur de l’enjeu, ce qui est le cas ce dimanche à Tours. Nadine Duffaut a le bon goût de s’effacer devant ...
Et pourtant tout était là…

Et pourtant tout était là…

Aïda Que dire quand on ne sait que dire ! Que dire de juste sur la musique sans paraître déconsidérer les musiciens ? Et pourtant, après trois heures d’un massacre en règle systématique, on se prend à chercher ce qui pourrait être sauvé du carnage de cette soirée égypto-marseillaise. Avec les chœurs, on peut même les estimer héroïques d’avoir pu suivre un chef visiblement dépassé, rattrapant ses musiciens, donnant des départs trop tard, laissant les ...
Les passions du duc de Mantoue

Les passions du duc de Mantoue

Rigoletto Troisième étape provençale de cette production de Rigoletto après Marseille et Avignon. Avec Verdi la musique se suffit, l’effet est assuré, jamais démenti depuis plus de 150 ans. Que l’interprétation soit bonne ou légère, les mélodies touchent et enjouent toujours de la même façon. Il est heureux qu’il en soit ainsi, sans quoi le public de l’opéra de Toulon aurait pu être déçu par l’interprétation musicale, ou plus exactement l’absence ...
Un rôle-titre éblouissant !

Un rôle-titre éblouissant !

Rigoletto Rien de nouveau quant à la mise en espace signée déjà par le même tandem en décembre 2006 à Marseille : Arnaud Bernard pour la mise en scène et Patrick Meeüs pour les lumières ont réalisé une œuvre intelligente et esthétique, que l’on ne peut que saluer. Rien de nouveau non plus quant au rôle-titre, toujours interprété par Carlos Almaguer. Mais il faut pourtant dire et redire combien ce baryton mexicain est ...
Rigoletto plus fort que la malédiction

Rigoletto à Nantes, plus fort que la malédiction

Après Lausanne et Marseille, co-producteurs du spectacle, Angers Nantes Opéra nous propose de retrouver Rigoletto dans la vision de facture classique d’Arnaud Bernard. Ayant écarté toute tentation de relecture ou d’actualisation, le metteur en scène nous conduit dans une Renaissance cynique et cruelle, en s’appuyant sur l’astucieux dispositif d’Alessandro Camera (un décor unique, évoquant le cabinet d’étude du duc, dans lequel des éléments imbriqués viendront nous révéler les changements de ...
Drame à huis clos pour Rigoletto

Drame à huis clos pour Rigoletto

Rigoletto C’est dans un cabinet de scientifique aux murs tapissés de livres que le duc de Mantoue ausculte son bouffon Rigoletto dont il mesure la bosse… Là viendront tour à tour se placer l’habitation de Rigoletto, puis les maquettes des immeubles de la ville et enfin la barque où semblent vivre Sparafucile et sa sœur Maddalena. Ces choix surprennent un instant à chaque lever de rideau, avant de fonctionner à plein. ...
La revanche de Liù

La revanche de Liù

Turandot On pourrait tout autant définir Turandot comme un chef-d’œuvre de l’opéra vériste que comme la difficulté faite opéra. La dernière œuvre lyrique de Puccini étant parsemée d’écueils qu’il appartient à la production d’un tel opéra d’éviter. L’exercice est réussi avec brio par l’Opéra de Marseille. En effet, les décors et la scénographie n’ont rien de la Chine de carte postale mais dessinent un travail stylisé tandis que les déplacements de ...
Bon début de saison

Bon début de saison

Rigoletto La première saison d’Eric Vigié en tant que nouveau directeur de l’Opéra de Lausanne a été lancée à la fin septembre avec un nouveau Rigoletto de Verdi. Une première production globalement réussie qui laisse augurer une suite de saison intéressante. A la mise en scène de l’avatar verdien du Roi s’amuse de Victor Hugo se trouve Arnaud Bernard qui s’est formé comme assistant sur des scènes comme celle du MET, ...