Lucia… sans Lucia !

La Scène, Opéra, Opéras

Avignon. Opéra-Théâtre. 02-VI-2009. Gaetano Donizetti (1797-1848) : Lucia di Lammermoor, Opéra en 3 actes sur un livret de Salvatore Cammarano. Mise en scène : Frédéric Bélier-Garcia. Décors : Jacques Gabel. Costumes : Katia Duflot. Lumière : Franck Thévenon. Avec : Desirée Rancatore, Lucia ; Murielle Tomao, Alisa ; Vittorio Grigolo, Edgardo ; Marzio Giossi, Enrico ; Mirco Palazzi, Raimondo ; Philippe Talbot, Arturo ; Marc Larcher, Normannpo. Chœur de l’Opéra-Théâtre d’Avignon et des Pays de Vaucluse (chef de chœur : Aurore Marchand). Orchestre Lyrique de Région Avignon Provence, direction : Alain Guingal

Lucia di Lammermoor

Osons dire tout haut ce que chacun disait mezzo voce : quelle déception avec dans le rôle-titre, malgré son palmarès prestigieux et sa longue familiarité avec le rôle ! Un joli timbre, certes, dans les aigus tenus, bien qu’un peu nasal, mais beaucoup de difficultés dans les amplitudes, avec une voix qui hésitait entre la gorge dans les médiums et la poitrine dans les basses, flirtant parfois avec le miaulement, une voix qui n’était enfin ni dans le ton (acte I) ni dans le tempo (acte II). Heureusement la jeune Sicilienne, puisqu’il s’agit d’elle, s’est révélée excellente comédienne dans la scène de la folie, tantôt minaudant, tantôt hagarde, prostrée, hallucinée… Heureusement aussi, plusieurs spectateurs de la représentation précédente l’avaient trouvée en tous points excellente.

C’est le ténor (Edgardo) qui a raflé la mise et dominé incontestablement tout le casting. Beau gosse, avec une prestance de jeune premier romantique – a salué en lui le «nouveau Gérard Philipe de l’opéra» -, avec une voix puissante et impeccablement timbrée à faire se pâmer toutes les midinettes… il n’a pour autant écrasé aucun de ses partenaires : ni le ténor lyrique (Arturo), ni le baryton (Enrico), ni l’excellent (Raimondo, le chapelain), fort applaudi lui aussi.

Le décor, noir, plombé – mais quel affreux vitrail verdâtre de Christ en croix, à l’acte III ! -, fermait autour de Lucia un monde pesant, avec des choristes en rangs serrés, oppressants. Toutefois, nous aurions préféré des chœurs moins nombreux et moins présents, plus sobrement concentrés sur cette tragédie antique, «légendaire», terrible et inéluctable.

Alain Guingal a retrouvé, comme pour Rigoletto en 2008, la direction de l’Olrap dont il avait été chef permanent de 1975 à 1981, et chef invité plusieurs fois dans les dernières années. Mais en formation «mozartienne», privé de plusieurs de ses chefs de pupitre (violon, alto, violoncelle, cor) – sauf la flûtiste Odile Bruckert, légitimement ovationnée -, et malgré des supplémentaires, l’orchestre n’a pas toujours donné dans la nuance et la délicatesse, couvrant allègrement la voix des solistes au 1er acte.

Dans cette soirée avec quelques réserves, on a applaudi une partie du futur casting de la Traviata (Chorégies cuvée 2009) : (mise en scène), Jacques Gabel (décors), Franck Thévenon (lumières) ; et (baryton et ténor, Germont père et fils).

Si la soirée ne fut pas mémorable, restent le travail accompli et la musique de Donizetti…

Crédit photographique : (Lucia) & Vittorio Grigolo (Edgardo) © Cédric Delestrade, ACM-Studio

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.