Archives de l’auteur : David Verdier

gatti_daniele©pablo_faccinetto

Les paysages schumanniens de Daniele Gatti

Deux soirées pour un "Marathon Schumann" à l'Auditorium de Radio France avec l'Orchestre National de France. Un marathon ? L'expression est sans doute excessive, quand on réalise que le corpus symphonique schumannien se réduit à ces quatre moments. On aimerait pouvoir parler ici de "panneaux", en hommage à ce retable sonore qui fait de la liturgie de l'intime le pendant de la contemplation amoureuse du portrait miniature de l'être aimé dans la ...
don giovanni onp

Le Don Giovanni de Haneke : entre chien et loup

On saura gré à Stéphane Lissner d'avoir pris la parole au lever de rideau pour commenter la saturation de violence que nous vivons tous depuis les attentats des 7 et 8 janvier dernier. À l'issue d'un discours sobre et touchant, le chœur entonne un Va pensiero tétanisé par l'émotion, que la salle applaudit debout. Quand la barbarie du réel rejoint la fiction… Pour sa troisième reprise, le Don Giovanni dans la ...
harding_daniel_©Harald-Hoffmann

Daniel Harding dirige Berg et Beethoven

La présence de Daniel Harding à la tête de l'Orchestre Philharmonique de Radio France a réjoui ostensiblement public et musiciens. En coulisses, le nom du chef anglais circule parmi la short-list  des prétendants au poste de directeur musical de l'Orchestre de Paris… Heureux présage ? Cette série Beethoven-Berg lui va comme un gant et confirme toutes les qualités qu'on avait pu remarquer jusqu'à présent. Les réserves viendraient plutôt de la logique interne ...
Image 6

Le sacre de Joyce DiDonato au Gran Teatre del Liceu

Après un passage par Covent Garden, cette Maria Stuarda débarque à Barcelone au Gran Teatre del Liceu. Sans surprise, la mise en scène de Patrice Caurier et Moshe Leiser joue la carte de l'humour décalé mais semble gênée aux entournures par un sujet visiblement moins perméable à la trivialité. Le problème est moins le manque d'idées que l'épaisseur des cordes, à commencer par cette dispensable décapitation Grand-Guignol pendant l'ouverture ou le fait ...
Image 7

Un très sage Idomeneo à Montpellier

L'Opéra de Montpellier présente une nouvelle production de Idomeneo de Mozart dans une lecture scéniquement sage et musicalement honnête. On perçoit chez Jean-Yves Courrègelongue l'intérêt porté au corps comme signifiant de l'action, souvent dans un décor de couleurs froides, aux formes simples. La leçon de Robert Wilson n'a rien chez lui d'une imitation et il serait injuste de dire qu'en éteignant les lumières, on se retrouverait dans l'atelier du Watermill ...
Image 5

Un piano sous les étoiles avec Stephen Kovacevich

C'est à Stephen Kovacevich que revient l'honneur du dernier récital de la série Piano**** à la Salle Pleyel. En refermant son clavier, le pianiste américain conclut l'un des plus beaux chapitres de cette aventure pianistique en terre parisienne, imaginée il y a plus de 40 ans par André Furno. Le Bach de Stephen Kovacevich n'a rien du passe-plat de début de concert, tout juste bon à déplier les articulations. Il est ...
Image 9

Le Sacre en cendres de Romeo Castellucci

Toujours là où on ne l'attend pas, Romeo Castellucci crée une fois de plus l'événement avec ce Sacre du Printemps alliant poésie et cybernétique. Inauguré dans la Gebläsehalle de Duisburg pendant la Ruhrtriennale, ce spectacle n'est pas sans évoquer la machinerie et le procédé du deus ex machina de Stifters Dinge de Heiner Goebbels, sans l'effet "boîte à musique" intimiste. Castellucci travaille dans la masse la dimension idéologique et sonore ...
la boheme

