Mot-clef : Marcelo Álvarez

Julien_Benhamou___Opera_national_de_Paris-Le-Trouvere-17.18---Julien-Benhamou---OnP---10--1600px

Il Trovatore trouve deux femmes exceptionnelles à Bastille

Fascinante un mois plus tôt sur la scène berlinoise, Anita Rachvelishvili porte triomphalement Azucena sur la scène de l’Opéra Bastille face à la magnifique Leonora de Sondra Radvanovsky. La distribution s’accompagne d’un chœur intéressant chez les hommes et d’un orchestre pertinent sous la direction de Maurizio Benini. La mise en scène d’Il Trovatore d’Àlex Ollé dans des décors d’Alfons Flores n’avait pas convaincu à sa création en 2016 et force est ...
aida-2017-8-c-philippe-gromellecopie-c547b

Quand Amneris vient troubler une Aida routinière à Orange

En programmant pour la énième fois Aida à un moment critique de son existence, les Chorégies d’Orange s’assuraient à la fois la séduction d’un large public mais aussi les foudres des aficionados qui attendaient une distribution à la hauteur du lieu. La défection de Sondra Radvanovsky et l’usure du temps sur la voix de Marcelo Álvarez n’ont pas rendu la tâche aisée. C’était toutefois sans compter sur l’immense Amneris proposée ...
Baden-Baden_Osterfestspiele_2017_TOSCA_c_Monika_Rittershaus (15)

Carmen, Tosca et Mahler au Festival de Pâques de Baden-Baden

Le bilan est plutôt mitigé à l’issue du premier week-end du Festival de Pâques 2017 de Baden-Baden. La fort sympathique découverte de jeunes chanteurs et musiciens dans La Tragédie de Carmen et une brillantissime Sixième symphonie de Mahler ne sauraient faire oublier la déception d’une Tosca sans vie ni passion. À la suite d’Hector Berlioz qui y créa Béatrice et Bénédict, la minuscule bonbonnière du Théâtre de Baden-Baden accueille La ...
Anna Netrebko brille dans un Trouvère qui cherche son chemin

Anna Netrebko brille dans un Trouvère qui cherche son chemin

Si l'on admet que Le Trouvère de Verdi culmine au Panthéon des œuvres les plus brillamment complexes et dramatiques du répertoire lyrique, est-ce une raison suffisante pour multiplier dans la mise en scène la densité des effets que contient déjà la partition ? Issu de la désormais très politiquement bien rangée Fura dels Baus, Àlex Ollé propose d'ajouter à un livret déjà hérissé de complexité, des allusions assez brouillonnes aux deux ...
Adriana Lecouvreur (Saison 2014-2015)

Le retour d’Adriana Lecouvreur à Paris avec Angela Gheorghiu

Adriana Lecouvreur, l'œuvre-phare de Francesco Cilea, assez rare sur les scènes internationales est de retour à Paris avec dans le rôle-titre la soprano Angela Gheorghiu. Paris l'avait découverte en 1994 avec l'interprétation mémorable de Mirella Freni. Il aura fallu la reprise d'une production créée à Londres en 2010 pour que le public succombe à nouveau au parfum délétère de ce fatal bouquet de violettes. On peine à imaginer cependant que le destin ...
2014-15-tosca-020_copier

Tosca porte sa croix à Bastille

Evidemment, personne ne se plaindra du remplacement de la production de Werner Schroeter, après 18 ans de bons et loyaux services… mais cette Tosca version Pierre Audi comble t-elle vraiment nos attentes ? Le rideau qui se lève sur ce décor elliptique et conceptuel rappelle inévitablement le symbolisme déjà à l'œuvre chez Schroeter. Peu d'efforts à fournir ici pour comprendre les intentions et les messages… ils nous sont même assénés avec ...
Roberto Scandiuzzi (Ramfis), Marcelo Alvarez (Radames) © Opéra national de Paris / Elisa Haberer

Aida à Paris, l’esclave prend la Bastille, ou l’inverse

Avouons-le, la rumeur nous avait alléché : ce n’est pas tous les jours qu’une répétition générale se fait huer par son public d’invités ! On s’attendait donc à quelque relecture bien saignante, à quelque transgression révolutionnaire, à quelque révélation d’importance - et le bodybuilder huilé secouant frénétiquement son drapeau italien pendant le séraphique prélude nous mit d’abord sur la piste du plus éculé des Regitheater. Pourtant, tandis que la balustrade dorée évoquant ...
Vue d'ensemble avec Orlin Anastassov (Alvise Badoero) de dos au premier plan Crédit : Opéra national de Paris/ Andrea Messana

Le sourire de La Gioconda sied à l’Opéra Bastille

Il aura fallu presque un siècle et demi pour que La Gioconda d’Amilcare Ponchielli entre au répertoire de l’Opéra de Paris. C’est assurément une date à marquer d’une pierre blanche. Cependant, l’événement, annoncé en grande pompe, en est-il vraiment un ? Assurément oui, s’il s’agit de présenter au public de la capitale cette oeuvre composite, italianissime par son livret extravagant, sa musique dans laquelle la mélodie prime tout, mais pourtant redevable ...
Tosca_Vassileva, Ataneli_turin0112 _vign

