Banniere-ClefsResmu-ok

La leçon de Rameau de William Christie

Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

Bruxelles. Palais des Beaux-Arts. 17-XII-2010. Jean-Philippe Rameau (1683-1764) : Anacréon, ballet héroïque en un acte ; Pigmalion, acte de ballet. Mise en espace : Jean-Yves Ravoux. Emmanuelle de Negri, Prêtresse (Anacréon) et La Statue (Pigmalion) ; Sophie Karthäuser, Amour (Anacréon et Pigmalion) ; Ed Lyon, Agathocle (Anacréon) et Pigmalion (Pigmalion) ; Alain Buet, Anacréon (Anacréon) ; Virginie Thomas (Céphise). Chœur des Arts Florissants, direction : François Bazola ; Les Arts Florissants, direction : William Christie

Suite à la tournée d’un spectacle Rameau présenté sur différentes scènes (dont le festival d’Aix-en-Provence) et dans une chorégraphie de Trisha Brown, l’équipe des Arts Florissants poursuit l’aventure avec une série de concerts uniquement basés sur la «bande son». Il n’est pas sur que l’on perde au change tant cette production n’avait pas enthousiasmé la critique ! Mais et ses troupes ne se limitent pas à une version de concert, mais proposent une mise en espace : action scénique et costumes contemporains ! A coups surs, on se croirait presque devant une mise en scène d’ ou de Christoph Loy ! Cela étant, même si le décalage entre le côté «naïf» de ces ballets en un acte et les costumes modernes fait assez souvent sourire, on passe avant tout un très grand moment de musique, ce divertissement scénique s’avérant bien secondaire !

Il est peu dire que Christie dans Rameau c’est une «assurance vie» tant la familiarité du chef avec cette musique est désormais légendaire ! Il ne manque rien à cette interprétation à la fois gorgée de sève, de fraîcheur, de richesse des couleurs et de tension dramatique. L’orchestre est réglé comme une horloge et suit son fondateur avec bonheur et passion. Du côté des chanteurs, tous ces artistes bénéficient de l’expérience de cette production, et se présentent particulièrement rodés devant le public ! On tête d’affiche on relève les présences d’ et surtout de qui émerveillent par la fraîcheur de leurs timbres et par leur belle musicalité ! fait preuve de sensibilité et d’endurance même s’il lui manque encore le petit plus qui permet de rendre une interprétation inoubliable. En dépit d’une belle vaillance vocale, pêche par un timbre qui n’est pas des plus solaires. Le chœurs des Arts Florissants est au diapason de l’orchestre et montre une grande variété des couleurs et une homogénéité exemplaires.

sont des fidèles abonnés des saisons bruxelloises, mais le public de la capitale belge, victime des problèmes liés aux intempéries ou un peu las d’une profusion de concerts de prestige en ce mois de décembre, ne s’était pas déplacé en masse ! C’est dommage, car ce concert était, sans aucun doute, l’un des sommets de l’année 2010.

Crédit photographique : © Michel Szabo

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.