Une solide Bohème de répertoire à Bastille

Inusable Bohème de Jonathan Miller… Depuis près de vingt ans, que cette mise en scène remporte un indéniable succès public, on finirait presque par s'étonner de cette alchimie gagnante. La cuvée 2014 ajoute à la qualité de la mise en scène un plateau de bonne tenue et une solide direction. En jouant explicitement la carte du néo-réalisme, le décor de Dante Ferretti conserve la nostalgie des bluettes sentimentales imaginées par Henri ...
siroe versailles

Siroe m’était conté…

À l'origine, il y a un livret de Métastase qui connut un tel succès qu'il fut porté à la scène pas moins de 35 fois. De Haendel à Vivaldi en passant par Porpora, Errichelli ou Vinci… tous les hérauts de l'opera seria y furent de leur Siroe. On atteint ici des sommets de raffinement et de complication narrative, mêlant imbroglios de cœur, de pouvoir et de perfidie. Johann Adolph Hasse reprend ...
Image 1

Les variations symphoniques de David Zinman

Chef adulé par un orchestre de la Tonhalle de Zürich qu'il a dirigé durant deux décennies, David Zinman est une personnalité majeure dont les apparitions à la tête de l'Orchestre de Paris demeurent toujours des événements. L'Orchestre de Paris a la couleur et le caractère approprié à cette tonitruante ouverture de Benvenuto Cellini de Berlioz. Cela ne suffit pas forcément à faire de cette interprétation au cordeau un modèle du genre, ...
bartoli

Cecilia Bartoli entre kitsch et délices

La mezzo italienne triomphe dans "St Petersburg", récital consacré aux airs baroques inédits composés par des musiciens italiens et allemands pour la cour de Catherine II de Russie. Fascinante ou exaspérante ? La réponse tient à la capacité du public à faire la part entre la leçon de chant et les exigences d'une tournée de promotion de son nouvel album chez Decca. Dans un registre alternant meneuse de revue et star ...
emoke barath

Glaucus et Scylla, renaissance d’un chef-d’œuvre à Versailles

En marge des festivités du 250e anniversaire de la mort de Rameau, Sébastien d'Hérin et ses Nouveaux Caractères font renaître à Versailles les feux et le fantastique de l'unique tragédie lyrique de Jean-Marie Leclair. Une interprétation de haut vol qui vient rappeler fort à propos les mérites d'un compositeur injustement oublié. La renommée de Jean-Marie Leclair pâtit encore aujourd'hui de l'ombre de Rameau, sans compter les trois mystérieux coups de poignard ...
Image 5

Muti et le Chicago Symphony Orchestra, la distance et la beauté

De passage à Paris après plusieurs concerts donnés lors de sa tournée européenne, le Chicago Symphony Orchestra est placé sous la baguette de son directeur musical, Riccardo Muti. La prestation confirme l'immense valeur de l'effectif mais cela suffit-il à combler les attentes ? La Salle Pleyel a mis les petits plats dans les grands pour accueillir l’Orchestre symphonique de Chicago et son directeur musical Riccardo Muti. Dès son entrée en scène, ...
2014-15-tosca-020_copier

Tosca porte sa croix à Bastille

Evidemment, personne ne se plaindra du remplacement de la production de Werner Schroeter, après 18 ans de bons et loyaux services… mais cette Tosca version Pierre Audi comble t-elle vraiment nos attentes ? Le rideau qui se lève sur ce décor elliptique et conceptuel rappelle inévitablement le symbolisme déjà à l'œuvre chez Schroeter. Peu d'efforts à fournir ici pour comprendre les intentions et les messages… ils nous sont même assénés avec ...
Menotti

Le Consul de Menotti, éloge de la phobie administrative

Entre Kafka et Broadway, Le Consul de Gian-Carlo Menotti (1911-2007) dénonce les mécanismes d'une administration mystérieuse et tyrannique qui réduit l'humanité au rang de victime. On a peine à croire que Le Consul de Gian-Carlo Menotti ait été en son temps un succès phénoménal, marqué par l'obtention du Prix Pulitzer 1950. C'est pourtant avec cet opéra que le compositeur (âgé de 38 ans) entra de plain-pied dans une carrière jalonnée de ...
barbier-49

