Plus de détails

Pierre Henry (1927-2017) : Galaxie. CD 1 : Le Voyage / Prisme ; CD 2 : Variations pour une porte et un soupir / Gouttes d’eau 2 ; CD 3 : Messe de Liverpool / La noire à 60 + Granulométrie ; CD 4 : Apocalypse de Jean ; CD 5 : Apocalypse de Jean / Jérusalem ; CD 6 : Mouvement-Rythme-Étude ; CD 7 : Futuriste ; CD 8 : Pierres réfléchies / Envol / Coexistence ; CD9 : Intérieur/Extérieur ; CD 10 : Dracula / Ma grande Pâque russe ; Professeur Robot ; CD 11 : L’Art de la fugue / Odyssée / Entité / Miroirs du temps / Strette Symphonie collector ; CD 12 : Messe pour le temps présent (Henry-Colombier) / Grand remix / Tokyo 2000 / Métamorphose / Machine danse / Utopia Hip-Hop – Final / Astrodanse / Construction tournante ; CD 13 : Phrases de quatuor / La note seule / Grand tremblement / Une minute éternelle. Œuvres réalisées dans les studios de Pierre Henry. Coffret de 13 CD Decca. Durée totale : 14 heures et 36 minutes

 

« Ma musique est ma raison d’exister ; ma musique c’est moi ». La déclaration est de à qui Decca consacre un nouveau coffret de treize CD qui complète celui des douze sorti en 2017 sous le même label.

Présentées chronologiquement, les pièces réunies comptent parmi les plus grandes réussites du compositeur décédé en juillet 2017. S’y ajoutent quatorze titres inédits couvrant quelques cinquante années d’activité (1961 à 2017) d’un créateur qui aura travaillé jusqu’à son dernier souffle.

Parmi les œuvres cultes présentées dans le coffret, citons les collaborations avec Maurice Béjart qui ont contribué à faire entendre la musique de sur les scènes du monde entier : Le Voyage inspiré du Livre des Morts tibétain, fresque hiératique aux confins du silence dont la version ballet voit le jour en 1962 à l’Opéra de Cologne ; Mouvement-Rythme-Étude, créé en concert en 1970 puis chorégraphié par Béjart sous le titre « Nijinsky, clown de Dieu » en 1971 ; s’y rattache la courte plage d’Astrodanse (un inédit) qui était l’avant dernier tableau du spectacle donné au Palais des sports de Bruxelles. Figure également dans cette compilation Messe pour le temps présent qui restera son plus grand succès, avec le légendaire ballet de Béjart dansé en 1967 dans la cour d’honneur du Palais des Papes d’Avignon. Quarante huit ans après, Pierre Henry, confiant la chorégraphie à Hervé Robbe, réinvestit son matériau dans un « Grand remix » (inédit) donné sur le plateau de la Cité de la Musique où Jerks et autres musiques pulsées semblent traversés d’une ardeur nouvelle.

Pierre Henry fut le premier compositeur à s’intéresser au texte biblique de l’Apocalypse à travers ce qu’il a nommé une « lecture électronique en cinq temps ». Aux côtés des mythiques Variations pour une porte et un soupir, de la Messe de Liverpool, témoignant de son attachement au rituel, et de La noire à soixante quasi ascétique, trône l’Apocalypse de Jean (1968), une somme acousmatique d’une heure et quarante cinq minutes portée par la voix hallucinée de Jean Negroni. En sus, dans ce coffret Galaxie, une séquence inédite, Jérusalem, où le récitant murmure à notre oreille les beautés de la ville sur un environnement naturel (oiseaux et voix lointaines) dont on éprouve tout à la fois la poésie et l’envoûtement.

À l’affiche également Futuristie (1995) qui célèbre les « bruitistes » et plus précisément Luigi Russolo et Pierres réfléchies (1982) constituant l’hommage d’un Pierre (Henry) à un autre Pierre (Schaeffer), son mentor et collaborateur des années 50. Plus récentes, Intérieur-Extérieur (1996) et Dracula (2002) sont des pièces réalisées dans le cadre des concerts « Pierre Henry chez lui », lieu même de création et de vie du compositeur où il accueillait ses aficionados pour une série de concerts très prisés.

Un grand nombre de pièces, parmi les quatorze inédits de ce coffret, sont des fragments d’œuvres détachés de leur contexte. Ainsi Gouttes d’eau 2 (2008) couronne-t-elle HugoSymphonie, une épopée de cinq heures conçue pour le centenaire du poète en 1985. Proche de La Dixième symphonie – hommage à Beethoven dont elle réutilise certaines « boucles », Ma grande Pâque russe (1993) est le Final déjanté de la bande sonore du film L’Homme à la caméra de Dziga Vertov, autre chef -d’œuvre du compositeur rarement entendu. Machine danse est l’un des dix-huit mouvements de Cérémonie II donnée au Festival de Royan en 1970. On y entend les rythmes des Spooky Tooth, nouvelle main tendue du compositeur vers la jeunesse, tout comme Utopia Hip-Hop – Final réaffirmant son goût pour la « dance » et les musiques électro-pop. Conçu pour les soirées Dracula dans sa « maison de sons », Professeur Robot (2010) tresse en un habile contrepoint les sons de Proppellerheads, Wagner et Henry, tandis que Métamorphose (2013) au flux immersif et incantatoire constitue le septième mouvement de Fragments rituels.

Le coffret se referme sur les deux dernières créations du compositeur conçues l’année de sa mort, alors qu’il était devenu sourd. La note seule est un cheminement exploratoire dans le clavier du piano, une résonance originelle au large spectre harmonique « qui insiste, se métallise et devient timbres multiples », nous dit le compositeur. Grand tremblement est une chasse mystique, un continuum organique d’une énergie formidable qui nourrit le flux d’une entité vivante, celle du son qu’il a aimé avec passion. Les deux pièces seront données post-mortem à la Maison de la Radio le 9 décembre 2017 lors du « Week-end anniversaire » et hommage au compositeur disparu quelques mois plus tôt.

Lire aussi :

La nouvelle pulsion du monde futur selon Pierre Henry

Un Studio Pierre Henry au Musée de la musique

 

(Visited 211 times, 1 visits today)

Plus de détails

Pierre Henry (1927-2017) : Galaxie. CD 1 : Le Voyage / Prisme ; CD 2 : Variations pour une porte et un soupir / Gouttes d’eau 2 ; CD 3 : Messe de Liverpool / La noire à 60 + Granulométrie ; CD 4 : Apocalypse de Jean ; CD 5 : Apocalypse de Jean / Jérusalem ; CD 6 : Mouvement-Rythme-Étude ; CD 7 : Futuriste ; CD 8 : Pierres réfléchies / Envol / Coexistence ; CD9 : Intérieur/Extérieur ; CD 10 : Dracula / Ma grande Pâque russe ; Professeur Robot ; CD 11 : L’Art de la fugue / Odyssée / Entité / Miroirs du temps / Strette Symphonie collector ; CD 12 : Messe pour le temps présent (Henry-Colombier) / Grand remix / Tokyo 2000 / Métamorphose / Machine danse / Utopia Hip-Hop – Final / Astrodanse / Construction tournante ; CD 13 : Phrases de quatuor / La note seule / Grand tremblement / Une minute éternelle. Œuvres réalisées dans les studios de Pierre Henry. Coffret de 13 CD Decca. Durée totale : 14 heures et 36 minutes

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.