À emporter, Musique symphonique, Vidéo, Vidéo Musique

Daniele Gatti et le National : retour remarqué à l’Auditorium de Radio France

Plus de détails

Henri Dutilleux (1916-2013) : Le Mystère de l’instant ; Arthur Honegger (1892-1955) : Symphonie n° 2. Orchestre National de France, direction Daniele Gatti. Concert sans public. Retransmission en direct de l’Auditorium de Radio-France le 11 juin 2020

Après le « Philhar » il y a quelques jours, c’est aujourd’hui au tour du « National » de réinvestir la scène du grand Auditorium de Radio France pour un concert dirigé, de façon assez piquante par son ancien directeur , en lieu et place d’ directeur démissionnaire et de , pas encore arrivé ! Un « Temps retrouvé » assurément et un beau programme original, convoquant Dutilleux et Honegger, joué sans public mais retransmis en direct sur internet.

daniele-gatti

Un programme qui doit beaucoup à puisqu’il s’agit de deux commandes effectuées par le chef suisse auprès d’ et d’. Deux compositeurs se retrouvant dans leur refus de toute école et de tout système.

Mystère de l’instant est une pièce initialement composée pour 24 cordes, cymbalum et percussions, d’une vingtaine de minutes, datant de 1989, comportant 10 parties enchainées comme autant d’instantanés successifs typés, sans lien entre eux. Mystère doit être envisagé, ici, dans un sens large, sans en exclure la composante spirituelle : l’écriture y étant envisagée comme une cérémonie avec sa part de magie et de mystère. , habitué de l’œuvre qu’il dirigea avec ce même orchestre en 2016 à l’occasion du centenaire du compositeur nous en offre une lecture en tous points remarquable, par l’attention apportée aux détails de la partition, par la rigueur dans l’agencement des plans sonores, comme par la précision rythmique. De l’éclatement de la masse sonore à l’épanchement lyrique douloureux, le maestro italien sculpte la matière, en fait ressortir timbres et résonances, nuances et contrastes dans une interprétation tumultueuse et tendue qui trouvera sa résolution dans le grand embrasement final.

La Symphonie n° 2 pour orchestre de chambre avec trompette ad libitum d’, fut, quant à elle, composée en 1941, période de guerre dont elle porte les douloureux stigmates. Trois mouvements la composent. Débutant par une sorte de lamento très spiritualisé énoncé par l’alto, le discours se creuse rapidement et s’envenime avec l’entrée des autres pupitres dans une polyphonie très contrastée et nuancée, véritable cavalcade impérieuse précédant une péroraison plus apaisée, à laquelle succède un Adagio construit sur une succession de respirations orchestrales plaintives et profondes précédant un Presto en forme de fanfare glorieuse et triomphante au sein d’une marche pleine d’allant, presque rieuse dans sa progression inexorable, pour conclure dans la joie des retrouvailles ce magnifique concert.

Crédit photographique : Daniele Gatti © Primo Gnani

 

Plus de détails

Henri Dutilleux (1916-2013) : Le Mystère de l’instant ; Arthur Honegger (1892-1955) : Symphonie n° 2. Orchestre National de France, direction Daniele Gatti. Concert sans public. Retransmission en direct de l’Auditorium de Radio-France le 11 juin 2020

Mots-clefs de cet article
  • Michel LONCIN

    Ce qui fait SURTOUT plaisir, c’est le retour sur le devant de la scène de Daniele Gatti … en dépit du FEMINISME outrancier !!!

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.