Mot-clef : Vittorio Grigolo

top-left

Harteros et Grigolo pour une ardente Tosca à l’opéra de Paris

Une énième reprise de la Tosca de Pierre Audi n’avait pas de quoi faire déplacer les foules, sauf la promesse du duo déjà quasi légendaire Kaufmann/Harteros. Las, Jonas Kaufmann a déclaré forfait pour les trois premières représentations. Cependant, la confrontation au sommet de Vittorio Grigolo et Anja Harteros fascine par leurs différences d’approche. On ne reviendra pas sur la mise en scène de Pierre Audi déjà souvent chroniquée, et un peu ...

Jonas Kaufmann annule à l’Opéra de Paris

L’Opéra national de Paris reprend la mise en scène de Pierre Audi dans Tosca de Puccini du 16 mai au 23 juin 2019. Jonas Kaufmann qui devait interpréter le rôle de Mario Cavaradossi se voit contraint d’annuler sa participation aux premières représentations du fait d’un problème de toux persistant, déclenché lors d'un repas où il avait avalé de travers, selon le ténor sur son compte Facebook. Il sera remplacé par ...

À l’opéra, la transcendance à l’épreuve des diktats de l’apparence

Regardons rapidement les nouveaux visages apparus ces dernières années sur les pochettes de disques, pour ne parler que de ceux qui sont restés : la gracieuse Olga Peretyatko, l’impériale Elīna Garanča, la sensuelle Sonya Yoncheva, le sourire de Pretty Yende … Du côté des hommes : le ténébreux Jonas Kaufmann, le solaire Juan Diego Flórez, le musculeux Erwin Schrott, le sexy Vittorio Grigolo ... Tous d’excellents chanteurs me direz-vous ! Maintenant, regardons ceux qui ...
Nadine Sierra

Nadine Sierra, l’une des plus belles Gilda d’aujourd’hui

L’une des plus belles Gilda actuelles est actuellement sur la scène de l’Opéra de Paris pour la reprise du Rigoletto de Claus Guth. L’occasion pour ResMusica de poser à la soprano américaine quelques questions autour du rôle, mais aussi sur son approche plus globale de la musique et sur les évolutions de carrière qu'elle s'est fixées pour l’avenir. "Je pense que la relation entre Gilda et Rigoletto est l'élément le plus important de tout l’opéra, ...
Un grand Rigoletto dans une petite boite

Un grand Rigoletto dans une petite boite

Depuis quand l’Opéra de Paris ne nous avait pas offert un grand Rigoletto ? Les chanteurs réunis à Bastille en ce soir de première réparent ces années d’errances où il semblait presque impossible de réunir une distribution homogène au service d’une œuvre forte et déchirante. Car si la mise en scène minimale de Claus Guth ne révolutionne pas l’approche d’une œuvre plus politique que psychologique, Željko Lučić, Nadine Sierra et Vittorio ...
grigolo-photo-jason-bell-hd

Vittorio Grigolo, ténor bête de scène mais pas que

Voilà près de 15 ans que Vittorio Grigolo transporte son duc de Mantoue sur les plus grandes scènes internationales. Dans le cadre des représentations de Rigoletto à l’Opéra Bastille, Paris a enfin l’occasion de l’entendre dans ce rôle qui lui colle à la peau. La prudence des choix opérés par le ténor prouve, s'il en était besoin, qu'il ne peut se résumer à la fougue, parfois critiquée, de son engagement. A ...
hoff_0761p

Damrau & Grigolo in « Les Contes d’Hoffmann » at LA Opera

For her LA debut, Diana Damrau was scheduled (announced with great fanfare) to undertake the roles of Hoffmann’s three loves. Events, however, proved otherwise…  Therefore, a great disappointment ensued, especially when the soprano who finally opted for Antonia, appeared in Act III, exceedingly present and convincing, deeply involved and persuasive. Confronted with this stunning Antonia, who takes stage completely, with that soaring, powerful voice, a voice with perfectly placed high notes, ...
hoff_0761p

