Archives de l’auteur : David Verdier

Emilie_Brouchon___Opera_national_de_Paris-2015-16-WERTH-149-800

Un Werther déjà classique à Bastille avec Beczała et Garanča

Pour sa troisième reprise à Bastille, ce Werther mis en scène par Benoît Jacquot s'offre le luxe de réunir le couple Piotr Beczała - Elīna Garanča. De belles qualités de part et d'autre mais pas forcément convaincantes dans ce répertoire à la fois populaire et exigeant. L'esthétique à la fois épurée et classique des décors de Charles Edwards contraste élégamment avec la tendance habituelle à voir le chef d'œuvre de Massenet ...
hirondelle2 2015

L’Hirondelle inattendue et L’Enfant et les sortilèges à Montpellier

Coup double et belle découverte à l’Opéra de Montpellier. Une inattendue (et inentendue car il s'agissait de sa création scénique) Hirondelle signée Simon Laks accompagne un Enfant et les Sortilèges, habilement mis en scène par Sandra Pocceschi. Cette "Hirondelle inattendue" annoncerait-elle le printemps de l’Opéra national de Montpellier ? Elle a au moins le mérite de s'écarter des sentiers battus, fidèle au cap fixé en début de saison par la directrice ...
Capture d’écran 2015-12-16 à 23.35.46

Si le Roi Carotte m’était conté… à l’Opéra de Lyon

Attention chef d'œuvre. Ce Roi Carotte d'Offenbach débarque pour la première fois depuis un siècle sur une scène lyrique. Au-delà de l'effet de curiosité, on découvre une oeuvre débordant d'imagination et d'allusions au contexte socio-politique du moment. Plateau et direction orchestrale sont au rendez-vous pour signer un des plus beaux succès de cette fin d'année. Nous sommes en 1872 et, sur les cendres du Second Empire, ces mauvais farceurs que sont ...
Capture d’écran 2015-11-29 à 23.28.51

Armida de Rossini à l’opéra de Gand, entre passion et football

La très rare Armida de Rossini renaît à l'opéra de Gand, sous la baguette du vétéran Alberto Zedda. Une distribution très homogène domine une partition redoutable et fait oublier la minceur de la mise en scène de Mariame Clément. Composée pour la réouverture du San Carlo à Naples en 1817, Armida de Rossini puise dans le célèbre passage de la Jérusalem délivrée du Tasse, relatant les amours d'Armide et de Renaud. ...
Capture d’écran 2015-11-26 à 17.52.26

A Toulouse, Ludovic Tézier illumine un Rigoletto très classique

Reprise du très "classique" Rigoletto de Nicolas Joel au Théâtre du Capitole de Toulouse. Les qualités du plateau vocal rattrapent en grande partie les conventions de la mise en scène et la direction enthousiaste et désordonnée de Daniel Oren. Habillé à la mode "Renaissance" par un Nicolas Joël alors directeur du Théâtre du Capitole, ce Rigoletto est une valeur sûre. Évidemment, le réalisme et la convention des toiles peintes vouent aux ...
5637518c0000000000000000_BIG

Roberto Alagna dans un Elixir d’amour millésimé

L'Opéra de Paris présente ce mois-ci une reprise gagnante de L'Elixir d'amour de Donizetti avec le couple vedette Roberto Alagna - Aleksandra Kurzak. La direction avisée de Donato Renzetti distille humour et dérision dans ce melodramma giocoso habilement mis en scène par Laurent Pelly. On a du mal à croire que L’Elisir d'amore de Donizetti ait pu être composé en moins de quinze jours, tant l'équilibre de buffo et de giocoso ...
Ernani (Alexise Yerna et Elaine Alvarez) -® Ope¦üra Royal de Wallonie - Lorraine Wauters-3

Un Ernani très classique à l’opéra de Wallonie-Liège

L'Opéra Royal de Wallonie-Liège ouvre sa saison avec un Ernani classiquement mis en scène par son ancien directeur Jean-Louis Grinda. Le plateau vocal, en partie, ainsi que la fosse, relèvent le niveau d'une œuvre rarement interprétée. Cette production d'Ernani de Verdi débarque sur les rives de la Meuse après avoir connu les ors de l'opéra de Monaco. Pour son cinquième ouvrage lyrique, le compositeur italien a bravé la célèbre injonction de ...
xerse_1066-050

