Danse , La Scène, Spectacles Danse

La soirée enchantée de William Forsythe

Plus de détails

Paris. Théâtre du Châtelet. 4-XI-2019. Dans le cadre du Festival d’Automne et de la programmation hors-les-murs du Théâtre de la Ville. A quiet evening of dance. Chorégraphie : William Forsythe. Musique : Morton Feldman, Jean-Philippe Rameau. Son : Niels Lanz. Lumières : Tanya Rühl, William Forsythe. Costumes : Dorothée Merg, William Forsythe. Avec Brigel Gloria, Jill Johnson, Christopher Roman, Parvaneh Scharafall, Riley Watts, Rauf « RubberLegz » Yasit, Ander Zabala

Dans A quiet evening of dance, lie plaisir et virtuosité dans un pur joyau chorégraphique. Un mix entre la brillance virtuose de George Balanchine et la décontraction de Trisha Brown.

Si le spectacle commence comme un discret hommage à Birds de Cunningham (chants d’oiseau et longs gants blanc), il s’éloigne très vite de l’abstraction contemporaine pour plonger à corps perdu dans la virtuosité jubilatoire de la danse classique et baroque. En basket et tee-shirt, certes, mais avec la décontraction naturelle qui va si bien à ces danseurs aguerris.

Dans une première partie, majoritairement dansée dans le silence, Forsythe réinvente le duo dans une espèce de battle de virtuosité où vocabulaire classique et baroque se combinent, poussés à leur paroxysme. Les danseurs sont parfaitement assortis ou jouent de leur complémentarité, comme l’étonnant Rubber Legz, danseur hip-hop invité de la compagnie, dont les épaules démesurées servent de support à son partenaire. D’un duo à l’autre, la complicité entre les interprètes donne sa pleine mesure dans la dimension ludique et le plaisir cinétique du mouvement.


Avec la musique de qui accompagne la deuxième partie, cette complicité prend une nouvelle dimension. Pour les danseurs, elle devient un stimulant qui les pousse à se dépasser et aller plus loin, dans la simplicité d’un geste, l’authenticité d’un déplacement… On s’efforce de ne pas perdre des yeux ces danseurs fulgurants et tranquilles, dans l’inventivité permanente que leur offre le chorégraphe au meilleur de son art. Comme s’il réunissait en une seule pièce les incandescences virtuoses de ses chefs d’œuvre des années 90 et les déstructurations chorégraphiques des années 2000.

Un spectacle jubilatoire, à voir absolument !

Crédits photographiques : © Bill Cooper

 

Plus de détails

Paris. Théâtre du Châtelet. 4-XI-2019. Dans le cadre du Festival d’Automne et de la programmation hors-les-murs du Théâtre de la Ville. A quiet evening of dance. Chorégraphie : William Forsythe. Musique : Morton Feldman, Jean-Philippe Rameau. Son : Niels Lanz. Lumières : Tanya Rühl, William Forsythe. Costumes : Dorothée Merg, William Forsythe. Avec Brigel Gloria, Jill Johnson, Christopher Roman, Parvaneh Scharafall, Riley Watts, Rauf « RubberLegz » Yasit, Ander Zabala

Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.