A Turin, le triomphe de Marcelo Álvarez

En mars 2005, la légendaire soprano Renata Scotto déplorait dans nos colonnes que l’opéra italien souffrait de ce que les chefs d’orchestre dépiautaient les partitions des compositeurs aux fins d’un respect total de l’œuvre. « On ne joue plus la musique des opéras pour en exprimer l’émotion », poursuivait-elle. « Pour que l’opéra italien retrouve sa vérité, il faut qu’il redevienne italien. Avec ses excès. Alors il déclenchera l’enthousiasme. Et de ...
© DECCA / Universal

Marcelo Álvarez, ténor

ResMusica: En ce moment, vous êtes parmi les ténors plus acclamés par le public international. On s’attend beaucoup de vos performances. Comment vivez-vous cette responsabilité et est-ce que cela est pour vous source d’inquiétude ? Marcelo Álvarez: Je ne sens pas particulièrement la pression ; en tous cas pas plus qu’au début de ma carrière. Tous les chanteurs qui font leur travail sérieusement prennent en charge et connaissent leurs responsabilités. Je crois qu’il ...
forza3_paris

Bilan positif pour La Forza del destino

L'Opéra national de Paris continue son exploration des grosses machines lyriques. Après les monstres véristes que sont Andrea Chénier et Francesca da Rimini, place à un opéra monumental de Verdi. La Forza del destino appartient sans doute au genre d’opéra problématique à mettre en scène. La difficulté d’une telle représentation réside proprement dans la variété des lieux de l’actions, dans la multitude des sentiments à évoquer, dans le changement soudain d’ambiance ...
rosenkavalier_scala1

Rosenkavalier à Milan, reprise de luxe

Cette escale milanaise de cette production du Rosenkavalier illustrait l’adage : « c’est dans les veilles casseroles que l’on fait la meilleure soupe ! ». Créée en 1995 au festival de Salzbourg, cette mise en scène du regretté Hebert Wernicke aura voyagé de Paris à Madrid en passant par Baden-Baden, avant d’arriver sur la scène de La Scala où elle fait sa première apparition. Rare présentation locale d’une œuvre peu présente au répertoire de ...
Marcelo, le grand

Marcelo Álvarez, le grand

Malgré un petit enrouement, «Marcelo, le grand», comme l’appelle Maestro Daniel Oren, n’a pas déçu son public. Physique du rôle, grande présence scénique, personnalité imposante et voix chaude sont les caractéristiques qui font de ce ténor l’un des plus grands chanteurs lyrique de cette décennie. Accompagné par l’orchestre, sa performance a touché aux arias les plus connus du répertoire, de E lucevan le stelle à Celeste Aida, tout en passant ...
En fermant les yeux…

Andrea Chénier à Paris : en fermant les yeux…

Andrea Chénier enfin au répertoire de l’Opéra National de Paris ! Dans la capitale, seul l’Opéra-Comique avait osé programmer cette œuvre dans un passé lointain – et en français. A l’instar d’Adriana Lecouvreur de Cilea, donnée in loco pour la première fois en 1996, il y a des absences de titres dans la «Grande Boutique» qui laissent interrogateur. On sait que l’ère Jœl à l’ONP sera celle du bel canto romantique ...
Marcelo Àlvarez s’immerge chez Verdi

Marcelo Álvarez s’immerge chez Verdi

Alors que Renée Fleming enregistrait son superbe album d’airs véristes, les mêmes studios, le même orchestre recevaient le ténor argentin Marcelo Álvarez invité à graver son premier disque pour Decca. Une belle retrouvaille après une éclipse discographique de près de cinq ans chez Sony. Marcelo Álvarez malheureusement quelque peu éclipsé par les vedettes que sont Rolando Villazón, Jonas Kaufmann n’est pourtant pas un inconnu au bataillon des ténors. À quarante-sept ans, ...
Merci Monsieur Marcelo Alvarez !

Adriana Lecouvreur : Merci Monsieur Marcelo Álvarez !

Quand Arturo Toscanini affirmait que pour faire une bonne production d’Il Trovatore il suffisait d’avoir les quatre meilleurs chanteurs du monde, il aurait pu aisément généraliser sa citation et l’appliquer à presque tous les opéras. Ainsi est Adriana Lecouvreur même si cet opéra fait plus appel à de véritables acteurs. Des acteurs qui savent chanter plus que des chanteurs qui savent jouer. Dans ce drame, Adriana est une actrice de théâtre, ...
Tosca en chair et os

Fiorenza Cedolins, Tosca en chair et os

Que l’on ne dise plus jamais qu’une direction d’acteur nuancée et variée soit impossible aux Arènes de Vérone ! Car cette Tosca, enregistrée sur le vif en juillet 2006, prouve le contraire. Pour une fois, on ne voit pas de choristes immobiles ni de solistes ouvrant les bras sans raison apparente. On voit au contraire des caractères en chair et os, interprétés par de véritables chanteurs acteurs. Leur jeu à la ...
Deux vedettes au stade