Redécouverte d’un chef-d’œuvre : Xerse de Cavalli à l’opéra de Lille

Xerse est LA belle surprise de cette rentrée lyrique. L'opéra baroque de Francesco Cavalli, agrémenté par la musique de ballet de Lully est actuellement donné à l'Opéra de Lille. Emmanuelle Haïm y déploie une lecture dramatique très dense et animée, face à un plateau de haute tenue. En programmant Xerse de Cavalli, l'Opéra de Lille choisit de redonner vie à un opéra interprété lors du mariage de Louis XIV avec Marie-Thérèse ...
_59P3865_

Le Prisonnier et Barbe bleue ont rendez-vous au Capitole

Le Théâtre du Capitole de Toulouse affiche une ambitieuse double affiche : le Prisonnier de Dallapiccola et le Château de Barbe-Bleue de Bartók. Si la première partie séduit durablement, la seconde peine à convaincre. Trop courtes pour être données séparément, le Prisonnier de Dallapiccola et le Château de Barbe-Bleue de Bartók posent aux programmateurs le problème de leur combinaison avec d'autres œuvres. L'idée de les réunir permet de faire jouer les ...
55fe59ae8a8ff

A Gand, un déroutant Tannhäuser signé Calixto Bieito

Bouleversant Tannhäuser à l'Opera Vlaanderen de Gand. Le metteur en scène Calixto Bieito travaille au plus près des corps et des affects, aux limites du jeu d'acteur. Sa proposition ouvre des perspectives inédites et fait voler en éclats la définition "romantique" de l'ouvrage. La soirée brille également par un plateau de qualité et une direction d'orchestre très raffinée. Tannhäuser figure en bonne place parmi les ouvrages les plus emblématiques du romantisme ...
Capture d’écran 2015-09-05 à 18.27.39

Bayreuth s’offre un Vaisseau fantôme anticapitaliste et radical

À la lumière d'une mise en scène très scolaire de Jan Philipp Gloger, ce Vaisseau fantôme conclut l'édition 2015 du festival de Bayreuth. L'approche d'Axel Kober ne cherche pas à révolutionner la lecture d'un ouvrage dont le romantisme naïf est à chercher dans l'énergie déployée par le plateau. Très codifié et pourtant très accessible, le travail de Jan Philipp Gloger autour du Fliegende Holländer entame sa troisième saison à Bayreuth. La ...
Capture d’écran 2015-09-02 à 23.06.57

Lohengrin, baptême du feu d’Alain Altinoglu à Bayreuth

Dernière année sur la Colline pour ce qu'il est désormais convenu d'appeler "le Lohengrin des rats" imaginé par Hans Neuenfels. Après six années de présence, il reste encore quelques huées à l'issue de la représentation, mais les applaudissements finissent par l'emporter. Cette dernière soirée est marquée par le niveau très élevé du plateau et les débuts très remarqués du tout nouveau directeur musical de la Monnaie, Alain Altinoglu. La force du ...
Capture d’écran 2015-08-26 à 10.02.48

Le Tristan de Katharina Wagner, entre sophistication et dépouillement

Surprenante Katharina Wagner. De 2007 à 2011, elle avait su contre vents et marées imposer à Bayreuth une production audacieuse des Meistersinger - tenant tête aux huées d'une partie du public interloquée par tant de matériel intellectuel à digérer… Son très attendu Tristan accouche d'une souris, comme si elle avait opté pour une lénifiante digression sur l'amour absolu qui unit ces deux personnages légendaires. Témoin d'un univers angoissant et de ...
Capture d’écran 2015-08-31 à 12.55.31

Le Götterdämmerung de Kirill Petrenko : pour l’éternité

Clôture exceptionnelle pour ce Ring à Bayreuth  Quand le rideau s'ouvre, c'est au célèbre "Lasciate ogni speranza, voi che'ntrate" de l'Enfer de Dante auquel on pense. Avec Berlin comme métaphore et toile de fond, ce très littéral Crépuscule nous convie à une plongée dans les ruines de l'histoire et des illusions. Aleksandar Denić a imaginé un formidable décor tournant présentant sous trois angles une capitale allemande saisie entre la division est-ouest ...
Capture d’écran 2015-08-25 à 19.58.21