Un Barbier haut en couleurs

A l'Opéra Bastille, un Barbier grand public qui distrait mais sans combler. Damiano Michieletto déplace l'action dans une Séville populaire et haute en couleurs. Un spectacle bon enfant mais un théâtre davantage visuel que strictement vocaliste. En 2012 déjà, l'esprit movida faisait souffler à Bastille un vent de folie sur Carmen revue et corrigée par Yves Beaunesne. Deux ans plus tard, c'est au tour du Barbier de Séville version Damiano ...
quatuor-debussy-401

Le Quatuor Debussy sur les chemins de la mémoire de Terezín

Dans la cadre du festival d'Ile de France, en l'église Saint-Martin de Chevreuse, le Quatuor Debussy rend un vibrant hommage aux compositeurs déportés au camp de Terezín. Lire sur ce thème notre entretien avec le Quatuor Debussy Un hommage à des compositeurs qualifiés de "dégénérés" par un régime politique qui n'aura de cesse de les réduire au néant. Accompagné par le Chœur Polysons, le Quatuor Debussy nous conduit sur le chemin de ...
Image 30

Nikolaj Znaider et Cleveland illuminent Brahms

L'orchestre de Cleveland pose ses valises pour deux soirées données Salle Pleyel sous la direction de son directeur musical, Franz Welser-Möst.  L'occasion d'admirer la perfection sonore d'un des plus beaux orchestres du monde dans un programme consacré à Johannes Brahms. L'affiche ne laissait aucun doute sur l'importance de l'événement : L'orchestre de Cleveland dans un programme Brahms dans l'un des derniers grands concerts donnés dans une Salle Pleyel, encore dédiée à la ...
gerhaher

Christian Gerhaher, la lettre et l’épure

Christian Gerhaher et Gerold Huber affrontent un exigeant programme de lieder signé Schubert et Rihm à l'amphithéâtre Bastille. Les poésies de Goethe servent de fil rouge à ce récital en proposant à l'auditeur une véritable réflexion sur la nature profonde du romantisme. Faisant mentir l'annonce qui le faisait porter pâle, Christian Gerhaher n'a pas manqué son rendez-vous avec le public venu l'écouter à l'amphithéâtre Bastille. Plus une place de libre ...
JF32919

Début du cycle Beethoven par Philippe Jordan à Garnier

L'intégrale des neuf symphonies de Beethoven sera répartie durant toute la saison, jusqu'en juillet 2015. L'innovation n'est pas vraiment au rendez-vous et on pourra déplorer le peu d'originalité à consacrer la quasi-totalité des prestations symphoniques de l'orchestre de l'Opéra de Paris à une énième intégrale Beethoven (une par an en moyenne depuis dix ans dans les salles parisiennes). Une de plus ? Pas forcément. Faire monter sur les planches cet orchestre ...
bayreuth2014

Retour de Bayreuth 2014 (3)

Là où certains esprits étroits ont cru percevoir l’occasion de vilipender un énième avatar du Regietheater, il faut reconnaître l’évidence d’un travail d’orfèvre qui fait jaillir toujours plus de détails à chaque représentation. Cette prolifération bouillonnante irrite et bouscule – n’oublions pas que la proposition de Castorf vient après le très pâle et anecdotique Torsten Dorst… L’ironie triomphante dont se réclame le metteur en scène est-allemand est à puiser dans ...
hollander2

Retour de Bayreuth 2014 (2)

Ring mis à part, c’est au Fliegende Holländer de Jan Philipp Gloger que revient la palme du spectacle le plus récemment monté sur la Colline. Malheureusement aussi, c’est le spectacle le moins intéressant de cette année. Que dire de ce décor de Christof Hetzer qui d’emblée dit et surligne ce que la mise en scène dit également de manière très évidente ? Notre Hollandais est un être déprimé et visiblement ...
DSC_0262

Retour de Bayreuth 2014 (1)

Richard Wagner a voulu faire du Festspielhaus de Bayreuth l'épicentre de sa révolution musicale et intellectuelle. L'importance de ce lieu emblématique sur la représentation n'est pas à rechercher du côté de l'archéologie mondaine, contrairement à ce que voudrait nous faire croire l'atavisme nostalgique d'une bonne partie de l'assistance. Il est plaisant d'observer la tentation du public jet-set à importer ses manies hors d'âge dans un cadre qui s'y prête aussi ...
10 mois d'école et d'opéraprégénérale 14+18