Anna Netrebko et Marcelo Álvarez, deux vedettes au stade

Le triomphe était déjà programmé. Anna Netrebko et Rolando Villazón - le couple lyrique le plus chéri des Allemands - avaient annoncé un petit tour du pays, de Stuttgart à Berlin en passant par Cologne et Halle. Hélas ! Villazón a dû annuler sa participation pour cause de problèmes vocaux. Il ne se produira plus avant la fin de l’année, dit-on. Pour cette tournée, la belle Anna est donc entourée de ...
Don José sauve Carmen

Le Don José de Marcelo Álvarez sauve Carmen

Théâtre du Capitole de Toulouse Voici donc enfin, dix ans après, la reprise tant attendue de cette Carmen qui avait vu le triomphe de Béatrice Uria-Monzon. La mise en scène de Nicolas Joël, très sobre, fuit la couleur facile d’une Espagne de carte postale. Trop sobre peut-être, on pourrait même la trouver par moments bien statique, particulièrement dans le traitement des chœurs. De bonnes idées ne peuvent racheter totalement une certaine ...
Débuts réussis

Débuts réussis pour Marcelo Álvarez en Manrico

Il Trovatore à Parme L’attention du public de Parme, toujours très exigeant, était ce soir concentrée sur les débuts de Marcelo Álvarez dans le rôle de Manrico. Il faut dire d’emblée que de ce point de vue, la soirée était pleinement réussie. Le ténor convainc par la pure beauté de son timbre et de ses aigus impeccables - Il faut chercher loin pour trouver un Manrico avec des contre-ut si pleins ...
Werther. À l’ombre de la puissance tutélaire

Werther à l’ombre de la puissance tutélaire

L’Opéra de Vienne tenait à proposer une relecture moderne de Werther. Voilà qui est fait. D’aucuns pourront critiquer l’approche sommaire voire certains traits réducteurs dans la caractérisation des personnages. Le metteur en scène Andrei Serban transpose l’action au milieu du vingtième siècle, afin d’éviter, explique-t-il dans l’interview accompagnant le DVD, (Bonus : Prior to opening night) « le piège dix-huitième ». Les personnages perdent ce vernis et ce raffinement qui en font le ...
II Les Sources de Manon

Jules Massenet : Les Sources de Manon

Le Chevalier, la femme et le prêtre (1) « Personne n’est plus persuadé que moi de la réalité d’un premier crime qui a rendu tous les hommes coupables, faibles et malheureux » Les sources de Manon Le siècle des Lumières prend une place considérable dans l’œuvre de Massenet. Après Manon et le Portrait de Manon qui constitue une sorte d’épilogue, Chérubin, Thérèse et Werther renouent avec le siècle philosophique. Faut-il rappeler que le XVIIIe siecle ...
La Bohème. On n’échappe pas à Puccini

La Bohème. On n’échappe pas à Puccini

L’enregistrement de La Bohème est suivi d’un Bonus où Franco Zeffirelli éclaire sa conception de la mise en scène de l’opéra en général et de celui-ci en particulier : jeunesse, passions, déceptions, tragédies et cet irrépressible besoin d’aimer, de vivre et d’espérer (…) constituent le cœur de ce merveilleux joyau. Certains noteront-ils le manque d’audace ? Le manque de surprise, d’innovation? Il leur répond par avance jugeant, avec une modeste pertinence, sa mise en ...
Lucia di Lammermoor en DVD !

Lucia di Lammermoor en DVD !

Disons-le d’emblée : La vedette de cette « Lucia » filmée en direct à l’Opéra de Genova (Italie), n’est pas Lucia mais Edgardo, en la personne du ténor argentin Marcelo Álvarez. Il est dommage que l’on ne se soit pas préoccupé de soigner un peu mieux la distribution autour de cet excellent chanteur qui cependant n’est pas ici dans un de ses meilleurs soirs : la voix force beaucoup, il ne soigne pas toujours ...
Manon de Jules Massenet

Manon de Massenet avec Renée Fleming et Marcelo Álvarez

Une distribution de rêve pour cet opéra de l’amour et de la passion. Ce disque enregistré en direct s’impose comme une référence tant par l’interprétation magique que par sa prise de son et son magnifique équilibre musical. « Manon » fait partie de ces personnages de femme-enfant à la beauté fragile et à la destinée cruelle. Pastiche d’opéra comique du XVIIIe siècle, adapté du roman de l’Abbé Prévost par Henri Meilhac et Philippe Gille ...

Fiancée de Lammermoor, sur les ailes du Chant

A quoi reconnaît-on un événement ? Si c’est la remise dans une perspective historique et musicologique, aussi moderne que rigoureuse, d’une œuvre - et d’une manière de composer - qui appartiennent à l’histoire de Paris et de l’Europe ; alors le Châtelet, au service de l’Opéra de Lyon, a bien offert à la capitale un événement. Rien, peut-être, n’a plus marqué la vie lyrique de la première moitié du XIX° siècle que l’influence, ...