Mot-clef : Orchestre Symphonique Saint-Étienne Loire

_DSC0620

Un Faust intéressant à l’Opéra de Saint-Étienne

Le mythe de Faust serait-il plus une affaire de Dieu que de diable pour Julien Ostini ? Dans cette mise en scène dense et réfléchie, les symboles se multiplient et se croisent à l'infini, crucifix, cierges et médailles en occupant une bonne part. Il serait fastidieux d'en dénombrer tous les détails, mais que l'on ait aimé ou pas, on ne peut que saluer la qualité et l'intelligence de son travail. Le décor ...
Création de Fando et Lis à Saint-Étienne, apocalyptique mise en garde

Création de Fando et Lis à Saint-Étienne, apocalyptique mise en garde

Figure majeure des années soixante-dix, Fernando Arrabal fait son retour par la grande porte lyrique à l’Opéra de Saint-Étienne en étant à l'origine du livret de Fando et Lis écrit par Kristian Frédric, pour le premier opéra de Benoît Menut. De cette histoire d'amour étrange, il faut retenir un plaidoyer désespéré pour un autrement, et non une énième "défaite des femmes". Rendre grâce à la volonté d’Eric Blanc de la Naulte, ...
_DSC2894

Adriana Lecouvreur à Saint-Étienne : Adrienne, Sarah et Béatrice

Entre Monaco et Marseille, Adriana Lecouvreur fait escale chez son deuxième coproducteur. La mise en abyme de Davide Livermore (réalisée à Saint-Étienne par Alessandra Premoli), qui avait déjà invité Sarah Bernhardt, bénéficie à Saint-Étienne, de l’arrivée d’une autre belle tragédienne : Béatrice Uria-Monzon. Battons notre coulpe en préambule : nous n’avions jamais pris très au sérieux cet avatar du vérisme, créé en 1902 entre Bohème et Tosca, certes bien écrit mais moins immédiatement ...
354575DSC3629

Des Contes d’Hoffmann bien musicaux à Saint-Étienne

Comme à son habitude, l'Opéra de Saint-Étienne montre son amour et son respect absolu de la musique française, en proposant une version des Contes d'Hoffmann dans une version indiquée dans le programme de salle comme étant de Michaël Kaye / Jean-Christophe Keck, et dans une distribution entièrement française, d'une grande qualité. Le prologue et les deux premiers actes diffèrent peu de ce qu'on l'on connaît bien maintenant depuis les travaux de ...
Lohengrin à Saint-Étienne : duels aux sommets

Lohengrin à Saint-Étienne : duels aux sommets

Les wagnériens (et les autres) auront eu tort de laisser à l'abandon quelques fauteuils de l'Opéra de Saint-Étienne pour l'ultime représentation d'un puissant Lohengrin coproduit avec Marseille (séances de rattrapage l'an prochain) et dévolu, à l'exception de l'autrichien Nikolaï Schukoff à une équipe 100 % française : Cécile Perrin, Catherine Hunold, Daniel Kawka… Mise en scène sobrement intense de Louis Désiré. Orchestre et chœur maison. Grosse impression. Oublions le très fugace frisson d'inquiétude ...
carmélites saint-etienne2

De puissants Dialogues des Carmélites à Saint-Étienne

On avait gardé un excellent souvenir de ces Dialogues des Carmélites donnés en 2005 à l'Opéra de Saint-Étienne qui ont obtenu par la suite le grand prix de la critique pour le meilleur spectacle de l'année au Chili. On retrouve avec bonheur la mise en scène puissante de Jean-Louis Pichon, sa sobriété et sa grande humanité. Légèrement retouchées pour tirer parti de technologies plus moderne, les projections vidéos montrent en fond ...
_DSC3775

Le problématique Marchand de Venise à Saint-Étienne 

Le Marchand de Venise de Reynaldo Hahn, une programmation rare, une nouvelle fois grâce à l'Opéra de Saint-Étienne, mais une œuvre peu viable. Est-il possible de nos jours de monter le Marchand de Venise ? La pièce de Shakespeare réutilisait pour son personnage principal la figure légendaire du Juif animé par la haine des chrétiens, même si, au cours de la pièce, l'auteur humanise son personnage et le rend émouvant. Le ...
LaFluteStE-4

