Concerts, La Scène, Musique symphonique

Simon Trpčeski et Lionel Bringuier, un duo gagnant de jeunes prodiges

Plus de détails

Paris, Opéra Bastille. Le 19.III.2014. Modeste Moussorgski (1839-1881) : Une nuit sur le Mont Chauve ; Sergueï Rachmaninov (1873-1943) : Concerto pour piano et orchestre n°2 en do mineur opus 18 ; Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : Symphonie n°6 en si mineur opus 54. Orchestre de l’Opéra national de Paris ; Simon Trpčeski, piano ; direction : Lionel Bringuier

lionel-bringuierQuand un des meilleurs orchestres du monde rencontre un jeune prodige de la baguette, le résultat est réellement bluffant. Démonstration.

Dans Une nuit sur le Mont Chauve, Lionel Bringuier a réussi à obtenir très belles couleurs : malgré une orchestration fournie, il est parvenu à conserver une certaine volubilité (qui n’est pas sans évoquer la Symphonie Fantastique de Berlioz) ; ainsi, évitant avec succès l’aspect parfois massif de l’œuvre, les accents « russes », bien que parfaitement reconnaissables, n’ont pas été pas surjoués.

Simon TrpceskiAprès cette mise en bouche venait le plus connu des concertos de Rachmaninov -et ô joie!- ce fut une véritable révélation. À la version hélas assez courante d’un pianiste en mal d’ego s’attaquant au deuxième de Rachmaninov tel un cheval de bataille, Simon Trpčeski (assurément le plus prometteurs des pianistes de sa génération, on se demande pourquoi il se fait si rare en France alors que le reste du monde se l’arrache) y substitue une vision nostalgique où sa redoutable technique pianistique est au service d’un lyrisme exacerbé, et non une fin en soi. Sensible sans jamais être affecté, on a pu goûter des pianissimo incroyablement purs, notamment dans le deuxième mouvement où la qualité du son et de la ligne fut parfaitement maîtrisée. Il faut dire que le pianiste est particulièrement à l’écoute de l’orchestre, qui, sous la direction de son jeune chef, lui a apporté un soutien idéal, en témoignèrent les interventions solistes toutes aussi précises et musicales les unes que les autres -quel orchestre peut d’ailleurs se targuer d’avoir des pupitres de vents et de cuivres aussi solides?! Le seul petit bémol reste, comme souvent, l’acoustique de Bastille : on déplore la déperdition sonore (le piano est principalement touché), notamment dans les fortissimo qu’on aurait aimé plus éclatants. Néanmoins, le public n’a pas boudé son plaisir et fut récompensé en bis par une valse en la mineur de Chopin, merveille de délicatesse et d’humilité.

La deuxième partie fut assurément à la hauteur de la première avec cette Symphonie n°6 de Dimitri Chostakovitch. Si l’en était encore besoin, l’Orchestre de l’Opéra national de Paris a pu confirmer son niveau exceptionnel, et Lionel Bringuier a démontré de nouveau qu’il possédait non seulement un talent fou, mais également une expérience hors du commun. Sa direction engagée, extrêmement soignée, (il n’y a pas une note qui ne soit pas accompagnée d’un geste, même infime) est parvenue à restituer toutes les facettes de l’œuvre : tantôt amère, parfois grinçante, souvent d’une tendresse douloureuse, c’est une vision aussi intelligente que précise qu’il nous a proposé, et particulièrement convaincante.

En dépit d’une programmation « russe » des plus classiques, ce fut un concert de grande envergure: on attend d’ores et déjà la prochaine venue de Simon Trpčeski et l’on espère que Lionel Bringuier, en dépit de sa prise de fonction imminente à l’orchestre de la Tonhalle de Zurich, sera régulièrement invité sur la scène parisienne.

(Visited 241 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris, Opéra Bastille. Le 19.III.2014. Modeste Moussorgski (1839-1881) : Une nuit sur le Mont Chauve ; Sergueï Rachmaninov (1873-1943) : Concerto pour piano et orchestre n°2 en do mineur opus 18 ; Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : Symphonie n°6 en si mineur opus 54. Orchestre de l’Opéra national de Paris ; Simon Trpčeski, piano ; direction : Lionel Bringuier

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.