La Scène, Opéra, Opéras

Un Rigoletto dans la tradition, en clair-obscur

Plus de détails

Paris, Opéra-Bastille. 27-I-2012. Giuseppe Verdi (1813-1901) : Rigoletto, melodramma en trois actes (1851), livret de Francesco Maria Piave d’après le Roi s’amuse de Victor Hugo. Jérôme Savary, Mise en scène ; Michel Lebois, décors ; Jacques Schmidt et Emmanuel Peduzzi, Costumes ; Alain Poisson, Lumières. Avec : Piotr Beczala, Il Duca di Mantoua ; Zeljko Lucic, Rigoletto ; Nino Machaide, Gilda ; Dimitri Ivaschenko, Sparafucile ; Nancy Fabiola Herrera, Maddalena ; Cornelia Oncioiu, Giovanna ; Paul Gay, Il Conte di Monterone ; Florian Sempey, Marullo ; Vincent Delhoume, Matteo Borsa ; Alexandre Duhamel, Il Conte di Ceprano ; Ilona Krzywicka, La Contessa di Ceprano ; Marianne Crebassa, Paggio della Duchessa ; Chae Wook Lim, Usciere di Corte. Choeur de l’Opéra National de Paris (chef de chœur : Alessandro di Stefano), Orchestre de l’Opéra National de Paris, direction : Daniele Callegari

Cette première de Rigoletto est une reprise de la production de Jérôme Savary, plusieurs fois rodée sur la scène de Bastille, avec une nouvelle distribution. Massif et imposant, le décor tournant assure une unité aux trois actes : tout de pierres apparentes fissurées, décoré par de discrètes fresques, les mûrs en sont décrépis, rongés à l’image de la corruption qui mine la cour de Mantoue. Sans être novateur, ce parti-pris monumental impressionne de prime abord le spectateur non averti. Les demi-teintes et lumières d’Alain Poisson méritent une mention particulière, avec des couleurs diffuses, brumeuses, jouant sur la semi-obscurité et sur un hédonisme visuel certain.

Les costumes et dispositions scéniques s’inscrivent plutôt dans la lignée des années 1930, avec maints placements des chanteurs à l’avant-scène de face, les interlocuteurs dans leurs dos. Sans sombrer dans le réalisme outrancier, une direction d’acteur plus visible (lors des reprises le metteur en scène d’origine n’est qu’exceptionnellement présent) aurait peut-être évité une certaine immobilité, une confusion – sous prétexte de pénombre – dans la scène de l’enlèvement, ou encore des déplacements et positions peu plausibles dans le fameux quatuor du troisième acte. Verdi, qui s’autoproclamait « homme de théâtre », a composé une musique scénique, dramatique, dont les ressorts se sont quelquefois trouvés estompés ou gommés. Les parties d’orchestre, conduites par la baguette experte de , touchaient juste quoi qu’accentuant parfois ce côté lisse au détriment des multiples passions du melodramma. Des scènes comme l’irruption du Duc (Piotr Beczala) chez Rigoletto ou l’aveu de Gilda à son père ont en revanche véhiculé toute une palette d’émotions, ressenties et intenses.

La prestance et le charisme scénique de la plupart des chanteurs de cette nouvelle distribution demeurent incontestables. On a particulièrement remarqué le timbre et la souplesse de la basse (Sparafucile) et le Rigoletto de Zeljko Lucic, qui a interprété avec une grande justesse les complexités du rôle titre – notamment son « Cortigiani, vil razza, dannata ». Si la Gilda de était parfois éloignée de la candeur enfantine de son personnage au premier acte, elle s’est révélée exceptionnelle dans le troisième, avec une réelle émotion dans les derniers dialogues et dans le célèbre « Lassù in ciel ». Un moment de délectation vocale. Rien de spectaculaire ni de révolutionnaire donc, mais plutôt une bonne distribution et un vrai plaisir des yeux.

Plus de détails

Paris, Opéra-Bastille. 27-I-2012. Giuseppe Verdi (1813-1901) : Rigoletto, melodramma en trois actes (1851), livret de Francesco Maria Piave d’après le Roi s’amuse de Victor Hugo. Jérôme Savary, Mise en scène ; Michel Lebois, décors ; Jacques Schmidt et Emmanuel Peduzzi, Costumes ; Alain Poisson, Lumières. Avec : Piotr Beczala, Il Duca di Mantoua ; Zeljko Lucic, Rigoletto ; Nino Machaide, Gilda ; Dimitri Ivaschenko, Sparafucile ; Nancy Fabiola Herrera, Maddalena ; Cornelia Oncioiu, Giovanna ; Paul Gay, Il Conte di Monterone ; Florian Sempey, Marullo ; Vincent Delhoume, Matteo Borsa ; Alexandre Duhamel, Il Conte di Ceprano ; Ilona Krzywicka, La Contessa di Ceprano ; Marianne Crebassa, Paggio della Duchessa ; Chae Wook Lim, Usciere di Corte. Choeur de l’Opéra National de Paris (chef de chœur : Alessandro di Stefano), Orchestre de l’Opéra National de Paris, direction : Daniele Callegari

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.