Une adorable Flûte Enchantée à Saint-Étienne

Inspirée par l'incendie de la bibliothèque de Weimar en septembre 2004, la mise en scène de Pet Halmen, venue de Lausanne, reprise ici par Eric Vigié, décline toutes les formes du corollaire livres/savoir, opposé à ignorance/obscurantisme. Le rideau se lève sur l'image forte du bâtiment qui brûle, tandis que Tamino, déguisé en collégien anglais, tente de sauver ce qu'il peut. Par la suite, le monde de Sarastro est plein de rayonnages ...
Fortunio- Acte I bis -Charly Jurine

Un délicieux Fortunio à Saint-Étienne

Après Ciboulette l’an dernier, dans ces même lieux et à l’Opéra Comique, la parution des CD de l'Amour masqué et de la belle excentrique, l’humeur du moment serait-elle à la redécouverte d’un certain répertoire léger du début du XX° siècle ? Ce serait heureux, tant cette musique, celle d’André Messager en particulier, est à la fois savante, subtile, pétillante et poétique. Fortunio, que nous avions découvert à l’Opéra Comique en 2009, ne ...
71nsnWFCPgL__SL1500_

Les Barbares de Saint-Saëns : passionnante résurrection

Echo de deux concerts stéphanois donnés en février, cet enregistrement des très oubliés Barbares de Camille Saint-Saëns nous permet de découvrir un ouvrage à l'inspiration généreuse et riche en beautés musicales. Destinés à l'origine au Théâtre antique d'Orange, ces Barbares ont finalement été baptisés sur la scène de l'Opéra Garnier le 23 octobre 1901. Malgré un accueil critique assez favorable, cette tragédie lyrique tomba rapidement dans l'oubli. Nous devons la joie ...
barbares3

Les Barbares de Saint-Saëns redécouverts à l’Opéra de Saint-Etienne

L’exhumation d’œuvres oubliées est un exercice dangereux, car on peut tout autant découvrir d’abominables nanars que d’inimaginables coups de cœur. Fort heureusement, ces Barbares font partie de la seconde catégorie. Conçu à l’origine pour leThéâtre antique d’Orange (d’où le lieu de l’action, même si en 105 av.J-C, date à laquelle elle se situe, il est encore loin d’être érigé) mais finalement créé à l’Opéra de Paris en 1901, cet opéra ...
ciboulette saint etienne

Ciboulette à Saint-Etienne : quel bonheur

Quel bonheur, oui, quel bonheur de retrouver sur nos scènes des distributions intégralement françaises, cocorico, dont la qualité n’a rien à revendiquer à une réunion de chanteurs internationaux ! La distribution internationale dans une œuvre française, c’est comme la nourriture du même nom dans les restaurants situés hors de l'hexagone. C’est parfois bon, surtout quand la maison est cotée, mais c’est souvent insipide, sans odeur et sans saveur, il y manque ...
lakmé st etienne

La jeune Lakmé de l’Opéra de Saint-Étienne

La grande qualité de la mise en scène de cette Lakmé, coproduite avec l’Opéra de Lausanne (en octobre 2013) et l’Opéra-comique (en janvier prochain) est de ne pas succomber aux travers de l’orientalisme de pacotille. Ainsi assiste-t-on à un spectacle qui ne fera pas visuellement date, mais qui a le mérite de dépoussiérer un opéra trop souvent vu au travers du regard de nos grands-mères, et des prestations de Mady ...
Le Mage

Le Mage de Massenet, enfin, par Le Palazzetto Bru Zane

Ce fut l’événement-clé de l‘année Massenet 2012 : la récréation du Mage au festival de Saint-Étienne, opéra dont la dernière représentation remontait à 1896 ! Quelques rares chanteurs avait inclut des extraits dans des récitals (dont Rolando Villazon), mais aucune intégrale permettait jusqu’ici de se faire une idée de l’œuvre. La faute est désormais réparée : les deux concerts ont été enregistrés et un livre-disque vient de paraître dans la collection « opéra français » ...
Princesse - Zanetta photo Cyrille Cauvet  /Opéra Théâtre de Saint-Etienne