Siegfried onirique et désenchanté à Bayreuth

Cette troisième journée à Bayreuth marque une évolution vers davantage de prolixité de détails, à la hauteur de la complexité de la trame musicale. Cette partition de Siegfried est abondamment parcourue par des motifs dont la récurrence ne cherche pas à dissimuler le foisonnement et l'accumulation mémorielle. Frank Castorf rend parfaitement cette idée que l'auditeur qui cherche à pénétrer le Ring fait face à une forêt épaisse où signes et ...
Capture d’écran 2015-08-25 à 19.12.20

Bayreuth célèbre une Walkyrie iconoclaste et politique

Frank Castorf voit dans la Walkyrie l'occasion de remonter à la source historique de la malédiction de l'Or noir. Le puits de forage n'est pas une allusion aux origines de l'exploitation au proche-Orient, il s'agit ici de l'épisode des champs pétrolifères de Bakou en Azerbaïdjan durant l'opération Edelweiss de la guerre du Caucase en 1942. Les nazis menaçant de s'emparer de la zone, les autorités soviétiques préfèreront saboter et faire exploser ...
bayreuth1 2015

Le Rheingold imaginaire de Frank Castorf

Pour sa troisième année sur la Colline sacrée, ce Ring signé Frank Castorf prend ses marques et s'impose comme un des plus fascinants spectacles que Bayreuth ait proposé depuis des lustres. Quasiment inconnu en France, sauf auprès du public de théâtre, le metteur en scène et directeur de la Volksbühne de Berlin a réussi à faire de la Tétralogie le terrain d'expression d'une modernité radicale. Cette lecture agit à différents niveaux ...
Capture d’écran 2015-07-03 à 16.48.37

Brûlante Turandot au Théâtre du Capitole

On peut rendre hommage au Théâtre national du Capitole pour avoir offert à Calixto Bieito, avec cette Turandot,  l'occasion de présenter sa première production en France. L'intérêt ira sans doute grandissant avec le prochain Lear d'Aribert Reimann, donné à Bastille la saison prochaine. Metteur en scène mêlant la violence de notre modernité à l'exigence de réflexion qui s'en dégage, cet Espagnol de 51 ans fait les beaux jours des scènes nordiques (allemandes ...
Adriana Lecouvreur (Saison 2014-2015)

Le retour d’Adriana Lecouvreur à Paris avec Angela Gheorghiu

Adriana Lecouvreur, l'œuvre-phare de Francesco Cilea, assez rare sur les scènes internationales est de retour à Paris avec dans le rôle-titre la soprano Angela Gheorghiu. Paris l'avait découverte en 1994 avec l'interprétation mémorable de Mirella Freni. Il aura fallu la reprise d'une production créée à Londres en 2010 pour que le public succombe à nouveau au parfum délétère de ce fatal bouquet de violettes. On peine à imaginer cependant que le destin ...
Capture d’écran 2015-06-26 à 13.08.24

Le beau voyage italien de Pelléas et Mélisande

Le Maggio Fiorentino se lance dans l'aventure assez originale d'un Pelléas avec plateau, chef et metteur en scène italiens. L'oeuvre-phare du symbolisme musical sort pour une fois d'une sphère nationale qu'une certaine tradition a trop souvent figé dans une diction compassée façon ORTF avec nasales et r roulés de rigueur. Il serait faux cependant de prétendre que le projet aboutit à une parfaite réussite et que les spécificités de la langue ...
dardanus

Le Dardanus de Michel Fau, façon comédie lyrique

Raphaël Pichon et son Ensemble Pygmalion reviennent à Versailles avec Dardanus mis en scène par Michel Fau. La complexité de Dardanus vient essentiellement de cet impossible amalgame entre une modernité d'écriture et des codes en partie liés à la tragédie classique. On n'y trouve ni les excès des pièces à machines, ni les conventions des opéras-ballets… et pourtant la danse y joue un rôle important, si bien que les reprises finissent ...
Image 2

Macbeth au cœur des ténèbres

Le Macbeth de Verdi s'inscrit explicitement dans la lignée des lectures romantiques qui font du théâtre élisabéthain la toile de fond d'un imaginaire à fleur de peau. Le Théâtre des Champs-Élysées nous en propose une nouvelle production.  Mario Martone livre une vision efficace et sans réelle surprise, un Macbeth entre costumes d'époque et épure moderniste des décors. Cet entre-deux prudent laisse entrevoir lors des séquences vidéo, le potentiel qui aurait pu ...
netrebko tce

