Mot-clef : Edgaras Montvidas

Bouleversante Butterfly à Nancy

Bouleversante Butterfly à Nancy

Après treize ans d’absence, Cio-Cio-San suscite à nouveau les larmes du public nancéien par la grâce d’une interprète habitée et poignante, d’un orchestre rutilant et d’une direction musicale passionnée dans une mise en scène sobre, d’une constante justesse et d’une redoutable efficacité. Évitant les clichés et l’orientalisme de pacotille, c’est dans un Japon des années 50 très fidèlement et précisément restitué qu’Emmanuelle Bastet et son équipe de production ont choisi de ...
Gardiner met le feu au Requiem de Verdi à Luxembourg

Gardiner met le feu au Requiem de Verdi à Luxembourg

Servie par des solistes au format vocal inhabituel pour une telle partition, le Requiem de Verdi dirigé par John Eliot Gardiner frappe par son humanité et sa théâtralité. Prestations grandioses du chœur et de l’orchestre. À l’opposé de la lecture donnée en mars 2016 par Gustavo Gimeno et l’orchestre Philharmonique du Luxembourg, dont nous avions souligné la dimension spirituelle, c’est toute la théâtralité du Requiem de Verdi qui a été ...
Sensibilité et émotions intenses pour Werther à Nancy

Sensibilité et émotions intenses pour Werther à Nancy

Respectueuse et fidèle tant au romantisme de Goethe qu’à l’élégance de Massenet, la mise en scène de Werther par Bruno Ravella offre un cadre parfait aux deux incarnations majeures de Stéphanie d’Oustrac et Edgaras Montvidas. A l’opposé du caractère par trop hétéroclite de Manon, Werther est pour beaucoup l’opéra le plus abouti et le plus réussi de son auteur. Compositeur adulé de son vivant, connaissant un énorme succès tant dans les ...
La résurrection du Timbre d’Argent à l’Opéra-Comique

La résurrection du Timbre d’Argent à l’Opéra-Comique

Après la recréation controversée de La Reine de Chypre au Théâtre des Champs-Élysées, on s'inquiétait beaucoup de la suite du Festival Palazzetto Bru Zane à Paris, même si Le Timbre d'Argent était produit et entièrement assumé par l'Opéra-Comique. On avait tort, car on a découvert une œuvre charmante, fort bien montée et distribuée. La première œuvre lyrique de Camille Saint-Saëns a attendu longtemps avant d'être jouée, et, paradoxalement, fût créée la ...
H1

Herculanum renaît de ses cendres avec Hervé Niquet

Des résurrections du Palazetto Bru Zane, la musique de Félicien David est très certainement la meilleure pioche. Confirmation avec cet Herculanum de 1859. L'évidence : dès que l'on découvre une œuvre de Félicien David, on a aussitôt envie de recommencer. Ainsi l'on a écouté en boucle le magnifique enregistrement du Désert par Laurence Equilbey paru au printemps dernier. La même addiction se produit pour cet Herculanum, même s'il nous faut préciser ...
71nsnWFCPgL__SL1500_

Les Barbares de Saint-Saëns : passionnante résurrection

Echo de deux concerts stéphanois donnés en février, cet enregistrement des très oubliés Barbares de Camille Saint-Saëns nous permet de découvrir un ouvrage à l'inspiration généreuse et riche en beautés musicales. Destinés à l'origine au Théâtre antique d'Orange, ces Barbares ont finalement été baptisés sur la scène de l'Opéra Garnier le 23 octobre 1901. Malgré un accueil critique assez favorable, cette tragédie lyrique tomba rapidement dans l'oubli. Nous devons la joie ...
onegin

A Genève, le plus beau des Lenski

Avec cet Eugène Onéguine mis en scène par Robert Carsen pour le Metropolitan Opera de New-York, le Grand Théâtre de Genève présente un spectacle esthétiquement très beau quoique manquant parfois d’intensité dramatique  par manque de direction d’acteurs. Dans le décor nu d’un plateau ouvert sur toute la largeur et la profondeur de scène, baigné de la lumière bleue et glaciale d’un matin d’hiver brouillardeux, Lenski (Edgaras Montvidas) attend Onéguine pour le ...
cypres bruneau morlot