Saint-Étienne : la princesse de Trébizonde, poupée aux yeux d’émail

La documentation est rarissime concernant la Princesse de Trébizonde, qui fut pourtant un grand succès à son époque, et on ne trouve aucune entrée de ce nom, y compris dans le Kaminski, la bible du lyricomane. Seul le Clément et Larousse de 1905 mentionne « des couplets par trop grivois et dont les équivoques sont trop grossières (…) une musique (qui) dépasse partout la vulgarité (…)qui n’a pour elle que ...
Traviata - Acte 3 - Cyrille Cauvet 01

Saint-Étienne : une Traviata de grande qualité

Cette Traviata de Saint-Étienne, coproduction avec l’Opéra de Monte-Carlo, ne réserve que des satisfactions, à commencer par une excellente distribution. La soprano canadienne Joyce El-Koury possède une belle présence scénique, une voix à la fois puissante et souple, et une incroyable longueur de souffle, ce qui lui permet d’enchaîner de longues phrases sans effort apparent. Grâce à cela, elle maîtrise également de fort beaux piani bien timbrés, dont elle use et ...
Le Barbier - Acte 2 plan large cyrille chauvet

Un Barbier de qualité à Saint-Étienne

C'est toujours un grand événement que d'assister à un opéra de Rossini dirigé par Alberto Zedda. Même pour l'opéra le plus connu du compositeur, ce diable de maestro, suivi par un orchestre en état de grâce, parvient à nous faire découvrir des sonorités nouvelles, des détails jusque-là insoupçonnés, une conception toujours en mouvement. Cette direction exceptionnelle suffirait presque à elle seule à faire un beau concert, mais pour notre plus grand ...
Sur les pas de Thais1 - Crédit Cyrille cauvet

Clôture du festival Massenet de Saint-Étienne

Visions…poème symphonique, présente une amusante caractéristique, sa partition fut composée pour orchestre, soprano solo et électrophone, ce qui fait de Jules Massenet l’annonciateur de la musique électro-acoustique. On sent à cet instant se dresser les cheveux sur la tête de notre bien-aimé directeur de la publication, mais tel est le cas, Massenet fut un précurseur, toujours à la recherche de sonorités inédites. Le projet fut abandonné, à cause du peu de ...
Le Mage - Kate Aldrich et JF lapointe- Cyrille Cauvet

Le Mage fait des miracles au festival de Saint-Étienne

Il était jusqu’ici très difficile de se faire une idée de la qualité de l’opéra de Jules Massenet, Le Mage. Créé en 1891, il connut une trentaine de représentations et ne fut repris qu’une seule fois, à La Haye, en 1896. Pour les âmes chagrines, cela était dû à sa froideur et son manque de relief, pour les optimistes, à une cabale montée par Ernest Reyer, furieux de voir reporter ...
Weber en VOST

Der Freischütz en VOST à Saint-Etienne

Alors que l’Opéra-Comique (re)découvrait Le Freischütz traduit et en partie écrit par Berlioz, en province était programmée la version originale. Présentée pour la première fois à l’Opéra de Toulon en janvier dernier, cette production, reprise ici, à l’Opéra-Théâtre de Saint-Étienne, a été notablement modifiée : Laurence Équilbey cède la place à Laurent Campellone, directeur musical in loco. Et deux des quatre rôles principaux sont nouveaux : respectivement en Agathe et en Max, ...
Ecoutons Ponchielli !

Ecoutons Ponchielli !