Anna Netrebko et Daniele Gatti illuminent le Théâtre des Champs-Élysées

Affiche de luxe et affluence des grands soirs au Théâtre des Champs-Élysées, dans le cadre de la série "Les Grandes Voix". On doit ce moment fort à la présence de la soprano Anna Netrebko qui vient à Paris interpréter les Quatre derniers lieder de Richard Strauss aux côtés de Daniele Gatti et de l'Orchestre National de France. À mi-parcours d'une série de représentation du Macbeth de Verdi, cette luxueuse pause dominicale ...
14615637441_fd84206e2a_z

Le Vaisseau fantôme débarque en Normandie

Un Vaisseau fantôme au Théâtre de Caen ? Voilà une aventure inédite et passionnante. Le retour de cette production sur la scène normande confirme la qualité d'un spectacle qui donne un coup de neuf au premier "grand" opéra de Wagner. Le projet a vu le jour en collaboration avec le festival Wagner organisé à Genève en 2013 (cf. notre article). Patrick Foll avait déplacé toute l'équipe technique pour qu'elle se plie ...
2015-04-16_182539

Exposition Pierre Boulez à la Philharmonie de Paris

Inutile de chercher en dehors d'une pure coïncidence le fil rouge qui relie les deux expositions événements à la Philharmonie de Paris : vous trouverez dans les nouveaux espaces, le roi de la pop (David Bowie is…) et dans l'ex-Cité de la musique (rebaptisée Philharmonie 2), l'exposition consacrée à Pierre Boulez. On peut regretter que le nom du plus emblématique compositeur français renvoie systématiquement au cadre institutionnel qui lui sert ...
clemence

Une Clémence de Titus sur le divan

A l'Opéra Comédie de Montpellier, Jorinde Keesmaat et son scénographe Ascon de Nijs ont imaginé une Clémence de Titus à l'opposé des poncifs antiquisants et classiques. On se borne, malgré la lecture des notes d'intention, à relever une belle prolifération de pistes sans pour autant trouver d'explication satisfaisante. Il faut y voir l'influence (revendiquée) de Krzysztof Warlikowski et Christoph Marthaler, avec lesquels Jorinde Keesmaat a travaillé. Un unique décor stylisé de ...
faust paris bastille

Un Faust en demi-teintes à Paris

Ce Faust à la Bastille est sauvé de la banalité par le chef d'orchestre Michel Plasson, brillant à la baguette.  Il ne s'agit pas de réduire ce Faust à l'idée banale qu'on ait voulu faire du neuf avec du vieux. On retrouve l'immense bibliothèque imaginée par Johan Engels en 2011 pour la production de Jean-Louis Martinoty. Cette production est expurgée de la débauche d'attirails assez inutile qui peuplait ce décor dans ...
Andris_Nelsons_1

Andris Nelsons porte le Concertgebouw d’Amsterdam à son sommet

Pour son deuxième concert en l'espace de quelques semaines, l'Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam offre au public de la capitale un programme concerto-symphonie qui sonne comme une démonstration irrésistible et sublime. À la baguette, on trouve ce soir le talentueux Andris Nelsons. Face à lui, dans le Concerto pour violon de Jean Sibelius, la grande (et chère) Anne-Sophie Mutter, dont les apparitions  ne manquent pas d'attirer un certain nombre d'auditeurs fidèles. Son ...
enfant et sortilèges

L’Enfant entre rêves et sortilèges

Spectacle à tiroirs et à ressorts, cet Enfant peut se lire aussi bien d'un regard innocent ou averti. Il faut saluer l'initiative de l’Opéra national de Montpellier de s'adresser à ses "juniors" pour développer chez eux la sensibilité qui leur fera fréquenter plus tard les salles lyriques. La manifestation Opéra junior a pour but de faire participer activement les jeunes à certains spectacles produits par la maison. Nul besoin pour cela ...
7426_PELLEAS-ET-MELISANDE--c--ELISA-HABERER----OPERA-NATIONAL-DE-PARIS--10-

Le Pelléas de Bob Wilson, entre splendeur et immobilité

Cette reprise du Pelléas de Bob Wilson à Bastille (déjà documentée en DVD) peut se lire comme la démonstration d'une "méthode". Les convaincus adoreront cette combinaison esthétique-extatique, tandis que les sceptiques lui reprocheront son approche "copier-coller". Impossible pour les deux camps de nier cette fabuleuse machine à produire des images à la composition millimétrée et implacable. Saupoudrées d'un halo entre blanc et bleu cobalt, les personnages se découpent avec la précision ...