Le Requiem de Bruneau à La Monnaie de Bruxelles

Louis-Charles-Bonaventure dit Alfred Bruneau, violoncelliste et compositeur, après des études au Conservatoire de Paris et un second Prix de Rome dans la classe de Massenet, après des débuts mitigés, se rapprocha d’Emile Zola.  Son intérêt pour le théâtre peut se résumer dans cette profession de foi, imaginant « une pièce de construction logique, émouvante, humaine, où la poésie et le réalisme s’uniraient étroitement et dont les personnages appartenant à un temps ...
barbares3

Les Barbares de Saint-Saëns redécouverts à l’Opéra de Saint-Etienne

L’exhumation d’œuvres oubliées est un exercice dangereux, car on peut tout autant découvrir d’abominables nanars que d’inimaginables coups de cœur. Fort heureusement, ces Barbares font partie de la seconde catégorie. Conçu à l’origine pour leThéâtre antique d’Orange (d’où le lieu de l’action, même si en 105 av.J-C, date à laquelle elle se situe, il est encore loin d’être érigé) mais finalement créé à l’Opéra de Paris en 1901, cet opéra ...
traviata (c) Jef Rabillon pour Angers Nantes Opéra

Eternelle Traviata à Nantes

Emmanuelle Bastet, qui signe sa quatrième mise en scène pour Angers Nantes Opéra, cherche à souligner l’intemporalité et l’universalité de l’ouvrage en refusant tout cadre précis. Le rideau s’ouvre sur la chambre de Violetta entièrement recouverte de miroirs symbolisant l’idée de narcissisme mais aussi d’apparences trompeuses. Pendant l’ouverture, à rideau ouvert, c’est la maladie qui est d’abord évoquée, puis aussitôt la frivolité avec cet extravagant placard contenant des dizaines de ...
Féérie et simplicité

Féérie et simplicité pour le Rossignol et autres fables

S'il ne devait rester qu'un seul spectacle, ce serait celui-là. L'année 2010 n'est pas finie, mais Le Rossignol et autres fables est sans doutes la meilleure production du moment. De la réalisation scénique à l'interprétation musicale, tout y est exceptionnel. Un grand moment de théâtre, un grand moment de musique, bref, un grand moment d'opéra. Le metteur en scène québécois Robert Lepage, a qui on doit de superbes lectures du Rake's ...
On prend les mêmes et on recommence

Eugène Onéguine à Lyon, on prend les mêmes et on recommence

On prend les mêmes et on recommence. Pour cette production, comme pour les deux autres qui sont parties de ce Festival Pouchkine, l’Opéra de Lyon reprend les productions pratiquement à l’identique de celles que Peter Stein avait montées pour ce même théâtre voici quelques années. Etrangement, malgré les incongruités scéniques relevées lors de la création de janvier 2007, le metteur en scène allemand n’a pas jugé nécessaire de revoir sa ...
Requiem pour une sainte

Requiem pour une sainte

La Traviata Après une Lulu superbement montée par Peter Stein et un Britten (Mort à Venise) en tous points fascinants, il incombait à La Traviata, ce « must» indémodable, de conclure une saison d’une qualité exceptionnelle. Pour l’occasion, la billetterie a été submergée de demandes, ce qui a persuadé la direction de programmer une représentation supplémentaire, à laquelle nous avons assisté. Annoncée avant même la première comme un accomplissement majeur ...
A la recherche de l’Enlèvement et du Sérail !

A la recherche de l’Enlèvement et du Sérail !

Die Entführung aus dem Serail Mais qu’est ce que l’Enlèvement au Sérail a pu faire aux metteurs en scène ? Depuis que nous usons nos fonds de pantalons sur les scènes lyriques d’Europe, il faut reconnaître que cette partition en subit de toutes les couleurs : de l’historicisme daté, de la fête de patronage, des fantaisies lourdingues, des relectures d’avant garde ou bien encore de l’ennui branché… C’est dire que l’on abordait avec de très ...