14+18 Dix mois d’Ecole et d’Opéra

Cette année encore, le projet Dix Mois d'Ecole et d'Opéra surprend par les ambitions affichées et l'enthousiasme des équipes pédagogiques et artistiques. Pour la première fois depuis 1991, ce partenariat entre l'Opéra National de Paris et l'Education Nationale se déplace hors de l'Île-de-France pour aller combattre idées reçues et préjugés autour de l'utilisation de l'art lyrique utilisé dans des milieux scolaires dits "difficiles". L'an dernier, ce programme célébrait son dixième anniversaire en ...
L'incoronazione Di Poppea (Saison 2013-2014)

Monteverdi par Bob Wilson, la règle et l’épure

Avis aux amateurs (et ils sont nombreux), ce Couronnement de Poppée version Bob Wilson est à la mise en scène ce que le Bauhaus à l'architecture : le produit d'une école (ici, le Watermill Center) et la démonstration d'une pensée esthétique à la rigueur imparable. L'archétype scénique ne cède jamais à l'idée d'un abandon, d'une adhésion au drame musical de Monteverdi. Tout juste si le bleu cobalt (signature illustre du ...
Dimanche 11 Mai 2014

Un salon musical très décalé à l’Opéra de Paris

Les quatre musiciens du Quatuor Monticelli sont issus des rangs de l'orchestre de l'Opéra National de Paris, pratiquant en "hors champ" des répertoires peu fréquentés (Martin Kutnowski, Alexandre Chabod) et hybridations associant instruments et musiques d'horizons divers tels le jazz, tango ou musique classique. L'étonnant programme proposé dans la série des "salons musicaux" de Garnier, associe musique et danse en croisant au passage les sonorités des cordes à celles, plus rare, ...
manlio_benzi_2

Atelier lyrique, concert 2014 au Palais Garnier

C'est un incontournable des fins de saisons lyriques à Paris, l'occasion pour les jeunes élèves chanteurs de l'Atelier Lyrique de se montrer sous leur plus beau jour sous les ors de Garnier. Cette année encore, on salue le travail de préparation sous la direction d'Irène Kudela, pianiste, chef de chant et directrice des études musicales. Pas facile en effet, pour ces candidats à une carrière professionnelle, de négocier  un exercice ...
dongiobobigny1

Don Giovanni à Bobigny

Il est devenu difficile pour de dépoussiérer l'"opéra des opéras", certainement davantage encore depuis que les scénographies contemporaines acceptent de moderniser le mythe afin de lui trouver une résonance socio-politique. De ce point de vue, Michael Haneke a frappé très fort avec une mise en scène redoutablement efficace et radicale. Cette vision brutale et sévère des rapports de prédation sexuelle se retrouve dans le travail de Christophe Perton qui, loin ...
Brouillards romantiques

Mitsuko Uchida, brouillards romantiques

Le récital de Mitsuko Uchida faisait suite à l’annulation du concert qu’elle devait donner en compagnie de Seiji Ozawa et l’orchestre Saito kinen – on devrait retrouver le chef japonais en mars prochain pour deux soirées au Théâtre des Champs-Elysées. Pour débuter la trilogie romantique Beethoven-Schumann-Chopin, nous eûmes droit à une "Clair de Lune" pour une fois parfaitement en phase avec son titre. Le lent sur-place de l’adagio sostenuto initial baignait ...
Chopin a fresco

Maurizio Pollini : Chopin a fresco

Si l’on devait résumer en une phrase la pensée de Maurizio Pollini, il faudrait consulter l’entretien en ligne sur le site Deutsche Grammophon. A la question «Est-il possible de concevoir quelque chose qui ne fonctionne pas ensuite à l’instrument?», il répond : «À l’instrument, tout peut arriver». Tout peut arriver donc, à commencer par le pire… à savoir un prélude op. 45 bien mal engagé, des modulations maladroites tout du long ...