Mot-clef : Alexander Vinogradov

Quatuor vocal d’exception pour l’Ernani de Marseille

Quatuor vocal d’exception pour l’Ernani de Marseille

Pour sa dernière production scénique avant l’été, l’Opéra de Marseille s’offre le meilleur casting verdien de l’hexagone cette saison après Don Carlos à Paris, cette fois avec l'exceptionnel Ludovic Tézier lui-même Don Carlo, face au magnifique Ernani de Francesco Meli et au Silva d’Alexander Vinogradov. Hui He complète un quatuor vocal intégré à une scénographie classique au milieu d'un chœur chaud, survolant un orchestre embrasé par la direction inspirée ...
capriccio_prokofiev_ivanterrible_strobel

Ivan le Terrible de Sergueï Prokofiev dans toute sa splendeur musicale

Frank Strobel et le Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin retrouvent le souffle d’Ivan le Terrible, au plus proche de ce qu’on entend dans le film, en une qualité sonore bien évidemment nettement supérieure. Il semble que Prokofiev ait composé la musique de huit films. Si l’une est connue sous forme de suite, et plus connue que le film qui lui est associé – Lieutenant Kijé (Alexander Faintsimmer, 1933) – d’autres le sont nettement moins, ...
916NL90Z7UL._SL1500_

Le brutal Guillaume Tell du Royal Opera House

La mise en scène peu convaincante de Damiano Michieletto ne permet pas à ce DVD de Guillaume Tell de surpasser le disque paru en 2010 chez EMI avec la même équipe vocale sous la direction du chef Antonio Pappano, toujours en fosse pour cette production du Royal Opera House. Le viol collectif au troisième acte de cette production londonienne avait fait grand bruit lors de la première en 2015. La proposition ...
Opera, generale ALEKO. Nancy, FRANCE -04/02/2015

Aleko aux Enfers : Deux rares opéras de Rachmaninov à Nancy

Des trois courts opéras achevés par Sergueï Rachmaninov, l’Opéra national de Lorraine, toujours aventureux et en quête d’ouvrages rares à faire découvrir, a choisi le premier et le dernier. Aleko n’est que le travail d’examen final du Conservatoire de Moscou d’un compositeur d’à peine dix-neuf ans, encore très redevable à son aîné Tchaïkovski mais qui y montre déjà d’exceptionnelles potentialités. Terminé en 1905 et crée au Bolchoï en janvier 1906, Francesca ...
Nabucco@Opéra national de Lorraine (9bis)

Nabucco à Nancy sauvé par Abigaille

Malgré deux défections successives pour le rôle phare d’Abigaille, Nancy présente un Nabucco accompli… du moins vocalement. Décidément, l’Opéra national de Lorraine joue de malchance avec Verdi. On se souvient encore d’un Otello fortement handicapé par l’angine de son ténor. Cette fois, c’est pour la distribution du rôle essentiel d’Abigaille dans Nabucco que les difficultés se sont présentées. Initialement prévue mais souffrante, Silvana Dussmann s’est vue dans un premier temps remplacée ...
iolanta

Iolanta conquiert Cologne

Grâce à une distribution de rêve Iolanta enchante le public rhénan. Rareté absolue il y a quelques années encore, l’ultime opéra de Tchaïkovski devient de plus en plus populaire – au moins dans les salles de concert. A Cologne aussi, on a opté pour une version concertante, sans céder, cette fois, à la mode des concerts mis en espace. Ici, les chanteurs, impassibles, se barricadent derrière leurs pupitres, sans entrer en ...
Chosta_13_petrenko

Vasily Petrenko imprécatoire dans la Symphonie n° 13 de Chostakovitch

Vasily Petrenko poursuit son intégrale Chostakovitch avec Liverpool au plus haut niveau avec la symphonie Babi Yar. En 1941, plusieurs dizaines de milliers de juifs et de résistants furent exécutés par les SS. Cet endroit terrifiant, un ravin situé près de Kiev en Ukraine, avait pour nom Babi Yar. L’événement effroyable conduisit le poète Evgueni Evtouchenko à faire devoir de mémoire au début des années 1960 tout en provoquant les foudres ...
ottavio dantone

Festival de Saint-Denis : Ottavio Dantone déçoit dans Rossini

Pour son concert annuel au Festival de Saint-Denis, l’Orchestre de Chambre de Paris s’associait au chœur Accentus afin de proposer la version orchestrale de la Petite messe Solennelle de Rossini. Ecrite à l’origine pour douze chanteurs, deux pianos et harmonium et destinée à un cadre privé, l’œuvre fut orchestrée de la main même de Rossini en 1867 pour le concert, surtout afin d’éviter qu’un autre ne le fasse à sa ...
naxos chostakovitch14 petrenko

Chostakovitch crépusculaire avec Petrenko

Avant-dernier opus symphonique de Dimitri Chostakovitch, la Symphonie n°14 reste une œuvre à part dans l’univers du compositeur : radicale par son instrumentarium orchestral (cordes et percussion) et vocal, à l’opposé de la puissance orchestrale associée à Chostakovitch,  elle s’impose comme un requiem énigmatique d’un compositeur déjà très atteint par la maladie. En dépit d’un effectif orchestral plutôt limité, elle ne s’est jamais imposée au répertoire restant plutôt à la marge ...
faust5_montréal

Faust à Montréal, de père en fils

La nouvelle production de l’Opéra de Montréal du chef-d’œuvre de Gounod a voulu ouvrir un créneau, privilégiant la dimension gémellaire du héros goethéen. Le tour de force étant de convaincre que cette gémellité – Faust âgé et Faust dans la force de l’âge – est une seule et unique personne. Nous avions déjà été confronté à cette thématique du double, Faust et Méphisto formant un couple avec toutes les nuances ...
Une partition trop négligée

Luisa Miller, une partition trop négligée

Après La Battaglia di Legnano, son dernier grand opéra épique, Verdi semble avoir pris conscience d’une certaine usure de ses formules théâtrales, persuadé, si l’on en croit sa correspondance, que les temps nouveaux appelaient une expression lyrique nouvelle. Cette expression nouvelle, le public devait en percevoir les échos dès l’opéra suivant, Luisa Miller (création au San Carlo de Naples, le 8 décembre 1849), dont le livret est fondé sur la ...
Le Barbier de Séville

Le Barbier de… l’ennui à Anvers

L’Opéra d’Anvers étant en travaux, c’est le charmant Bourlaschouwburg, petit théâtre confortable et à l’acoustique excellente qui a accueilli ce Barbier de Séville, dernière production de la saison du Vlaamse Opera. Parler d’échec en évoquant ce spectacle est un euphémisme, et nous utiliserons plutôt le mot désastre, tant cette production sur le plan scénique comme sur le plan musical s’est révélée indigne d’une maison de la réputation de l’Opéra flamand. ...