Les Barbares de Saint-Saëns : passionnante résurrection

À emporter, CD, Opéra

Camille Saint-Saëns (1835-1921) : Les Barbares, tragédie lyrique en 3 actes et un prologue sur un livret de Victorien Sardou et Pierre-Barthélémy Gheusi. Catherine Hunold, Floria ; Julia Gertseva, Livie ; Edgaras Montvidas, Marcomir ; Jean Teitgen, le Récitant/ Scaurus ; Shawn Mathey, le Veilleur ; Philippe Rouillon, Hildibrath. Chœur lyrique (chef de chœur : Laurent Touche) et Orchestre Symphonique Saint-Étienne Loire, direction : Laurent Campellone. 2 CD Palazzetto Bru Zane. Enregistré à l’Opéra Théâtre de Saint-Etienne du 14 au 17 février 2014. Notice bilingue (anglais-français). Durée : 120’22’’.

 

71nsnWFCPgL__SL1500_Echo de deux concerts stéphanois donnés en février, cet enregistrement des très oubliés Barbares de nous permet de découvrir un ouvrage à l’inspiration généreuse et riche en beautés musicales.

Destinés à l’origine au Théâtre antique d’Orange, ces Barbares ont finalement été baptisés sur la scène de l’Opéra Garnier le 23 octobre 1901. Malgré un accueil critique assez favorable, cette tragédie lyrique tomba rapidement dans l’oubli. Nous devons la joie de sa résurrection à la collaboration de deux institutions qui apportent une contribution majeure à la redécouverte du répertoire français : l’Opéra Théâtre de Saint-Etienne et la Palazzeto Bru Zane,  qui a conçu ce livre-disque avec un soin éditorial tout à fait louable.

Il y a certainement une forme d’anachronisme dans la démarche musicale de Saint-Saëns. Un an après la création de Louise et un an avant celle de Pelléas et Mélisande, le compositeur signe un avatar du Grand Opéra qui, au delà d’une dette évidente envers son maître Charles Gounod, se présente comme une réelle synthèse de la tradition lyrique française depuis Gluck. Certains reprochèrent, peut-être à raison, l’absence d’un style propre au musicien dont l’écriture vocale, chorale et harmonique perpétue plus qu’elle n’invente. En revanche, les Barbares témoignent d’une généreuse veine mélodique et d’un talent d’orchestration exceptionnel qui permet à Saint-Saëns d’épicer sa participation d’aussi étonnants que séduisants effets.

Les deux premiers actes sont à ce titre un régal pour l’oreille, d’une grande fraîcheur d’inspiration dès le prologue, admirable pièce de concert étonnamment interrompue par l’intervention d’un récitant. Le compositeur en a d’autant de mérite que le livret, histoire d’amour d’une vestale et d’un barbare émaillée d’anachronismes, apparaît paresseux et relativement pauvre en situations. Le point culminant est le duo qui clôt le deuxième acte, avec un élan amoureux irrésistible, tandis que la tension retombe au troisième avec un ballet aux accents folkloriques exécuté comme un exercice obligé, un traitement des chœurs bien conventionnel et un final dépourvu de relief. Par delà d’indéniables baisses de tension, l’ouvrage possède un pouvoir de séduction qui justifie pleinement sa résurrection.

En tête de distribution, , désormais incontournable dans ce répertoire, survole le rôle de Floria avec une aisance vocale confondante. Plus exotique, affiche néanmoins un timbre séducteur et une intégrité vocale louable. et sont absolument exemplaires tandis que , malgré un timbre intéressant, ne parvient à conférer le relief espéré dans le rôle de la vengeresse Livie. Mais le protagoniste principal de cette passionnante redécouverte est qui unit toutes les forces musicales, dont un orchestre de fort belle tenue et de grande homogénéité, et sait nous révéler les nombreuses subtilités de la partition. Son départ est une bien mauvaise nouvelle pour la vie musicale du Forez.

 

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article

Lire aussi :

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.