La Scène, Opéra, Opéras

Rosenkavalier à Milan, reprise de luxe

Plus de détails

Milan. Teatro Alla Scala. 1-X-2011. Richard Strauss (1864-1949) : Der Rosenkavalier. Mise en scène , décors et costumes : Hebert Wernicke ; coordination de la reprise : Alejandro Stadler. Avec : Anne Schwanewilms, Die Fedmarschallin ; Peter Rose, Der Baron Ochs ; Joyce DiDonato, Octavian ; Hans-Joachim Ketelsen, Herr von Faninal ; Jane Archibald, Sophie ; Ingrid Kaiserfeld, Jungfer Marianne Leitmetzerin ; Peter Bronder, Valzacchi ; Alessandro Guerzoni, Ein Polizeikommisär ; Alexander Kaimbacher, Der Haushofmeister bei der Feldmarschallin ; Kurt Azesberger, Der Haushofmeister bei Faninal, Ein Wirt ; Martin Snell, Ein Notar ; Marcelo alvarez, Ein Sänger. Coro di Voci Bianche dell’Accademia del Teatro alla Scala et chœur de La Scala, direction : Bruno Casoni. Orchestre du Théâtre de La Scala, direction : Philippe Jordan.

Cette escale milanaise de cette production du Rosenkavalier illustrait l’adage : « c’est dans les veilles casseroles que l’on fait la meilleure soupe ! ». Créée en 1995 au festival de Salzbourg, cette mise en scène du regretté Hebert Wernicke aura voyagé de Paris à Madrid en passant par Baden-Baden, avant d’arriver sur la scène de La Scala où elle fait sa première apparition. Rare présentation locale d’une œuvre peu présente au répertoire de la célèbre institution.

Il n’empêche 16 ans après sa création, cette scénographie est toujours exceptionnelle et exemplaire. Wernicke connaissait les moindres recoins de l’œuvre et il fait ressortir tous les détails du texte dans un travail scénique passionnant et  juste. Il fait évoluer l’action sur le fil du second degré avec ce qu’il faut de comique mais sans en rajouter. La grande réussite de ce travail scénique est d’expurger l’œuvre de toute sa pompe poussiéreuse du siècle des Lumières, mais sans perdre de vue le côté crépuscule d’une époque impériale. Les personnages sont parfaitement caractérisés, avec en porte drapeau de ce monde en fin de règne, un baron Ochs méchamment autrichien de carte postale : beauf conservateur, réactionnaire, naïf et bien stupide. La riche bourgeoise autrichienne  qui assista à la création de cette production a du rire bien jaune ! Le tout avance avec une rare logique dramaturgique qui donne des leçons à bon nombre de metteurs en scène actuels !

Pour ses débuts lyriques à la Scala, , se confronte à une partition qu’il connaît déjà bien ! Sa direction est un modèle du genre : légère, transparente, incisive et dynamique. L’Orchestre de La Scala n’a certes pas les rondeurs et le galbe des orchestres germaniques ou autrichiens, mais ses couleurs claires, sont un écrin idéal pour la direction dégraissée et nerveuse du jeune chef. Le musicien succède, dans la fosse milanaise, avec talent à des baguettes comme Karajan et Böhm.

Grande Maréchale des scènes actuelles, possède la présence physique du rôle mais peine à assurer vocalement tout au long de l’œuvre. Certes le timbre est séduisant et la connaissance du rôle parfaite, mais à la fin des actes n°1 et n°3, on sent la chanteuse assez juste et fatiguée. est  évidemment idéale en Octavian. Les capacités vocales de l’artiste américaine semblent sans limites et sa présence scénique est parfaite.  Encore peu connue, la soprano impose une superbe Sophie à la fois séduisante musicalement et scéniquement. est quant à lui, un Ochs de haute envergure à l’endurance à toute épreuve. Les rôles de comparse sont tenus avec luxe : en Faninal ou en Valzacchi. Quant à Marcelo Alvarez, invité de luxe, il se tire sans embuche de son unique air de ténor  viril en mal d’affirmation !

Plus de détails

Milan. Teatro Alla Scala. 1-X-2011. Richard Strauss (1864-1949) : Der Rosenkavalier. Mise en scène , décors et costumes : Hebert Wernicke ; coordination de la reprise : Alejandro Stadler. Avec : Anne Schwanewilms, Die Fedmarschallin ; Peter Rose, Der Baron Ochs ; Joyce DiDonato, Octavian ; Hans-Joachim Ketelsen, Herr von Faninal ; Jane Archibald, Sophie ; Ingrid Kaiserfeld, Jungfer Marianne Leitmetzerin ; Peter Bronder, Valzacchi ; Alessandro Guerzoni, Ein Polizeikommisär ; Alexander Kaimbacher, Der Haushofmeister bei der Feldmarschallin ; Kurt Azesberger, Der Haushofmeister bei Faninal, Ein Wirt ; Martin Snell, Ein Notar ; Marcelo alvarez, Ein Sänger. Coro di Voci Bianche dell’Accademia del Teatro alla Scala et chœur de La Scala, direction : Bruno Casoni. Orchestre du Théâtre de La Scala, direction : Philippe Jordan.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.