La Gioconda Il faut s'extraire de certaines habitudes d’écoute pour apprécier l’opéra de Ponchielli, faire le deuil dès le premier acte des nuances et demi-teintes pour se laisser finalement très rapidement happer par le charme de La Gioconda et des grosses voix qu’elle demande. Distribuer un tel opéra est d’ailleurs une gageure, il n’est que de prendre pour exemple la scène finale où Gioconda doit vocaliser face à Barnaba, alors que, ...
Invitation décevante à la danse

Invitation décevante à la danse

Orphée et Eurydice C’est par un bien curieux Orphée et Eurydice que l’Opéra de Saint-Etienne a inauguré sa nouvelle saison. En optant pour la version française adaptée par Paul Vidal pour l’Opéra-Comique en 1921, les maîtres d’œuvre du spectacle ont choisi de distribuer le rôle d’Orphée à un ténor, à l’instar de Marc Minkowski dans son enregistrement de l’œuvre, où Richard Croft donnait la réplique à l’Eurydice de Mireille Delunsch. A ...
Grandiose et époustouflant

Festival Berlioz 2006 Vol III : Grandiose et époustouflant

Ouverture franche et nette, une incroyable maîtrise des doubles forte, une très grande lisibilité des accords et une facile appréhension des pupitres, quelques relatives anicroches des trompettes et des altos un peu poussifs, un jeu entre pupitres un rien décousu et décidément une nette puissance dans les graves, posés avec un aplomb inébranlable, voilà ce qui aurait pu ressortir de ce concert. Un ensemble très correct pour une interprétation agréable ...
Féerie sonore

Turandot, féerie sonore

Cela ne fait, désormais, plus aucun doute : il se passe quelque chose de passionnant à l’Opéra de Saint-Étienne. En atteste l’accueil triomphal réservé à cette Turandot dominicale, au terme d’une représentation haute en couleur, prodigue en visions féeriques et d’un niveau musical littéralement soufflant. Un orchestre transfiguré, d’un luxe sonore qu’on ne lui a jamais connu, une baguette électrisante car audacieuse et investie, une triade de chanteurs qui ont mouillé ...
Triomphale Résurrection

Triomphale Résurrection de Polyeucte

« Je n’ai jamais rien entendu de pire que cet opéra ; il comporte cinq actes assommants dont aucun passage ne réussit à s’élever au-dessus d’un fond mortellement plat et incolore ». Voilà ce qu’écrivait un fervent admirateur de Faust, Piotr Illich Tchaïkovski, à son ami Tanéiev. Nous sommes en 1878, et Polyeucte, dernier ouvrage en date de Gounod, vient d’être mal reçu par le public du Palais Garnier. En dépit de nombreuses ...
Jésus, reviens !

Le Jongleur de Notre Dame au Festival Massenet : Jésus, reviens !

La pièce principale de la huitième édition du festival Massenet de Saint-Etienne était un couplage du ballet Cigale et du « miracle en trois actes » Le Jongleur de Notre Dame. Mise en regard de deux œuvres présentées la même année à l’Opéra-Comique, 1904, la première, fraîche et ludique, l’autre, plus engagée qu’il n’y paraît à nos cultures contemporaines. Cigale, bien oubliée de nos jours, est loin d’être une œuvre mineure. ...
Salomé monte en paquebot

Salomé monte en paquebot

Salomé en version française L’intérêt supplémentaire de cette Salomé, dont il y a en ce moment inflation (voir les articles de Pierre-Jean Tribot à Anvers, Andreas Laska à Cologne, en attendant celui de Philippe-Alexandre Pham à Nice) était de proposer la version française sur le texte original d’Oscar Wilde, corrigé de la main même de Richard Strauss pour l’adapter à cette nouvelle prosodie. Sans révolutionner la structure de l’œuvre, cette version y ...
Le bonheur existe, je l’ai rencontré !

Dialogues des Carmélites à Saint-Etienne : le bonheur existe, je l’ai rencontré !

Avec cette production de Dialogues des Carmélites, l’opéra-théâtre de Saint-Étienne frappe un grand coup, proposant une production qui pourrait faire rougir bien d’autres maisons d’opéra considérées comme plus prestigieuses. Les secrets de cette réussite : une mise en scène à la fois belle, classique et respectueuse de l’œuvre, une distribution évitant le piège de l’agglomération de vedettes internationales plus ou moins rassies, grands noms accrocheurs mais ne possédant pas forcément une ...