Festivals, La Scène, Musique de chambre et récital

Pom, Pom, Pom, Poooom…Hélios Azoulay fait son festival

Plus de détails

Saint Martin de Boscherville. Festival de musique(s).
Salle des fêtes. 27-IX-2019. Flamenco : Sept fois le feu réinventé. Karine Gonzales, danse ; Luis Davila Oria, guitare ; Hélios Azoulay, clarinette.
Salle capitulaire de l’Abbaye Saint Georges de Boscherville. 28-IX-2019. Musique classique : le son n’échappe pas à l’errance. Marielle Rubens, voix ; Hélios Azoulay, clarinette ; Anna Göckel, violon ; Baptiste Vay, alto.
Manège du Genetey. 29-IX-2019. Musique Klezmer. Marielle Rubens, voix ; Hélios Azoulay, Baptiste Vay, alto ; Florent Audibert, violoncelle ; Sébastien Letellier, contrebasse.
Ensemble de Musique Incidentale, direction : Hélios Azoulay

Musicien atypique, toujours présent où on ne l’attend pas, Hélios Azoulay crée son premier festival en terre normande, à Saint-Martin-de-Boscherville, entouré de son Ensemble de Musique Incidentale. Un festival décalé, aux multiples facettes, à l’image de son directeur artistique.

Hélios Azoulay - 2017 - Crédit Gilles Piel (002)

Personnage attachant et singulier, né en 1975, on connait Hélios Azoulay pour ses débordements, ses provocations multiples et revendiquées, mais plus encore pour ses importantes recherches menées, depuis une dizaine d’années, sur les musiques composées dans les camps de concentration. Une exhumation de documents maudits, comme autant de cris d’amour, de joie, de révolte et de désespoir, ayant donné corps à plusieurs livres (Scandales ! Scandales ! Tout est musique, L’enfer aussi a son orchestre), plusieurs enregistrements discographiques (Même à Auschwitz, Sauvée des cendres) et prochainement un premier roman, Moi aussi, j’ai vécu !

« Pom, Pom, Pom, Pooom…Beethoven est-il le centre du monde ? non ! …Ah ! … ». La réponse claire et sans appel à cette question primordiale autorise alors toutes les audaces transgressives et notamment la création de ce festival au programme éclectique convoquant flamenco, musique classique, jazz, récital de piano et musique klezmer. Un festival pas comme les autres, se déroulant à Saint-Martin-de-Boscherville, petit village normand et haut lieu patrimonial, recelant en son centre la célèbre Abbaye Saint Georges de Boscherville, un des trois joyaux du roman normand, avec Jumièges et Saint-Wandrille.

Frères de douleur dans l’ignominie des camps d’extermination nazis, il était impossible qu’Hélios Azoulay ne rencontre pas un jour la musique manouche. Une rencontre étonnante et détonante portée par les accents syncrétiques de la guitare de Luis Davila Oria et de la clarinette klezmer, toutes deux unies dans un « duende » envoûtant, magnifié encore par la danse de Karine Gonzales, poussée jusqu’au vertige.

Hélios Azoulay (2019) Crédit Didier Péron (6) (002)

Répertoire plus polymorphe pour le deuxième concert qui voit se succéder dans un florilège bien conduit pièces instrumentales et pièces vocales, musiques savantes et musiques des camps. En ouverture Hélios Azoulay propose au public, venu nombreux, une partition originale, Introduction à la théorie du combat, interprétée au Suprême clairon, instrument iconoclaste, né du partage d’une clarinette en si bémol et possédant deux embouchures jouées simultanément ! Une œuvre courte, originale et surprenante, mêlant plusieurs registres de l’instrument. Knee Play, une pièce minimaliste de Philip Glass, extraite d’Einstein on the Beach, joliment exécutée par Anna Göckel au violon, assure la suite du programme, avant une Chaconne de Bach magistrale, d’une sublime intériorité. C’est avec une ampleur sonore inaccoutumée, liée à l’acoustique très réverbérante de la salle capitulaire, que Baptiste Vay, à l’alto, interprète la Fantaisie n° 12 de Telemann dont les sonorités contrastent avec le sombre Prélude pour alto de Gideon Klein, composé pendant les heures noires, en sourdine, par le musicien tchèque confiné dans son appartement de Prague. Pause vocale ensuite avec une miniature de Morton Feldman, Only, sur un poème de Rainer Maria Rilke (Sonnet à Orphée n° XXIII) chantée a cappella de façon très émouvante par la mezzo-soprano Marielle Rubens qui porte encore l’émotion à son comble avec les trois berceuses d’Ilse Weber composées pour les enfants de Terezin. La dernière création d’Hélios Azoulay, Les bégaiements de l’Exode pour alto et violon, séduit par ses contrastes, tandis que le poème de Clemens Brentano, Es sang vor langen Jahren, mis en musique par Arvo Pärt conclut ce remarquable concert très spiritualisé.

Changement d’ambiance, avec la musique klezmer, pour le dernier concert de cette édition 2019. Musique traditionnelle des Juifs d’Europe de l’Est parlant le yiddish, musique de l’errance célébrant les différents moments de la vie, chargée de joie, de douleur et d’amour où musicien et instrument sont en totale symbiose. Langage du fond de l’âme, chargé de poésie, porté par la clarinette d’Hélios Azoulay qui crie, pleure ou chante, soutenue par la voix de Marielle Rubens, le violoncelle de Florent Audibert et la contrebasse de Sébastien Letellier. Une musique bouleversante, qui fait chanter la salle réunie dans un bel hommage à ce beau festival…

Méfiez-vous Hélios Azoulay, après un tel succès, on pourrait finir par vous prendre au sérieux !

Prochain rendez-vous le 7 mai 2020 à la Chapelle Corneille de Rouen pour la création rouennaise de Sauvée des cendres d’après les esquisses de l’opéra de Viktor Ullmann, Jeanne d’Arc 30 mai 1431…Nous y serons !

 

Crédit photographique : Hélios Azoulay au Suprême clairon © Gilles Piel ; Ensemble Musique Incidentale © Didier Péron

 

(Visited 386 times, 1 visits today)

Plus de détails

Saint Martin de Boscherville. Festival de musique(s).
Salle des fêtes. 27-IX-2019. Flamenco : Sept fois le feu réinventé. Karine Gonzales, danse ; Luis Davila Oria, guitare ; Hélios Azoulay, clarinette.
Salle capitulaire de l’Abbaye Saint Georges de Boscherville. 28-IX-2019. Musique classique : le son n’échappe pas à l’errance. Marielle Rubens, voix ; Hélios Azoulay, clarinette ; Anna Göckel, violon ; Baptiste Vay, alto.
Manège du Genetey. 29-IX-2019. Musique Klezmer. Marielle Rubens, voix ; Hélios Azoulay, Baptiste Vay, alto ; Florent Audibert, violoncelle ; Sébastien Letellier, contrebasse.
Ensemble de Musique Incidentale, direction : Hélios Azoulay

Mots-clefs de cet article
[addtoany buttons="facebook,twitter,email"]
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.