À Los Angeles, Damrau et Grigolo dans les Contes d’Hoffmann

Pour ses débuts angelenos, Diana Damrau devait affronter, annoncées à grand fracas, les trois amours de notre Hoffmann. Les événements en auront décidé autrement.  Déception donc, surtout lorsque la soprano, qui opte finalement pour Antonia, se révèle ainsi, à l’acte 3, violemment présente et convaincante, hautement pertinente et persuasive. Face à cette Antonia de choc, à la voix altière, percutante, qui vous habite l’espace scénique dans sa totalité, une voix ...
scala rigoletto

A Milan, l’émotion se nomme Leo Nucci

Il en est ainsi des « grandes maisons », quoi qu’elles fassent, quand bien même leurs prestations peuvent sembler passéistes, éculées, vieillottes, elles dégagent une noblesse du spectacle à nulle autres pareilles. C’est la marque de La Scala de Milan et du formidable Rigoletto de Giuseppe Verdi qu’elle offre à ses passionnés avec en prime un Leo Nucci émouvant aux larmes. Nous sommes au second acte, Gilda (Nadine Sierra) avoue son ...
Don-Carlo-(Verbier).02w

A Verbier, Harding fâché avec l’Italie

Disons-le d’emblée : Daniel Harding n’est pas un chef pour l’opéra italien. Son bagage est vide de l’italianité que Puccini réclame, et de la dramaticité des latins pour que la musique de Don Carlo soulève l’émotion. Pourtant, le Verbier Festival avait mis les petits plats dans les grands pour rendre ce concert inoubliable. Dans le paquet cadeau, le Verbier Festival Orchestra au grand complet, tous les membres du Collegiate Chorale et ...
regine_crespin_vign2

Premier Concours Régine Crespin

Affluence des grands jours pour le premier concours de chant lyrique Régine Crespin. Il était temps qu’une compétition digne de ce nom honore enfin celle qui fut la plus grande représentante du chant français au milieu du XXe siècle, la première française à aller sur la scène de Bayreuth et une professeur reconnue, à l’origine de nombreux talents. Un concours de chant présente plusieurs zones d’ombres : un concours est-il utile ? Si ...
Non, la Traviata n’est pas la Star Ac’

Non, la Traviata n’est pas la Star Ac’

La Traviata Non, La Traviata n’est pas la Star Ac’. Certes le genre opéra n’est pas sacré, et il est agréable que le public manifeste son admiration. Mais lorsque des milliers de spectateurs applaudissent de façon mécanique dès qu’un aria se termine, ou même couvrent les dernières mesures ; et que de surcroît certains commentent à haute voix, alors là non, l’opéra n’est pas la Star Ac’! C’est la fête, pas la ...
Lucia... sans Lucia !

Lucia… sans Lucia !

Lucia di Lammermoor Osons dire tout haut ce que chacun disait mezzo voce : quelle déception avec Desirée Rancatore dans le rôle-titre, malgré son palmarès prestigieux et sa longue familiarité avec le rôle ! Un joli timbre, certes, dans les aigus tenus, bien qu’un peu nasal, mais beaucoup de difficultés dans les amplitudes, avec une voix qui hésitait entre la gorge dans les médiums et la poitrine dans les basses, flirtant parfois avec ...
Mal parti, finalement Don Carlo triomphe.

Mal parti, finalement Don Carlo triomphe

L’affaire semblait bien mal partie. Dans cette reprise de la production de Don Carlo mise en scène en 2002 par Moshe Leiser et Patrice Caurier, les deux metteurs en scène français indisponibles à ces dates n’ont pas pu reprendre personnellement leur travail. Comme c’est souvent le cas en pareilles occasions, on s’attendait à une «production raccroc» indépendamment du talent de celui qui reprenait le flambeau. Comme si cela ne suffisait ...
Quand Desdémone se couche à terre

Quand Desdémone se couche à terre

Ce n’est certes pas la première fois que la question est posée. Mais après avoir visionné ce DVD, on ne peut faire autrement. Pourquoi les metteurs en scène actuels ont-ils tellement peur de beaux décors ? Dans le cas présent, nous avons affaire à une direction d’acteur souvent fascinante, mettant en relief de façon exemplaire les relations entre les différents personnages. Mais cette impression très favorable est presque anéantie par la manie ...